Quand presque tous les éditorialistes s'en mêlent... on ne peut guère faire l'impasse... Alors voilà... la punition de Montebourg est à la Une de vos journaux... Un mois de silence pour le porte-parole de la candidate socialiste... "Il ne s'en tire pas trop mal", estime Didier Pobel dans Le Dauphiné Libéré... "Elle aurait tout aussi bien pu lui demander de copier cent fois "J'ai dit une conneritude !"... Punition donc... En Italie, ça amuse le Corriere della Sera... "Il a frappé sur son compagnon... Ségolène le punit... Elle a suspendu son porte-parole... Oui mais aussi... "quelle idée de transformer l'incontrôlable Arnaud Montebourg en porte-parole !"... C'est Pierre Taribo qui s'exclame ainsi dans L'Est Républicain... Parce que, dit-il, "Arnaud Montebourg, on le connaît... On connaît l'homme et ses foucades... On connaît surtout ses désaccords avec François Hollande, qu'il n'a jamais considéré comme une boussole pour l'avenir du PS"... C'est d'ailleurs ce que rappellent Le Figaro et Libération... "Montebourg, il a toujours eu Hollande dans le collimateur"... "Ce sont des accrochages à répétition entre les deux hommes... Il y a quelques années, il l'avait surnommé "Flanby"... Alors, en même temps, tout ça, ce n'est pas vraiment ce qu'on attend d'une campagne présidentielle... Bruno Théveny le souligne dans Le Journal de la Haute-Marne... "Les Français veulent autre chose d'un futur Président de la République que des querelles internes futiles à souhait"... Oui, poursuit Jacques Guyon dans La Charente Libre... "On pourra sans doute penser que c'est faire beaucoup de cas de cette affaire... et que le petit monde politico-médiatique, une nouvelle fois, prend un malin plaisir à ne retenir que l'écume des choses... Le problème, explique l'éditorialiste, c'est que l'épisode Montebourg s'ajoute à une série de couacs dans la campagne de la candidate socialiste"... A Londres, le Financial Times met en avant "une France coupée en deux... D'un côté Paris, de l'autre la province"... Pour le quotidien britannique, "les provinces françaises accélèrent la progression de Royal... Paris bruisse des problèmes de campagne de la candidate socialiste... Mais en dehors, les provinces la soutiennent ardemment"... A Marseille, La Provence a trouvé quelques militants qui ne sont pas tout à fait sur la même longueur d'onde... "La démocratie participative, c'est bien beau, dit celui-ci... Mais ça fait maintenant un an et demi que nous nous regardons le nombril... Il est grand temps de parler au pays"... Et dans Le Figaro, Yvan Rioufol analyse les limites de la méthode Royal... et conclut sur les propos, hier, de la candidate, après sa décision de suspendre Arnaud Montebourg... "Je veux que mon porte-parole traite du fond", a-t-elle dit... "D'accord, interroge le journaliste... Mais quel fond ?"... Questions de fond... C'est la société civile qui les pose... Plus particulièrement les associations... C'est à lire dans La Croix... Demain, les principaux candidats à la Présidentielle sont invités à répondre aux 10 propositions que leur a adressées la Conférence permanente des coordinations associatives... Cette Conférence, c'est une sorte de Parlement des associations... Elle regroupe 500.000 associations françaises... La Croix rappelle au passage que le secteur associatif, dans notre pays, c'est 20 millions d'adhérents... 12 millions de bénévoles... et plus d'un million et demi de salariés... Sauf que voilà... La vie des associations est de plus en plus rude, et les obstacles de plus en plus nombreux... Un exemple parmi tant d'autres... la Fraternité de la Belle-de-Mai, à Marseille... L'association gère un lieu d'aide et d'écoute gratuit... destiné aux jeunes, aux RMIstes, aux chômeurs... Faute de moyens, elle ne peut employer que 4 salariés... Les bénévoles sont formés sur le tas... L'association, qui est subventionnée pour accueillir 100 personnes, en suit au moins 300... Et le directeur raconte... "Quand le Conseil général a envoyé un inspecteur pour vérifier que l'on utilisait bien les subventions, il a été étonné de voir tout ce qu'on arrive à faire avec aussi peu"... Alors, dans ses propositions aux présidentiables, la Conférences des assocs demande qu'on formalise le dialogue civil... qu'on intègre des représentants des associations dans tous les lieux d'élaboration des politiques publiques... et