Comment ça va ?... Lui, pas de doute, il est en forme... "Les années électorales, c'est le Viaga de Jacques Chirac... Ca marche à tous les coups", écrit Olivier Picard dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace... "En légitimant, hier, les régimes spéciaux, en justifiant le maintien de la carte scolaire, il a tranquillement mouché un Nicolas Sarkozy qui, depuis quelques jours, s'essuyait tranquillement les pieds sur le vieux"... "Il est en forme et il tacle, le Président", constate également Francis Brochet dans Le Progrès... "Ca finit par faire mal, et surtout ça énerve... C'est d'ailleurs l'objectif : tester les nerfs de l'adversaire, le pousser à la faute en chantonnant "Sarko, il va frapper"... Car en ce domaine, comme en d'autres, le premier qui craque a perdu"... "Le président de l'UMP a été peint en "Monsieur Yaka" trop agité, trop pressé, trop démolisseur, préoccupé de rupture et de France d'après, alors que l'important c'est la France de maintenant... Pan sur le bec !", conclut Michel Noblecourt dans Le Midi Libre... "Pour le Président de la République, septembre 2006 a des couleurs d'été indien... Il faut dire, analyse Hervé Favre dans La Voix du Nord, que les tensions internationales, autour du Liban et de l'Iran, ont replacé Jacques Chirac dans son rôle favori : celui de Casque Bleu dans le choc des civilisations"... C'est "le pari iranien du Président", pour Ouest-France... "En suggérant d'engager des négociations avec Téhéran, sans suspension préalable de l'enrichissement d'uranium ni menace de sanctions internationales, le Président de la République prend l'hôte de la Maison Blanche à contrepied... Mais Jacques Chirac veut aussi tester la volonté de négociation des Iraniens", explique Joseph Limagne... Une tentative saluée par La Repubblica... "Nucléaire iranien : Chirac tente la médiation... Le Président français propose au Conseil de sécurité de renoncer aux sanctions... Et à New York, Prodi, le Premier ministre italien, rencontrera Ahmadinejad... La France et l'Italie pourraient être sur la même ligne", poursuit le quotidien italien... "Alors seul l'avenir dira, selon Jean-Pierre Bedei dans La Dépêche du Midi, si la proposition de Jacques Chirac est d'une naïveté funeste ou d'une intuition gagnante... Elle est plus certainement le fait d'une résignation devant une réalité considérée désormais comme incontournable : l'inéluctabilité du programme nucléaire iranien"... Sauf que... Sauf qu'il ne faut pas être dupe, écrit Patrick Fluckiger dans L'Alsace... "Les arrière-pensées franco-françaises ne sont pas absentes de cette iniative, qui permet à l'Elysée de prendre ses distances avec le récent entretien Bush-Sarkozy à la Maison Blanche"... Et en fait, c'est ça, le vrai sujet qui retient l'attention de vos journaux ce matin... "Chirac tape sur Sarkozy, après sa position pro-américaine"... C'est le titre du Financial Times ce matin, qui explique à ses lecteurs : "Le Président français a montré un clivage idéologique profond au sommet du gouvernement français en réprimandant son ministre de l'Intérieur rebelle, et probable successeur, pour sa ligne pro-américaine"... "Bush : un cactus de plus entre Chirac et Sarkozy"... C'est le titre du Parisien-Aujourd'hui en France... "Et c'est un curieux spectacle, en effet, note Pierre Laurent dans L'Humanité, qui voit le Président de la République obligé de courir derrière le prétendant à sa succession sur la scène internationale pour corriger ses déclarations... Ce qui, de toute façon, laisse intacte l'image désastreuse d'un Sarkozy adoubé par la Maison Blanche à huit mois de notre élection présidentielle"... "Sarkozy : un goût de Bush qui gêne à droite"... "Son atlantisme revendiqué embarrasse l'UMP", indique Libération, qui s'amuse : "A force d'être à l'ouest, Nicolas Sarkozy a-t-il fini par aller trop loin ?... Sa frénésie atlantiste sème le trouble jusque dans la majorité"... "Non, on assume"... C'est, comme en réponse, Pierre Lellouche, dans Le Parisien-Aujourd'hui en France... Le député UMP de Paris poursuit : "Sarkozy rompt avec le politiquement correct en se disant l'ami des Américains : et alors ?... C'est rafraîchissant.... Et si ça choque les tenants de la pensée dominante anti-américaine, tant mieux... Les électeurs choisiront"... "En fait, conclut Bruno Dive dans Sud-Ouest, Jacques Chirac escompte que le vieux fond conservateur du peuple français finira par barrer la route à un candidat qu'il juge toujours illégitime"... Peu importe qui seront les candidats à la prochaine Présidentielle... Une chose est sûre : les problématiques d'immigration, de racisme et d'intégration vont monopoliser les débats dans les prochaines semaines... C'est CB News qui repose ainsi la question des critères ethniques dans les sondages d'opinion... une question jusqu'ici interdite en France... Et les chercheurs dénoncent dans l'hebdomadaire... "Il est impossible de lutter contre les discriminations si nous n'avons pas d'éléments d'analyse pour le faire"... Alors, comme la loi rend très difficiles ces études, mais que les politiques, ou encore les annonceurs, les réclament, eh bien les instituts de sondage trouvent des parades pour contourner les textes... Certains posent quand même ces questions ethniques par téléphone directement aux intéressés, ce qui est totalement interdit... D'autres font des annotations sur leurs questionnaires réalisés en face à face... Mais du coup, les informations récoltées sont de moins bonne qualité que si le législateur autorisait