A Nantes, des ingénieurs et des spécialistes des imprimantes 3D ont conçu un respirateur artificiel. Ils illustrent le mouvement des "makers", qui dans la crise du conv-19 revigore la vieille industrie, explique Usbek et Rica. Le Bondy Blog raconte lka mort des vieux Chibanis dans des foyers oubliés.

Une fausse rumeur sur Bill Gates à l'origine du Coronavirus
Une fausse rumeur sur Bill Gates à l'origine du Coronavirus © AFP / MICHAEL COHEN

On parle d’une rumeur…

Et on parle d’un milliardaire, Bill Gates, fondateur de Microsoft, qu’une rumeur mondiale a saisi, folle et terrifiante, que le New York Times vient de mettre en lumière, que le site les décodeurs du Monde avait évoqué dès février et que décrivent des journaux avertis, l’Opinion, Capital ou Numérama sur internet…

Bill Gates, selon cette rumeur serait l’inventeur du Covid 19, il aurait fabriqué la pandémie pour prendre le contrôle de la population mondiale par un vaccin qu’il fera fabriquer en réponse au virus qu’il nous a inoculé…

Et cette folie s'est répandue dans des proportions inimaginables. Les dix vidéos les plus populaires relayant des mensonges concernant Bill Gates et le coronavirus ont été vues près 5 millions de fois sur Youtube depuis mars, écrit le New York Times; 16000 post Facebook reprenant les mêmes mensonges ont été approuvés et commentés 900.000 fois…

Et voilà l’ironie, la rumeur est née de l’engagement même de Gates pour le bien commun, que le Figaro rappelait samedi, l’article est encore en ligne. Bill Gates, fortune faite et au-delà, est devenu philanthrope, s’est engagé avec son épouse via une fondation dans la lutte contre les maladies… En 2015, fort de son expérience, Gates avertissait dans une conférence. «Quand j’étais gamin, la catastrophe dont on avait le plus peur était une guerre nucléaire. Mais aujourd’hui, si quelque chose tue plus de 10 millions de personnes dans les prochaines décennies, ce sera probablement un virus hautement contagieux plutôt qu’une guerre… »

Cinq ans après, la prophétie de Gates est devenue la preuve des complotistes, dont il est une cible récurrente. En février, le Monde rappelait qu’on lui avait déjà reproché de vouloir inoculer la polio à l’Afrique en prétendant la vacciner! Gates incarne le fantasme du milliardaire qui participerait à un « gouvernement fantôme » de la planète, expliquait au Monde  Jocelyn Raude, chercheur à l’école des hautes études de la santé publique…  

La crise du Covid 19 a réactivé une haine qui a sa logique politique. Gates prêche pour les impôts, la coopération mondiale, les vaccins, il a critiqué l’abandon de l’OMS par Donald Trump. Et dans la coalition qui l’accuse, vous trouvez des agents infectieux de la droite pro-Trump, des groupes s’opposants aux vaccinations, même un membre dévoyé de la famille Kennedy, et une logique implacable qui voit une partie de l’humanité s’est perdue dans une nécrose de l’esprit.

Je lis au détour de l’interview de Jean-Yves le Drian par le journal Le Monde cette phrase désespérée, « Ma crainte, c’est que le monde d’après ressemble au monde d’avant, mais en pire »… Elle fait écho.

Mais la science ne désarme pas…

Et on trouve aussi dans nos journaux une foi en la raison un émerveillement aussi quand l’Union s’attarde sur l’avion géant Antonov qui hier s’est posé à Vatry dans la Marne avec à son bord des équipements anti-covid 19... Mais il y a mieux. 

Presse Océan raconte l’histoire ébouriffante d’une poignée d’ingénieurs et experts en imprimantes 3D de Nantes, qui en un mois ont inventé un respirateur artificiel. Il se sont confinés dans leur recherche depuis mars, travaillant jour et nuit dans une lumière artificielle intense simulant un après midi ensoleillé, ils se sont baptisés makers for life, fabricants pour la vie, leur respirateur s’appelle make air, celui qui fait de l’air, il a été testé au CHU de Nantes et à Brest, et fabriqué à grande échelle coutera 1000 euros, dix à quarante fois moins que les respirateurs actuellement produits par l’industrie, et les plans de la machine seront en accès libre sur le web. L’équipe de Make Air pose dans le journal  derrière une banderole du FC Nantes, racines, mais ce qu’elle a accompli se décline. 

Je lis dans Usbek et Rica que les makers, sont un mouvement cohérent, qui attendait son heure pour transformer les vieilles industries par les initiatives ouvertes, les fab lab innovants et la technologie 3D, et le coronavirus est son moment, à la rescousse de de l’Assistance publique à Paris (le Parisien l’a raconté) mais aussi à Sens me dit l’Yonne républicaine, où un passionné conçoit des pièces qui font le lien entre des masques de plongées et des respirateurs artificiels… Les pièces sont fabriquées en série par les lycées de Sens… 

Les lycées ? 

En Afghanistan, cinq lycéennes essaient de fabriquer un respirateur artificiel bon marché à partir de pièces de voitures usagées, des Toyota Corolla, le modèle le plus répandu dans le pays, selon des plans conçus  à Harvard… L’histoire a été racontée par l’Agence france presse, reprise notamment dans la Tribune avant le week end ! Ces lycéennes se surnomment "les rêveuses afghanes", je me figure que Bill Gates a des soeurs et que l’avenir existe…

Mais les journaux rappellent aussi des drames…

Et nous laissent pas attendre en bonne conscience. La Croix me raconte l’abandon de migrants à la dérive en Méditerranée par l’Italie la Libye et Malte, et me raconte aussi des personnes âgées qui se laissent partir de solitude, on appelle ça le glissement: à lire d’autant plus qu’à partir d’aujourd’hui les familles, oh si peu, pourront à nouveau visiter leurs anciens en Ehpad… Ces Ehpad dont Libération raconte l’hécatombe, et avant elle les négligences et le chaos d’un grand groupe, Korian… 

Et pendant ce temps, allez le lire sur le Bondy Blog, d’autres vieillards meurent dont on parle encore moins, des vieillards immigrés, des vieux travailleurs qu’on appelle les Chibanis dans des foyers qui n’intéressent pas grand monde en dehors de ce précieux journal… 

Notre besace de remords est pleine, et pourtant dans la presse se sent le printemps,  le déconfinement qui vient, et des corps en pleine santé qui s’ébrouent.

Le Télégramme me dit que deux coureurs à pieds Aurélien Dumontier et Pierre-Yves Le Gurun, sont prêts pour le 11 mai 17 heures, à s’élancer sur les chemins côtiers pour un Vannes-Port du Crouesty aller-retour, 90 kmh de nuit, afin de lever des fonds pour des paniers repas destinés aux soignants de l’hôpital et aux  personnes isolées…

Il y a plus de quarante ans, aux Etats-Unis, en France, des champions rêveurs inventaient ce qui deviendrait les marathons de masse, l’Equipe les raconte et ils donnent envie de les poursuivre. Nous serons.

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.