Un immigré peut rapporter gros. Dit comme ça, la phrase peut surprendre voire choquer à l'heure où les images de migrants en détresse en Méditerranée peuplent vos journaux, comme ce matin.

Et pourtant…En Grande Bretagne, une campagne publicitaire montre et démontre que l'immigré est un atout. Elle est à découvrir dans LA CROIX . L'affiche est on ne peut plus simple. Un homme. "Je suis un immigré. Depuis sept ans, je sauve des vies. Et la vôtre pourrait être la prochaine ." Lukas Belina. Polonais. Pompier. Des affiches comme ça, il y en a une quinzaine. Ainsi, la thérapeute syrienne Lana Makkdisi, le chauffeur de bus Kashmiri, Moahammad Taj etc... Cette campagne vise à changer le regard des Britanniques à l'approche des élections du 7 mai, au moment où les thèmes anti-immigration prospèrent. Tous ces immigrés sont des résidents britanniques et contribuent à faire prospérer le pays. Ils prennent les emplois vacants. Selon le Centre de recherche et d'analyse sur la migration, ils ont rapporté au Royaume Uni trente-cinq milliards d'euros entre 2001 et 2011. Si leur nombre était plafonné comme le prône UKIP, les impôts devraient être augmentés de plus de 2% pour couvrir les pertes engendrées par la Grande Bretagne.Mais une campagne ne peut changer la réalité du monde. Et ce monde est xénophobe. En Afrique du Sud par exemple, celui qui n'est pas sud-africain est un bouc émissaire de la misère. Sophie Bouillon deLIBÉRATION raconte les lynchages d'étrangers. Monsieur Sithole cherche son locataire depuis deux jours. Un Bangladais. Il se cache dit-il. Son épicerie dans le township d'Alexandra a été saccagée. Les étagères sont vides. Les voleurs ont tout pris. Samedi, un ressortissant mozambicain a été tué à coups de couteau devant une foule inerte. Que reproche-t-on à ces étrangers ? De voler tout simplement le travail des Sud-Africains. La faute à une discours politique xénophobe. Ainsi le fils du président Zuma agite la peur d'un coup d'État venu de l'extérieur. Les immigrés font dit-il, ce qu'ils veulent chez nous. L'ANC, le parti au pouvoir, le parti de feu Mandela, sait aujourd'hui, qu'il ne peut plus blâmer les blancs. Alors il rejette la faute sur les étrangers.En Europe, ce discours xénophobe fait florès, aussi. C'est le fond de commerce de l'extrême droite. En Suède écrit L'OPINION , les Démocrates suédois, parti de droite radicale ont pour la première fois atteint un score à deux chiffres sur ce thème. La Ligue du Nord en Italie s'en sert pour les futures élections régionales de mai. En France, les caciques du FN appellent à un meilleur contrôle migratoire."Ces migrants imaginaient-ils seulement, poursuit Jean-Claude Souléry dans LA DÉPÊCHE DU MIDI , qu'en traversant la mer, au péril de leur vie, ils risquaient forcément de faire le jeu du FN en France ou encore celui d'Aube Dorée en Grèce ? Savaient-ils qu'il y a des immenses grilles à Ceuta et des gouffres amers au large de la Libye ?Savaient-ils aussi que les Libyens sont racistes ? "Un migrant raconte à Maryline Dumas du FIGARO , que les vexations sont quasi quotidiennes. "Les Libyens parfois nous battent sur les chantiers ou alors ils refusent de nous payer après une journée de travail ."Et pourtant, chiffres à l'appui, les candidats à l'Europe sont toujours plus nombreux. Le site SLATE et LE SOIR de Belgique publient les cartes de ces flux migratoires. La Méditerranée est la région la plus meurtrière au monde.Soixante-quinze pour cent des migrants dans le monde y sont morts entre janvier et septembre 2014. Ces morts viennent tous des mêmes endroits d'Afrique ou du Moyen-Orient. Trois routes sont privilégiées : l'Espagne, l'Italie et les Balkans.Mais preuve que la situation empire, le profil de ces migrants a changé. LA STAMPA relève qu'il y a beaucoup plus de femmes et d'enfants. Beaucoup plus de famille de classe moyenne. Ce qui fait flamber les prix. Abdullali, un volontaire de La Croix Rouge raconte : "Quand je suis arrivé en Italie de Somalie en 2008, le coût du voyage était de 1 500 à 2 000 euros. Maintenant, 2 000 euros, c'est souvent le premier versement."Que faire alors ? Philippe Waucampt du journal LE RÉPUBLICAIN LORRAIN note qu'il faut toujours des records pour "réaménager" la hiérarchie de l'information et ramener un dossier en haut de la pile. Donc...