Canicule en france, journalistes français et irakiens tués à Mossoul, le FN dans le pas de calais, la novlangue de l'exécutif... La revue de presse d'Hélène Jouan

On commence par la vague de chaleur qui s’est installée sur la France

« Il faut habiter dans le bac à légumes pour ne pas l’avoir remarqué » écrit jean denis renard dans Sud-ouest : « la canicule frappe notre région depuis ce week-end… Et si le terme est souvent usurpé, il s’agit cette fois d’une canicule qui répond aux critères du genre : au moins 3 jours, des températures autour de 35 en journée et de 20 degrés la nuit »

Va-t-on revivre l'épisode caniculaire de 2003 ?

Des candidats au bac qui s’épongent à retrouver dans tous vos quotidiens, des restrictions d’eau qui font leur première apparition, elles font la Une de Libération Champagne et de l’Est Eclair, des personnages âgées et malades particulièrement sensibles, et cette question qui ressurgit dans la Croix : « Est-il possible de revivre le cauchemar de la canicule de 2003, qui provoqua une surmortalité de 15 000 personnes ? » Il existe aujourd’hui un système de veille très sophistiqué qui permet aux autorités sanitaires de surveiller quasiment en temps réel, le nombre de passages aux urgences des plus de 75 ans ainsi que celui des décès. Est-ce suffisant ? Au-delà du plan national, c’est encore la solidarité de proximité qui peut permettre d’éviter le pire expliquent les professionnels.

Il fait chaud en été ? Et alors ? S’il ne faut pas confondre météo et grandes tendances climatiques, celles dont on sait désormais qu’elles dépendent aussi de l’activité humaine, le site notre temps.com à destination des séniors, reprend une étude parue dans nature Climate Change, inquiétante, puisque celle-ci affirme que les vagues de chaleur meurtrière vont devenir plus fréquentes, notamment dans les zones tropicales, et ce même si la hausse du thermomètre mondial est limité à 2 degrés comme le prévoit l’accord de Paris. Actuellement 30% de la population mondiale est exposée à des vagues de chaleur potentiellement meurtrière, si les émissions de gaz à effet de serre ne sont pas contenues, ce serait les 3 quarts de l’humanité qui au moins une fois dans l’année seraient touchés d’ici la fin du siècle…Indonésie, Nord du Brésil, Afrique de l’ouest, mais aussi les villes de Washington, Miami ou Hong Kong. Les chercheurs ne disent évidemment pas que ces vagues seront forcément létales, certaines parades pouvant être mises en œuvre, de l’équipement individuel en climatisation à la politique publique de prévention. Il fait chaud. Et alors ? Il va falloir sinon s’y habituer, au minimum s’y préparer.

Décès de Stéphan Villeneuve

La bataille de Mossoul en Irak… France télévision a annoncé cette nuit le décès de Stéphan Villeneuve, après celui de son confrère irakien…

Stéphan Villeneuve et Bakhtiyar Haddad tous deux tués hier par l’explosion d’une mine à Mossoul, dans le nord irakien. Ils accompagnaient Véronique Robert, également blessée, pour un reportage sur la reprise de la ville pour l’émission Envoyé spécial de France 2. Un journaliste qui travaillait pour le Figaro, Samuel Forey, était à leurs côtés, lui aussi a été touché, mais plus légèrement par un engin explosif improvisé de daech nous dit le quotidien ce matin. Tiré d’affaire, mais choqué, il a envoyé un tweet hier « je vais bien. Je suis immensément triste pour Baktiar et mes confrères. Merci de ne pas me solliciter ces prochains jours » A lire dans le Figaro ce matin, son reportage à QAYYARAH, petite ville à 60 kilomètres de Mossoul. Il y décrit la bataille qui fait rage entre l’Etat islamique et les irakiens: « des corps, les mains liées, une balle dans la tête, apparaissent de plus en plus autour de Mossoul » raconte-t-il, « on les retrouve à l’écart des routes, abandonnés à l’air libre aux charognards. Ces cadavres racontent des règlements de compte, des luttes de pouvoirs, des guerres de territoires »

