"Les Français m'ont élu pour que je fasse, pas pour que je fasse faire"... Alors cette petite phrase... elle est signée qui ?... "Les Français m'ont élu pour que je fasse, pas pour que je fasse faire"... Eh bien oui... c'est dixit Sarkozy... Le Président de la République, qui parlera ce soir à la télé... "raconte tout" au Parisien-Aujourd'hui en France... Et cela confirme l'impression de Jacques Camus, dans La République du Centre... Si tout le monde parle de Fillon II... "ce qui n'a guère changé entre le gouvernement Fillon I et le gouvernement Fillon II, c'est qu'il s'agit d'abord et surtout du gouvernement Sarkozy"... Alors d'abord, dans ce gouvernement... Jean-Louis Borloo... "Je lis qu'il n'était pas à sa place à Bercy... Je ne le pense pas... Jean-Louis, c'est un diesel... Il est comme ça... Je le connais par coeur.. Il commençait à plaire"... un commentaire signé Nicolas Sarkozy, dans Le Parisien... Alors le Président peut bien dire ce qu'il veut... "Jean-Louis Borloo récolte le bénéfice de la gaffe", constate Libération... "Jean-Louis Borloo prend du galon en changeant d'air", pour Le Figaro... Pour le remplacer à Bercy... Christine Lagarde donc... "Si elle m'écoute, si elle suit mes conseils, elle va exploser", explique le Président de la République dans les colonnes d'Aujourd'hui en France... En attendant... "C'est l'avocate de la mondialisation qui prend la tête de Bercy", commente Le Monde... "Madame Bercy", salue François-Xavier Pietri, dans La Tribune... "La nomination d'une femme à Bercy est loin d'être banale... Tous les connaisseurs savent que le ministère de l'Economie et des Finances est une forteresse, où le sexe féminin a rarement eu droit de cité... du moins, au poste de commandement... Christine Lagarde a montré qu'elle avait du répondant... Il lui en faudra assurément une sacrée dose pour s'affirmer dans un milieu connu pour son machisme"... Bon ben, la voilà prévenue... Et sinon, ce gouvernement... Eh bien, il est "black-blanc-beur", s'exclame La Provence... Eh oui, "c'est une belle vitrine", soupire comme à regret Laurent Joffrin, dans Libération... "Pourquoi faire la fine bouche ?... Quoi qu'on pense par ailleurs de la politique qu'il se propose de mettre en oeuvre, le deuxième gouvernement Fillon est un exemple d'ouverture réussie... On aurait aimé, rétrospectivement, qu'un gouvernement de gauche fût capable de la même audace... Alors oui bien sûr, il y a des calculs, des arrière-pensées à la pelle, liste Laurent Joffrin... Déséquilibrer l'opposition... Jouer sur les ambitions individuelles... Flatter certains groupes... Doser habilement expérience et jeunesse... Mais le fait est là... Nicolas Sarkozy a fait l'effort indiscutable de rapprocher gouvernants et gouvernés... de faire en sorte que la France du sommet reflète mieux la diversité du peuple"... Bref... il a rejoué l'ouverture, comme titre Libération... "Un nouveau socialiste, la présidente de Ni Putes Ni Soumises, le sélectionneur du XV de France, une jeune femme de 30 ans d'origine sénégalaise : le gouvernement s'élargit tous azimuts"... Alors oui... à première vue, il a belle allure, ce second gouvernement Fillon, confirme Dominique Valès dans La Montagne... "Une impression générale de rajeunissement... des visages nouveaux... des anciens de l'ENA qui se comptent sur les doigts d'une main... On sent la patte du Président de la République... lequel en a soigné l'image"... "Quel sera l'avenir d'un gouvernement aussi composite ?", s'interroge Francis Laffon, dans L'Alsace... "Difficile à dire... Mais le savoir-faire du Président est indéniable... Durant sa campagne, il a recyclé les voix lepénistes, et aussi celles du centre et de la gauche... Il a recyclé ensuite des personnalités à forte valeur symbolique... avant de trouver un nouvel usage pour