Dans la presse aujourd'hui : elle s'appelle Elsa

C’est donc une fille... Le faire-part de naissance, authentique, est depuis hier sur le site Internet du Figaro . Il est de tradition de garder, pour les bébés, les journaux de l'époque de leur naissance. Alors petite Elsa, voilà ressemble le monde dans lequel tu viens de naître. Serre bien ta tototte, ce n'est pas très gai.

Tu apprends vite à l'école que la démocratie est néé à Athènes, il y a bien longtemps.

Hier, Athènes, c'était des gaz lacrymogènes, des fumées noires, des abribus et des distributeurs de billets en morceaux.

Il y avait entre 70.000 et 200.000 personnes dans la rue. Des militants d'extrême gauche, des chauffeurs de taxi, des quinquagénaires bedonnants, des avocats, des salariés de petites entreprises, des jeunes femmes BCBG. Beaucoup de monde. Libération , qui raconte cette journée, nous dit que c'est un record.

Tous ces gens manifestaient contre un nouveau plan d'austérité en préparation dans leur pays. Il y a en Grèce un mouvement de contestation qui prend de l'ampleur. Ouest France le décrit ce matin. Le nom de ce mouvement, c'est "Je ne paie pas". Ses militants refusent de payer des taxes et impôts qu'ils jugent, à tort ou à raison, abusifs.

Une employée municipale explique pourquoi elle ne veut plus payer.

Elle a 56 ans, en quelques mois, ses revenus sont passés de 1.100 à 600 Euros. "Jamais je n'ai fait de folie. Je compte chaque Euro, je n'en peux plus", dit cette dame.

En Grèce, cette année, moins de 20% des impôts rentreront dans les caisses, c'est le problème numéro 1.

Au delà de cette question, selon le ministre grec du développement régional, dans Les Echos , les problèmes de son pays viennent de son modèle économique. Il repose notamment sur les petites entreprises et même toutes petites puisque ce sont des entreprises individuelles. Résultat : les investissements sont limités.

Au début des années 90, dit encore le ministre, nous avons perdu des milliers d'emplois à cause des délocalisations dans les Balkans et en Europe de l'Est. Dès lors le secteur public s'est gonflé. Ironie du sort, il s'est gonflé aussi grâce à l'adoption de l’Euro, qui permettait alors de s'endetter à pas cher.

Les dirigeants européens préparent un nouveau plan pour la Grèce

Et même pour l'Europe. Réunion hier à Francfort avant celle de dimanche.

Petite Elsa, c'est difficile de t'expliquer simplement l'Europe. Disons, comme La Croix ce matin, que c'est une maison à rénover. Et c'est un sacré chantier.

Il y a des réparations à faire d'urgence : la Grèce, les banques, le fonds de soutien européen.

Il y a des travaux de plus longue haleine à entreprendre : donner un pilote à la zone Euro, rapprocher les politiques économiques et fiscales et ne plus prendre les décisions économiques à l'unanimité.

Déjà Libération nous dit que les désaccords persistent entre la France et l'Allemagne sur les travaux à mener.

Et puis il y a un autre chantier auquel personne n'a vraiment osé s'attaquer : c’est l'encadrement des marchés financiers. Selon La Tribune , la commission européenne présente aujourd'hui un plan pour dompter les marchés. Principales mesures : criminaliser les manipulations de marchés, encadrer un peu plus les opérations de gré à gré, qui se échappent aujourd'hui aux règles, mettre plus de transparence sur le marché des obligations et des produits dérivés.

A moins que la solution soit de sortir certains pays de la zone Euro. Tu apprendras, Elsa, que les Anglais ne font jamais rien comme personne. Ils ne sont pas dans la zone Euro, mais un aristo anglais, Lord Wolfson, offre près de 300.000 Euros à celui qui proposera une solution pour sortir un pays de la zone sans trop de casse. Cette anecdote est à lire aussi dans La Tribune .

Dans Le Monde , alerte sur l'épuisement des enseignants

Elsa, tu as quelques années avant d'entrer à l'école et plus encore en 6ème. Sache qu'au collège et au lycée, près d'un enseignant sur 5 souffre de burn-out, d'épuisement. Une étude que s'est procurée Le Monde , l'établit. 17% des profs en burn-out contre 11% dans les autres métiers. Et un enseignant sur trois dit songer souvent à changer de profession.

Les enseignants ne savent plus ce que c'est que de bien faire leur travail. Leur métier en principe c'est de transmettre des connaissances, mais aujourd'hui on leur demande aussi d'éduquer, d'orienter, d'accompagner.

Dans quel état sont les services publics ? Pas brillant, à en croire Politis , qui se demande comment sauver l'Hôpital. Les fonctionnaires élisent aujourd'hui leurs représentants syndicaux. C'est à la Une de L'Humanité.

Dans le Monde, à nouveau, retour à Fukushima

Le nucléaire, Elsa, c'est une question qui te concernera. Faut-il construire de nouvelles centrales parce qu'elles nous chauffent et nous éclairent ou faut-il les fermer parce qu'elles sont dangereuses ?

La centrale de Fukushima au Japon est un peu partie en fumée. Sept mois plus tard, 30 kilomètres autour de Fukushima, les villes sont toujours mortes. Malgré les encouragements des autorités à revenir, les zones contaminées sont largement vides.

Quelques images, tirées du reportage de Philippe Pons. Des maisons fermées, des étables vides, des serres à l'abandon. La végétation gagne l'asphalte des routes. Parfois on croise un chien errant. Image encore de la ville d'Itate. Dans les rues désertes, les feux continuent de régler une circulation inexistante.

Pourtant, au début du mois, le gouvernement a annoncé qu'il n'y avait plus de danger dans un cercle de 10 kilomètres autour du périmètre d'évacuation. Mais « on ne croit plus personne » dit un habitant.

Quoi d'autre dans la presse ?

Celui qui veut être ton futur président, Elsa, François Hollande.

C'est « l'homme tranquille », titre Paris Match , qui interviewe sa compagne, elle même journaliste à Paris Match .

« Pourquoi la droite le craint », explique Valeurs Actuelles .

A la Une du Parisien , il y a son ex compagne, Ségolène Royal. « Interview vérité », annonce le journal. "Si on a besoin de moi pour faire des meetings, mobiliser ou répondre à la droite, je le ferai sans arrière pensée. (…) François Hollande est un très bon candidat".

Puisque nous sommes à la frontière de la vie privée et de la vie publique, Elsa, permets-moi de te présenter une camarade de berceau.

Si j'en crois l'annonce qui te concerne toi, sur le sur le site du Figaro , tu es née le 15 octobre.

Ta camarade est née hier soir entre 19h et 19h30, nous précise le même journal. Dans son berceau, il y a un peu plus de Unes de journaux que dans le tien. Elle est à la Une d'une bonne partie de la presse régionale notamment

« Un bébé à l'Elysée et c'est une fille », titre Le Progrès. Car oui ! le papa de ta camarade de jeu est président de la République. On ne connait pas son prénom. Pas de photo non plus, ses parents l'ont promis. Après avoir exposé leur vie privée, ils disent vouloir la préserver maintenant. Le Parisien nous précise que, pour bien faire la part des choses, sa chambre ne sera pas à l'Elysée mais chez sa maman. C'est la curiosité de la presse étrangère en particulier, qu'ils redoutent.

Alors Elsa, tu es un peu plus tranquille qu'elle. A lire l'actualité du jour, avec le bloggeur Didier Pobel, je me demande déjà si votre premier mot sera « Areu » ou « Euro ». On te souhaite un peu des deux : un avenir heureux.

A demain !

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.