La grotte où s’est forgée la légende de XI JINPING...

Le maître de la chine, « une pièce voûtée étroite et sombre creusée dans la roche », dans le village de Lianjiahe, 1000 kilomètres au sud ouest de Pékin…  Les Echos l’ont visitée pour 20 yuans,  deux euros soixante…  On y voit « une lampe à pétrole posée sur la table basse à côté d'une tasse à thé, une bassine en émail pour faire sa toilette » et aussi un « kang », un lit en brique…  « Un lit si petit pour un grand homme » dit un visiteur…

Dans cette grotte vécut Xi Jinping au temps de la révolution culturelle… Quand le maoisme envoyait des « jeunes instruits » se rééduquer à la campagne… Xi Jinping avait quinze ans, il était le fils d’un dignitaire communiste en disgrâce… Il passerait 7 ans au village…

Mais aujourd’hui ces sept années sont devenues sa preuve... «Nombre de mes idées ont été forgés à Liangjiahe ; Les couteaux s’aiguisent sur la meule, comme le caractère se forge dans l’adversité » parole de Xi Jinping qui magnifie ainsi sa biographie. Parole de guide officielle dans un village fliqué: "Il travaillait souvent dans l’eau froide, pieds nus et pantalons relevés. Il était surnommé : “le jeune homme qui peut supporter les épreuves”."

Et c’est passionnant à lire au moment où s’ouvre le congrès du PC chinois, qui va acter le « pouvoir absolu » de Xi Jinping… c’est la Une du figaro... La pensée Xi Jinping pourrait être inscrite dans la charte du Parti, ce qui en ferait l’égal de Mao Tse Toung… Xi Jinping ranime et revendique la légende du régime et la grotte est essentielle pour rappeler que le chef a partagé les épreuves de son peuple…

Est-ce de la propagande totalitaire ? Ou de la communication politique comme chez nous ?

L’opinion induit un doute. « Pour plaire aux chinois, oncle Xi doit parler écologie »… Parce que la pollution préoccupe son peuple, le leader répond… Xi Jinping a une opinion publique et doit la convaincre ?

On lira dans Le pèlerin un grand reportage dans la société chinoise… des smartphones, du TGV, des startup qui galèrent et aussi d’une liberté de parole lucide. « Chacun se préoccupe de son petit bonheur. Il est inutile et dangereux de contester le pouvoir » dit une jeune femme au bord du Yang tsé.  La grotte reste une forteresse

Un autre leader charismatique parle, c’est dans le Un…

Et cet homme gagne à parler à l’écrit… Jean-Luc Mélenchon… donc…

C’est passionnant si on aime la politique… pour deux raisons. Le Un est cet hebdomadaire auquel Emmanuel Macron jadis donnait ses premières interviews philosophiques… Mélenchon est donc symboliquement adoubé.

Ensuite il y a le fonds et les mots. Mélenchon explique son mouvement… "gazeux, sans hiérarchie", on ne sait pas ce qu’il pense…  et il parle de lui, à la fois fragile… « Je suis un bric a brac très avancé », et d’un orgueil rare… Il contribue dit il à fonder l’humanisme politique de ce siècle.

Il dit aussi, Mélenchon, que le PS est broyé… Il ne reste que lui donc ? 

Est-ce vrai au fait ?

Dans nos journaux ce matin, le vieux PS bouge encore en un ancien ministre des finances incarné, Michel Sapin: l’âme d’une offensive contre Emmanuel Macron..…

Il est en tribune dans le Monde. Contre la « faute morale » - la politique fiscale… et «le mépris hautain » du pouvoir…

Et il est en pétition et en interview dans Libération qui s’installe en journal de la gauche… « Dites nous la vérité proclame le journal » sur «l’impact des mesures fiscales et budgétaires sur les 100 Français les plus riches »…

Combien vont bénéficier les 100 plus grandes fortunes françaises… « Ce que l’exécutif sait, pourquoi le cacher aux français » demande Sapin? C’est un métier….

Des remords dans la planète internet…

Le remords d’anciens ingénieurs de Facebook ou google… qui ont inventé un monstre:  « Oh mon dieu qu’est ce que nous avons fait »… C'est le titre de l’article de Usbek et Rica, repris du site internet américain de Vanity fair… « Oh my god what I have done »

On peut lire ces remords aussi sur le site du Guardian… Et ce n’est pas seulement la propagande russe qui s’est faufilée dans les réseaux sociaux … c’est le principe même d’un internet décrit comme totalitaire…

“Une poignée de gens dans quelques entreprises technologiques, impactent ce que pensent un milliard de personnes»…

Paroles de William Harris ancien de google…

Nous avons fait « la plus importante, la plus standardisée, et la plus centralisée des formes de contrôle de l’attention de l’histoire de l’humanité » parole de James Williams, ancien stratège publicitaire de google.

Ces trentenaires sont baptisés les refuzniks par le Guardian, le mot vient du communisme, les refuzniks étaient des dissidents… qui se dressent contre l’abolition de l’humanité…

« Il est particulièrement important de parler maintenant, parce que nous allons sans doute être la dernière génération à se rappeler la vie d’avant » dit Justin Rosenstein, inventeur jadis du bouton like de facebook… il ne se pardonne pas, il a 32 ans.

Et nos débats sur les violences faites aux femmes avec les regrets des Inrockuptibles...

Adressés à ceux qui se sont sentis blessés par sa couverture consacrée à Bertrand Cantat la semaine dernière… Mais en même temps… Dans le même texte, et c’est ici que c’est intéressant, le journal, ne concède pas tout… « Le journalisme, ce n’est pas simplement une posture morale qui consiste à lever ou baisser le pouce »

Bonne phrase. on y pense en, lisant l’excellent, très humain, portrait de Logan dans le Monde , ce jeune homme de 21 ans arrêté avant de devenir un meurtrier, un terroriste d’extreme droite… Le Monde fait parler ceux qui ont connu ce jeune homme en proie à une colère blanche… Lisez…

Enfin pour sourire Nicolas. Ceci.

Dans le Progrès, ça se passe à Blacé, un petit village où la responsable d’une supérette n’a pas compris comment elle s’est retrouvée sur twitter… Un client lui avait apporté une affichette qu’elle avait trouvé "sympa", elle l’a installée au rayon fruits et légumes:  « Toute femme surprise à tâter les fruits subira le même traitement ». Aïe ? Mais non ! « Ce n’était pas méchant, et personnellement, ça ne m’a pas choquée. Ça a plutôt fait rire nos clients et personne n’a rien dit! ».

Mais une cliente au moins n’a pas aimé et a twitté… « Dans mon village, ce samedi. Y’a du boulot encore #balancetonporc », et 

3 000 fois partages plus loin, monsieur le maire est venu voir la patronne, la pancarte a été enlevée.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.