Alors cette campagne ?... Vous l'avez trouvée comment ?... Elle se termine... A minuit, on arrête tout... A Londres, The Economist titre ainsi : "Election française : c'est le début de la fin"... Alors comme lundi on parlera d'autre chose... le bilan de cette campagne présidentielle, c'est ce matin ou jamais... Dans L'Alsace, Patrick Fluckiger trouve que "cette campagne 2007, ce fut un grand moment de nombrilisme collectif"... Dans Ouest-France, Jean-Yves Boulic salue au contraire "une campagne inédite... où la curiosité a été aiguisée par la surprise de positionnements inattendus"... Et l'éditorialiste liste pêle-mêle : "Nicolas Sarkozy citant Jaurès et Blum à longueur de discours... Ségolène Royal demandant que les drapeaux tricolores fleurissent... François Bayrou dînant avec Michel Rocard pour une alliance PS-UDF"... Alors ça, c'est la campagne vue par les commentateurs... "La campagne jugée par les Français"... C'est en Une du Figaro... 59% la jugent de mauvaise qualité, explique le journal... Ils étaient 71% en janvier... Alors, en même temps... cette campagne, elle a donné envie de voter à 60% des électeurs... 74% des personnes interrogées estiment que Bayrou a fait une bonne campagne... Le meilleur clip des candidats est attribué à Nicolas Sarkozy... la meilleure affiche, pour Dominique Voynet... Alors cette campagne ?... Oui, je sais : pleine de sondages... sondageophiles... sondageophobes... Les sondages ont la permission de minuit... Ils en profitent... Un CSA dans Le Parisien-Aujourd'hui en France... où Nicolas Sarkozy reste stable... Ségolène Royal prend un point... François Bayrou en perd deux... et où c'est toujours 50-50, au second tour, entre Sarkozy et Royal... Un TNS-SOFRES dans Le Figaro... où Sarkozy perd un demi-point... où Royal en perd un... et où Bayrou en prend la moitié d'un... Bref, pas de quoi se faire une religion... d'autant que Michel Bassi le dit dans L'Eclair des Pyrénées : "Du sondé à l'électeur, il y a plus qu'un passage dans l'isoloir"... Alors cette campagne ?... Eh bien justement... vite, une boussole !... Roger Antech, dans Le Midi Libre, analyse qu'"il y en a une toute trouvée pour l'électeur chancelant... Il existe, explique-t-il, suffisamment de valeurs propres, d'histoire, de nuances et d'oppositions entre la gauche, ses extrêmes, la droite, son extrême, et le centre"... Ce matin, il y a donc des journaux qui vous donnent des conseils pour bien voter... La Une de L'Humanité, par exemple... "Dimanche, votez pour vous, pour vos idées"... Le quotidien fait ensuite la liste des enjeux à ne pas oublier avant de choisir son bulletin... Plus ludique... dans France Soir et Le Monde 2... des quizz... "Sachez pour qui voter !", claironne ainsi France Soir, avec son test de 50 questions, qui doit révéler votre choix... Surenchère dans Le Monde 2... Il y en a 60, des questions... Alors, côté boussole... les candidats, hier, avaient peut-être perdu le nord... mais ils avaient presque tous trouvé le sud... C'est La Provence qui le constate, en faisant le tour des derniers meetings... "Sarkozy persiste et signe à Marseille"... "Royal reçoit un soutien de poids à Toulouse"... "Marie-George Buffet, pour un nouveau vote utile à Marseille"... "François Bayrou fait sa révolution sur ses terres à Pau"... "Jean-Marie Le Pen attend la vague à Nice"... Tous ces derniers meetings, vous les retrouverez dans vos journaux... A l'étranger, El Pais a choisi de faire un gros plan sur celui de Ségolène Royal, et titre : "Ségolène se regarde dans le miroir de Zapatero"... Le chef du gouvernement espagnol est en effet allé apporter son soutien à la candidate socialiste hier à Toulouse... Alors, ces derniers meetings... ces dernières réunions... c'est bien sûr pour convaincre les fameux indécis... "Ce sont eux, les maîtres du vote", pour Le Républicain Lorrain... Pour La Tribune, c'est le suspense et "l'incertitude jusqu'au bout... L'élection redessine le paysage politique français, et marque les difficultés du système classique d'affrontement droite-gauche", notent le journal et ses invités... Candidat par candidat... C'est le choix de La Croix, qui passe en revue, pour la dernière fois, "12 candidats, 12 programmes"... et s'intéresse aussi aux "12 faits marquants de la campagne"... du