Qu'y a-t-il de commun entre Lionel Jospin et John Lennon ? La réponse la plus raisonnable à cette question assez loufoque, je vous l'accorde, c'est ... Rien! Non... Il n'y a vraiment rien de commun entre ces deux personnages... A ceci près, peut-être, que l'un est un politique qui aime chanter et que l'autre est un chanteur qui faisait de la politique... A part ça, rien.. Mais je vous parle d'eux car ce sont les deux hommes dont parle la presse aujourd'hui... L'un pour son livre, l'autre pour son oeuvre. Lionel Jospin est donc de retour... "Get Back", comme aurait dit Lennon... Avec un livre dont il n'aura échappé à personne qu'il pourrait être un programme de gouvernement... L'ouvrage s'appelle "Le monde comme je le vois"... Ce que "Libération" traduit, dans son titre à la Une, par "Jospin... comme il s'y voit". Oui, l'ex-retraité ressemble de plus en plus à un homme prêt à s'engager à nouveau, reprend "Le Parisien"... A une condition : que ses amis veuillent de lui... Ce qui n'est pas fait. Maintenant, si vous voulez connaître la vision du monde de Lionel Jospin, ouvrez "Le Nouvel Observateur", qui publie les bonnes feuilles du livre de l'ancien Premier ministre... Et vous verrez que pour lui, le Traité européen est mort... que le socialisme doit être éthique ou ne pas être... Il y va du progrès du monde... 300 pages de réflexion... Nouvelle étape de son retour, nous explique "Paris Match"... Un parcours en trois étapes depuis le 21 avril 2002... Période 1 : la liberté Période 2 : l'utilité... Période 3 : nous y sommes... l'existence... Et la reconnaisance... C'est bien ça qu'il attend avec ce livre, conclut l'hebdomadaire. Voilà.. ce livre s'apelle donc "le monde comme je le vois". Le monde, lui, Lennon "l'Imagine"... Je vous dis ça parce que le souvenir de John est à Paris, depuis hier, et pour plusieurs mois à la cité de la musique pour une expo que les journaux saluent ce matin... A l'image de Libération qui en quelques mots nous donnent une furieuse envie d'aller la voir, cette expo... Dessins, manuscrits, instruments et film de l'ex-beatle... tout a été réuni pour un parcours émouvant. Lennon s'expose, titre France soir, qui publie aussi une photo de la veuve la plus celebre du monde... Yoko... avec un episode affligeant... un de plus... Apres la séparation des Beatles, John se lamentait du fait que les chansons de paul Mc Cartney etaient plus reprises que les siennes... Mais je lui ai dit, confie Yoko... Peu importe, John... toi tu ne fais pas rimer June et Spoon... autrement dit juin et cuillère. Pas gentil gentil tout ça... Et surtout complètement faux... McCartney n'a jamais écrit ce genre de chose... A force, ça devient vraiment énervant... Et comme le titre "France Soir" : "Paul et Yoko remettent ça". Je vous le disais tout à l'heure : il y a deux visages dans la presse aujourd'hui... Il y en a même un troisième... Pas de photo, mais beaucoup d'encre... Autour de Nicolas Sarkozy, sur le thème : "Les temps sont durs"... "Le Nouvel Obs", d'abord, nous explique qu'avec ses pas de deux, il a altéré son image de présidentiable... Alors, mauvaise passe... Peut-être... A condition, ajoute Carole Barjon, que son goût pour le star-system ne dévore pas le personnage politique. Et comme le dit ce sarkozyste inquiet : "Avant, Sarkozy s'occupait des problèmes des Français... Maintenant, les Français sont obligés de s'occuper des problèmes de Sarkozy". Il y a aussi le journal "Le Monde" qui croit savoir que, profitant de ses absences... Vous vous souvenez de la "migraine" par exemple... Jacques Chirac et Dominique de Villepin ont décidé de marcher sur les plates-bandes du ministre de l'Intérieur, en occupant le terrain de l'immigration par exemple. De son côté, Sarkozy ne cache pas son malaise au sein du gouvernement... Il a même failli le quitter le 14 octobre... Donc la semaine dernière... Le prétexte aurait été son désaccord sur le dossier de la Turquie... Finalement, il ne l'a pas fait... Le choix aurait été hasardeux, dans la perspective de la Présidentielle... Nicolas Sarkozy, dont Philippe Ridet, du "Monde", rapporte