Anniversaire, et drôles de bougies ce matin... 5 ans après la catastrophe d'AZF à Toulouse, Charlie Hebdo a refait l'enquête... 21 septembre 2001 : l'explosion fait 30 morts, 5.000 blessés et 27.000 logements endommagés... Le bilan, c'est aussi une enquête dont on peut dire, selon Charlie Hebdo, qu'elle comporte quelques incohérences... Théoriquement, une enquête scientifique se mène selon la méthode suivante : on a des indices, et on essaie d'en déduire un enchaînement des faits pour en tirer des conclusions... Dans l'affaire AZF, les experts ont adopté la méthode inverse : ils sont partis des conclusions, et se sont efforcés de faire en sorte que les indices collent au résultat désiré... Le résultat désiré est apparu dès les premières heures : c'est un accident... Et Charlie Hebdo repasse en revue tout ce qui a été laissé de côté... Et du coup, c'est le retour de la piste de l'attentat... Le retour de l'homme aux 4 sous-vêtements... Charlie Hebdo qui rappelle que le corps de cet homme est arrivé très propre à la morgue... trop propre... Il y a aussi les trois revendications d'attentat, reçues dans la semaine qui a suivi l'explosion, dont une émise depuis un fax des pompiers de Haute-Garonne piraté depuis l'Angleterre... Et puis cet appel anonyme signalant l'arrivée à Toulouse, la veille de l'explosion, d'un islamiste algérien spécialiste des explosifs... En clair : beaucoup de questions et peu de réponses... Ce qui est sûr en tout cas... c'est La Croix qui l'écrit ce matin... c'est que l'explication finale des experts, en mai dernier, qui attribue la catastrophe à un mélange accidentel de produit chloré et de nitrate d'ammonium, est rejetée par la société Grande Paroisse, la filiale de Total... Et au-delà du judiciaire, eh bien "les effets sanitaires de la catastrophe d'AZF se font durablement sentir"... C'est à lire dans Le Monde... L'Institut de veille sanitaire, l'INVS, a réalisé une étude épidémiologique auprès de 60.000 habitants vivant dans les zones autour de l'usine... Cette étude, c'est une première après une catastrophe en France... Et bien sûr, elle révèle que les traumatismes ont touché beaucoup plus de personnes que les 2.500 blessés officiels... 18 mois après l'explosion, 21% des résidents proches de l'usine prenaient toujours des psychotropes... Parce que, évidemment, ce sont les riverains les plus proches qui sont les plus meurtris... Ils sont aussi les plus touchés par les conséquences différées de la catastrophe, comme la perte d'emploi, les difficultés financières, la désorganisation des services dans le quartier... des conséquences qui ont été plus fréquentes pour les groupes sociaux les plus défavorisés... Bref, ce sont les populations les plus fragiles qui ont été touchées de la manière la plus dure... Autre sujet dans la presse... c'est "l'accord qui fait des remous", comme dit La Dépêche du Midi... L'accord UMP-PS sur le texte en discussion à l'Assemblée nationale pour permettre la privatisation de GDF... "Petit arrangement entre amis ou paix des braves ?", s'interroge Jean-François Montémont dans Le Courrier Picard... "Toujours est-il que l'accord fait s'en étrangler plus d'un"... En fait, c'est "du donnant-donnant", analyse Patrice Chabanet dans Le Journal de la Haute-Marne... "Moins d'amendements d'un côté, et pas de 49.3 de l'autre... Du donnant-donnant donc, et du gagnant-gagnant, pour l'éditorialiste, puisque la gauche améliore son image obscurcie par une stratégie d'obstruction parlementaire, et le gouvernement s'épargne un passage en force toujours mal perçu dans l'opinion publique"... "Et contrairement à ce que l'on pourrait penser... c'est Pierre Taribo qui le dit dans L'Est Républicain... cet accord UMP-PS représente une victoire pour les socialistes... Ils ont été les maîtres du temps... Et comme la fusion Suez-GDF clive fortement la formation