Nicolas Hulot se confie au "1", un ancien manager viré de France Télécom parle de sa dépression dans "La Voix du Nord" et, dans "L'Est républicain", un soldat héros de Bosnie avoue ses failles. "Ouest-France", "Presse-Océan" et Jacqueline, 90 ans, préparent le Hellfest. Des prêtres kiffent le rap dans "Le Parisien".

Le bonheur du "Canard enchaîné" ce matin...

Qu'il est heureux, le Canard, qui cancane sur une excellence, Mme Françoise Nyssen. Avec son mari, la ministre de la Culture a construit à Arles, autour de sa maison d’édition Actes sud, un beau complexe : librairie, hammam, bar, salles de cinéma…

Mais, dans ses travaux d'agrandissement, Actes Sud a pris des libertés avec les règles de l'urbanisme, de la protection du patrimoine ou les normes de sécurité, et le Canard les détaille avec gourmandise : en 2011, par exemple, une commission de sécurité donnait un avis défavorable à l'exploitation de la partie des locaux d'Actes Sud ouverte au public. Un avis resté lettre morte.... Et puis, mes amis, en mai 2017, Françoise Nyssen est devenue ministre et là, soudain, le besoin de légalité s'est emparé d'Actes Sud, qui a déposé a posteriori, en novembre dernier, une demande d'autorisation de travaux.

Scandale ou Peccadille. La politique inspire la moquerie aux journalistes, et en même temps une curieuse admiration. L'Express l'illustre ce matin, qui s'inquiète du président Macron : on nous le montre épris de livres mais aussi critiqué par ses amis.

Est-il important qu'Emmanuel Macron et Angela Merkel – Les Echos l'assurent – aient passé "un accord historique" pour un budget de la zone euro ? Les Dernières Nouvelles d'Alsace mettent le couple Macron-Merkel à la une, dans une photo presque trop grande, tant le journal alsacien, au cœur de l'Europe, traite ici de sa vieille espérance. 

Le pouvoir est notre miroir, on peut prendre ses acteurs sans ironie. Le 1 consacre tout son numéro à Nicolas Hulot, dont les impasses sont celles de l'écologie, et cette longue interview est riche parce qu'elle n'est pas simple, dans la tension entre l'idéal et l'extrême conscience de soi de Hulot : "Mon obsession est de savoir si j'ai encore mon libre arbitre", il plaide pour lui aussi.   

Des hommes fragiles dans les journaux..

Dans La Voix du Nord, on découvre Yves Minguy de Libercourt, qui, autrefois, était manager à France Télécom à Lens, fut muté, et puis viré un matin à 9h30. Et il aurait pu mourir de cela... Il est une des parties civiles du procès – à venir – des anciens dirigeants de France Télécom, jugés pour harcèlement moral. Le Monde s'est procuré l'ordonnance de renvoi devant le tribunal : 673 pages parsemées de l'ironie des magistrats ; "Didier Lombard a tenu les promesses faites devant les milieux financiers : 7 milliards de cash-flow et 22 000 départs, 10 000 mobilités et 6 000 recrutements. La stratégie industrielle et économique mise en œuvre (…) a été couronnée de succès."

Dans L'Est Républicain, un soldat, qui a participé en 1995, au grade de jeune caporal-chef, à ce qui restera la dernière charge à la baïonnette de l'Armée française... C'était en Bosnie, et il en a gardé – il ne le savait pas – un traumatisme durable, que son psy lui a révélé. Il ne comprenait pas pourquoi, lui, un guerrier, avait peur des orages. Il était, psychiquement, un blessé de guerre. Il en parle et l'armée l'encourage à parler. Il dit cela, notre soldat.

J’ai compris en trois mois en Yougoslavie que "Call of Duty" n’était pas qu’un jeu.

Et cette phrase vient percuter les unes du Figaro et de Libération, qui s'inquiètent des jeux vidéo et de ce qu’ils nous font, à nous et nos enfants. Une addiction, vient de proclamer l'organisation mondiale de la santé. 

Nous en sommes ici au chapitre des inquiétudes que nourrit le nouveau monde. Rassurons-nous.  Dans 01 Net, j'apprends que les algorithmes sont en train de libérer les femmes de la contrainte des mariages arrangés par les mamans. Les sites matrimoniaux se multiplient, mais hélas, les algorithmes intègrent aussi les préjugés religieux et de caste.

Il y a aussi – qu'en penser ? – dans Usbek & Rica, Samantha, cette poupée, ce robot sexuel. Ses concepteurs ont introduit en elle un programme qui la bloque quand on la maltraite. Elle est le premier objet sexuel qui intègre le consentement.

Les fêtes de l'été s'avancent dans les journaux...

La Provence célèbre depuis le début de la semaine son circuit automobile du Castelet,  qui retrouve le grand prix de France.

Dans Ouest-France et Presse-Océan, on se fait beau pour d'autres vrombissements, car le Hellfest s'annonce. Le Hellfest, c'est le festival de l'enfer, le plus grand rassemblement de hard rock, heavy metal, dont les premiers riffs vont tomber aujourd'hui, notamment sur le parking du centre Leclerc. Je lis ça dans Ouest-France. Ouest-France, journal sérieux, parle sérieusement du Metal et interroge un universitaire de la Sorbonne.  

Question : amener un ado au Hellfest, est-ce une bonne idée ? 

Réponse : comme toute proposition culturelle, c’en est une. À condition de donner les codes comme pour écouter un requiem de Mozart… 

Et il y a quelque chose d'infiniment tendre, puisque le Hellfest fait la joie de Jacqueline, 90 ans, dans Presse-Océan : "J’aime le métal malgré mon âge. J’en écoute avec mes enfants et mes petits-enfants mais je ne connais pas le nom des groupes parce que je ne connais pas l’anglais. Et je sais aussi faire le signe des métalleux avec les doigts, mais j’ai des douleurs."

Musique encore, c'est dans Le Parisien : "Mon Dieu, des curés s'inspirent du rap." Car Dominique Thiry, vicaire général de Metz, a repris des paroles de Maître Gims en chaire, en pleine cérémonie de confirmation et il n'est pas le seul à voir chez les rappeurs une quête.

L'archevêque de Toulouse Robert Le Gall kiffe Bigflo et Oli, qui sont pour beaucoup les successeurs de IAM. Ils textotent, il les a emmené chez le Pape, ils rappent Dieu, voyez-vous. 

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.