A Boali en Centrafrique
A Boali en Centrafrique © Reuters / Joe Penney
Face à face : un soldat français et un jeune homme affublé d'une perruque blonde. - "Pose ton arme !" Il porte des gris-gris sur le torse, il devance un groupe d’hommes surexcités. Mais il est le seul à posséder une arme à feu. Il hésite un instant, il finit par poser son fusil à terre. Et recule, sans cacher sa rage. A Boali, à 100 kilomètres au Nord Ouest de Bangui en Centrafrique, à cet instant, un massacre peut encore se produire. Le face à face à entre le soldat et l'homme à la perruque blonde a lieu devant l'église Saint Pierre de la ville. Au même moment, trois camions chargés de bagages et de personnes effrayées s'engouffrent dans l'allée qui mène à la paroisse. Ce sont eux, des musulmans qui s'apprêtaient à fuir la ville, que l'homme à la perruque et son groupe, des anti-balaka, ces milices largement composées de chrétiens qui veulent venger les exactions commises par les musulmans ces derniers mois, voulaient attaquer. D'ailleurs dans une rue en contrebas, le massacre a commencé. Les soldats français sont pris entre deux fronts : la rue, l'église. Mais un autre face à face se produit : les deux prêtres de l'Eglise face au groupe de vengeurs. "Ces gens ne peuvent plus partir !" dit le père Xavier. Il annonce qu'il fait ouvrir les portes de son église pour les musulmans menacés. Dialogue entre l'autre homme en robe noir, le père Boris, et l'un des vengeurs. "Je lui ai dit que moi aussi je voulais agir comme lui. Mais c'est à ce moment là qu'il faut faire le pas, être capable de se comporter en chrétien. Je lui ai dit que d'une certaine façon c'était une victoire de voir les musulmans réfugiés dans une de ces églises qu'ils détruisaient fréquemment" 600 à 800 musulmans s'entassent dans les travées de Saint Pierre sous la protection des soldats français. Des gens en larmes, des enfants en sang. Le soir tombe, des silhouettes rodent encore autour de l'église. Hier dimanche, les réfugiés y étaient encore. Pendant la messe, au moment du baiser de la paix, le père Boris a demandé aux fidèles chrétiens d'aller saluer les musulmans. [Comment un massacre a été évité à Boali, scène de la guerre en Centrafrique. Le récit est dans _Libération_ , sous la plume de Maria Malagardis ](http://www.liberation.fr/monde/2014/01/19/a-boali-sangaris-face-au-lynchage-des-musulmans_974069)et dans _Le Figaro_ , sous celle d'Adien Jaulmes. Ce qu'elle raconte aussi : alors que l'ambiance est un peu moins violente dans la capitale, dès qu'on sort de Bangui, sur la route, on croise très vite « un village calciné et des gens paniqués, qui implorent les troupes étrangères de rester sur place ». **Sur _slate.fr_ , le Rwanda, 20 ans après le génocide** Et cette question, en forme d'espoir pour le Rwanda et tous les pays qui massacrent leur avenir à coups de machettes ou de Kalachnikov. 20 ans après, [« le Rwanda est-il devenu la sillicon valley de l'Afrique ?](http://www.slate.fr/story/82215/rwanda-high-tech) » Ce n'est qu'un titre, avec tout ce qu'il y peut y avoir de grossissant dans un résumé en quelques mots. Mais tout de même, une batterie de chiffres vient appuyer le titre. Depuis 2001, le PIB a augmenté en moyenne de 8% par an au Rwanda. 1 million de personnes sont sorties de la pauvreté. Pour la banque mondiale, c’est le deuxième pays africain le plus propice aux affaires derrière l'ile Maurice. Le moins corrompu de la région, aussi, selon Transparency international, et l'un de ceux qui s'approchent le plus des objectifs du millénaire pour le développement fixé par l'ONU. Encore quelques chiffres : 60% des habitants ont un téléphone portable. Un accord a été signé avec une firme coréenne pour que 95% de la population ait accès à la 4G dans les années à venir. Il y a des spots Wi Fi à Kigali et des starts up. L'espoir est de bâtir une économie fondée sur les technologies de l'information et de la communication. Voilà pour le versant rose. Le versant plus sombre : une très large partie de la population reste encore sous le seuil de pauvreté. Manque d'infrastructures, d'électricité, l'agriculture reste le secteur d'activité principal. Mais pour les 60% de la population rwandaise qui ont moins de 25 ans, le rêve est permis, quelques années seulement après un génocide qui a le même âge qu'eux. L'Afrique branchée, connectée sur Internet. Dans _Les Echos_ , long portrait du « Steve Jobs africain », le congolais Vérone Mankou, inventeur de smartphone et de tablette. Classe moyenne en Afrique : 300 millions de personnes. La guerre et comment en finir ou l'éviter. Une « semaine de vérité s'ouvre pour la diplomatie internationale au Moyen Orient », écrit Philippe Gélie dans l'édito du _Figaro_ . Entrée en vigueur de l'accord intérimaire sur le nucléaire iranien, réunion de Genève sur la Syrie. A propos de l'Iran, en pages intérieures, Isabelle Lasserre a cette formule pour résumer l'immensité du défi : « Aucun pays au monde, aussi proche du seuil nucléaire n'a jamais renoncé à une technologie dans laquelle il a autant investi. » **Quoi d'autre dans la presse ?** Le pétrole bientôt à moitié prix. C'est une question à la Une du _Parisien-Aujourd'hui en France_ . Question qui s'appuie sur le rapport d'un cabinet d'analyse financière qui envisage une chute brutale des prix du brut d'ici à 2017. Conséquence du développement des pétroles et gaz de schiste.
Couverture de Libération - 20.01.2014
Couverture de Libération - 20.01.2014 © Radio France
Le titre du jour dans _Libération_ . Vous connaissiez Don Corleone, voici Don Bartolone. Claude Bartonoloe, le président de l'assemblée nationale, et «parrain » de Seine-St-Denis, selon Dominique Voynet. Libé décrit comment l’ancien président du Conseil général du 93 tisse sa toile dans le département et en région parisienne. Objectif : prendre la tête de la future grande métropole parisienne qui regroupera la capitale et les départements de la petite couronne. « [La Bourse de Paris efface cinq années de crise ](http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0203251719576-la-bourse-de-paris-a-efface-la-crise-et-va-vers-de-nouveaux-plus-hauts-643869.php)». C’est la manchette des Echos ce matin. 5 ans après, l’indice Cac 40 est au plus haut depuis la faillite de Lehman Brothers. Qui a dit que les PME se portaient mal en France ? La PME Laurent Ruquier se porte à merveille ! Dans beaucoup de journaux, articles sur le succès de cet ancien de France Inter, [devenu « machine à cash du paf » comme l'appelle _L'Opinion_ .](http://www.lopinion.fr/19-janvier-2014/laurent-ruquier-machine-a-cash-paysage-audiovisuel-francais-8295) Il prend aujourd'hui les rênes de l'access prime time, 18h30-20h sur France 2 après l'échec de l'émission de Sofia Aram. Et puis un pouce. Un pouce qui a en partie disparu. C'est celui du Christ du Corcovado, qui domine la baie de Rio. Jeudi soir, il a été frappé par la foudre. L'image assez incroyable de la décharge d'électricité qui tombe sur cette statue dans le ciel est sur _Atlantico_ . Résultat le Christ : a perdu une partie d’un de ses pouces, stigmate de pierre. Réparation prévue en février. D’autres phénomènes ne sont pas à exclure : le Christ de Rio pourrait jouer au football l’été prochain. A demain !
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.