Attaque à Ankara, attentat à Berlin, en France, 2 femmes en ligne de mire

La revue de presse, bonjour Hélène Jouan

On commence évidemment ce matin par les 2 événements qui ont fait hier l’actualité, et dont nous parlons ce matin avec nos invités.

« N’oubliez pas la Syrie », a-t-il hurlé quelques secondes après son forfait « Dieu est le plus grand ». Main gauche levée, index tendu, l’autre baissée tient encore l’arme avec laquelle il vient de tirer sur l’ambassadeur. L’homme git à ses pieds. Photo assez incroyable signée du photographe turc BUHRAN OZ-BI-LI-CI d’AP du meurtrier de l’ambassadeur russe hier à Ankara. On la retrouve à la Une de toute la presse internationale, Libération chez nous, New York Times aux Etat-unis. On croirait presque regarder une affiche de film, avec un déhanché à la Travolta. Mais ce n’est pas du cinéma, capture d’un moment d’histoire, et cette vidéo tout aussi incroyable d’un meurtre en direct, avec la harangue d’un meurtrier, répétée jusqu’à la nausée si vous naviguez de site en site

Autre photo à la Une, celle du camion au pare-brise brisé qui a foncé hier dans la foule « l’horreur au cœur de Berlin » titre le Figaro, « Berlin terrorisé » pour la Voix du nord, « Nice réédité » pour l’Echo de Haute Vienne. A peine quelques précautions d’usage, c’est la piste de l’attentat qui est évidemment privilégiée. Dans le Figaro, Patrick Saint-Paul parle d’un drame doublement symbolique ; « Les terroristes explique t il, ne pouvaient pas choisir endroit plus marquant pour signifier à l’Allemagne qu’ils sont en guerre contre elle. Le choix du lieu, un marché de Noel, dans un pays qui contrairement à la France a inscrits ses racines chrétiennes dans sa loi fondamentale, le choix du lieu encore en percutant la foule au pied de l’église du souvenir, lieu de mémoire de la seconde guerre mondiale. ». Saint paul qui évalue les conséquences politiques d’un tel attentat, et notamment la pression acrrue sur Angela Merkel et sa politique d’accueil des réfugiés ; Depuis le drame hier soir, « Ich Bin ein Berliner » de Kennedy est repris en boucle sur les réseaux sociaux nous raconte Aujourd’hui en France/le Parisien. « C’est la capitale allemande qui a été touchée la première mais plus qu’un pays c’est le cœur de l’Europe qui est atteint » assure Stéphane Albouy…

Oui, Attentat à Berlin, assassinat à Ankara, pour Michel KLE KO WI KI du républicain Lorrain, « ce double message envoyé hier par les terroristes islamistes est un nouvel avertissement en lettres de sang aux pays occidentaux". "Nul n'est à l'abri. Ni un ambassadeur russe censé être ultra-protégé à Ankara, ni les innocents qui profitaient d'un moment de bonheur en famille au marché de Noël à Berlin", écrit il. Alors est-ce une nouvelle étape de » la guerre des religions », à laquelle les islamistes veulent nous faire accroire ? En tout cas, ça marche. Hier ce ne sont pas des passants de Noël, ni des allemands qui ont été visés à Berlin, mais «des chrétiens, continuellement agressés par les "terroristes islamistes" a immédiatement dénoncé, avec ces mots-là, le futur président américain Trump.

Retour en France Hélène où une décision de justice a un peu de mal à passer, celle concernant Christine Lagarde dans l’affaire de l’arbitrage Tapie

« Coupable mais pas responsable » s’insurge Nicolas Beytout à la Une du quotidien l’Opinion, renversant la fameuse sentence appliquée à une autre ex ministre Georgina Dufoix, dans l’affaire du sang contaminé. « Impression de demi-mesure et donc de demi justice » reconnait Laurent JOffrin dans Libération. Et qui dit demi-justice dit injustice. Dessin d’Alex dans le Courrier Picard : Le président de la cour lance à Christine Lagarde « z’avez de la chance, Caissière à Auchan et c’était la taule pour une erreur de caisse de 10 euros ». Tout est dit

« Coupable mais pas condamnable ! accuse Jean Marcel Bouguereau de la République des Pyrénées. Une mansuétude qui viendra opportunément nourrir le sentiment antipolitique qui ne cesse de monter dans le pays » Hier, c’est François Bayrou qui a dégainé le premier les vers de la Fontaine repris à l’envi par d’autres politiques, et relayés sur twitter :« selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir ».

