8H30 l’heure de la revue de presse, bonjour hélène jouan

Dans la presse ce matin, des Français toujours unis après le drame de vendredi

Unis dans l’hommage rendu aux victimes, unis face aux propositions émises mardi par François Hollande, deux sondages dans la presse ce matin semblent en attester. Sondage Odoxa pour Aujourd’hui en France/le Parisien qui revèle qu’une majorité de personnes interrogées soutiennent les frappes accrues en Syrie, mais aussi très largement, la proposition de déchéance de nationalité pour les personnes suspectées de terrorisme et la création de postes de policiers et de gendarmes, sondage Ifop pour le Figaro, même majorité pour dire qu’ils sont prêts à accepter une « certaine »limitation de leurs libertés, sans préciser lesquelles…

Unis et inventifs…le Parisien a eu l’idée de demander à ces Français, comment eux pouvaient agir au quotidien face à la menace terroriste. on trouve de tout. Réflexes sécuritaires pour certains, il faut mettre des portiques devant chaque école dit une maman, il faut apprendre à se battre affirme David un passionné d’arts martiaux. Appel éthique pour d’autres, l’entrepreneur Pierre Kosciusko Morizet appelle tous les entrepreneurs partis à l’étranger, pour raison fiscale ou autre, à rentrer « c’est quand son pays va mal qu’il faut être là » dit il. Engagement éducatif aussi, il faut créer un diplôme de la laicité répond le président de l’université de Cergy Pontoise, il faut que les leaders d’opinion de la jeunesse, les rappeurs, les chanteurs, les jamel s’engagent, eux seuls dit un avocat, pourront atteindre ces jeunes en recherche d’identité, de repères, qu’ils ne trouvent aujourd’hui que dans le fric, la délinquance ou la religion…

Unité, unanimité…presque partout Hélène

Presque…vous l’avez évoqué, Nicolas Sarkozy dans un entretien au Monde, insiste surtout lui sur le revirement inattendu de François Hollande en matière de politique de sécurité, comme de politique étrangère…L’ancien président qui persiste et signe aussi et souligne « les failles » dans notre dispositif de sécurité. Des failles dont on va sans doute reparler dans les heures qui viennent avec l’assaut donné ce matin à Saint denis dont on croit savoir que le cerveau des attentats qu’on pensait en Syrie, est la cible…Trop de temps a été perdu depuis Charlie Hebdo…accuse Nicolas Sarkozy

Presque unanimité aussi dans la population française on l’a dit,mais malgré tout dans la presse ce matin, quelques paroles qui finissent par distiller une petite musique…dérangeante

Des paroles egrenées en filigrane dans plusieurs reportages… Quartier populaire du 19ème arrondissement parisien, 4 jeunes garçons, 14, 15 ans, témoignent pour le Figaro : « On est choqués, c’est bien pire qu’en janvier. Là ils ont tiré sans raison, sur n’importe qui »… »en janvier c’était des journalistes un peu âgés, et puis ce qu’ils dessinaient était un peu égoiste, même s’ils ne méritaient pas la mort.

A Grigny dans l’Essonne, pour les Echos, c’est le maire communiste de la ville qui l’affirme « tout le monde n’était pas Charlie, mais tout le monde est Paris »…il y avait deux fois plus de monde à Grigny lundi qu’après le 7 et le 9 janvier.

Plus explicite, la parole décomplexée (c’est comme ça qu’on dit ?) du maire adjoint à la culture Front national d’Hénin Beaumont à retrouver dans le Monde: « Jusque là, on se disait : ce sont des journalistes ou des juifs qui sont visés. On relativisait. Il y avait une explication, même si on n’était pas d’accord ».

