.

Le maillot jaune du Tour de France a 100 ans aujourd'hui

L'Equipe vous conte ce matin, l'histoire du 1er homme à l'avoir endossé. Eugène Christophe. Il a vécu toute sa vie avec sa tunique jaune sur le dos jusque dans son cercueil.   Il était, cet homme, surnommé "le vieux Gaulois", à Malakoff.  La ville, près de Paris, où il a habité toute sa vie.  "Vieux Gaulois" parce qu'il avait de longues moustaches.  Le maillot, il l'a enfilé le 19 juillet 1919.  C'était dans l'arrière salle d'un restaurant de Grenoble.  Pas de podium encore.  Rien à voir avec le cérémonial d'aujourd'hui.   Serrurier, il est finalement embauché à 41 ans par la mairie comme coursier à vélo, avec toujours ce jaune qui lui collait à la peau.  Plus tard, grand père, il simule des courses le dimanche matin avec ses petits enfants et ses copains.  Imaginant une arrivée. Là. A tel ou tel panneau de signalisation.  Il est mort à 85 ans.  Et sa dernière volonté fut d'être enterré avec son maillot jaune.  Les 100 ans de la mythique tunique, c'est la Une aussi de la République des Pyrénées ce matin.  Forcément.  Puisque le Tour le fêtera, ce maillot, lors de son étape à Pau, aujourd'hui.  "Pau le jour jaune".  "Béarn sous haute sécurité" titre le quotidien régional.  Emmanuel Macron est attendu sur place. 

Dans le Figaro, Joseph Simoni, "plus vieux pompier de France"  

Quarante neuf années de service, à Aléria en Corse.  Spécialiste des feux de forêts, il revient sur ses débuts à 16 ans. "On partait à la guerre sans tenue".  Ou ces tenues, "nous les achetions nous mêmes".  "Il n'y avait pas de centre téléphonique. De 78 à 86, je recevais tous les appels de secours à mon domicile.  C'est ma femme qui faisait office de standardiste. Elle était dérangée toute la nuit".  

Une partie des pompiers est en grève.  Préavis déposé jusqu'au 31 aout prochain.  Sécheresse. Canicule. Grêle.  Leur charge de travail ne cesse d'augmenter, l'été sera "périlleux", titre Le Fiagro.  Ils demandent plus de moyens.  Et une revalorisation de "leur prime de feu".   

La mort d'une fillette française de 3 ans, dans le camp d'Al-Hol, en Syrie

Dans ce camp, 80 000 personnes, dont des milliers de femmes et enfants de djihadistes, qui s'entassent.  Des Français parmi eux.  Et cette petite fille.  Luc Mathieu reste prudent, dans Libération ce matin.  Quand il évoque sa mort, il emploie le conditionnel tant les informations, sur place doivent dures à vérifier.  L'eau, là bas, est contaminée.  Bactérie Escherichia coli. Des diarrhées.  La malnutrition en est aggravée.  "Une fillette française de 3 ans en serait donc morte il y a quelques semaines".  Transférée trop tard à Hassaké, le plus grand hôpital de la région".  Une autre enfant, est portée disparue.   Une organisation internationale alerte : "Si on ne règle pas le sort de ces gens, on est face à la prochaine génération de djihadistes".   Quand la Russie, l'Ouzbékistan, le Kazakhstan rapatrient massivement leurs ressortissants, les pays occidentaux rechignent.  La France choisit le cas par cas : 17 enfants ramenés.  Malgré l'enjeu sécuritaire :  Défenseur des Droits, Commission nationale des droits de l'homme  et Haut commissariat des droits de l'homme à l'ONU se sont prononcés pour le rapatriement.    

En France, il sera désormais possible de passer le permis en conduite accompagnée dès 17 ans

Ce qui ne veut pas dire que vous, les jeunes, vous aurez le droit de conduire, seul, avant vos 18 ans.  Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur, ne veut pas suivre l'exemple anglais sur ce point : trop risqué.  Information à lire dans le Parisien Aujourd'hui en France.  Et sur le net. Beaucoup. Le Monde.fr . Vosges Matin. Ou Ouest France.  

