Rappelez-vous : voilà deux mois à peine, on n'en pouvait plus, de ce printemps pourri, de ces températures de Toussaint... On rêvait de soleil, on rêvait de chaleur... Eh bien voilà : nous y sommes... On a voulu le beau temps, on l'a... Et on n'en peut plus... On demande déjà grâce... On se calfeutre dans le noir, derrière des volets clos... On rêve de petites pluies bien douces, bien rafraîchssantes... On rêve de sortir un pull du placard, parce qu'on aurait juste un peu froid... La vérité, c'est qu'on ne sait pas ce qu'on veut... A sa manière, dans "La Croix", Alain Rémond résume le sentiment général : il fait beau, il fait chaud, et pour beaucoup c'est un problème... "L'Indépendant Catalan" fait sa Une sur les coups de chaleur... "Ouest France" s'intéresse à ceux qui souffrent de cette chaleur... Et "Le Parisien" donne des détails : cela fera bientôt dix jours que l'alerte canicule de niveau 2 a été déclenchée sur un quart du territoire... Et c'est loin d'être terminé : aucune amélioration n'est prévue pour le début de la semaine prochaine... Selon le journal, dans les hôpitaux, on enregistrait hier une suractivité de 15 à 20%... Et la chaleur a fait ses premiers morts : deux personnes âgées, très vraisemblablement victimes du mercure... Pourtant, toujours dans "Le Parisien", le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, est formel : "la catastrophe de 2003 ne peut pas se reproduire... De gros progrès, en termes d'information et de prévention, ont été faits"... Dans "Le Courrier Picard", Didier Louis donne quitus au ministre sur ce sujet : le réflexe anti-canicule est pris, les principes de précaution de la vie quotidienne sont appliqués, la solidarité citoyenne a progressé... Reste à savoir si l'engorgement des urgences, conjugué à la pénurie de lits, résisterait à une surchauffe durable... Car le problème est bien là, selon "Le Canard Enchaîné"... L'hebdomadaire cite le fameux docteur Peloux, celui qui avait alerté tout le monde il y a trois ans... "On continue, dit-il, à fermer la même proportion de lits l'été, dans les hôpitaux... de 30 à 40% en réalité, même si, officiellement, on parle de 15%"... A Cannes, par exemple, alors que pour la saison estivale la police ou les pompiers bénéficient de renforts, les infirmières n'en ont pas... Pourtant la population passe de 70 à 210.000 habitants... Trois ans, écrit "Le Canard Enchaîné", cela laissait pourtant le temps de former des infirmières... Alors, si cette obsession de la canicule fait sourire Alain Rémond dans "La Croix", elle agace Jean-Claude Kieffer, dans "Les Dernières Nouvelles d'Alsace"... "La société serait-elle devenue irresponsable au point qu'il faut répéter les plus élémentaires règles de vies apprises dans la petite enfance... Les températures dépassent les 30 degrés... Eh bien, tout être normalement constitué sait ce qu'il faut faire"... Il y a, dans les faubourgs de Beyrouth, un endroit où le bruissement des cigales remplace le fracas des bombes... un endroit qui semble presque assoupi dans la chaleur de l'après-midi, entre ses petites églises, ses maisons entourées de jardins et ses statuettes fleuries de la Vierge Marie, qui veillent sur les carrefours... Cet endroit nous est présenté par Adrien Jaulme, dans "Le Figaro"... C'est Ba-bda, un faubourg cossu peuplé de chrétiens maronites... Et c'est en train de devenir comme un symbole de la solidarité entre les communautés, face à la guerre... Ce quartier risque, moins que d'autres, d'être bombardé, car il y a autour le palais présidentiel et beaucoup d'ambassades... Alors de nombreux musulmans y trouvent refuge... Le responsable d'une petite communauté chiite, à la barbe bien taillée, à la manière des cadres du Hezbollah, remercie même le curé... "Avec des associations chrétiennes, il nous donne de la nourriture et des médicaments... Mais ce que nous