Cinq femmes en file indienne à la sortie de Kaboul.... Elles portent la burqa... mais des cinq voiles tristement célèbres émergent des kalachnikovs. La photo est saisissante... elle est dans "Marie-Claire"... "Femmes flics de Kaboul"... le reportage est de Véronique de Viguerie pour les photos, Manon Quérouil pour les textes... Elles sont 500 dans la police nationale et demain, elles seront aussi les garantes de la bonne tenue de l'élection présidentielle. Femmes flics en Afghanistan... Leur rôle est très varié : des enquêtes de police classiques, la lutte contre le terrorisme (qui d'autres pourraient fouiller sous les burqas et vérifier qu'il n'y a ni arme, ni bombe ?)... Elles jouent aussi un rôle social. "Marie-Claire" montre Sidika, commissariat N°6 au coeur du quartier chiite de Kaboul, mais elle en sort régulièrement... On la voit au chevet d'une jeune marié très grièvement brûlée... A-t-elle été victime d'un crime d'honneur ?... On la voit aussi entre deux mariées beaucoup plus âgées... Elle est aussi là pour régler les conflits familiaux loin des divisions ethniques, des démonstrations de force et des querelles de pouvoir. Policière en Afghanistan... il faut un sacré courage... Celui de Djamila par exemple... Des années de service, mais elle a fini par quitter Kandahar, le berceau des talibans, après une tentative d'assassinat... Sa collègue Malalaye a eu beaucoup moins de chance : abattue devant chez elle... "Chaque fois que j'allume une cigarette, dit Djamila, je pense à elle... qu'est-ce qu'on pouvait fumer toutes les deux !" Humour noir dans "Ciné-Hebdo"... dessin de Jitto... Une électrice sous sa burqa se présente devant l'isoloir... Par définition, on ne peut pas la reconnaître mais l'ascesseur bas de plafond la regarde d'un air mauvais : "Vous n'avez pas déjà voté vous ?" Alors, iront-elles voter demain ? ... Réponse dans Le Monde... Frédéric Bobin a rencontré Zakia, Djamila et les autres... entre illusion et espoir... Djamila a jeté sa carte électorale... "La démocratie, c'est pour Kaboul peut-être mais à l'extérieur ça n'existe pas"... Zakia ira voter... "Sous Karzaï, il y a un progrès pour les femmes de la classe moyenne des villes qui peuvent sortir et travailler... Mais les choses n'ont pas changé pour les victimes de l'opression des familles, notamment dans les campagnes". "Terreur sur les urnes" titre Libération... A la veille de l'élection présidentielle, les attentats et menaces islamistes risquent de provoquer une abstention massive. On verra demain... En tout cas, ce climat ne facilite pas la tache de Barack Obama... 80% des Américains redoutent l'enlisement de leurs soldats, le syndrome Vietnam... Alors, "Obama plaide pour la patience en Afghanistan", titre du Figaro. Et il défend inlassablement sa nouvelle stratégie : conquérir le coeur des Afghans... Comme le raconte Laure Mandeville sur CNN cette semaine, "on voyait des bidasses distribuer des crayons aux enfants... mais ils disaient leurs craintes d'être frappés à l'improviste par des talibans cachés parmi les civils". Obama qui a un mauvais karma cet été dans la presse... "Les Inrockuptibles" racontent comment il a censuré de nouvelles photos des sévices perpétrés par l'armée américaine dans la prison irakienne d'Abou Ghraïb... Trop risqué pour les Américains présents dans le pays... Il avait pourtant promis la transparence. Le Monde se demande s'il ne va pas reculer sur son grand projet de réforme de la santé, instaurer un système public concurrent du privé... Aujourd'hui, rappelle Sylvain Cypel, les assureurs refusent régulièrement de couvrir des personnes présentant un risque financier... et près de 150 millions d'Américans n'ont pas ou peu de couverture santé. Mais les opposants sont très nombreux : les