Bonjour... Les mains sur les tempes... le général Georgelin... chef d'état-major des Armées... a la tête baissée... Cette photo de Pierre Verdy, à la Une du Parisien-Aujourd'hui en France... a sans doute été prise juste avant la conférence de presse hier à Paris... sur le vif... Mais si on s'arrête sur elle juste un instant... Elle résume l'ampleur du drame qui s'est noué en début de semaine... en Afghanistan pour les soldats français... "L'heure n'est pas à la polémique, tant le bilan est lourd"... écrit Frédéric Gerschel... L'heure n'est pas à la polémique... Mais Thierry Noir... l'envoyé spécial de La Provence à Kaboul... se demande... "Comment un accrochage débuté lundi après-midi a pu durer jusqu'au lendemain ?... Les talibans étaient lourdement armés... Mais il semblerait que les aviations française et américaine soient intervenues en soutien... Cette attaque, dit-il... montre que la situation militaire s'est détériorée... Surobi... où les soldats français sont morts... n'est pas l'une de ces nouvelles régions où l'ISAF (la force internationale en Afghanistan) traque les talibans... C'est un village, connu de longue date par la coalition... Et la durée des combats fait plus penser à une bataille rangée qu'à une guerre de guérilla"... "Les Français, qui luttaient contre le terrorisme"... comme le titre Le Dauphiné... sont en fait tombés dans un piège... C'est la Une de L'Union... de Ouest-France... et de La Dépêche du Midi... C'est "le message des talibans", souligne Sud-Ouest... "La facture à payer pour la participation de la France à l'impossible sécurisation de l'Afghanistan", complète Philippe Waucampt, cette fois... dans Le Républicain Lorrain... Alors chacun y va de son analyse ce matin... Dans La Voix du Nord, Jean-Michel Bretonnier pense que "notre rationalité occidentale... notre goût pour l'efficacité... nous rendent odieuse l'idée même d'un problème sans solution... C'est le dilemme de l'Afghanistan... L'Histoire démontre qu'on ne gagne jamais militairement dans ce type de conflit... Quand la supériorité des armes est d'un côté, et le goût du sacrifice de l'autre"... "L'OTAN est en train de connaître la première défaite de son histoire", poursuit Dominique Moïsi dans Ouest-France... "Pourquoi nos soldats se battent-ils ?... Pas pour établir la démocratie à Kaboul... mais pour la protéger chez nous... Depuis le début... le défi afghan a été sous-estimé... C'est un pays grand comme la France... Et nous y avons envoyé autant d'hommes qu'en Bosnie... un territoire pas plus grand que deux ou trois départements"... Et puis "c'est oublier que l'Afghanistan... c'est une géographie particulière", ajoute Denis Daumin dans La Nouvelle République... "Il y a des cols, des vallées et des déserts, où les plus formidables armées de l'Histoire... perse, britannique et soviétique... ont toutes échoué"... Dans Libération, Olivier Roy... chercheur au CNRS... décrypte une situation où "on ne peut ni gagner ni partir"... "L'insurrection talibane n'est pas homogène... Il y a une tendance... jihadiste internationale... et une autre plus nationaliste... plus proche du mollah Omar... En Irak... les Américains ont négocié... Ce qu'ils refusent de faire en Afghanistan... Or, c'est peut-être la seule issue", pour Olivier Roy... "D'autant que le Pakistan... officiellement allié des Etats-Unis... aide et manipule depuis le début les talibans"... Depuis deux-trois ans... tous les spécialistes s'accordent à le dire... Et c'est tout l'objet de l'édito de Dominique Quinio dans La Croix... Les talibans redeviennent puissants... "La présence étrangère sur le sol afghan est de plus en plus mal supportée... Pourtant... tout le monde note les efforts qui ont été faits depuis 2001"... "Il y a plus de routes et d'écoles, notamment pour les petites filles"... souligne Michel Vagner dans L'Est Républicain... "Il y a plus de libertés pour les femmes... plus d'hôpitaux... Mais une majorité de la population se sent flouée"... "En quelques années... décrypte Adrien Jaulmes dans Le Figaro... les talibans ont réussi, par un mélange de propagande habile et d'intimidation, à se remettre à flot politiquement... Ils se présentent comme des patriotes afghans luttant contre l'envahisseur... Thème efficace dans ce pays jaloux de son indépendance... Les insurgés afghans ne sont pas des surhommes... juste des combattants sérieux... Ils opèrent désormais aux portes de Kaboul... la faute à un gouvernement corrompu... A une armée afghane formée aux nouvelles technologies occidentales, mais à qui on a