À situation d'urgence, réunion d'urgence rappellent LES ÉCHOS . Les ministres européens des Affaires étrangères doivent se réunir aujourd'hui, au Luxembourg.L'OPINION assure qu'une réflexion est en cours pour mettre en place une vraie politique de sauvetage avec une réinstallation des migrants dans les États membres.Pour Jean-François Dubost, responsable du Programme Personnes Déracinées pour Amnesty International , dans RUE 89 , l’une des solutions pour sensibiliser le public, ce sont les témoignages des rescapés. Cela les humanise. Le problème, est que dès qu’on passe de l’individu au volume, cela fait peur. La transposition est difficile. D'ici là... Et bien d'ici là, on se contentera de ces Unes et des ces phrases aux accents bibliques des éditorialistes. "Mer morte" pour LIBÉRATION . La Méditerranée est devenue le cimetière marin "des damnés de la Terre", pour Patrice Chabanet du JOURNAL DE LA HAUTE-MARNE . "Oui, ce naufrage nous indigne" comme le titre LA DÉPÊCHE DU MIDI .Faut-il croire encore en l'homme après tout cela ? Eh bien, je vous encourage à lire l'interview de Hubert Reeves dans LA VOIX DU NORD ce matin. L'astrophysicien écologiste s'épanche avec le sourire sur la nature humaine. Croyez-vous encore en l'homme ? "Bien sûr ! L'homme est la seule espèce capable de donner l'art et la science. Il a fait Mozart, les lois de la physique, reconstitué son passé et son ADN ." Mais ça c'est la belle histoire. "Le grand problème du monde , ajoute Hubert Reeves, est que l'intelligence de l'homme est mise au service de son profit immédiat. S'il ne change pas, il s'auto-détruira et la vie continuera sans lui, sur la planète ."Quoi d'autre dans la presse ? Retour sur la prestation de François Hollande sur Canal+ hier. Il y en a pour tous les goûts. Pour Cécile Cornudet du journal LES ÉCHOS , c'est un président sans carte d'identité sur son quinquennat.Le bilan de Rémi Godeau de L'OPINION est plus succint : deux heures d'Infotainment. Une parole gaspillée pour Florence Chédotal de LA MONTAGNE .Pas de parole gaspillée pour Amaury Levaux. LIBÉRATION livre des extraits du livre de l'ancien nageur, médaillé olympique qui sort mercredi. C'est la fête du slip ! Des filles faciles, des saladiers de cocaïne. Avec cette image d'un beau gosse de l'équipe de France, chouchou du grand public, en train de sniffer un rail de coke, entre les seins d'une attachée de presse lors d'une soirée aux JO de Londres en 2012.Heureusement, il nous reste le bonheur... des poules ?! Comme on étudie tout, il fallait bien s'occuper des gallinacées.Révélations de l'INRA viaLE PARISIEN-AUJOURD'HUI EN FRANCE. Si une volaille est joyeuse, sa viande n'en sera que meilleure. Mais comment être sûr qu'une poule est heureuse ?Sachez-le. La poule est stressée en extérieur. Elle préfère l'intérieur d'un bâtiment. Parce que c'est cool, y'a pas de rapaces, y'a plein de copains. La poule est un animal très social. Toujours lui donner la même chose à becqueter. Si on introduit un aliment nouveau, elle pousse des cris de détresse et peut parfois s'arrêter carrément de manger. Et puis la poule aime se rouler dans la poussière. Le poussin sait jouer au rugby-crotte. Un jeu qui consiste à saisir une fiente avec son bec avant d'être pourchassé par ses coéquipiers.Alors comme qui dirait (cri de coq ) : "Roule ma poule, ou plutôt roule mon coq !"

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.