Hôpital des Invalides, les victimes d'attentats ré apprennent à vivre.. Parisot tape fort, enfin sur la droite!

8H30 la revue de presse, bonjour Hélène Jouan

Une cérémonie d’hommage aux victimes du terrorisme sera présidée ce matin par le président de la république

Drôle d’endroit pour une rencontre…Simon, Philippe et Fabrice y sont passés. Simon Fieschi, Philippe Lançon et Fabrice Nicolino, tous trois grièvement blessés lors de l’attaque à Charlie hebdo. Ils y ont croisé des militaires de carrière, touchés au combat, et puis des trentenaires qui buvaient un coup en terrasse un soir de novembre dernier. Plus tard, Karim, un père de famille qui à Nice a eu le temps d’écarter ses enfants et leur mère de la trajectoire du camion meurtrier…mais lui, un quart de seconde lui a manqué. 2 jambes écrasées, un trou noir, une opération de 11 heures, et un transfert enfin, là, il y a quelques jours, aux Invalides, à l’ombre du dôme qui scintille dans le ciel de Paris. C’est Marie Amélie Lombard Latune qui nous raconte dans le Figaro, que dans les couloirs de cet hôpital donc, dans ces bâtiments voulus par Louis 14, les linos sont certes usés, les peintures défraichies, mais qu’importe explique t elle, les compétences sont derrière chaque porte. Ici, témoigne Philippe lançon, « on répare les corps comme les cœurs », ici renchérit Fabrice Nicolino « je me suis retrouvé à l’abri du monde, de sa violence et de sa connerie parfois extrême ». 80 médecins, infirmières, kiné, aides-soignants, ergo thérapeutes pour 90 lits…des lits occupés aujourd’hui par des « frères d’armes » résume un autre, des « zigotos de Charlie, à des militaires de carrière, à ces jeunes blessés le 13 novembre qui doivent s’inventer une nouvelle vie parce que celle d’avant n’existe plus ». Un lieu doux, un lieu où l’on dispense le plus important disent ils tous, de « l’affection ».

A l’extérieur, guéguerre entre les associations de victimes, bras de fer avec le fonds d’indemnisation nous raconte aussi le Figaro…mais l’hôpital militaire des Invalides reste… une bulle.

Entretien ce matin d’une ex patronne, qui détonne un peu…

Ex patronne des patrons, ex numéro 1 du Medef, Laurence Parisot s’est munie ce matin dans Libération d’un totem d’une tribu indienne du Canada ; un talk stick explique t elle, qui permet en fait de prendre la parole pour dire « j’existe et voilà ce que je pense ». ET bien elle ne mâche pas ses mots à votre égard, Bruno le Maire, vous et vos amis concurrents :« Pour l’heure, je constate qu’il n’y a aucune idée nouvelle à droite sur l’approche économique et sociale. Plusieurs candidats disent qu’il faut agir vite, fort et de manière autoritaire, c’est une approche erronée et dangereuse. » Bon, va-t-elle voter à cette primaire ? « non je ne crois pas, je n’aime pas cette façon de désigner les candidats qui les amène à des expressions tout à fait détestables, des positionnements démagogiques et simplistes. » Débat médiocre assène t elle. Une Laurence Parisot qui rend un hommage appuyé à François Hollande qui dit elle a développé une approche social-démocrate qui correspond à ce que j’estime être efficace pour notre pays ». Ah oui, et si elle s’est munie de son Talk Stick, c’est aussi en tant que femme, parce qu’elle regrette que tous les staffs de campagne, à l’exception de celui de Cécile Duflot, soient masculins.