Jean-Louis Borloo... Mais pour occuper le poste de super-ministre de l'Ecologie, une seule personne s'imposait en fait : le Président de la République lui-même... Nicolas Sarkozy est le maître absolu de la récup"... Mais bon, en même temps... l'ouverture, elle a ses limites... C'est Patrice Chabanet qui l'écrit, dans Le Journal de la Haute-Marne... "Elle a ses limites parce qu'elle commence à nourrir les frustrations au sein de l'UMP... Ainsi, la nomination du socialiste Jean-Marie Bockel a été très mal perçue par la droite alsacienne... Elle y a vu un signe de non-reconnaissance, après le vote massif de l'Alsace en faveur de Nicolas Sarkozy"... Pour l'éditorialiste, "c'est un premier signe d'agacement au sein de la majorité"... Olivier Picard, dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace, l'exprime autrement... "Il fallait quand même du culot et une bonne dose de malice pour aller chercher un secrétaire d'Etat socialiste dans la région la plus sarkozyste de France... Alors certes, Jean-Marie Bockel est un homme valeureux, intelligent, assurément ouvert... Mais l'ouverture, la vraie, c'est autre chose que la récupération de ces rayonnements solitaires venus de l'autre bord... Ce serait, en l'occurrence, un compromis dynamique, avec une lecture réellement social-démocrate de la société... Or, ce gouvernement Fillon reste d'inspiration fondamentalement libérale, de nature autoritaire, et d'identité bonapartiste"... Ouverture politique donc... Ouverture générationnelle aussi... Dans Nice Matin, Marc Chevanche s'enthousiasme pour "le brio d'un Laurent Wauquiez... la compétence élégante d'une Nathalie Kosciusko-Morizet... l'allure d'une Rama Yade... l'authenticité d'une Fadela Amara... la fougue prochaine d'un Bernard Laporte... On se dit, poursuit l'éditorialiste de Nice Matin, que tous feront merveille dans la promotion de leur domaine respectif... Le gouvernement Fillon II, sous ce rapport, a des allures de plateau télé habilement composé... Alors, pour le savoir-faire, nous verrons... Pour le faire savoir, le gouvernement est paré"... En fait, conclut de son côté Bruno Dive dans Sud-Ouest, c'est "la génération Sarkozy qui s'installe au pouvoir"... Cette génération Sarkozy... Quelques gros plans, dans les journaux... Fadela Amara... "L'atout banlieues", résume en titre Le Figaro... Et pour Michel Lépinay dans Paris-Normandie, "confier la politique de la Ville à la fondatrice de Ni Putes ni Soumises, c'est un geste politique de poids... qui a dû être ressenti comme tel dans les banlieues... une façon de dire : "Chiche ! Montre-nous ce que tu ferais à notre place"... Après la nomination de Rachida Dati à la Justice, c'est un deuxième signe fort... une façon d'affirmer que le Karcher est définitivement rangé"... Autre femme souriante mise en avant... "Rama Yade, graine de star", comme la présente Le Parisien-Aujourd'hui en France... Et justement, dans ce journal, Nicolas Sarkozy s'emballe à propos de sa secrétaire d'Etat aux Droits de l'homme... "Il y a deux femmes noires sur la scène internationale : Condi Rice et Rama Yade"... Autre personnalité à attirer les regards ce matin... Bernard Laporte... Le Président se dit heureux, dans Le Parisien, que son copain rejoigne l'équipe... "Il nous faut du rocailleux... C'est en plus une manière de mettre en valeur le monde du rugby, qui est si loin de la violence et de l'argent"... Le coup de foudre entre les deux hommes, c'était en 2003... Ils étaient tous les deux en vacances à Arcachon... Dans son portrait, Le Parisien rapporte que les détracteurs de Bernard Laporte disent de lui qu'il est ambitieux et attiré par ce qui brille... Et L'Equipe... qui nous expliquait hier que cette rumeur de Laporte ministre n'était plus d'actualité... n'est ce matin guère satisfait de ce choix... Chenez titre son dessin du jour : "Secrétaire d'Etat de dans 4 mois"... On y voit Bernard Laporte qui se penche sur son ami Sarkozy... "Et si je me plante à la Coupe du Monde ?"