Tant que c’était des journalistes et des juifs…

Charlie Hebdo a pris le parti de continuer à en rire… »Ils ont les armes, on a le champagne s’exclame un homme transpercé de balles » à la Une du magazine

Unanimité en Europe en tout cas pour soutenir la France…

A Bruxelles hier, les 27 ministres de la Défense ont apporté un soutien unanime à François Hollande qui leur avait demandé « aide et assistance. Mais ne nous y trompons pas nous explique Luc de BArochez dans l’Opinion, « La France est en guerre, mais l’Europe reste l’arme au pied ». Les Echos détaille les réticences de plusieurs de nos amis et alliés à intervenir plus avant sur les terrains extérieurs: Mattéo renzi l’italien, « quand on me parle de guerre, je suis prudent et nous en voulons pas entrer en guerre », l’Italie hantée par l’échec libyen, « c’est l’exemple de ce qu’il ne faut pas faire poursuit le premier ministre italien » ; le britannique, david Cameron, plus allant pour participer à des frappes en Syrie, mais coincé par son parlement. « le pays est encore traumatisé par sa participation à l’invasion de l’irak en 2003 nous rappelle le correspondant à Londres Vincent Collen. L’Allemagne enfin, « parler de guerre avec l’état islamique, c’est lui rendre service » a rétorqué le vice chancelier Sigmar Gabriel nous rappelle le Figaro

Soutiens en parole donc…on verra pour les actes

A la Une de la presse ce matin également Hélène, Bachar El Assad

L’œil de Willem dans Libération d’abord : on y voit un bachar aux mains pleines de sang s’adresser à François Hollande : « cher ami, il te faut un assassin pour assassiner un assassin ».. réponse du président français un brin gêné, « arrêter de m’appeler cher ami »

Bachar El Assad, à la Une effectivement de Valeurs Actuelles, entretien exclusif. Bachar El assad qui ne semble pas prêt à donner du Cher ami à François Hollande. Le dictateur syrien se permet de donner des leçons de démocratie aux dirigeants français au nom des principes de la Révolution française, accuse la France de ne pas être indépendante des Etats unis, et nous incite surtout à mieux choisir nos alliés : » si vous avez un problème concernant la démocratie avec l’état syrien, comment pouvez vous établir de bonnes relations et des liens d’amitié avec les pieres états du monde et les plus sous developpés tels l’arabie saoudite et le qatar » se demande t il. Bachar el assad qui conditionne toute collaboration en terme de renseignements sur les terroristes s’entrainant en Syrie, à une politique sérieuse dit il de la France. Le patron de Valeurs actuelles yves de kerdrel viendra s’expliquer sur cette interview dans l’instant M, chez Sonia Devillers à 9H40 sur France Inter

On termine par l’unanimité hier de mise à Wembley pour la rencontre France Angleterre

2 Unes, une même photo, les joueurs français et anglais en cercle sur la pelouse de Wembley, le Daily Télégraph titre « brothers in arms », frères d’armes, l’Equipe répond « Thank you ». Wembley est un phare bleu blanc rouge raconte Vincent Duluc dans le journal sportif français, Voici l’instant des hymes, God save the queen et puis la Marseillaise. Elle part un peu vite peut être, mais ce n’est pas grave. Il était difficile témoigne t il pour nos amis anglais de lire ces mots malaisés, mais comme c’était difficile, comme ils se battaient avec ces paroles, c’était touchant.

Moins touchant, et même carrément « gênant ce pugilat » dit le journal l’Opinion ce matin le spectacle donné quelques heures auparavant, par vous, vous les députés français Brice Hortefeux…C’est comme si rien n’avait changé raconte Caroline Vigoureux. La gauche applaudit les interventions de ses ministres, la droite les conspue. Christiane Taubira, marisol Touraine n’ont pas le temps de prendre la parole qu’elles sont déjà huées. Plane sur l’hémicycle un parfum peu opportun d’élections régionales, raconte la journaliste. Le président de l’assemblée nationale claude bartolone, candidat en ile de France est revenu au perchoir. Sa rivale valérie Pécresse décline ses propositions pour les transports.

Hier c’était Churchill 1…de gaulle, cher à votre cœur de républicain Brice Hortefeux…0

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.