Dans votre équipe politique présentée à Sète, Bruno le Amire, 15 femmes sur 65 personnes....à peine 25% donc

On poursuit Hélène, avec un débat qui n’est pas que français…

Dessin à la Une de l’Opinion, signé Kak : on y voit Nicolas Sarkozy passer en trombe devant alain Juppé à vélo, moi au moins je lutte pour l’environnement se défend le maire de Bordeaux, et Sarkozy de rétorquer « tu dois prouver que tu es encore vert malgré ton âge ». Ca c’est pour le tacle perso…Mais Irène Inchauspé nous explique surtout que le retour des climato sceptiques, débat relancé chez nous par Nicolas Sarkozy est un phénomène mondial. Aux Etats unis, c’est trump qui donne le ton, en Pologne, même discours des nationalistes au pouvoir. Leur argument principal ? les règles de la cop 21 vont tuer la croissance. Mais un argument économique qui n’est pas le seul avancé. La journaliste relève que les figures de proue de la campagne pour le Brexit, et aujourd’hui le gouvernement de Thérésa May ont cette coloration climato sceptique, avant tout parce que c’est un discours anti-estblishment ; 1 les plus fragiles économiquement sont inquiets des efforts supplémentaires à faire pour le climat, il faut donc les rasssurer, 2, l’enjeu climatique fait l’objet d’un large consensus et prend parfois les aspects de « cause sacrée » qui peuvent agacer les électeurs, Les populistes s’engouffrent dans la brèche. Posture criminelle dénonce l’ex ministre de l’environnement Corinne Lepage. Oui, mais aussi manque de pédagogie de ceux qui ont voulu faire croire que le problème serait surmonté sans effort ni contrainte conclut la journaliste.

On conclut nous Hélène, par une campagne qui démarre aujourd’hui, par la Syrie, par l’homme de l’année, et par un homme à qui on ne la fait pas…

Droit au logement, hashtag, on attend quoi ? Une de l’Humanité, qui relaie la campagne lancée ce matin par la fondation abbé pierre. Christophe Robert, son délégué général rappelle quelques chiffres, terribles : près de 4 millions de personnes privées de domicile ou qui vivent dans un habitat très dégradé, 12 millions de français en situation de fragilité par rapport au logement. Et un débat sur la précarité, la ségrégation sociale et territoriale qui semble passer à l’as de la campagne des primaires de la droite, et peut être même plus tard de la campagne présidentielle tout court s’inquiète t il sur fond d’obsessions identitaires accuse l’Humanité…

Daraya, chronique d’une révolution écrasée, très bel article de Delphine Minoui à lire dans le Figaro. Elle nous raconte la chute de cette cité rebelle dans la banlieue de Damas, l’une des premières à se réveiller pacifiquement d’abord, pour dénoncer le régime de Bachar El Assad. 4 ans d’horreur pour ses habitants, la famine, les pilonnages aériens incessants, une ville prison qui était devenue un laboratoire de la terreur et de la torture à grande échelle. Et finalement, le 26 août dernier, la reddition sans condition. Une victoire pour le régime qui a écrasé ces derniers résistants qui s’étaient toujours opposés à toute alliance avec Al Quaida. « le monde entier a regardé la descente aux enfers de Daraya, mais personne n’a rien fait » accuse un avocat de daraya devenu rebelle. Personne pas même l’Onu.

Homme d’Etat de l’année, j’ai nommé François Hollande ! le prix lui sera remis ce soir à New York par une grande fondation interconfessionnelle. L’an dernier, elle avait primé…David Cameron, ex premier ministre britannique désormais retiré de la vie politique…Sombre présage pour les superstitieux s’amuse l’Opinion, quand le Courrier Picard nous propose un dessin d’Alex, on y voit Hollande arriver au pied de Liberty Island en pédalo, et la statue de la Liberté, pliée en 2, de rire…

On termine par un patron à qui on ne la fait pas. Yannick Noah, le capitaine des Bleus a un peu de mal à digérer la défaite en Coupe Davis face à la Croatie. Interview dans à peu près tous vos quotidiens ce matin, vous l’avez entendu dans le journal de 8H...Avec des sous-entendus lourds comme des balles de service, à l’intention de Gael Monfils, qui a déclaré forfait quelques heures avant le match fatidique. Dans le Parisien ça donne, « c’est vraiment pas de chance qu’il se fasse mal en montant l’escalier ». Dans l’Equipe, plus imagé pour parler de l’incident« et là, paf le chien ! Putain de marche…bon, c’est possible d’avoir une faiblesse, c’est possible…donc je laisse cette toute petite porte. Mais c’est tout ce que je laisse» Comme l’impression que la porte, Monfils pourrait se la prendre sur les doigts dans les heures qui viennent

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.