... Le Président de lui répondre : "Je demanderai à Juppé de te remplacer... On s'en fout : ce n'est que du sport"... Et dans son éditorial, L'Equipe regrette cette nomination à retardement... qui montre "qu'à l'Elysée et à Matignon, le mouvement sportif français n'est pas l'une des préoccupations du moment... Personne pour s'occuper à plein temps des conséquences économiques et sportives de la Coupe du Monde de rugby et du Mondial de handball féminin... Plus gênant encore pour L'Equipe : au moment où il arrivera aux affaires, les discussions budgétaires seront à ce point entamées que, malgré toute sa bonne volonté, Bernard Laporte ne pourra quasiment rien y faire... Et pour une entrée en fonction, c'est fort regrettable"... Et l'intéressé, que dit-il ?... "Ma priorité : gagner la Coupe du Monde"... C'est ce qu'il confie au Parisien-Aujourd'hui en France... Dans L'Equipe, il affirme : "Je suis un privilégié"... Et quand Arnaud Requenna lui demande s'il appellera toujours un chat un chat... c'est l'expression favorite du futur ministre... eh bien il répond du tac au tac : "un chat ne peut pas être un chien"... Allez... "L'ouverture, le marketing, la gadgétisation de la vie politique... Tout ça est sans importance", explique Pierre Taribo dans L'Est Républicain... "L'important, maintenant, c'est que tous soient au travail"... Alors au travail, visiblement, ils y sont... Dans La Croix... "L'université en marche vers l'indépendance"... Le quotidien catholique reçoit dans ses colonnes Valérie Pécresse... La ministre de l'Enseignement supérieur y explique sa réforme, dont elle a transmis hier le texte aux organisations syndicales...une réforme qui vise à donner davantage d'autonomie aux établissements... Dans Le Monde et dans Libération... vous en saurez plus sur "le projet de loi limitant les parachutes dorés"... Il sera présenté ce matin, devant le Conseil des Ministres... Et puis, en Une de L'Humanité... "Sécu : racket sur les malades"... Le journal explique qu'un nouveau plan de déremboursement, qui rend plus cher l'accès aux soins, est étudié par le gouvernement... Même constat dans Le Parisien-Aujourd'hui en France... "Sécu : les assurés vont encore mettre la main à la poche"... Pour autant... si le gouvernement travaille, c'est, au grand désespoir de beaucoup, avec les bonnes vieilles méthodes... Lisez, dans Le Monde, "la complainte du Blackberry dans les ministères"... Le Financial Times retient aussi l'information... "Blackberry banni des ministères français"... C'est une note qui remonte à 18 mois... et qui émane du secrétariat général de la Défense nationale : l'interdiction d'utiliser le Blackberry... Cet assistant personnel permettant de téléphoner et de recevoir des courriers électroniques est interdit de séjour dans les ministères, à Matignon et à l'Elysée... En cause, un problème de sécurisation des données... Le Financial Times ironise : "Les ministres français craignent que les Etats-Unis interceptent leurs secrets d'Etat"... Le Monde explique que "non, ce n'est pas une vue de l'esprit... Le Blackberry est fabriqué par une société canadienne... et ses données transitent par deux serveurs, situés aux Etats-Unis et au Royaume-Uni... Et pour preuve que ce n'est pas de la paranoïa pathologique... cet exemple, donné par Alain Juillet, haut responsable de l'intelligence économique auprès du gouvernement français... "Avant toute grande négociation entre des banques d'affaires américaines et des entreprises, chacun sort son Blackberry et en extrait la pile, pour montrer que tout se déroule dans un climat serein"...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.