Quand les flics de la bac, la brigade anti criminalité, sont mis en examen.... Mis en examen et recalés...recalés par un sociologue Didier Fassin qui s'est immergé pendant plus d'un an ,sur 2005 et 2006 ,dans l'une de ces brigades qui sillonne nos banlieues en voiture banalisée...le résultat c'est un livre intitulé "La force de l'ordre "dont Libération fait ses choux gras en pointant du doigt les violences et parfois les dérives racistes des bac,ou tout au moins de celle là ,dont on sait juste qu'elle se situe en banlieue parisienne.Ce que décrit le sociologue ,c'est une réalité assez affligeante de policiers pour la plupart issus du milieu rural et qui viennent en banlieue bardés de préjugés culturalistesA travers les vitres de leur voiture banalisée raconte Alice Géraud ils voient la population comme une masse menaçante et présumée coupableet le résultat ,c'est ce que précise l'auteur du livre lui même ,de vraies dérives que les policiers n'ont même pas cherché à cacher et surtout une grande inefficacité de cette police qui contribue dit il à produire les problèmes au lieu de les résoudre...Ce que contestent les gradés et les syndicalistes policiers pour lesquels ce qui se passe dans cette brigade tient du sketch...Le jour même où Claude Guéant doit rendre hommage aux bac à Bobigny le Figaro rappelle combien leurs missions sont difficiles:plusieurs dizaines de policiers ont été blessés depuis le début de cette annéele patron de la bac du 93 le dit au Figaro :nous sommes là pour montrer à la population que nous ne cèdons pas un pouce de territoireN'empèche reprend Sylvain Bourmeau dans Libé que dans un pays normal ce livre ferait débatd'autant plus qu'il ne pourrait plus etre écrit aujourd'hui ,la police ayant désormais fermé la porte aux chercheurs.

Ce qui fait débat pour l'instant, c'est encore et toujours le nucléaire Le nucléaire dont au delà des polémiques ,on aimerait pouvoir mesurer les vrais enjeux...ce qu'a essayé de faire l'institut Montaigne avec le journal les Echos en chiffrant ce que couterait l'arret de 24 réacteurs sur 58 d'ici 2025(ce que çà couterait en plus par rapport au maintien du parc intégral qui coute aussi très cher)résultat:125 milliards en comptant la production d'énergies plus couteuses ,les investissements à faire sur le réseau et les incitations à réduire la consommation d'énergie....Des chiffres qui seront probablement contestés en précisant avec Lucie Robequain que la somme ne pèsera pas entièrement sur le budget de l'Etat puisqu'immanquablement les prix de l'électricité devront augmenter ( dans tous les cas de figure)Au débat de fond on peut aussi ajouter ce matin cette réponse de l'expert Bernard Laponche ancien patron de l'Agence française pour la maitrise de l'énergie qui réplique dans le Parisien à ce que disait sur ici même hier Eric Besson:que l'Allemagne est obligée de remplacer son nucléaire notamment par du charbon,très polluantfaux répond Laponche:les allemands ont surtout misé sur les énergies renouvelables tout en modernisant leurs centrales à charbon:résultat ,ils auront bel et bien réduit leurs émissions de gaz à effet de serre de 40% en trente ans,en plus d'avoir abandonné le nucléaire...cqfd...Pour le reste à ce chapitre on a tout dit du cafouillage de l'équipe Hollande dont le coeur de campagne est déjà fissuré pour reprendre la formule Hervé Favre dans la Voix du NordPas étonnant pour Paul Henri du Limbert dans le Figaro:pas étonnant pour un candidat qui ne croyait pas vraiment en son destin et qui n'est pas vraiment entré dans sa fonction de candidatIl a pourtant la volonté de gagner commente Patrick Jarreau dans le Mondec'est ce qui fait sa force mais çà ne le dispense pas de prouver qu'ils ont tort à ceux qui lui reprochent d'etre flou et indécisà lui de tout faire conclut Xavier Panon dans la Montagne pour préserver sa note de triple A parmi les présidentiables

Du triple A à la crise il ny a qu'un pas.... Ce triple A qui est devenu l'alpha et l'omega de la politique économique au grand dam de l'Humanité qui dénonce dans le système un cercle vicieux les agences de notation écrit Maurice Ulrich sont faites pour mesurer la qualité du capitalisme et n'attendent rien d'autre que toujours plus de capitalisme... non l'avenir de la france ne dépend pas de sa note mais de la mise en oeuvre ou non de changements politiques profonds ce qui ne sera pas simple à lire la Tribune et ce grand nein Nicolas! qui barre la une, photo d'Angela Merkel à l'appui la chancelière oppose une fin de non recevoir à la France qui souhaitait recourir à la BCE pour aider directement les pays en difficulté... et c'est finalement çà qui fait peur, ce dialogue de sourds franco allemand qui pourrait à terme selon la tribune menacer l'Europe... en attendant,un peu de soleil et de légèreté dans cette crise y a quand même des secteurs qui ne sont pas touchés et même des business florissant :c'est le cas des jeux vidéo,la folie des jeux vidéo dont France Soir fait sa une à l'occasion de la sortie ce vendredi du nouveau super Mario,le petit plombier moustachu en salopette bleue,symbole de ce loisir autrefois confidentiel et qui est devenu le divertissement préféré des français si vous ne le savez pas remarque Jean Berthelot de la Glétais c'est que vous faites partie d'une tribu d'irréductibles appelée à disparaitre c'est comme çà :les jeux vidéo ce n'est plus l'adolescent boutonneux dans sa chambre ,c'est tout le monde et même de plus en plus de femmes et c'est une véritable industrie d'excellence pour la france:250 entreprises et 5000 emplois non délocalisables... dans ces conditions si c'est pour la bonne cause on va s'y mettre...

Ne nous laissons pas influencer par la pubdans ce domaine aussi c'est la folie.... La pub envahit tout et le Parisien en fait son dossier du jouren reproduisant en une le baiser fougueux d'Angela Merkel et Nicolas Sarkosy,l'une des affiches de la nouvelle campagne Benetton...dont on voudrait ne pas faire la pub mais dont on est obligés de parler ,c'est çà le truc qu'explique très bien le publicitaire Franck Tapiro :faut provoquer pour faire parler et donner du sens au produit sauf qu'en l'occurrence les photos montage de Benetton ne provoquent pas, elles choquent et là à la longue c'est lassant d'ailleurs la marque ajoute Tapiro n'existe plus aujourd'hui qu'au travers de ses publicités qui font scandale et du coup elle a fini par se tuer elle même on connait plus le nom de Benetton par ses pubs que par ses produits que personne n'achète...ce qui est assez rassurant finalement tout le contraire de France Inter qui ne fait pas trop de pub et qui marche bien une publicité disait autrefois :l'important ce n'est pas l'étiquette c'est ce qu'il y a dans la boite... un principe à méditer aussi pour tous les candidats à la présidentielle

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.