Corée du Nord : rien ne va plus... Les Etats-Unis s'inquiètent d'un éventuel tir de missile nord-coréen vers Hawaï... Ils viennent de prendre des mesures pour protéger leur île, située au milieu de l'Océan Pacifique... "Nous avons vraiment des raisons d'être inquiets", a déclaré le secrétaire à la Défense américain... Et le fils aîné de Kim Jong-il a également des raisons d'être inquiet... Le dictateur nord-coréen a trois fils (nous l'avons déjà dit ici)... C'est le cadet, Kim Jong-un, qui doit lui succéder... Il est âgé de 26 ans... Son frère aîné en a 38... Lui s'appelle Kim Jong-nam... C'est le mal-aimé de la famille : il est trop attiré, dit-on, par les saveurs de l'Occident... Et ce matin, dans Libération, Michel Temman nous explique que Kim Jong-nam (le fils aîné donc) vient d'être victime d'une tentative d'assassinat fomentée par son petit frère Kim Jong-un... une information révélée par une chaîne de télé sud-coréenne... L'assassinat devait être conduit en deux temps... Les soutiens de Kim Jong-nam au pouvoir à Pyongyang devaient d'abord être éliminés... Puis le plan prévoyait d'attirer Kim Jong-nam dans un guet-apens afin d'être assassiné... Commentaire de Martine, la dactylo de la revue de presse : "Tout ça est vraiment shakespearien"... La suite l'est un peu moins, puisque le complot a finalement été déjoué... d'où le titre du papier : "Corée du Nord : le Kim était presque parfait"... N'empêche... Tout cela n'augure évidemment que du pire pour la suite... D'après les spécialistes, Kim Jong-un (le futur dirigeant) serait aujourd'hui atteint du même grain de folie dictatorial que son père et que son grand-père... Kim Jong-il et Kim Il-sung étaient experts en machinations politiques, intrigues de palais et assassinats ciblés... Ainsi, quand Kim Jong-il a pris du grade, ses demi-frères et soeurs ont tous été assassinés... Corée du Nord : rien ne va plus... Climat de purges familiales sur fond de menaces nucléaires... Et climat de répression sur fond de menaces nucléaires, aujourd'hui encore en Iran... "Climat de plus en plus tendu à Téhéran", titre ainsi L'Humanité... "La contestation gagne la hiérarchie chiite", titre Le Figaro... "Après la journée de deuil organisée hier par les partisans du rival d'Ahmadinejad, des grands ayatollahs ont brisé le silence pour dénoncer à leur tour les fraudes du scrutin présidentiel... Ils souhaitent organiser une grande marche de protestation demain"... "A Téhéran, la révolte toujours en marche", titre de son côté Libération... dans lequel Jean-Pierre Perrin raconte l'ampleur des arrestations parmi les personnalités réformatrices ou opposantes... L'ancien ministre des Affaires étrangères Ibrahim Yazdi a été appréhendé sur son lit d'hôpital... De nombreux journalistes et intellectuels sont également détenus, de même que plusieurs ministres et qu'un ancien vice-Président de la République... Le procureur de Téhéran a ordonné à ses agents d'arrêter toutes les personnes suspectes, et avant tout celles qui ont fait fuiter les informations sur le trucage des élections... Dès vendredi soir, le trucage avait été révélé par quelques fonctionnaires du ministère de l'Intérieur... Quatre d'entre eux ont été emprisonnés, l'un d'eux ayant même été empêché par les policiers de se jeter du neuvième étage du ministère au moment de son arrestation... Depuis, via les avis de décès publiés dans les quotidiens de Téhéran, on a appris la mort d'un des quatre hommes, sans que l'on sache encore dans quelles circonstances... On ne sait pas non plus quelle sera l'attitude du Président américain, si la violence de la répression s'accentue encore... Mais de toute évidence, "il aura du mal à rester aussi discret", note ce matin Laure Mandeville dans Le Figaro... Aujourd'hui, l'administration américaine semble parier sur la survie du régime plutôt que sur un scénario révolutionnaire... Mais "ne risque-t-il pas de rater le coche de la grande Histoire ?", demande la journaliste... "Ne risque-t-il pas de rater le coche de l'Histoire, que les peuples décident parfois de dessiner contre toute attente ?"