Nicolas Sarkozy, c'est Jean-Jacques Rousseau... "Un Jean-Jacques Rousseau des temps modernes"... C'est Didier Pobel, dans Le Dauphiné Libéré, qui constate ainsi que le Président de la République "a réécrit à sa manière le fameux "Contrat social" du philosophe des Lumières"... Et "contrat social"... C'est bien l'expression qui fait recette ce matin, en Une des journaux... "Un nouveau contrat social", détaillé en Une du Figaro... Côté commentaires... Eh bien, pas de surprises... Cela va du tout blanc au tout noir... en passant, vous vous en doutez, par tous les gris possibles... "Ceux qui espéraient une rupture molle seront déçus, c'est un séisme qui se prépare", applaudit François-Xavier Pietri dans La Tribune... "Nicolas Sarkozy entend réformer vite et fort... Il a sans doute raison... Tous les gouvernements précédents ont échoué pour avoir laissé trop de temps au temps", poursuit Philippe Reinhard dans L'Eclair des Pyrénées... Et franchement... "Qui pourra prétendre avoir été surpris hier par le discours de Nicolas Sarkozy ?... Qui osera affirmer que le chef de l'Etat a pris en traître l'opinion et les syndicats ?", interroge Jacques Camus dans La République du Centre... "Il ne pouvait en faire moins, poursuit l'éditorialiste... Il lui faut maintenant se montrer équitable... inspirer cette confiance qui lui vaudra l'adhésion durable de l'opinion"... Dans Les Echos... déjà les premières nuances de gris... "Courageux sur le fond, subtil sur la méthode, ce discours souffre néanmoins d'un manque réel", écrit Dominique Seux... car "ambitieux pour définir un nouveau contrat social, Nicolas Sarkozy l'a été beaucoup moins pour fixer des objectifs sur les comptes publics"... Oui, "la prestation du chef de l'Etat laisse un étrange sentiment d'insatisfaction", pour Olivier Picard dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace... "Parce que, certes, il y avait des idées et de l'énergie... Mais on ne sait toujours pas quelle France le Président voit dans son viseur d'avenir... Celle qui met le demandeur d'emploi au coeur du système ?... Ou celle qui prétend secouer une hypothétique paresse ?... Celle qui s'honore de protéger les plus fragiles ?... Ou celle qui vénère les champions du mérite ?"... Plus question de gris à présent... Du noir, en Une de L'Humanité... "Sarkozy déclare la guerre au monde du travail"... Hier, le Président de la République, c'était "Radio MEDEF", pour Pierre Laurent, l'éditorialiste de l'Huma... "Plutôt que de parler de fusion ANPE-UNEDIC, il aurait pu tout aussi bien annoncer d'entrée de jeu la fusion MEDEF-Elysée"... Et puis il y a les journaux, ce matin, qui analysent la méthode... C'est le cas, par exemple, de Libération... "Sarkozy invite au dialogue forcé"... Dans son éditorial, Didier Pourquery explique que, "certes, le Président dit qu'il joue cartes sur table... Mais aux syndicats qui viennent à la table de jeu pour un bon vieux tarot, il propose une crapette rapide, avec des cartes qu'il a lui-même distribuées, et un relevé de points qu'il a écrit à l'avance"... Le vocabulaire du jeu... Celui de la guerre aussi, pour qualifier la méthode présidentielle... "Une stratégie enveloppante", si l'on en croit Jean-Michel Bretonnier, dans La Voix du Nord... "Plutôt que de s'attaquer aux bastions l'un après l'autre, il les vise tous en même temps... en espérant que les luttes catégorielles se neutraliseront les unes les autres"... Hubert Coudurier, dans Le Télégramme, appelle ça "la technique de la Blitzkrieg... la guerre-éclair"... Dans Libération, c'est "la stratégie de l'étouffement"... où "Sarkozy flatte les syndicats en les associant aux réformes, pour mieux les piéger"... Alors donc... "Au travail !"... "Tel est, en substance, le message qu'a délivré hier Nicolas Sarkozy aux Français... mais aussi à ses ministres", constate Jean-Pierre Bédeï dans La Dépêche du Midi... Et l'éditorialiste de citer pêle-mêle Xavier Bertrand... Roselyne Bachelot... Christine Lagarde... Eric Woerth... ou Martin Hirsch... Chacun, dans son domaine, devant accomplir la mission que lui a assignée hier le Président... Beaucoup de ministres donc... mais point de Fillon... Parce que si Nicolas Sarkozy, c'est Jean-Jacques Rousseau... Eh bien François Fillon pourrait bien revendiquer d'être le promeneur solitaire... Alors vos journaux vous rappellent que, le 9 septembre dernier, le Premier ministre avait annoncé que la réforme des régimes spéciaux était prête, et qu'il n'attendait plus qu'un signal de l'Elysée... Alors "faut-il penser, s'interroge Patrick Fluckiger dans L'Alsace, que le chef de l'Etat a ostensiblement snobé François Fillon pour montrer son mécontentement d'avoir été brusqué ?"