En Angleterre justement, l'exemple à ne pas suivre donc, visiblement, les jeunes pourraient bien ... ne plus avoir le droit de conduire la nuit !  Mesure sérieusement étudiée par le ministère des Transports.  Accidents trop nombreux.  Ne pas conduire la nuit donc.  Ni avec des passagers à bord. Le temps d'être aguerri au volant.  C'est une autre option envisagée.  Et c'est à lire sur le site internet du Guardian.    

Encore une histoire de voitures, dans le Figaro cette fois.  Comment donc, Kim Jong-un, arrive-t-il à se procurer les Rolls, les Mercedes, qu'il arbore fièrement lors de rencontres officielles.  Le Conseil de Sécurité de l'ONU impose au pays, depuis 2006, un embargo sur les produits de luxe.  Philippe Grangereau remonte la piste grâce à un rapport aux Etats-Unis. Deux Mercedes tracées. Identité des acheteurs indéterminée mais, parcours complexe en partie identifié. Pays Bas. Chine. Japon. Corée du Sud.  Un navire togolais qui accoste discrètement en Russie.  Puis, enfin un avion, ou plusieurs qui décollent pour la Corée du Nord. Des réseaux qui pourraient lui servir. Aussi.  Pour le nucléaire.  

Démocratie au ralenti l'été prochain en France

Parce que vos députés ne pourront pas siéger à l'Assemblée Nationale de juillet à septembre 2020.  La toiture fuit.  Elle doit être rénovée, croit savoir le Parisien.  Et puisque les députés sont juste en dessous, les débats doivent être interrompus. C'est mieux. Question de sécurité. Imaginez un accident lors du chantier. Un député marcheur explique : " il y a eu, d'abord, une réflexion pour déplacer l'hémicycle "pour que les débats se tiennent ailleurs, dans un autre bâtiment". Mais non. Trop compliqué. Le travail en commission, lui, sera maintenu.  

Un autre chantier, celui de Notre Dame, questionné dans la presse, encore ce matin. Car Mediapart le révélait hier, des niveaux élevés de plomb ont été retrouvés dans des écoles autour de la Cathédrale.  Quand la flèche et le toit se sont écroulés, ce sont 400 tonnes de plomb qui sont parties en fumée.  Et Mediapart accusait la Mairie de Paris d'avoir caché des informations sur leur toxicité. D'avoir aussi omis de faire un nettoyage à fond, rapidement, de ces écoles qui n'ont pas fermé après l'incendie. La Matinale du Monde, notamment, suite ce matin.  La Mairie de Paris dit que "tout va bien".  Mais elle va, quand même, profiter de l'été pour effectuer "une opération de nettoyage renforcée".  Notre Dame est aussi dans le New York Times.  Sur son site internet.  Fascinant article multimédia qui retrace la nuit de l'incendie et qui rappelle à quel point l'écroulement total n'était pas loin.   

Enfin, l'histoire d'un sexe dans Libération

Peut-être le sexe le plus connu du monde. Celui peint par Gustave Courbet. L'origine du Monde.  Je dis l'histoire d'un sexe.  C'est plutôt l'histoire d'une femme, qui est racontée ce matin dans les pages été du quotidien.  Depuis près d'un an, le nom de Constance Quéniaux a été révélé.  Ce sexe, pourrait bien être le sien.  Née en 1832 dans l'Aisne.  Père inconnu.  Mère ouvrière.  La jeune fille chevelure noire, port altier, est engagée à l'Opéra de Paris.  Danseuse de second rang. Mais "gracieuse et distinguée", décrit la presse de l'époque.  Mais à 27 ans. Fin de carrière.  Blessure. Peut-être le genou.  Et c'est sans doute dans le foyer de l'Opéra , alors antichambre de la prostitution, que la jeune femme rencontre les premiers hommes qui vont l'entretenir.  Elle fréquente les soirées mondaines. Les théâtres.  "Goût exquis dans sa toilette".  Elle a 34 ans quand elle pose pour Courbet.  Elle s'enrichit. Collectionne bouteilles de vin. Et objets d'art.  Dans sa collection : une nature morte de Gustave Courbet. Fleurs.  Peut être un cadeau, après la séance de pose

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.