... Barack Obama dont il est également question ce matin dans France-Soir... et cette fois, au sujet du Bac... C'est quoi le rapport entre le Bac et Obama ? Le rapport, c'est Jack Lang... Je sais : à première vue, ça peut paraître curieux... Mais Jack Lang a accepté de livrer à France-Soir ce qu'il aurait écrit face au sujet suivant : "Est-il absurde de désirer l'impossible ?"... "Non, ce n'est évidemment pas absurde... Je dirais même que c'est ma devise dans la vie", confie-t-il, avant de citer donc l'élection de Barack Obama : élection impossible selon les normes habituelles... Mais pourtant lui, a répondu aux sceptiques : "Yes we can", et il a réussi... Preuve qu'il n'était pas absurde de croire en lui... "C'est un très beau sujet qu'on a proposé aux bacheliers", conclut l'ancien ministre de la Culture. Les sujets du Bac ont aussi inspiré Philippe Bouvard, dans son billet de Nice-Matin... des formules lapidaires en guise de dissertation... "L'Etat doit-il garantir le bonheur des citoyens ?"... "Uniquement durant les campagnes électorales", répond-il... "Peut-on être sûr d'avoir raison ?"... "Rarement, contre un interlocuteur plus lourd, ayant une plus grande gueule et venant d'obtenir un succès dans les urnes"... "Est-il absurde de désirer l'impossible ?"... "Pas plus que de répondre à ce genre d'interrogation"... Des questions de philo, toujours à la Une ce matin... "Humour et politique : où sont les limites ?", s'interroge également à sa Une l'hebdo Politis... numéro dont la rédaction en chef a été confiée à Guy Bedos... qui rappelle notamment comment lui-même a été courtisé par Nicolas Sarkozy quand il était encore ministre de l'Intérieur... Enfin, Bedos ne dit pas "Sarkozy", il dit "Tom Pouce" ou "Teckel à poil dur"... "A l'occasion de deux ou trois déjeuners en tête-à-tête, dit-il, le teckel à poil dur me donnait raison sur tout... Il aurait voulu que je sois son Kouchner du spectacle... Mais non"... "Où sont les limites de l'humour ?"... Question sensible... Comme l'est également cette question, dans Le Parisien-Aujourd'hui en France : "Faut-il interdire le port de la burqa en France ?"... Ce matin, on trouve des photos de femmes en burqa à la Une de plusieurs journaux... Petite photo d'une femme en burqa à la Une de Libération... "Interdire ou pas ?"... Moyenne photo à la Une du Parisien... "La polémique"... Grande photo à la Une de France-Soir... photomontage légèrement dérangeant : une femme en burqa bleue au premier plan, et derrière, la statue de la Place de la République à Paris... "Non à la burqa", titre le journal... On le disait ici même avant-hier : ce sont des députés qui ont lancé le débat : 65 députés de tous bords, qui réclament une commission d'enquête parlementaire... Dans Le Figaro et Le Parisien, vous pourrez lire les témoignages de femmes totalement voilées... Toutes affirment qu'elles le sont de leur plein gré, par choix religieux... "C'est vraiment moi qui ai décidé de faire ça, parce que j'ai peur de Dieu", explique ainsi Nadia, 50 ans, rencontrée par Florence Deguen à Vénissieux... "Bien sûr, j'ai chaud là-dessous, dit-elle, mais ce n'est rien comparé aux flammes de l'enfer qui m'attendent si je ne me comporte pas en bonne musulmane"... Toujours dans Le Parisien... Fadela Amara affirme qu'elle est favorable à l'interdiction totale de ce vêtement en France... "Il faut que le débat actuel débouche sur une loi qui protège les femmes", assure-t-elle... Un point de vue critiqué dans de nombreux éditoriaux, ce matin... Ainsi François Martin, dans Le Midi Libre... "Suivre Fadela Amama, ministre va-t-en-guerre et forte en gueule, sur la piste de l'interdiction du funeste drap noir apparaît non seulement précipité, mais également irresponsable"... "C'est derrière le voile, dans la tête des gens, qu'il faut faire changer les mentalités", note également Marie-Lise Perrin dans L'Alsace, qui estime que Fadela Amama "se trompe d'adversaire"... Et puis allez, pour finir... Une histoire d'animal... C'est à la Une de L'Est Républicain... "On n'a toujours pas mis la main sur le crocodile qui effraie tout le monde dans un étang des Vosges"...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.