majoritaire, il y aura forcément un perdant à droite... Ce sera Nicolas Sarkozy, s'il s'aligne en mangeant son chapeau derrière le Premier ministre... A l'inverse, la défection de plusieurs députés sarkozystes serait une défaite pour Dominique de Villepin"... Cet accord : une victoire pour les socialistes... Ce n'est pas vraiment comme cela que Le Figaro voit les choses... Le quotidien nous raconte les coulisses de l'accord entre l'UMP et le PS... un accord qui déchire le groupe socialiste... "Fabius joue les jusqu'au-boutistes", note le journal... "L'ancien Premier ministre, en pleine campagne interne, trouve dans le débat l'occasion de se montrer plus à gauche que la direction du parti... Fabius est renvoyé dans ses rangs par les députés de base, explique Le Figaro, parce que, pour jouer les prolongations, il faut que les députés soient dans l'hémicycle... Et l'un d'entre eux le dit : "Les grands leaders doivent descendre dans la tranchée... Ils doivent être physiquement présents... Or, où sont les Hollande, Fabius et Royal ?"... Lui, on sait où il est... Jacques Chirac est à New York... Une dernière, soulignent vos journaux... La Montagne titre par exemple : "Dans un dernier discours à l'ONU, Jacques Chirac défend ses priorités diplomatiques"... "Et ce costume de grand sage lui sied à merveille, constate Georges Latil dans La Provence... A la tribune de l'ONU, il a su trouver les mots justes pour parler des maux de la planète"... Des mots justes appréciés puisque, observe Jules Clauwaert dans Nord-Eclair, "l'Assemblée de l'ONU a réservé au Président français une ovation telle qu'il aimerait sans doute en goûter la saveur en France"... "Le chef de l'Etat a proposé une conférence internationale sur le Proche-Orient... Il a tapé du poing sur la table concernant le drame du Darfour... Et pour finir, il a lancé un vibrant hommage à Kofi Annan, le secrétaire général de l'ONU en délicatesse avec Washington depuis l'invasion de l'Irak, écrit Patrick Fluckiger dans L'Alsace... Chirac s'est donné pour devoir de représenter une France qui parle fort dans le concert des nations... Pour le Président de la République, cette intervention est plus qu'un testament", conclut l'éditorialiste... "Chirac : bilan diplomatique"... C'est Libération qui le dresse, ce bilan, et qui analyse : un Chirac "acteur sans moyens d'une France en déclin... Une politique étrangère qui reste marquée par une absence de constance et quelques intuitions... Du grand Chirac quand il s'énerve à Jérusalem face à la sécurité israélienne tatillonne... le fameux "Do you want I take my plane and come back home ?"... La rue arabe ne s'y trompa pas, se rappelle Libération : Chirac devint aussitôt un héros, de Ramallah au Caire"... Mais dans le bilan de Libération, il y a aussi des compromissions peu glorieuses... entre autres avec la Tunisie de Ben Ali, et les complaisances inutiles, comme avec la Chine ou la Russie de Vladimir Poutine... Et preuve que la France ne fait peut-être plus complètement le poids sur la scène internationale... la succession difficile de Kofi Annan... "une succession qui divise, explique ce matin Le Parisien-Aujourd'hui en France... Et celui qui le remplacera à la tête de l'ONU pour les 5 prochaines années n'est pas encore choisi... A 10 jours de son départ, ça fait désordre... Mais c'est que, sur ce dossier-là aussi, la France et les Etats-Unis ne sont pas d'accord... Du coup, de nouvelles candidatures ont été sollicitées... Et pas sûr que les Français réussissent à voir satisfaite leur demande que le postulant parle la langue de Molière"... Kofi Annan qui s'en va... "L'homme est un peu désabusé, constate Francis Brochet dans Le Progrès... Il l'a dit hier à New York, avec la franchise d'un bientôt retraité : en 10 années à la tête de l'ONU, il a vu le monde devenir plus violent et plus injuste... L'Assemblée