Voici une scène décrite par Libération qui dit la misère au Philippines 10 jours après le passage du cyclone.

Un vieil hélico datant de la guerre du Vietnam... 500 kilos de vivres à bord. Décollage de l'aéroport de Tacloban, le pilote embrasse le petit crucifix accroché au plafonnier. Direction Tapon -Tapon. 10 jours après, ce village de Philippines n'a toujours vu aucun hélico. En route, regard sur les terre en contrebas : pas de route, pas d'animaux, pas d'homme, rien.

L'appareil arrive dans le village, atterrissage sur un terrain de foot. Il n'est pas encore posé que des centaines de personnes se ruent sur lui, courant comme des damnés dans la poussière soulevée par les pâles. Des zombies. L'un des passagers saute à terre, il est emporté, plaqué à la carlingue par des dizaines de morts de faim, regard de fou. En 3 secondes, les 500 kilos de vivres se sont volatilisées. Des mains jointes, des mercis. Un des soldats dans l'hélico qui en a vu d'autres soulève la visière de son casque pour s'essuyer les yeux.

18 novembre, l'aide est désormais plus massive aux Philippines. Mais on le voit, il reste des zones isolées. Selon l'ONU 4 millions de personnes ont été déplacées. Seulement 350.000 ont trouvé un refuge.

Lui est parti en moto taxi

francis collomp de retour en france
francis collomp de retour en france © reuters

L'incroyable évasion de Francis Collomp comme titre La Provence. Les circonstances dans lesquelles il a échappé à ses geôliers au Nigéria ne sont pas encore parfaitement claires. Cela s'est terminé en moto taxi vers un commissariat.

Commentaire d'Olivier Mazerolle dans la Provence. Il fallait entendre la joie communicative de son épouse. Elle parlait de son héros, de son admiration pour son homme, 63 ans, un pontage cardiaque sous le capot, mais parti travailler au Nigeria développer les énergies renouvelables. En l'entendant, reprend Mazerolle, nous imaginions son mari courant sous la mitraille, puis juché sur une moto taxi à la recherche du premier poste de police pour recouvrer enfin la liberté. Il était devenu notre héros à nous aussi.

Nous avons vécu toutes les émotions avec les otages en Afrique ces dernières semaines. La libération des 4 d'Arlit, la mort des envoyés spéciaux d'RFI, l'enlèvement du prêtre au Cameroun. Les missionnaires face à la violence, c'est le dossier de Une de la Croix ce matin. Dilemme permanent pour ces prêtres et religieuses dans des zones dangereuses : partir ou rester.

A la rubrique étranger également : le voyage officiel de François Hollande au Proche Orient

La valise diplomatique... Le titre à la Une de la Marseillaise est ambigu. Israël, Palestine, Hollande va jouer l'équilibriste, encore, titre Mediapart. Le contexte des négociations avec l’Iran, sa volonté de relancer les échanges économiques avec Israël et la prudence personnelle du président sur le Proche-Orient risquent d’en faire une étape bien fade.

Pour Libération, Hollande remplace Obama dans les bonnes grâces d'Israël. L'Etat hébreu, en crise avec les Etats Unis a déroulé le tapis rouge au président français, son nouvel allié dans le dossier du nucléaire iranien.

L'effacement américain et ses conséquences au Moyen Orient, analyse d'Isabelle Lasserre dans Le Figaro. Syrie, Libye, Iran, l'Amérique hésitent est en retrait ou recule. Les gaz de schiste fournissant une nouvelle source d'énergie, l'Amérique regarde davantage vers l'Asie désormais. Ce vide est colmaté par d'autres. La Russie qui rêve de reprendre le bras de fer de la guerre froide, la France, puissance d'influence, les puissances régionales comme l'Iran qui a repris l'initiative sur le nucléaire. Inquiétude des alliés de Washington, Israël au premier rang. Ils ont du mal à s'imposer dans ce nouveau monde dans lequel l'influence occidentale se dissout.