pacte écologique de Nicolas Hulot aux affrontements à la gare du Nord, en passant par le feuilleton des parrainages ou les licenciements chez EADS... Libération se focalise sur 2 des 12 candidats... sur Bayrou et Royal... Entre ces deux-là, ce sera "au finish", titre le journal... qui, une nouvelle fois, affûte ses arguments, sous la plume de Laurent Joffrin... "Salut à toi ô électeur hésitant, prince de cette campagne... Selon ton choix, l'un sera roi ou l'autre reine... Alors oui, explique Joffrin, choisir Bayrou, c'est une folie compréhensible... Plutôt le tracteur que la voiture de police... Mais si l'on vote Bayrou, c'est qu'on décide de faire disparaître la gauche, de la rayer définitivement de la carte"... Autre candidat : Nicolas Sarkozy... Lui, il s'affiche en Une du Parisien-Aujourd'hui en France... C'est à son tour de répondre aux questions des lecteurs... Et le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est l'un des entretiens les plus intéressants du genre... Le dialogue est musclé, les échanges souvent vifs... Les lecteurs n'ont pas ménagé le candidat... Alors, au final, Etienne le trouve "sympathique"... Gérard se dit "agréablement surpris"... Yvan a trouvé quand même "pas mal de démagogie dans le discours"... Et Roselyne regrette d'avoir vu "le même homme qu'à la télévision"... Les candidats... Les électeurs aussi... Dans La Croix, gros plan sur ceux des DOM-TOM... Pour la première fois à une élection présidentielle, ils vont voter avant tout le monde... Et du coup, ils voteront dès demain... C'est une nouveauté depuis le référendum européen de 2005... Auparavant, les électeurs d'outre-mer votaient après ceux de métropole... une fois donc les premiers résultats connus... Dans Le Monde, portrait des 5.534 Franco-Pondichériens... Alors cette communauté française du bout du monde vote traditionnellement à droite, explique le journal... En fait, à Pondichéry, on reste fidèle au général de Gaulle... Beaucoup de ces électeurs ne parlent plus français... et du coup, cette anecdote, rapporte le journal... "En 1995, le RPR avait dit de mettre dans l'urne les bulletins commençant par "Ch"... Et du coup, eh bien, c'est Jacques Cheminade qui a remporté le plus de voix"... Bon... Pour le bulletin, vous faites comme vous voulez... Rendez-vous, de toute façon, dimanche à 20 heures pour connaître le choix des Français... Euh... 20 heures ?... Vous êtes sûr ?... C'est en effet la polémique... A l'étranger, les résultats des premières estimations seront publiés dès 18h30... sur le site Internet, par exemple, du quotidien belge Le Soir... France Soir explique que le scandale arrive par Morandini... Jean-Marc Morandini, chroniqueur du journal, a en effet annoncé qu'il publierait des "rumeurs certifiées" sur son blog, à partir de 18 heures... C'est formellement interdit, et cela pourrait lui coûter jusqu'à 75.000 euros... Sauf que si les sites qui publient ces estimations avant 20 heures ne sont pas hébergés en France... eh bien leurs auteurs ne risquent rien... C'est ce qui fait constater aux Echos que "Internet bouscule l'interdiction des sondages"... Le Figaro tente de rassurer, en expliquant que dimanche, "Internet sera sous haute surveillance"... "Savoir !... Et surtout savoir avant les autres", soupire Gilles Dauxerre dans La Provence... "Pourquoi être pressé un dimanche ?", poursuit Didier Pobel dans Le Dauphiné Libéré... L'éditorialiste garde en mémoire "cet instant où le crâne de l'élu apparaît sur le petit écran... ce moment où le pays tout entier se fige dans un religieux silence... Vieille histoire que tout cela... Il nous faut, regrette Pobel, désormais tout savoir au plus tôt"... Surtout qu'en plus, est-ce que savoir changera quelque chose ?... Parce que une autre question ce matin... Le bulletin de vote, est-ce que c'est génétique ?... Dans Psychologies Magazine... "Votez-vous comme votre famille ?"... Et la réponse, eh bien, c'est "oui, je vote comme papa-maman", à 56%... Alors, en même temps... 61% des personnes interrogées ne parlent pas politique avec leurs parents... 40% évitent même d'en parler avec leur conjoint... et plus d'un quart des personnes qui vivent en couple ne votent pas comme leur conjoint...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.