générale, dont 80 chefs d'Etat et de gouvernement responsables des tribulations du monde l'ont ovationné debout... L'hommage du vice à la vertu"... Kofi Annan salué par beaucoup de vos journaux ce matin... Exemple en Allemagne, dans le Sueddeutsche Zeitung... avec ce portrait intitulé "Le coureur de fond du monde en crise"... Retour en France... avec un énième débat, ce matin dans vos journaux, sur la carte scolaire... Dans Libération, "la carte scolaire en rééducation" puisque, explique le journal, le ministre de l'Education entame une consultation avec les acteurs de l'école... Alors, si dans notre pays la sectorisation est devenue ces dernières semaines un terrain d'enjeux pour les politiques, comment les choses se passent-elles ailleurs ?... Libération et Le Figaro sont allés voir... Il y a les irréductibles, comme la Finlande, la Suède et le Japon, où la carte scolaire est rigide et les dérogations distillées au compte-gouttes... A l'autre extrémité, les partisans du libre choix total : on y trouve les Pays-Bas, la Belgique et l'Italie... Aux Pays-Bas, on est arrivé à la création de deux écoles quasiment séparées : les écoles blanches et les écoles noires... En Italie, c'est la règle de la concurrence qui s'est installée... Entre les deux, les pragmatiques... l'Angleterre notamment... l'Angleterre où la carte scolaire profite à l'immobilier, constate Libération... Dans la banlieue de Londres, les prix des maisons grimpent dans les quartiers des bons lycées... Le logement, tiens... Et ce cri, en Une de L'Humanité : "Hausse des loyers : ce n'est plus supportable !"... Le journal constate que le logement est une charge de plus en plus insoutenable... Pour l'INSEE, c'est le poste de dépense le plus important des ménages... Et L'Humanité dénonce "des logements de moins en moins sociaux... Alors que Jean-Louis Borloo n'en finit pas de se féliciter, l'ensemble des indicateurs demeure dans le rouge pour des millions de Français... En deux ans, continue L'Humanité, le bilan du gouvernement accuse un déficit de 35.000 logements par rapport aux annonces"... Et conséquence du prix de l'immobilier toujours en hausse... c'est à lire cette fois dans Le Figaro... les familles quittent Paris... Le Figaro qui rapporte les conclusions de la première synthèse de l'Observatoire des familles, créé cette année par la Mairie de Paris... "Seules 17% des familles parisiennes ont 3 enfants ou plus... Il faut dire qu'un loyer parisien est en moyenne deux fois plus élevé qu'en grande banlieue ou en province"... Ecole... C'est nouveau : "les jeunes plébiscitent l'apprentissage"... C'est Le Parisien-Aujourd'hui en France qui le dit... Pour décrocher un job, mieux vaut l'apprentissage que la fac... C'est ce que pense une écrasante majorité des 15-30 ans interrogés par l'IFOP... C'est un sondage réalisé pour le ministère de l'Emploi... Dans la foulée, constate Le Parisien, les étudiants préfèrent les formations courtes et concrètes... Les BTS et les IUT sont privilégiés... Et dans une interview au quotidien, Jean-Louis Borloo, le ministre de l"Emploi, analyse : "Les jeunes veulent avant tout apprendre un vrai métier"... Ce que veulent les jeunes... Qui sont-ils ?... Pour en savoir plus, lisez Phosphore... Le mensuel fête ses 25 ans, et en profite pour enquêter sur "les 25 idées reçues sur les jeunes"... "Les jeunes sont mal dans leur peau... Faux : 74% des 15-19 ans vont bien... Les jeunes ne s'entendent pas avec leurs parents... Faux : 73% des 15-19 ans se sentent compris... Ils n'ont pas de conscience politique... Faux encore : lors du dernier référendum, les 18-24 ans ont plus voté que les autres... Ils font l'amour de plus en plus jeunes... Oui, mais pas de beaucoup : en 25 ans, l'âge moyen de la première relation sexuelle est passé de 17 ans et demi à 17 ans"...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.