attendons des Occidentaux, c'est qu'ils nous aident à retourner chez nous, pas à devenir des réfugiés permanents"... La détresse du peuple libanais sous les bombes israéliennes, c'est un sunet d'angoisse pour beaucoup de journaux ce matin... "Arrêtez le massacre des innocents !", titre "L'Humanité"... Et dans son édito, Jean-Paul Pierrot écrit ceci : "C'est un peuple entier qui subit un déluge de fer et de feu... Une capitale est aujourd'hui fracassée sous les bombes... Des civils, par centaines, sont tués ou blessés... Des milliers de familles sont jetées sur les routes de l'exode, au risque de se faire carboniser par un missile... Faut-il que le recours à la guerre se soit banalisé pour qu'un tel événement ne suscite pas l'indignation générale"... Et de fait, impossible de rester indifférent à la photo, à la Une de "L'Huma" : un adolescent gît carbonisé dans une voiture qui vient d'être touchée par un missile israélien... "La Croix" consacre également un long article au désastre des Libanais... Les familles terrées, les secours qui commencent à s'organiser, et la colère des habitants... Par exemple, Ali : "Pour deux soldats israéliens enlevés par le Hezbollah, dit-il, ils détruisent le pays, alors qu'ils détiennent chez eux plusieurs Libanais"... La ministre des Affaires sociales du Liban accuse même Israël de vouloir affamer le pays... D'autres habitants pointent aussi la responsabilité du Hezbollah... "Tout le monde est choqué de la sauvagerie de la riposte, dit l'un d'entre eux... Mais tout le monde sait aussi qu'il n'y a pas d'autres solutions que d'en finir avec le Hezbollah"... Beaucoup d'éditorialistes pointent encore la passivité de la communauté internationale, et en particulier des Etats-Unis... Pour essayer de l'expliquer, "Le Monde" donne la parole à un journaliste américain : William Pfaff... "Face à des mouvements populaires insurrectionnels comme le Hezbollah, la puissance militaire des Etats-Unis est inefficace, dit-il... L'armée américaine vient même de publier un nouveau manuel sur la façon de faire face à une insurrection du type de celle qui se développe en Irak... Les armées traditionnelles doivent désapprendre une bonne partie de la doctrine actuelle... Dans des circonstances insurrectionnelles, les opérations doivent être orientées vers la reconstruction d'une société... Elle exige une ferme volonté politique, une extrême patience et énormément de temps et d'argent... La clé du succès réside dans la compréhension de l'environnement politique et social du pays concerné... Plus on utilise la force, moins elle est efficace... Excellent conseil, conclut William Pfaff... Mais aujourd'hui, il est probablement trop tard"... Alors, Madame Voynet, il est également question de vous dans la presse ce matin, après votre désignation comme candidate des Verts à la Présidentielle... Alors il y a un peu de tout, du plus agréable au moins agréable... Par quoi est-ce que je commence ?... L'agréable, c'est sous la plume de Pierre Taribo, dans "L'Est Républicain"... "Tiens, écrit-il : revoila Dominique Voynet !... C'est un moindre mal pour les Verts... D'abord, ils ont enfin désigné leur porte-parole pour l'élection présidentielle... Ensuite, ils échappent au piège de la candidature ramasse-miettes de José Bové, qui les aurait dilués dans une sorte de bouillie politico-altermondialiste, où leur identité se serait perdue... Il faut doter les Verts d'un projet qui leur donnera, aux yeux de l'opinion, une autre envergure que celle de vote-refuge... Pour atteindre cet objectif, le parti écologiste devra sortir de sa culture groupusculaire"... Moins agréable, Hervé Favre, dans "La Voix du Nord"... "Alors que jamais les inquiétudes sur la santé de notre planète n'ont été aussi fortes, écrit-il, jamais le parti qui est censé porter ces thèmes de bataille en France n'a paru aussi affaibli