vraiment ces renseignements... Alors bien sûr, les chercheurs le disent : "Nous ne sommes pas naïfs : nous savons que les extrêmes politiques utilisent nos chiffres pour étoffer leurs discours... Mais justement, ce n'est pas une raison pour ne rien faire, au contraire... Et quand nous fournissons des analyses, nous donnons également des explications avec nos résultats, afin que l'on ne nous fasse pas dire ce que nous n'avons pas dit"... Voilà pour la politique... Du côté des annonceurs, la volonté de connaître les modes de vie et de consommation selon les origines ethniques ou raciales, c'est bien sûr pour mieux cibler les campagnes marketing... Reste que, remarque CB News, cela permettrait d'avoir aussi, dans les publicités, un peu plus de visages venus d'ailleurs... Ca aussi, c'est une décision politique... Identifier les technologies qui feront gagner la France dans les dix prochaines années... "Ces technologies qui vont faire bouger la France"... C'est la Une de La Tribune, qui constate que, dans un contexte de raréfaction des énergies fossiles et de réchauffement climatique, le développement durable se taille la part du lion... Parce que, hier, le ministère de l'Industrie a identifié 83 secteurs susceptibles de recevoir des aides en recherche et développement... L'énergie et l'environnement sont dans le tiercé de tête... Parce que, note le rapport gouvernemental, sur les nouvelles technologies de l'énergie, la France tend à être en retrait par rapport à d'autres pays comme l'Allemagne, notamment sur le solaire ou sur l'énergie éolienne... La Tribune qui se penche sur le chantier de l'habitat économe en énergie... un projet conduit par Schneider Electric et le pôle de compétitivité de la région Rhône-Alpes... Cinq ans de travail en perspective, et un investissement de 88 millions d'euros pour concevoir des bâtiments jusqu'à 20% moins gourmands en énergie... L'objectif est d'utiliser chaque goutte d'électricité de manière optimale en installant, entre autres, des capteurs communiquants dans chaque zone du bâtiment... Du coup, l'usage de l'électricité se fait en fonction de l'occupation d'une zone, de la qualité de l'air de la pièce, de la ventilation du bâtiment, ou encore de la luminosité ambiante... Autre dossier-clé pour l'avenir : les transports... Mais là, a priori, il va falloir changer nos manières de voir... C'est dans Le Monde... "La France des autoroutes : malus pour l'environnement"... Le Monde explique que l'Etat projette d'ouvrir, d'ici à 2025, 2.900 kilomètres de nouvelles voies d'autoroutes et d'élargir 1.600 kilomètres de voies existantes... Or, côté pollution, les transports sont les premiers émetteurs de gaz à effet de serre... Et les spécialistes sont d'accord : les améliorations techniques apportées sur les véhicules et le recours aux bio-carburants ne suffiront pas à infléchir suffisamment cette tendance... Bref, aux reproches traditionnels faits aux autoroutes, s'ajoute désormais la lutte contre le réchauffement climatique... Du côté de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie, on milite pour l'augmentation de la capacité ferroviaire... Pour faire baisser le trafic routier, il faut que les autres modes de transport soient fiables et compétitifs... Sur les TGV Paris-Lyon et Paris-Marseille par exemple, note le directeur de l'ADEME, la voiture et l'avion cèdent du terrain... Mais le problème, c'est que pour les marchandises, l'offre est loin d'être concurrentielle... Reste un espoir... notent les journalistes du Monde... l'augmentation du coût des carburants, qui pourrait changer la donne du tout-autoroute... Les autoroutes... En France, la plupart du temps, on y accède via un péage... un péage de plus en plus présent aux entrées des grandes villes européennes... A Stockholm, en Suède, les habitants ont voté à 53% en faveur de la taxe d'embouteillage, nous apprend ce matin Libération... Pourtant, il y a sept mois, ils y étaient opposés... Mais une fois que les gens ont constaté que la circulation diminuait, que les embouteillages disparaissaient et que l'air était plus respirable, ils ont changé d'avis... Alors une telle expérience est impossible en France, explique Libé... Parce que la législation interdit les péages urbains, et que les grandes villes ne militent pas pour... A Paris, par exemple, on refuse un système discriminant qui favoriserait les Parisiens et ceux qui ont les moyens de payer le péage... D'ailleurs, les spécialistes des transports urbains en France jugent qu'on se trompe d'échelle... L'urbanisation, en périphérie des villes, s'est développée, alors que les réseaux de transport n'ont pas suivi... Pour finir... C'est également dans Libération... Le bêtisier du consommateur... Plus exactement, le bêtisier de la consommation... C'est le "consottisier"... où Libé cite, par exemple, le sel en spray... Le journal explique... "On dirait un flacon de produit pour les vitres, mais en fait c'est du sel liquide... un produit innovant, qui devrait changer notre façon d'utiliser le sel"... Effectivement, fini la pincée... Vous souriez... Mais là encore, il y avait de la recherche, de la création... Dans le dernier exemple, c'est le bon vieux steack haché qui est revu et dessiné... Il devient "haché de porc", et prend la tête de Mickey... Parce que la tête de Mickey, vous l'aviez sur le cartable, sur les draps, sur les T-shirts... Alors, histoire d'en être vraiment gavé, maintenant vous allez l'ingurgiter... Bonne journée.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.