compagnies d'assurance qui crient à la concurrence déloyale, les Républicains pour qui la réforme est socialisante (plus infamant, tu meurs aux Etats-Unis)... Et de plus en plus, l'opinion publique qui rechigne à mettre la main à la poche. Résultat : le Sénat travaille sur une option alternative : non plus un grand système public mais une ou des coopératives à but non lucratif... Nettement moins ambitieux ! Alors après "Yes we can"... Obama aurait-il besoin de repos et d'un bon "Yes week-end" ? "Yes week-end", c'est le slogan d'un maboul qui égaye la campagne électorale en Allemagne... Il s'appelle Horst Schlämmer... Il pose dans Le Figaro dans sa tenue de gala : moumoute blonde, grosse moustache et imperméable ringard... Son programme, c'est la chirurgie esthétique remboursée par la Sécu, l'autorisation de fumer dans les avions et un parti qui serait de gauche mais conservateur... C'est un personnage de fiction mais qui fait un triomphe en Allemagne... Il y avait le gratin à la première du film à Berlin. Alors que la campagne n'intéresse pas grand monde et qu'Angela Merkel semble avoir partie gagnée, "Schlämmer semble avoir réussi un exploit, écrit Caroline Bruneau, faire parler les élections". Encore une photo de femme... Celle-ci a les cheveux blonds, un pantalon et un t-shirt blanc et des mocassins aux pieds... Une jolie ado de 17 ans... Mais elle est entourée de deux policiers qui viennent de l'arrêter. "Les jeunes filles, nouvelle arme des braqueurs"... c'est le dossier du Parisien ce matin, après l'attaque manquée d'une agence Fortis, hier dans le quartier Latin à Paris. Selon le quotidien, les braquages de banques impliquant des jeunes filles sont de plus en plus fréquents... Témoignage d'un enquêteur : "Elles sont recrutées pour leur physique avantageux, elles suscitent moins la méfiance des guichetiers et elle se font ouvrir le sas de sécurité. avant de brandir une arme sous le nez des employés et de faire entrer des complices". 7.000 faits recensés entre 2003 et 2008, dixit Le Parisien... Le nombre de mineures impliquées dans des affaires de violence ou de menace a doublé... "Beaucoup de filles baignent dans un climat violent dans leur quartier ou à l'école" explique un policier... Un autre relativise : "Cette criminalité reste anecdotique et mal structurée"... Ce qui l'inquiète surtout, c'est la capacité d'ultra violence de certaines adolescentes... "Une fois qu'elles sont déscolarisées et soumises à la loi de la rue, elles n'ont plus grand chose à envier aux garçons". Les banquiers, fort heureusement, ne voient pas passer que des braqueurs... mais beaucoup de clients qui viennent renégocier leur prêt. C'est à la Une des Echos... Les demandes ont plus que triplé en un an... La baisse des taux encourage ceux qui ont signé avant la crise à renégocier leur crédit... Il y a un an, on empruntait à 5% en moyenne... aujourd'hui, c'est 4. Mais attention, ce n'est pas gagné... Les banques ont peu d'intérêt à dire "Oui"... Elles appliquent des frais annexes et des pénalités de remboursement anticipé souvent très dissuasifs... Les journaux décryptent la com du gouvernement ce matin... Dessin de Pétillon dans Le Canard Enchaîné... Les jeunes UMP distribuent des tongs sur les plages... une grosse dame sur sa chaise longue les accueille fraîchement : "Vous n'auriez pas plutôt des masques pour la griippe A ?" "Luc Chatel : virus de l'esbroufe" titre L'Humanité après que le ministre de l'Education a détaillé son plan de prévention pour le milieu scolaire. La Tribune aussi se demande si le gouvernement n'en fait pas trop... Réponse du ministre : "Si une véritable épidémie touche la France dans quelques jours, les mêmes qui disent aujourd'hui que le gouvernement en fait trop diront qu'il n'en a pas