Aujourd'hui François Hollande est attendu à Ramallah, dans les territoires palestiniens. Et l'accueil ne sera sans doute pas aussi fastueux. Ici le grand homme Français reste Chirac. Les palestiniens n'ont pas oublié le président qui avait envoyé balader la sécurité israélienne qui l'empêchait d'aller au contact de la foule dans la vieille ville de Jérusalem « You want me to go back to my plane ? » 17 ans plus tard, Jérusalem Est est orpheline de Chirac, écrit le Parisien. Un vendeur de souvenirs se souvient d'un bijou offert à Madame Chirac. Mais quand on lui parle de l'actuel président, un autre commerçant répond : je crois qu'il s'appelle François Rolland

Au moins, le président de la République s'éloigne du mauvais climat en France

A peine moins tendu que ces derniers jours... A la Une du Courrier Picard, une borne éco taxe et 3 radars vandalisés. Inégalités, les Français n'en peuvent plus, sondage en manchette de l'Humanité. Et Le Figaro fait déjà monter la sauce, à la veille du congrès des maires de France : le gouvernement face à la fronde des maires. Puisque le président n'est pas là, c'est le Premier Ministre qui s'y colle. Ayrault dans le chaudron titre le Parisien, qui évoquait hier un coup de froid Jean-Marc Ayrault et François Hollande.

Le numéro des Echos en kiosque aujourd'hui est rédigé par une pléiade de personnalités qui incarnent la relève selon le journal. Une relève déjà bien en place puisque ces politiques, économistes, écrivains, comédiens, chanteurs, chefs d'entreprises, syndicalistes ont 50 ans et moins. Portrait de François Hollande sous la plume de l'écrivain Amanda Sthers. Voici le début : Si les Beatles avaient choisi Ringo Starr comme chanteur, leur destin aurait sans doute été différent.

Quoi d'autre dans la presse ?

La visite de Bernard Tapie au salon de l'auto de Marseille, c'est à lire sur le site Marsactu. Ambiance conduite le coude à la fenêtre de la Benz Benz intérieur cuir et ronce de noyer. "Des comme ça, j'en ai 3 chez moi, dit-il en pointant un 4X4 version luxe". La promenade se poursuit devant les stands porshe et Jaguar. A l'entendre, poursuit le site, il a possédé un exemplaire de chaque véhicule de luxe du salon. En tout j'en ai eu 60.

Marseille le mal de dette, c'est la Une du mensuel V Marseille. Si l'on calcule par habitant, la dette à Marseille est 3 fois plus élevée qu'à Lyon par exemple.

Chronique d'une presse en crise. Encore un appel à souscription, il est lancé par le mensuel Le ravi, petit canard enchainé mensuel en Paca qui a du mal à boucler ses fins de mois. Vous trouverez toutes les informations nécessaires sur le site Internet.

Pochette Daho
Pochette Daho © Radio France

Et puis la pochette de l'album d'Etienne Daho censurée par la RATP. Sur l'image il tient par la taille une femme aux seins nus. La RATP a demandé à la maison de couvrir cette poitrine sur les affiches du métro et du RER.

Et les bleus J moins 1

Eh oui la France est championne du monde et possède une génération exceptionnelle actuellement. On parle des moins de 20 ans. Interview du coach des petits bleus, Pierre Mankowski dans la Marseillaise. Il fait vivre l'espoir de lendemains qui chantent pour les fans de football. Pour l'instant ça chante faux. A la veille du barrage retour, la presse essaye décrypte les dernières déclarations. C'est la rage du désespoir titre L'Equipe. Discours remarqué du président de la fédération de football à Clairefontaine où s'entrainent les bleus. Il joue peut-être son poste dans cette affaire.

Quant aux chroniqueurs sur les sites Internet, ils aiguisent déjà leurs formules. Sur Rue89 ce récit de la défaite de vendredi qui décrit le sentiment ambivalent des amateurs de foot à l'égard de cette équipe : j'ai compris que j'étais amoureux d'une personne qui n'existe plus. Sur le Huffngton Post Guy Birenbaum imagine le titre de l'Equipe mercredi en cas d'élimination. Les supporters n'iront pas à Rio et à Copacabana. Ce sera plutôt Cocucabana.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.