Photos d'UkraineVisages ensanglantés de deux civils en Une du MONDE, et ce regard qui hante, entre défi, colère et terreur face à un policier. Casque et masque à gaz. Photo d'opposant au milieu des débris de la place de l'Indépendance à Kiev en Une du NEW YORK TIMES et du FINANCIAL TIMES. Photos des forces de l'ordre massés, groupés dans les pages intérieures de SUD-OUEST.Ces scènes de guerre jalonnent ce matin, l'ensemble de la presse.C'est le brasier de Kiev qui affole l'Europe titre SUD-OUEST.L'Ukraine craque de partout écrit pascal Coquis dans LES DERNIERES NOUVELLES D'ALSACE. Elle est en passe de se scinder en deux. Et c'est préoccupant car ça risque de peser sur les affaires du monde, parce que la Russie est impliquée dans ce processus d'auto-destruction.La Russie au coeur de tous les maux ukrainiens.Leçon d'histoire signée Christophe Lucet dans SUD-OUEST. En 1991, la sortie de l'Ukraine du giron soviétique a permis à la nation de respirer un air de liberté. Cela ne voulait pas dire pour autant que Kiev avait cessé d'appartenir à la civilisation russe. Toutes proportions gardées, la situation rappelle un peu celle de l'Ecosse avec le Royaume Uni, avec ce mélange indissociable d'identités distincte et de racines communes. Témoin écrit, Alain Guillemoles dans LA CROIX. Le domaine culturel et artistique est dominé par la langue ukrainienne. Mais dans le monde des affaires, on parle russe.On est là aux frontières de l'Europe poursuit Jean-Christophe Ploquin toujours dans LA CROIX. Les Ukrainiens sont divisés sur leur identité. Et la difficulté a été exacerbée ces dernières années, par l'expansion jusqu'à sa porte de l'Union Européenne, et par le regain d'influence de la Russie. Le pays ressemble du coup, à un bateau ivre.L'Ukraine a t'elle sa place dans l'Union Européenne ?Question de Jean-Dominique Merchet dans L'OPINION. A Paris et Berlin, on n'ose pas le dire à haute voix, mais globalement, c'est non, contrairement à la Pologne. Mais on a fait les comptes.L'Ukraine a une population comparable à l'Espagne avec un PIB inférieur à celui du Portugal. Enfin, l'Ukraine ne peut pas choisir entre la Russie et l'UE. Elle a besoin des deux pour assurer son économie et sa sécurité. Dans cette affaire, Poutine n'avance pas masqué.Pour lui, l'Ukraine fait partie de la Russie. On peut ne pas être d'accord.Mais on est obligé d'en tenir compte. Et rompre avec Moscou à Kiev, c'est rompre avec Moscou partout, sur la Syrie et sur l'Iran.D'autant que les armes sont inégales selon Isabelle Lasserre du FIGARO. La verticale du pouvoir russe permet à Vladimir Poutine d'agir vite. Ce qui est loin d'être le cas de Bruxelles. Le spectre des sanctions pour louables qu'elles soient, arrive trop tard.Et puis des sanctions pour quoi faire se demande Hervé Favre dans LA VOIX DU NORD.Les sanctions, c'est bon pour la conscience, mais peu efficace sur le terrain admet mezzo voce un diplomate.L'impasse est là conclut Anne Bauer des ECHOS. L'Ukraine est pris en sandwich.Et tôt ou tard, les Européens devont discuter avec Moscou pour trouver une solution. On y revient. Les clés sont dans le bureau de Poutine.Quoi d'autre dans la presse ce matin ?D'autres crises, pas mondiale mais qui donnent à réfléchir.Ainsi dans LIBéRATION, on apprend que les ONG sont à leur trou rattrappées par l'austérité. Avec la baisse des subventions et la crise du secteur privé, les associations se lancent à leur tour dans des plans sociaux. Chez Aides, le pilier en France de la lutte contre le sida, on a même fait grève. 65 personnes vont être licenciées. Mais ce qui indigne les salariés au plus haut point, c'est la rémunération du directeur général, Vincent Pelletier. En 2012, il percevait environ 12.000 euros par mois.Des salariées en lutte pour être payées.C'est à lire dans L'HUMA. Ca se passe à Paris. 5 manucures chinoise sont en grève. Travail 6 jours sur 7, matériel à leur frais. Elles n'ont jamais eu de fiche de paye. Et depuis deux mois, elles n'ont carrément rien touché.Et pendant ce temps, LES ECHOS affichent à leur Une, la belle sortie de crise des banques françaises. Après 5 ans de crise financière et économique, les banques reviennent dans le peloton de tête des grands groupes français qui dégagent les bénéfices les plus éclatants.Et pendant ce temps toujours, Facebook se paie Whatsapp, une application de messagerie instantanée. 19 milliards de dollars. Pour ne pas rater le virage des smartphones, écrit le site SLATE ce matin.Les prêtres ne sont pas tous des hommes heureux.D'après LA CROIX, les jeunes prêtres sont menacés de burn-out. Ils sont surchargés. Le suicide d'un prêtre dans la Manche en décembre dernier a sonné le tocsin. Avec le vieillissement, le regroupement des paroisses, mécaniquement, les jeunes prêtres se retrouvent très tôt propulsés à des niveaux de responsabilité inimaginables du temps de leurs aînés. Prenez du recul. Ne vous identifiez pas à votre mission explique l'évêque de Metz. Pas toujours simple. Surtout quand la greffe avec la communauté ne prend pas.Un prêtre bloggeur raconte que certains lui ont reproché de porter un col romain.D'autres de ne pas en porter. Pour palier ces difficultés, sont apparus dans les diocèses des coachs pour prêtres. Mais la démarche explique Samuel Lieven de La CROIX peine à faire des émules. Et pour cause, dans l'Eglise, la tendance est trop souvent de spiritualiser les problèmes.Mais l'Eglise sait aussi se réinventer. LE PARISIEN-AUJOURD'HUI EN FRANCE s'amuse ce matin, de la nouvelle campagne pour le denier du culte. A Gap, l'affiche montre un prêtre en lunettes noires et oreillettes, type espion. Cet homme est en mission peut-on lire. Baptêmes, mariages, funérailles, visites au personnesDonnez-lui les moyens de l'accomplir.Du denier du culte au denier du couple...C'est à lire sur SLATE et c'est pour les parents qui découvrent les joies de la parentalité...Rien de plus épanouissant en effet que de lire une histoire... changer des couches... préparer le dîner... changer les couches... préparer le petit déjeuner... changer les couches...Pour partager les tâches...On pouvait la jouer à pierre-feuille-ciseaux ou alors crier... ou être un homme et en faire le moins possible...Je précise que c'est une femme Nadia Daam qui écrit l'article sur SLATE...Bref...Un couple d'Américains à trouvé une solution//Ils se paient...Concrètement... 20 dollars pour coucher le gosse//Evidemment... la tarification de la tâche dépend de sa pénibilité...//Par exemple... l’organisation des vacances est estimée à 400 dollars...Tandis que sortir acheter un plat à emporter coûtera 4 dollars à celui qui ne souhaite pas le faire//Le hic écrit la journaliste de SLATE c'est que Danny et Bethany n'ont pas pensé à tout//Bethany a porté et accouché des deux enfants gratuitement//Si on s’en tient à leur fonctionnement... elle devrait être rémunérée pour cela//Alors nous ne sommes pas un couple Bruno...Mais j'ai une question ce matin... Comme j'occupe votre bureau pour quelques jours...Combien me donnez vous pour le foutoir que vous y avez laissé ?

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.