Le New York Times publie l'intégralité des tweets injurieux de Donald Trump de 2015 à 2021. Le Monde se souvient des jeunes soldats français irradiés dans le Sahara dans nos essais atomiques. Le Figaro interroge la libido des navigateurs solitaire. Alain Finkielkraut s'explique sur le site du Point.

On parle d'un adolescent...  

Qui est d'une remarquable beauté, lis-je sur le site de l'Obs, mais il est aussi très peu expressif, il parle de lui  dans un curieux détachement.  Pendant le premier confinement, Augustin s'est jeté sur sa mère et l'a rouée de coup parce qu'elle insistait pour qu'il sorte de sa chambre, il aurait pu la tuer. Le lendemain, il a recommencé en plus violent encore avec la compagne de son père... Alors, maitrisé au taser, il s'est retrouvé dans une unité de pédopsychiatrie de la  Pitié-Salpêtrière...  Et c'est là que l'écrivain Emmanuel Carrère l'a rencontré, qui pour l'Obs autour de Noel est parti voir de jeunes fous pour comprendre ce que la Covid avait fêlé en eux.  Augustin allait mieux, il devait rentrer chez lui,  mais il ne pouvait  pas promettre qu'il ne recommencerait pas, il n'en savait rien, comment fait-on, disaient les parents, si nous commes confinés à nouveau...  

Ce texte sera aussi dans le magazine papier demain, vous pourrez le lire comme un reportage, ou comme un objet littéraire, car l'écrivain Carrère est fidèle à sa trace. Il prend des êtres vivants, il les détaille au scalpel et en même temps il pense à voix haute.  Augustin est beau, mais Wanda, elle aussi internée, lui semble laide.  "Une adolescente dégingandée, ingrate, en collants noirs et minijupe, avec une dentition chaotique sur laquelle le rouge à lèvres maladroitement appliqué a l’air d’une traînée de sang coulant de la bouche d’un vampire. Elle se tient mal, parle peu, mais avec un regard terriblement intelligent – j’ai pensé que, rouge à lèvres mis à part, Simone Weil, à son âge, devait lui ressembler".  

Carrère évoque Simone Weil, avec un w, une philosophe chrétienne qui pour ressentir était allée travailler en usine, Carrère en reportage peut-il s'exposer autant?   Comme souvent, on se demande s'il utilise pour son œuvre ceux qu'il écrit, ou s'il leur rend justice tant il les imprime en nous. Wanda, après le confinement ne montrait plus un pouce de son corps qu'elle scarifiait, ses professeurs avaient réagi quand ils avaient vu du sang couler le long de ses manches... 

Dans Télérama, la romancière Leila Slimani témoigne de son dernier livre, sur ses fantômes qu'elle a réveillés en passant une nuit enfermée dans un musée, elle écrit pour  son père, qui avait été condamné en  justice, qui était un étranger dans sa propre famille, passionné de grande littérature mais incapable de raconter en arabe à ses enfants une histoire qu'il avait entendue quand il était petit...  

Le Un de cette semaine se consacre aux enfants prostitués, vous y lirez un poème de George Orwell, écrivain anglais socialiste qui disait ironiquement la prostitution.   

Quand j’étais jeune et pas raisonnable 

Dans le lointain Mandalay 

J’ai donné mon coeur à une jeune fille birmane

J’ai dit: « pour vingt pièces d’argent, Jeune fille, couche avec moi. » 

Elle m’a regardé, si pure, si triste, 

La chose la plus adorable au monde,

Et de sa voix zézéyante et virginale,

M’en demanda vingt-cinq. 

Cruauté des écrivains.   

On parle aussi de la transition américaine... 

Qui fait les unes et GOOD LUCK JOE dit simplement La Provence, qui nous parle aussi de la mignonne Chelsey, 3 ans arrivée hier de Yaoundé pour être opérée du cœur, nous sauverons Chelsey et Biden saura-t-il guérir l'Amérique, et rendra -t-il au fait l'espérance à nos vignobles que les taxes de Monsieur Trump mettent à mal, nous rappelle la Dépêche.   

Le New York Times salue Donald Trump en publiant ses œuvres complètes, TOUTES LES INSULTES INJURES ET COMPAGNIE que Trump avait proférées sur son compte twitter, de sa candidature aux primaires en 2015 jusqu'à son éviction du réseau social ce mois de janvier... Non, je n'en citerai pas, nous avons saturé.  Je lis dans une dépêche de l'Agence France presse, que le musée Grévin n'est pas mécontent de ranger la figurine Trump, il fallait tout le temps la réparer,  les visiteurs se faisaient photographier en mettant un doigt dans le nez de Donald, ça déformait la cire... Nous sommes un peuple amusant. Dans les Côtes d'Armor dit Ouest-France, Stéphane Louesdon, un ingénieux éleveur de porcs, veut faire du carburant avec l'urine de ses cochons.  

La France n'est pas seulement un sourire. Le Monde raconte le long combat des irradiés du Sahara, des jeunes soldats qui servaient si mal protégés sur les sites du désert algérien où la France testait ses explosions atomiques, des citoyens algériens aussi ont du ressentir la contamination, c'est un des enjeux de la mémoire partagée de la France et de l'Algérie, que l'historien Benjamin Stora doit apaiser.

Le site du Point interroge le philosophe Alain Finkielkraut, qui a perdu sa chronique du LCI pour avoir dit que la justice devait évaluer un éventuel consentement, quand un adulte avait une relation sexuelle avec un adolescent... Au-delà du sujet en lui-même, lisez, on apprend qu'une tribune du philosophe où il se justifiait a été refusée par toutes les rédactions, le texte circule sur Facebook, Il dit aussi Finkielkraut qu'il a été égoïste en oubliant qu'il n'était pas seul à porter son nom, s'il revient à la télévision, "je me censurerai ,t-il, pour ne plus mettre en difficultés les miens".    

Le Monde nous dit qu'au Brésil , un écrivain, Joao Cuenca, est devenu un paria, pourchassé en justice dans tous le pays après un tweet rageur: « Le Brésilien ne sera libre que lorsque le dernier Bolsonaro sera étranglé avec les boyaux du dernier pasteur de l’Eglise universelle. », C'était une paraphrase d'une citation célèbre d'un prêtre philosophe des Lumières français, Jean Meslier.  On ne peut pas tout savoir. 

On parle enfin de libido...  

Celle des marins du Vendée globe que le Figaro coquin interroge, quid de la sexualité quand on est solitaire sur les vastes océans... Certains embarquent des films érotiques ou surfent sur un site porno qui, attention, peut véroler l'ordinateur de bord, c'est arrivé, d'autres n'y pensent pas tel le roi Jean Le Cam," plus concentré  sur les trucs à faire fonctionner (sur un bateau) que sur son machin",  mais Clarisse Cremer 31 ans confesse des rêves érotiques et son concurrent Alain Roura rêva d'elle bronzée en short en hiver à Lorient...  Fabrice Amedeo se souvient d'une course où après 80 jours sa libido s'était réveillée quand son bateau avait rencontré le soleil, il cite Michel Desjoyaux, double vainqueur du tour du monde, "s'il y a le mot branlette dans le dictionnaire, il y a une raison." 

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.