Dans le Monde et le Figaro, les chroniqueurs judiciaires patentés que sont Pascale Robert Diard et Stéphane Durand-Souffland tentent bien d’expliquer, non pas justifier, mais expliquer sur le fond la décision de la cour de justice de la république à l’encontre de l’ex ministre de l’économie, mais même chez eux, le verdict finit par tomber : « jugement illisible assène Durand Souffland, que ce nouvel avatar du « coupable mais pas punie » systématiquement accolé aux puissants. Absence de peine, absence de coupable même, puisqu’hier Christine Lagarde ne s’était pas déplacée pour entendre la sentence, ça fait beaucoup pour un seul arrêt » dit il

Coupable mais pas condamnée Christine Lagarde ? Tout à fait condamnable rétorque la presse quasi unanime ce matin

Une autre femme dans le collimateur de la presse ce matin Hélène,

Ségolène Royal. A la Une de la presse régionale

« Double carton jaune pour la gestion Royal » titre le quotidien la Charente Libre. C’est en effet hier que le rapport de la chambre régionale des comptes présentant les finances notamment de l’ex région Poitou Charente a été débattu par les élus régionaux…Et décidément, la ministre de l’environnement et le président de la nouvelle région, Nouvelle Aquitaine ne comptent pas de la même façon, « à se demander si on est allé à la même école », s’amuse ce denier. Capacité d’autofinancement négative, prêts «qui ont engendré d’importantes pertes pour la collectivité», pire dette de France, impayés oscillant entre 86 et 111 millions d’euros, n’en jetez plus. Les chiffres et analyses des magistrats sont accablants. Mais ils n’ont pas retenu la notion «d’insincérité budgétaire». Et c’est la grande victoire de l’ex présidente de Poitou Charente. Hier, elle s’est donc dite satisfaite de ce rapport qui lave son honneur. Un peu Ponce Pilate sur ce coup-là, la Charente Libre propose à ses lecteurs, la version téléchargeable des 297 pages du rapport de la chambre des comptes. « A chacun de trancher » juge t elle

En bref Hélène

Pour revenir un instant à Alep, sachez que Bana ALABED, cette fillette de 7 ans qui depuis plusieurs semaines, avec sa mère nous racontait avec ses mots sur twitter sa vie sous les bombes à Alep, et bien la fillette a été évacuée nous raconte ce matin The Guardian, qui poste des photos d’elle prises avec des humanitaires turcs en Turquie donc, où elle aurait trouvé refuge.

« C’était Alep », c’est aussi l’objet du double numéro de fin d’année du magazine le Un qui sort demain. Avec analyse de la situation actuelle de cette ville martyre, et quelques lignes très émouvantes de Niros Malek, auteur syrien qui a choisi de rester vivre dans le quartier de Saladin à Alep. Mais rappel aussi tout ce qu’a été Alep, ce creuset de cultures et de rencontres sous la plume de Marie Seurat ou de Mathias Enard, d’Agatha Christie et Amin Maalouf…

Et je termine pour de vrai et plus légèrement avec le palmarès des films français 2016, établi dans le Figaro. « Iris » de Jalil lespert, » uniquement pour spectateurs sado maso ». Brice 3 avec Dujardin, une noyade, « Radin », avec Dany Boon, « remboursez ! », « Cézanne et moi », la qualité française dans ce qu’elle a de plus poussiéreux…Et j’en passe ! C’est la fin de l’année, Eric Neuhoff, Nathalie Simon et Etienne Sorin n’en peuvent plus de voir des croutes ! Et nous, ça nous laisse moins de regret de les avoir ratées ! vivement 2017 !

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.