cette confidence... C'était dans l'avion qui le ramenait de La Réunion, le 30 septembre... Le ministre de l'Intérieur, qui rêve d'un week-end de trois jours comme tous les Français, ou de sortir le dimanche soir après 22 heures, aurait dit, dans une formulation presque enfantine... "Je pourrais faire autre chose que de la politique, gagner de l'argent, redevenir avocat... Mais d'abord, je fais Président". Mais attention... Comme le chantait John Lennon sur son dernier disque... "La vie, c'est ce qui se passe pendant qu'on est occupé à faire autre chose". Dans "Le Point", cette semaine, un dossier préoccupant, intitulé "Les islamistes et nous"... Reportage, interviews et commentaires... 15 pages qui nous démontrent à quel point la fracture est profonde entre l'islam radical et le monde occidental. D'abord avec ce "Voyage au pays des fous d'Allah"... Au Pakistan, Ahmed, étudiant, expose en quelques mots l'une des raisons de cette fracture... "Ce sont les systèmes de santé et d'éducation américains qui auraient dû être exportés... Pas la musique et la façon de s'habiller". En Irak, c'est Nidret, 40 ans, professeur d'anglais au collège, qui se confie à la reporter du "Point", Anne Nivat... Elle dit : "Aujourd'hui, l'exaspération vis-à-vis des Etats-Unis est telle que mes élèves me demandent pourquoi ils apprennent la langue de l'ennemi". En France maintenant : sous le titre "La France, terre de djihad"... "Le Point" nous met en garde : à force de prêcher contre la laïcité et la démocratie, certains imams radicaux incitent leurs fidèles aux dérives les plus extrêmes... On le savait, mais "Le Point" nous l'explique en détail... Et puis il y a ces discours de haine diffusés à grande échelle avec le dénommé Youssouf al-Qaradawi... Un cheikh qui présente une émission sur la télévision Al Jazira... Constamment, il délivre des fatwas, qui visent aussi l'Europe. Echantillon : "Vous devez continuer à combattre les Juifs... Ils se défendront, mais vous finirez par les avoir... Serviteur d'Allah, il y a un Juif derrière moi... Viens et tue-le... C'est à ce prix que la résurrection viendra"... Fin de citation. Pierre Beylau, bonjour... Vous êtes journaliste au "Point", et vous signez le papier d'ouverture de ce dossier... Vous dites que la propagation de l'islamisme pose à l'Occident un triple problème... C'est-à-dire... Ca, c'est le constat de la fracture... Maintenant, comment en sortir... Oui, au pays de Yoko... Où il se passe de drôles de choses. Entre le prix délirant du mètre carré et la course à la réussite, les Japonais n'ont plus le temps ni les moyens de se reproduire... Alors, ils se rabattent sur un chien ou un chat... Et ils s'y attachent... à la folie. Démonstration... C'est dans "Marie-Claire". A Tokyo : pour 800 yen... Environ 6 euros... Vous pouvez vous offrir une journée à "Cat's Living", une maison où une centaine de chats sont lâchés dans le décor, pour le seul plaisir de 10.000 visiteurs par mois, qui viennent les caresser en poussant des cris de ravissement : "Kawai !"... Ce qui veut dire : "Trop mignons". Et si vous allez à Tokyo et que vous voyez des Japonais avec un chien ou un chat, sachez que ce n'est pas forcément le leur... Non : ils le louent... 12 euros l'heure. Le top, c'est la boutique, qui propose à ses clients les plus sérieux d'emporter un élu pour la nuit. Vous verrez aussi, au Japon, la poussette pour chien... Vous pouvez acheter également un spray aux plantes, pour l'haleine... Pas celle du maître... celle du chien. On vend aussi des assurances pour chats, on organise des défilés de mode pour lapins, des soins à domicile pour furets... Il y a même des parcs d'attraction pour animaux. Tout ça se passe dans un pays où, depuis 2003, il y a davantage d'animaux domestiques que d'enfants de moins de 15 ans. Crise démographique... Oui, assurément... Le taux de natalité a sombré à 1,28 enfant par femme. Des chats, des chiens ou des bébés... De toute façon, comme le chantait John Lennon... "All you need is love". Bonne journée... A demain !

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.