C'est une couleur qui tranche... A la place du losange rouge qui encadre son nom... Libération a préféré le bleu... "Bleu comme la droite"... explique le journal, à sa Une... Car Libé, ce matin... joue l'ouverture... Le quotidien a choisi d'ouvrir ses colonnes à des intellectuels de droite, pour un numéro spécial... "Il s'agit... explique Laurent Joffrin... d'un clin d'oeil... Un journal n'est pas un parti... Mais il est naturel d'écouter... en République... ceux qui ne pensent pas comme nous... Nicolas Sarkozy pratique avec succès une ouverture politique... Il convient donc de s'interroger sur ce thème"... Dans les colonnes de Libé... vous ne lirez donc pas d'interview de politiques... comme celle de Laurent Wauquiez... le porte-parole du gouvernement... qui, dans Valeurs Actuelles... défend ce matin... la démarche du Président... En expliquant que seuls les pouvoirs faibles se replient sur eux-mêmes... Non... Ce que vous lirez dans Libé est différent... De Philippe Manière... ancien du Point... qui demande au journal d'admettre que la mondialisation n'est pas une régression... A Denis Tillinac... l'écrivain... qui affirme que le sport est de droite... Ce ne sont pas des plaidoyers... Mais plutôt des billets d'humeur, et non sans humour... Nicolas Beytout... le directeur du Figaro... s'exprime par exemple page 3 de Libé... A la manière de "Je me souviens", de Pérec... Beytout écrit : "Si j'étais"... "Si j'étais de gauche... j'adorerais l'ouverture... Si j'étais de gauche et grinçant... je m'amuserais de voir comme ils sont nombreux, à droite... à détester cette ouverture... Si j'étais de gauche et combattant... j'essaierais de voir comment nous pourrions subtiliser à nos adversaires quelques-uns de leurs thèmes favoris"... Et Beytout de conclure... "Si j'étais de gauche et lecteur de Libération... j'adorerais Le Figaro"... Pas de jaloux... On essaiera de parler un peu de tout le monde, ce matin... A propos de l'audition de Jacques Chirac hier... sur l'affaire des emplois fictifs du RPR... il y a d'ailleurs de quoi faire... "Il serait vain... stérile et vulgaire de s'en réjouir... écrit Olivier Picard, dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace... Sous prétexte que Jacques Chirac était... il y a encore trois mois... le premier des Français... Il y a dix ans... une confrontation de ce genre aurait été considérée comme audacieuse... Aujourd'hui... ce n'est que l'étape, certes spectaculaire... d'une procédure qui suit son cours... Les seigneurs de la politique sont devenus banals"... "On est partagé sur son sort"... résume Gilles Dauxerre, dans La Provence... "Partagé sur les poursuites à propos d'un dossier qui date du siècle dernier... Et la satisfaction de voir que la justice peut travailler en toute indépendance... quelles que soient les personnes mises en cause"... Pierre Taribo a un avis plus tranché, dans L'Est Républicain... "Franchement... tant d'années après... est-il aussi urgent d'exhumer les momies des emplois fictifs du RPR ?... Au fond... tout cela est pathétique... Tout comme est pathétique la tribune de Jacques Chirac dans Le Monde... Il parle d'un temps qui n'intéresse plus grand monde"... "Un temps... poursuit Dominique Garraud, dans La Charente Libre... Que les moins de 40 ans ne peuvent pas connaître... Jacques Chirac ne parle jamais d'illégalité, mais de contribution des entreprises... Son avocat affirme que les 4 heures d'audition se sont déroulées dans la sérénité... et parfois avec une pointe d'humour... On imagine que le juge d'instruction a dû franchement se marrer en entendant l'ancien chef d'Etat user des mêmes arguments que Juppé au tribunal"... "Il utilise une vieille ficelle bien connue des tribunaux"... ajoute Patrick Fluckiger, dans L'Alsace... "Tout le monde a fait pareil... Les règles n'étaient pas claires... Il plaide en somme... la bonne foi"... "Face à un tel alibi... A l'évidence... Jacques Chirac nous prend pour des c... pour des candides"... conclut... avec subtilité dans l'écriture... Pascal Barrand, du Journal de la Haute-Marne... "On croit rêver"... Alors que penser de tout ça, au fond ?... "L'essentiel est ailleurs"... résume Jean-Pierre Bédeï, dans La Dépêche du Midi... "dans le symbole... Un ancien Président de la République ayant eu maille à partir avec la justice... est significatif du délabrement d'une démocratie"... Renaud Dély, dans Libération... est du même avis... "Nul ne peut se satisfaire de voir un ancien chef d'Etat entendu par la justice... Ca ternit le prestige de la fonction présidentielle... Ca fournit aux citoyens des raisons