(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin : des chiffres et des lettres...

... Clin d'œil à l'émission qui célèbre ce soir ses 40 ans. Nous commençons avec un neuf lettres, carrément. 3 voyelles, 6 consommes. Définition : personnage phénomène de la campagne. Réponse, Mélenchon, bien sûr. Plus de100.000 personnes hier à la Bastille selon les organisateurs. La police n'a pas donné de chiffre pour cette manifestation là.

Mélenchon à la Une de Sud Ouest , du Télégramme , de Ouest France , de la presse gratuite, de Libération , de L'Humanité évidemment et même du Figaro .

C'était la Kermesse du peuple, pour le huffingtonpost.fr . "Ils ne voteront pas tous Mélenchon, mais ils sont venus vibrer" titre Rue89 qui a croisé 80.000 personnes.

Pour L’Huma , ils étaient.

120.000 « En marche ! », titre le journal. "Ces dernières semaines, écrit Patrick Appel-Muller dans l'éditorial, tout s'accélère ( …) le peuple commence à prendre le pouvoir (…)

Jaurès jugeait dans un temps de péril qu'"il n'y a qu'un réveil d'idéalisme qui puisse ramener dans la politique française, si désordonnée, stérile et mesquine, la sécurité et la grandeur. Peut-être est-ce qui aujourd'hui prend place. »

Alors une révolte ? Oui, sire et pas plus pour l'instant. "Révolte, écrit Bruno Dive dans Sud Ouest d'une grande partie de la population face aux inégalités croissantes, face aux revenus indécents et aux salaires de misère, face aux plans d'austérité et aux plans sociaux. Révolte face aux dérives du capitalisme financier"

Mélenchon bouscule Hollande sur sa gauche, titre Le Figaro

Dans l'édito, Paul-Henri du Limbert se frotte les mains. Il place face à face « le fou » (sous entendu Mélenchon) et « le flou » (Hollande)

Mélenchon, c'est « la petite bête qui monte » pour Philippe Waucampt dans Le Républicain lorrain . La petite bête qui va obliger Hollande à virer à gauche toute dans son discours, ce qui pourrait lui aliéner l'électorat centriste.

Dans MidiLibre , sous le titre « Brise de la Bastille », François Martins relativise. « Hollande peut applaudir à ce succès. Mélenchon, c'est sa pelote de voix pour le second tour. »

En tout cas, démonstration de force réussie confirme Libération , qui a trouvé le discours un peu juste en termes de programme. "Jean Luc Mélenchon n'a pas profité de sa tribune géante pour convaincre qu'il disposait d'un programme contre la crise"

Tout le monde ne l'aime pas l'homme du front de gauche. Dans L'Union , Jacques Tillier, s'étonne qu'il n'y ait personne pour lui claquer le bec, lui le faux nez de la dernière compagnie du parti communiste, révolutionnaire de super-Marchais qui planque sous son manteau les tubes des années 60, le temps de la guerre froide.

Dans le mensuel, Causeur , on trouvera une analyse publiée avant les sondages à plus de 10% selon laquelle Mélenchon et le peuple c'est en fait un rendez-vous gâché.

Sa marque de fabrique, écrit Marc Cohen, c'est un anti-fascisme de bac à sable.

Il combat Marine le Pen sur des thématiques bobo-compatibles, (le mariage gay, l'IVG)... Des thématiques qui peuvent lui ramener quelques voix de profs, d'étudiants, de webmasters ou d'étudiants associatifs mais totalement inopérantes pour détourner du vote FN les grands brulés de la mondialisation.

En tout cas, le succès de Mélenchon, c'est celui de l'homme du Non à la constitution européenne

Et ce vote de 2005 aura décidément marqué les esprits. Encore un 9 lettres : fractures au pluriel. Vous vous souvenez de la fracture sociale de Chirac en 95. Voici la fracture entre la France du Non et celle du Oui, que Nicolas Sarkozy veut réduire. C'est désormais le fil rouge de sa campagne à en croire Le Figaro , qui consacre une page au sujet.

Le président candidat été inspiré par un livre intitulé "Fracture française".

Après les lettres, les chiffres...

Résumé des autres Unes en quelques chiffres. A la Une des Echos : +14%, c'est la progression du Cac 40 depuis le début de l'année. Les scénarios noirs sur l'Europe se sont éloignés écrit le quotidien.

Que faire de 100 milliards de dollars de trésorerie ? Question de très riches posée à la société Apple qui doit donner une réponse aujourd'hui. Va-t-elle distribuer des dividendes à ses actionnaires, ça n'est plus dans ses habitudes depuis plus de 15 ans. En même temps le New York Times sur son site Internet explique que ce magot est très mal placé. Il ne rapporterait que 1% par an.

Un chiffre ou plutôt une date. 1962. L'anniversaire des accords d'Evian. C'est avec la Bastille l'autre grand sujet à la Une.

On en parle largement ce matin sur France Inter, je vais vite. Dans Le Figaro , le secrétaire d'Etat aux anciens combattants Marc Laffineur explique pourquoi il n'ya pas de commémoration officielle. Le 19 mars, lendemain des accords d'Evian, ce fut un moment de soulagement pour des milliers de personnes, un moment de détresse pour d'autres. Cela ne peut pas être une journée commémoration nationale, il faut pour cela le rassemblement et l'unité de la nation"

Et puis ce titre dans Libération . Reportage en Algérie. "La France, vue d'ici c'est un cœur sec".

Bientôt des footballeuses voilées ? Le titre, avec point d'interrogation est dans Le Parisien . La fédération internationale veut modifier son règlement pour autoriser le voile lors des compétitions. Pour la présidente de ni putes ni soumises, c'est une régression totale.

A propos "Des chiffres et des lettres", dans Le Figaro , on trouve une citation de Jean Luc Godard, qui regardait cette émission où les silences sont quand même nombreux. "C'est une émission que j'aime bien parce qu'on voit des gens qui pensent"

Petit tour dans le cabinet de curiosités de cette revue de presse pour finir

Des chiffres des lettres et des images. La revue Hey ! célèbre ses deux ans. Revue d'arts graphiques et d'images.

Le nouveau numéro est en librairie, on y trouve notamment une saisissante série de photos policières qui date des années 1920 en Australie.

Ce sont des clichés de prisonniers, héritiers des bagnards que le Royaume Uni exilait en Australie et qui ont contribué à peupler l'île

Les noms ont une consonance, anglaise, irlandaise, asiatique. C'est tout le Commonwealth miséreux, hors la loi, mais presque joyeux, qui débarque au poste de police.

Tel voleuse de portefeuille, cheveux courts, pose avec son sac à main, un collier de perles et une énorme fleur accrochée à l'épaule.

4 cambrioleurs, cravate, nœuds papillon et chapeau mou ont l'air de sortir d'une partie de poker.

Et derrière un cliché de police se cachent parfois des personnages de roman, dont le destin est retracé par les notes qui accompagnent les photos.

Cet homme, par exemple, Harry Crawford, costume 3 pièces fatigué et quelque chose de doux dans le visage abimé.

Crawford a été arrêté pour le meurtre de son épouse dont les derniers mots connus ont été "j'ai découvert quelque chose d'incroyable à propos de Harry".

Harry s'appelait en fait Eugenia, c'était une dame qui se faisait passer pour un monsieur.

Quand sa véritable identité a été découverte, il s'était remarié.

Et sa seconde femme a eu cette réflexion : "Je m'étais toujours demandé pourquoi il était si maladivement timide."

A demain

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.