A lire aussi, pour mesurer les risques encourus par ceux qui nous donnent à voir cette guerre, le reportage dans Paris Match cette semaine, « Mossoul l’heure de la libération, et de la traque des djihadistes » français entre autres, grand reportage signé Véronique Robert, Jean Michel Caradech avec des photos de Baktiar haddad, qui a permis à tant de confrères français de travailler sur place, Baktiar Haddad, « journaliste kurde qui riait beaucoup, de tout». Hommage ce matin de Luc Mathieu dans Libération « Baktiar parlait avec les civils épuisés et traumatisés, il traduisait dans un français parfait leurs récits des horreurs de la vie sous l’Etat islamique, il aidait à porter les blessés. Depuis le début de l’offensive, il était de toutes les batailles. Baktiar Haddad était sur la ligne de front pour sentir, voir, comprendre »

Retour à l’actualité politique, avec la nouvelle assemblée nationale élue dimanche… et quelques particularismes régionaux.

« Que se passe-t-il dans l’ex bassin minier ? » s’interroge à sa Une la Voix du Nord. L’ex Nord- Pas-de-calais qui a envoyé 5 députés Front national à l’assemblée sur 8. Christophe Caron raconte dans le quotidien cette zone de 1200 kilomètres carrés de Bruay la Buissière à Fresnes sur Escaut, ce pays sculpté à la force des bras et des machines. Terre de désolation ? les chiffres parlent d’eux-mêmes dit il, 10 points de plus de chômage que la moyenne nationale, un taux de pauvreté de 23%, et même une espérance de vie rognée de 6 ans par rapport à un francilien. Le territoire se sent abandonné, et pourtant ce n’est pas totalement le cas plaide-t-il. Des sommes considérables ont été investies pour réhabiliter les cités minières et transformer les friches en zones de loisirs, c’est Lens que l’Etat a choisi pour son Louvre bis…Il y a aussi ce plan abondé par l’Etat de 100 millions d’euros pour le renouveau de l’ex bassin minier, signé quelques jours avant les élections par le premier ministre Cazeneuve. Un peu suspect à quelques semaines des élections écrit-il, un peu tard pour les habitants. 5 circonscriptions détenues par le parti socialiste, dont les élus ont régné sans partage depuis des années, et dont certains maniaient le paternalisme autant que le clientélisme. L’électorat a longtemps suivi. « mais aujourd’hui explique une politologue, avec le chômage et la fin des grandes structures industrielles, il n’y a plus ce monde structuré des travailleurs, le fn est arrivé justement parce que c’était déstructuré » dit-elle. « Rien n’arrive par hasard » conclut le journaliste.

On termine par une réconciliation, et une langue nouvelle qui fait son apparition

Pendant toute sa campagne, il a multiplié les piques pour ne pas dire les insultes vis-à-vis des journalistes, et bien, l’heure est aux retrouvailles heureuses ! Dans un article de Libération signé Rachid Laïrèche, on apprend que Jean-Luc Mélenchon a prévenu les media de l’heure de son arrivée aujourd’hui à l’assemblée nationale, entouré de ses 16 députés France Insoumise, soit son futur groupe qu’il souhaite « discipliné et cohérent ». Photo de groupe et hymne à la joie, ça valait bien de se réconcilier avec les tenants du « système », ce mystérieux système…

Et puis un article dans l’Opinion, qui nous décrit la Novlangue en cour à l’Elysée et Matignon : on ne dit plus « feuille de route et objectifs pour les ministres » mais « drafts », brouillons en français, drafts pour faire du bottom-up précise-t-on à Matignon, en gros faire remonter la parole de bas en haut, mais attention, pour les rédiger, c’est du Top Down, en gros faut partir du programme de Jupiter…Tout ça démontre bien que Macron et Philippe, qui « matchent bien » entre eux parait-il, staffent tout, et sont très processés…Si vous voulez matcher aussi Thierry Solère, et être constructif, il va falloir apprendre cette novlangue truffé de barbarismes venus tout droit du monde de l’entreprise et des cabinets d’audit, « une langue de bois, anglicisée » conclut en s’amusant Nathalie Segaunes.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.