de douter de la probité de leurs représentants... Il faut pourtant... avoir le courage de s'en réjouir... Chirac n'était pas le premier justiciable venu... Il est temps qu'il le devienne"... Et s'il vient à se poser la question de savoir quelle trace il va laisser dans l'Histoire... Ransom, dans Le Parisien-Aujourd'hui en France... la dessine... Au pied de Jacques Chirac, une corde... A l'autre bout, une casserole... qu'il traîne comme un boulet... et qui laisse derrière elle son empreinte... Du dessin à la photo... Et de la France à la Chine britannique... Il y a 50 ans... Hong Kong présentait deux visages... Celui d'une classe aisée... se rendant à l'hippodrome... Et celui d'une classe plus pauvre... dans les quartiers de réfugiés... Dans son édition à paraître cet après-midi... Le Monde 2 publie les archives de l'agence photo Magnum... Et donc celles de Werner Bischof... qui, juste après la guerre... avait décidé d'arpenter l'Asie pour le compte de Life Magazine... 57 ans plus tard... le joli Honk Kong en noir et blanc de Bischof n'a plus rien à voir avec celui d'aujourd'hui... La Chine est en passe de ravir à l'Allemagne... la place de "troisième économie mondiale"... comme le titre Les Echos, page 5... "Même les économistes les plus optimistes n'avaient pas osé prédire une telle performance"... "Ca y est.. écrit Johnny Erling, dans Die Welt... L'Allemagne est dans le viseur de la Chine... 2,3 % de croissance, contre 11,9 pour la Chine... C'était juste une question de temps"... "Même s'il subsiste un doute sur la fiabilité des instruments statistiques utilisés par Pékin... souligne Pascal Aubert, dans son édito de La Tribune... Personne ne peut mettre en doute l'extraordinaire vitalité de l'économie chinoise... Mais cette puissance qui s'affirme... pourrait faire courir des risques à l'ensemble de l'économie mondiale... Les experts redoutent la surchauffe... Car le pouvoir pékinois semble avoir du mal à garder le contrôle d'un dynamisme désordonné... Il n'arrive pas à réguler la soif de réussite matérielle d'une population en pleine thérapie post-maoiste"... Illustration dans les pages saumon du Figaro... Julie Desné décrit "l'étrange fièvre boursière qui s'est emparée des petits porteurs chinois... Faute de produits pour épargner... ils jouent en Bourse... Ils jouent tellement... Que les entreprises ont décidé de réagir... Certaines ont mis des filtres sur leurs systèmes informatiques pour empêcher leurs cadres de boursicoter au travail"... "Les Chinois rêvent d'un mieux-être... Mais pour l'instant... force est de constater... écrit Jean-Marc Vittori, dans Les Echos... que la Chine n'est pas encore un pays développé... C'est la première puissance paysanne du monde... Et elle est en train de se transformer, à marche forcée... en première puissance industrielle... Il n'est guère étonnant qu'elle s'accompagne de craquements, de pression et de douleur... Mais ça n'empêche pas la machine d'aller toujours plus vite"... Autre illustration... à lire cette fois dans La Croix, sous la plume de Guillaume Dumonteil... "Les autorités chinoises souhaiteraient mettre en place un système de protection sociale complet, avec un service d'assurance-retraite... maladie, et une assistance aux chômeurs... comme en France... Un programme ambitieux... qu'elles souhaitent adapter à la Chine d'ici 2010"... Les Chinois rêvent d'un mieux-être... Alors justement, prenons le temps de rêver... Il paraît que "les rêves nous font avancer"... C'est ce que tentent de démontrer Aurélia Perreau et Stéphanie Torre, dans un dossier à découvrir dans le Marie-France du mois d'août... "A l'heure de la psy triomphante... nul n'ignore que l'inconscient nous envoie des messages cryptés dans nos songes"... Et les deux journalistes de décrire les différents types de rêves... "Les cohérents... qui offrent des scénarios à double tranchant... Les rêves absurdes... qui cumulent les détails bizarres... comme un défaut physique improbable... Et ces cauchemars qui sont une invitation au renouveau... Dans les rêves... il y a des scénarios universels... que certains ont essayé de décrypter... Problème de véhicule... Les choses sont hors de mon contrôle... Je vais trop vite... Etre nu ou habillé bizarrement en public... Je me suis trop dévoilé... Ca peut paraître simpliste... Mais ne pas interpréter un rêve... c'est comme ne pas lire une lettre qu'on a reçue... enseigne le Talmud"... Alors pour cette fin de semaine... je vous laisse réfléchir à vos songes... Bonne journée...

Laëtitia GAYET

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.