et peu audible, miné qu'il est par les rivalités de courants et de personnes"... A côté de l'article qui vous est consacré, "Libération" souligne que la gauche, en général, est en rangs de plus en plus dispersés... "Remember le 21 avril 2002", lance Pascal Virot... En 2002, il y avait 8 candidats de gauche et d'extrême-gauche à la Présidentielle... Cette année, "Libé" en compte déjà 9... Dans "Sud-Ouest", Bruno Dives enchaîne sur ce thème... "Voici les partis, sous-partis et groupuscules qui reviennent par la fenêtre, toujours soucieux de faire cuire leur petite soupe sur le feu électoral... La faute à l'inversion du calendrier électoral voulue par Lionel Jospin... Puisque les élections législatives ont lieu après la Présidentielle... chaque parti aligne son candidat à l'Elysée, pour peser ensuite dans le partage des circonscriptions dans lesquelles on élit des députés"... En tout cas, au PS, l'hypothèse Jospin a du plomb dans l'aile... Un nouveau sondage le confirme dans "Le Figaro" : au premier tour de la Présidentielle, face à Nicolas Sarkozy, il n'obtiendrait que 21,5% des voix, contre 32% pour Ségolène Royal... Dans les deux cas, Nicolas Sarkozy serait au moins à 35%... Conclusion de Myriam Lévy : "L'opération 'Lionel Jospin, le retour' a fait flop... Pas le moindre frémissement, ni au Parti Socialiste, ni dans l'opinion"... La Mairie de Paris est bien embarrassée... C'est un article de "Libération"... L'hiver dernier, Médecins du Monde avait distribué des tentes pour les SDF... Et l'hiver passé, les tentes sont toujours là... Et les campements se multiplient, même dans les rues de Paris... Ils seraient 2.000 à dormir ainsi dans la capitale et le long de la Petite couronne... Le problème, c'est que beaucoup de riverains n'en veulent pas... Dans les 6ème, 7ème, 12ème et 18ème arrondissements, les élus reçoivent des plaintes... "Les gens n'aiment pas ça, répond-on chez Médecins du Monde... Mais ce ne sont pas nos tentes qui ont installé la précarité"... Les mêmes étaient là, allongés par terre, toujours alcoolisés... Simplement, ils étaient moins voyants... La Mairie de Paris essaie d'inciter ces SDF à troquer leurs abris de fortune pour des hébergements d'urgence... Allez, je vous propose un peu d'amour, pour terminer... Au milieu de tous les suppléments d'été des magazines, sur le sexe, la drague et les bikinis, la revue "Sciences Humaines" pose très sérieusement la question : "Qu'est-ce que l'amour ?"... Ne zappez pas : la réponse arrive... "Sciences Humaines" interroge l'anthropologue américaine Ellen Fisher... L'amour, c'est d'abord, selon elle, un héritage de l'instinct d'attraction spontanée, qui nous fait reconnaître spontanément que quelqu'un représente le concept idéal du partenaire... Plusieurs éléments jouent un rôle dans le fait de tomber amoureux... Le temps tient une place importante... Il existe une "horloge de l'amour"... On tombe amoureux seulement si l'on est seul, et que l'on y est prêt... La proximité avec la personne est également cruciale, même si homme et femme sont attirés par des individus qui leur paraissent mystérieux, nous tombons généralement amoureux de quelqu'un du même groupe ethnique, ou du même milieu social, religieux, culturel, voire économique, que nous, qui a les mêmes valeurs et intérêts que les nôtres... Dernier constat de cette anthropologue : l'amour est fragile, et ne dure pas... Il existerait même une loi implacable du cycle amoureux... 3 ou 4 ans tout au plus... C'est le temps qu'il faut pour nouer une relation, faire un enfant, et s'assurer des soins nécessaires à la petite enfance... Dès lors, le couple pourrait se séparer, et chacun trouver un nouveau partenaire... En somme, en amour, c'est comme avec le froid ou la canicule : on ne sait jamais ce qu'on veut... Bonne journée...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.