fait oublier les qualités de rusticité et d'endurance des moudjahidines... La seule cohésion de l'armée, c'est l'argent"... "Que faire ?... Se retirer ?... Ce serait la pire des solutions, pour Laurent Joffrin, de Libération... Le courage des soldats exige l'intelligence des politiques"... "Ce serait trahir les morts et laisser à nouveau se répandre la terreur islamiste... qui cloître les épouses, interdit le rire et les cerf-volants", conclut Michel Vagner, de L'Est Républicain... Une chose est sûre... "Avec l'Afghanistan et la Géorgie... Nicolas Sarkozy ne manque pas de fronts cet été"... Et Le Canard Enchaîné s'en amuse avec le dessin de Kiro... Sarko fonce à Kaboul... "Au moins, on ne va plus m'emmerder avec le Dalaï Lama"... Les emmerdes... entre guillemets... viendront peut-être à nouveau de la Géorgie... "A quoi sert l'Union européenne... s'interroge Jules Clauwaert dans Nord-Eclair... quand, sur le terrain, la Russie fait ce qu'elle veut"... Illustration dans le journal Le Monde, avec les "choses vues dans la Géorgie en guerre", par Bernard-Henri Lévy... Le philosophe raconte sa rencontre avec Saakachvili... "Président géorgien qui enfile les canettes de Redbull comme si c'était du Coca-Cola"... Saakachvili lui décrit la visite de Nicolas Sarkozy... Accord de cessez-le-feu en main, le Président français est impatient de le voir signer... Il élève le ton... Il crie presque... "Tu n'as pas le choix, Micha !... Sois réaliste !... Tu n'as pas le choix !... Quand les Russes arriveront pour te destituer... aucun de tes amis, aucun... ne lèvera le petit doigt pour te sauver"... Les amis en question, ce sont les Américains... Etranges Américains... Page 3 du Canard Enchaîné, on apprend que des officiers américains ont combattu en Géorgie... Ils auraient même réglé les tirs des lance-missiles lors du bombardement sur la capitale d'Ossétie du Sud... Et selon l'état-major français, ils auraient même conseillé aux Géorgiens d'attaquer... Et cette fois, direction Pékin... Où le sport est censé être à l'honneur... Mais où, là encore, la politique joue les premiers rôles... L'historien Patrick Clastres dénonce, dans Les Inrockuptibles... "le revers de la médaille JO"... "Opacité, gros sous, corruption... Les Jeux sont le terrain des puissants... C'est le miroir de nos sociétés, dit-il, de nos diplomaties et de nos économies... Le CIO a, selon Patrick Clastres... une autonomie financière d'environ 20 ans... Mais les entrées et sorties d'argent sont opaques... 90% des sommes reçues sont censées être redistribuées aux fédérations, aux comités nationaux et aux athlètes... Mais nombre d'entre eux n'ont jamais rien reçu... Or... il rentre dans les caisses du CIO 3 millions et demi d'euros par jour... soit environ 5 milliards pour chaque Olympiade"... Mais les opinions publiques ne semblent pas mobilisées à ce problème... Elles sont gagnées par la mythologie de la neutralité du sport... Alors on s'amusera à lire Paul Molga, dans Les Echos... Le journaliste décrypte le mystère des coureurs kényans... "Pourquoi les coureurs des hauts-plateaux africains excellent depuis 30 ans... dans les courses de fond... La génétique peut-elle expliquer ce miracle africain ?... Non, disent les chercheurs, l'explication n'est pas non plus géographique... Deux hypothèses peuvent expliquer cette suprématie... 1... Les Kényans résistent mieux à la fatigue... Comparés à des Danois par exemple... ils utilisent jusqu'à 10% de plus l'oxygène contenu dans une inspiration... 2... Les Kényans ont des mollets plus fins... plus légers, que ceux des autres athlètes... de l'ordre de 400 grammes par jambe... C'est le résultat d'une expérience... où on a demandé à des athlètes de plonger leurs pieds dans un récipient d'eau... Et puis le dénominateur commun à tous les médaillés, c'est qu'ils courent très tôt le matin et dorment beaucoup dans la journée"... Allez, pour terminer... l'histoire du jour, racontée par Dominique Bonnot dans L'Equipe, et qui, quelque part...nous ramène à l'Afghanistan... Le portrait de cette athlète originaire du Bahrein, espoir de médaille sur le 200 mètres... Portrait dont on ne distingue en fait qu'un ovale... la forme de son visage... Rakia Al-Gassra est fière de porter le voile// D'après son staff... son message... c'est de prouver que toutes les femmes musulmanes peuvent réussir dans le sport... comme ailleurs... tout en portant le voile// Oui... en attendant... Rakia n'a toujours pas parlé à un micro//

Laëtitia GAYET

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.