... Que nenni, répond l'éditorialiste... Il faut juste voir, dans le duo, celui des flics de séries américaines... "En sous-entendant que le texte était ficelé, François Fillon jouait le méchant... En s'engageant à entendre les syndicats, Nicolas Sarkozy fait le gentil"... Mais bon, quand même... "Fillon, ce grand absent"... C'est Libération qui revient sur ce Premier ministre... absent hier de la salle où le Président officiait... absent aussi du discours... Et Alain Aufray souligne que Fillon n'a été cité qu'une seule fois par le Président... C'était pour rappeler qu'il fut ministre de Raffarin et auteur, en 2003, d'une incomplète réforme des retraites... Et le journaliste de Libération rapporte la stupéfaction des élus UMP hier à l'Assemblée... l'un d'eux confiant : "Je me demande comment il tient, comment il supporte tout cela... Sarkozy a tort de l'humilier"... Et du coup... "Remaniement : la rumeur persiste"... C'est à lire dans Le Parisien-Aujourd'hui en France... La rumeur, elle court depuis plusieurs semaines... Nicolas Sarkozy préparerait un remaniement pour janvier... Alors certes, précise le journal, le porte-parole de l'Elysée a démenti tout projet de remaniement hier... Mais le Président de la République, ces derniers temps, a évoqué avec plusieurs de ses visiteurs cette hypothèse... Le Parisien-Aujourd'hui en France n'est pas dupe... "Ces confidences savamment distillées permettent au chef de l'Etat de maintenir la pression sur ses ministres... Mais en même temps, chacun sait qu'il veut aller encore plus loin dans l'ouverture... Nicolas Sarkozy fait mine de croire qu'il parviendra à débaucher certaines personnalités socialistes... Dray, Valls ou encore Jack Lang... Et puis il y a aussi le nom de ministres issus de la société civile qui circule... comme celui de Maud Fontenoy... Mais pour remplacer qui ?, s'interroge le journaliste... Les noms des ministres dans le collimateur changent d'une semaine sur l'autre... Reste à savoir si le locataire de Matignon pourrait être concerné... Le locataire de Matignon... Vous le retrouverez dans Paris Match cette semaine... Difficile de glisser la moindre feuille de papier à cigarette entre lui et son Président... Aucun désaccord... François Fillon avoue, dans cette interview, son obsession des réformes et la hantise du temps qui se consume sans qu'on les conduise... François Fillon qui explique que le Premier ministre ne peut pas entrer en conflit avec le Président... sinon il s'en va... Et donc lui, pour l'instant, il reste... Et sinon, dans les journaux... Eh bien l'on reparle de Nicolas Sarkozy... dans Le Canard Enchaîné, par exemple... où vous lirez que "la police rôde autour du duplex de Sarko"... L'information est reprise dans plusieurs autres journaux ce matin... où l'on vous explique que le Parquet de Nanterre a ouvert une enquête préliminaire sur les conditions d'acquisition, par le couple Sarkozy en 97, de leur ancien appartement de l'île de la Jatte, à Neuilly... Cela fait suite aux révélations du Canard en février dernier... expliquant que les Sarkozy avaient obtenu une réduction de 300.000 euros accordée par la société Lasserre, le bétonneur favori de la mairie de Neuilly... une mairie dirigée à l'époque par l'actuel Président de la République... Et pour vraiment parler d'autre chose... Eh bien sachez que c'est la Journée du transport public... l'ex-Journée sans voiture... Bref, aujourd'hui, vous êtes priés de prendre les transports en commun... ou alors de fortement culpabiliser... La Croix explique que c'est "une journée pour convaincre les Français de laisser leur voiture au garage"... Sur un sujet voisin... l'enquête du Figaroscope... une enquête sur le Vélib'... Deux mois après sa mise en oeuvre, 4 millions de locations, pour une réussite incontestable... L'hebdomadaire est allé à la rencontre d'une nouvelle tribu... une tribu qui n'a pas encore vraiment de nom... les Vélibeurs... Vélibistes... Vélibataires... Vélibattants... Une chose est sûre en tout cas... Le Vélib' ne tuera pas la réputation romantique de Paris... A en croire les blogs, c'est un très bon moyen de drague... Surtout si Casanova est un brin bricoleur... comme celui-ci, qui raconte : "Je passe mon temps à régler la hauteur de la selle de toutes les filles que je croise"... Entre romance à deux roues et drague à deux balles... Bonne journée...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.