qu'on mette aussi en place, dans chaque ministère, un référent "vie associative"... Le président de cette Conférence annonce son ambition... que les associations soient prises en compte comme le troisième pilier de la démocratie, à côté des partis politiques et des syndicats... La société civile, pilier de la démocratie... En tout cas, quand elle prend sa place, c'est l'espoir qui renaît... L'espoir de voir bouger les choses... Exemple en Afrique... Un dossier à lire dans La Vie... intitulé : "Les femmes qui bougent l'Afrique"... Parce que, écrit Jean-Pierre Denis... "on pourrait chanter sans fin la litanie des malheurs du continent noir... en laissant couler de belles mais infécondes larmes"... Pour tordre le coup à l'afro-pessimisme et en finir avec les idées reçues sur l'Afrique... rencontre avec des femmes qui inventent un nouveau dynamisme... Il y a bien sûr Aminata Traore, la leader altermondialiste, ancienne ministre de la Culture du Mali... A Bamako, dans son quartier de Missira, elle a créé la Case des femmes... Les mères de famille s'y retrouvent pour travailler le coton, une ressource essentielle au Mali... Et dans son sillage, à Aminata Traore, d'autres femmes suivent son exemple... Dans le sud du Burkina Faso, elles sont 1.200 à avoir fondé une coopérative... Elles s'organisent ainsi pour développer le karité... une tradition qui se transmet de mère en fille... Cette coopérative favorise l'émancipation des femmes... des femmes qui n'attendent plus : elles agissent... Autre portrait de femmes qui agissent... Au Cameroun... Là, elles se battent contre la corruption... Parce que chaque semaine, explique la journaliste, les Camerounais s'acquittent de "gombos"... des pots-de-vin... afin de s'accorder les bonnes grâces du médecin, du prof, du magistrat, ou encore du simple guichetier... Vivianne et Elisabeth contrôlent ainsi le budget des écoles... Parce que dans les classes surchargées du Cameroun, les familles "gâtent" les profs pour dégoter un siège à leur enfant... les enchères culminant avec la vente du premier rang... Il y a aussi Irène, pharmacienne, et membre de la Cellule anti-corruption de la santé... une cellule mise en place par le gouvernement... Et comme Irène voulait faire avancer les choses un peu vite, elle n'y est plus vraiment en odeur de sainteté... Mais cela dit, à force de râler, une descente a eu lieu à l'hôpital public de Yaounde... Et Irène raconte le florilège des découvertes... les médecins de garde absents... Ils préféraient exercer ce jour-là en clinique privée... Deux ambulances y détournaient d'ailleurs la clientèle... Elle raconte aussi le laboratoire d'analyses trop dégarni pour fonctionner... "En gros, explique la militante, le pipi des patients reste là au chaud, puis on leur raconte n'importe quoi"... Sur un autre terrain... le défi d'Oumou Sy, la styliste sénégalaise... Cette autodidacte a créé une école à Dakar il y a une vingtaine d'années... Aujourd'hui, les créations de ses élèves reçoivent des prix à l'étranger... Les commandes se bousculent... "Il faut maintenant, dit-elle, créer une marque qui soit pour l'Afrique ce que Nike est pour l'Amérique"... Et puisque l'on parle mode... Je vous signale, dans Libération, le dossier du cahier "Tentations"... Il s'intitule "Mode : models réduits"... une enquête sur les mannequins toujours plus jeunes et plus minces... "Exercent-elles un métier à risque ?", se demande Libé... Métier à risque ou pas ?... Pour aller bien, un conseil : dormez... C'est dans Le Monde 2... à paraître ce soir avec Le Monde daté de demain... "Les secrets du bien-dormir"... Parce que nous, les humains, nous ne sommes pas seulement des activistes lucides et rationnels... Nous passons un tiers de notre vie à dormir... ce qui fait 25 à 30 ans quand même, en moyenne... et 5 à 6 ans à rêver... à délirer... à décrocher du réel... explique donc Le Monde 2... Et contrairement à ce que beaucoup pensent... le sommeil, ce n'est pas du temps perdu... Les neurosciences le prouvent : dormir est indispensable à la santé du corps et de l'esprit... Attention toutefois... explique l'hebdomadaire... Notre société est en train de perdre le sommeil... Or, le cerveau a vraiment besoin de cette déconnexion du réel pour pouvoir travailler... Bref, la nuit porte vraiment conseil...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.