fait assez"... Pour La Tribune, il y a encore débat sur la gravité réelle du virus H1N1. Libération se demande aussi si Luc Chatel n'en fait pas un peu trop, mais pour une autre raison... C'est l'histoire que vous racontaient Michaël Thébault et Jonathan Landais hier, dans le journal de 8h sur France Inter... Venu constater que les prix de la rentrée scolaire étaient raisonnables dans un supermarché de la banlieue parisienne, le ministre y a croisé des ménagères qui ressemblaient beaucoup à des militantes UMP... d'où ce titre de Libé : "Supercherie au supermarché". L'autre débat à propos de la majorité... c'est l'ouverture... Après l'ouverture à gauche... cet été, le chef de l'Etat a mené à bien l'ouverture à droite de l'UMP... Frédéric Nihous et Philippe de Villiers sont entrés dans le comité de liaison de la majorité... "Sarkozy veut ratisser large" titre Le Parisien. Dans sept mois, les élections régionales... La gauche dirige 20 régions sur 22... La stratégie présidentielle, c'est de rassembler le plus de monde possible pour gagner l'an prochain. Mais entre Philippe de Villiers et les sarkozistes de gauche, il y a un grand écart... "Ca risque de tanguer" dit l'un d'entre eux, Jean-Marie Bockel. Dans Le Figaro, réponse d'un autre sarkoziste de gauche, Eric Besson... Il a rencontré Villiers : "Je l'ai trouvé plus intéressant, plus subtil et plus complexe que je l'imaginais... notamment sur les sujets sensibles comme l'immigration". Le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, qui préside le comité de la majorité, ajoute un argument : "Monsieur de Villiers, ce n'est pas l'extrême droite... Les discussions auront lieu au sein du comité". Tout de même, pour le socialiste Pierre Moscovici, cette majorité de plus en plus large doit inciter la gauche à réfléchir et à faire des efforts de rassemblement. Le PS est encore et toujours très absent cet été... Dans Ouest-France, le politologue Yves Mény livre son analyse : "Le PS doit retrouver la vocation qu'il n'aurait jamais du perdre : celle d'un parti réformateur qui prépare les électeurs aux évolutions nécessaires au lieu de rester écarteler entre les sirènes gauchistes et les pesanteurs corporatistes... Il ne peut plus être seulement un parti de protestation incapable de proposer une alternative crédible". Et pour Yves Mény, s'allier à l'extrême gauche serait le baiser de la mort... Il ne reste que les centristes et/ou les écologistes... On verra ce qu'en dit votre invité, Daniel Cohn-Bendit, Eric Delvaux. Les femmes très présentes dans les journaux décidément ce matin... Elles sont également à la rubrique culture... Il y en a six... Les trois femmes puissantes de l'écrivain Marie NDiaye... C'est le roman de la rentrée littéraire qui recueille le plus d'éloges... Marie NDiaye est longuement interrogée par les Inrockuptibles et Télérama cette semaine. Son roman raconte l'histoire de trois femmes déchirées entre France et Afrique... Il y est question d'immigration et des stigmates que ces flux laissent sur une culture, un être ou une vie... C'est le livre le plus dérangeant et obsédant de cette rentrée pour Nelly Kaprièlian dans les Inrocks. Les trois autres femmes, c'est Karine Viard, Catherine Frot et Clotilde Hesme dans le nouveau film des frères Larrieu : "Les derniers jours du monde" qui sort aujourd'hui... Là aussi, les critiques sont plutôt élogieuses dans la presse ce matin... Un virus mortel décime la planète et cela réveille le désir et la l'érotisme des personnages... Le héros masculin, Mathieu Almaric, a besoin des bras des trois héroïnes... Des rues de Kaboul aux salles de cinéma... un rêve traverse la presse ce matin : que les femmes tombent le voile. Bonne journée !

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.