Hier, pour vos journaux, Nicolas Sarkozy, c'était Rousseau avec son "Contrat social"... Eh bien aujourd'hui, c'est Sarkozy version Mao, pour cause de "révolution culturelle"... "Sarkozy propose une révolution culturelle aux fonctionnaires", explique Le Figaro... Pour le journal, c'est "le grand dépoussiérage : salaire au mérite, mobilité, et passerelle avec le privé"... La presse européenne fait écho au discours du Président français... "Sarkozy se tourne vers le secteur public"... Le Financial Times explique qu'il a ouvert "un nouveau front dans sa campagne de réforme de la France"... "Sarkozy propose une révolution culturelle à l'administration... Il veut un Etat avec moins de fonctionnaires, mais mieux payés et plus efficaces", résume El Pais... Mais en même temps... c'est Die Welt qui le constate... "l'empressement de Sarkozy pour les réformes se heurte aux critiques"... Critiques... comme en Une de Libération... "Fonctionnaires : guichet départs"... Et le journal explique que "Sarkozy lance l'idée d'un pécule pour quitter la fonction publique... Face à cette idée, les syndicats s'insurgent"... Un pécule pour partir... C'est une mesure inspirée de la politique libérale du Canada, entre 1993 et 1997... Mais qui dit "départs volontaires" dit "argent à trouver"... Ce n'est pas un problème, pour un député UMP interrogé dans Libération... "On peut se payer deux ou trois années de déficit supplémentaires, si c'est pour réduire la voilure de l'Etat"... Oui ben... Les éditorialistes ne sont pas convaincus... Jean-Louis Gombeaud, dans Nice Matin, s'interroge... "Pour qu'un tel troc puisse tenter une dizaine de milliers de fonctionnaires (sur 5 millions), il faudrait pouvoir mettre sur la table plusieurs milliards d'euros... Où sont-ils ?"... Jean-Pierre Boulais, dans Paris-Normandie, surnomme ironiquement ce pécule "golden-parachute du pauvre"... Et Paul Burel résume la situation, dans Ouest-France... "Après avoir dépensé 15 milliards pour un bouclier fiscal qui tarde à provoquer le choc de confiance annoncé, Nicolas Sarkozy se retrouve fort dépourvu pour financer ses réformes... Pour tout dire, il vit un peu au-dessus de ses moyens, de nos moyens... Or, sans huile salariale dans les rouages de la reconstruction de la fonction publique, il y a fort à parier que ça va grincer"... Alors évidemment, après les propositions du Président hier... vous lirez dans les journaux les réactions des uns et des autres... particulièrement celles des syndicats... Des syndicats qui, pour Francis Lachat dans Le Courrier Picard, "ont une marge de manoeuvre très étroite... A ce titre, poursuit l'éditorialiste, l'appel à la grève du 17 octobre à la SNCF sera un bon test"... Pour le reste... Eh bien, pour le reste, tout dépendra des réponses de Nicolas Sarkozy aux questions qui se posent... Les éditorialistes n'en sont pas avares ce matin... Olivier Picard, dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace par exemple... "Comment comparer les effectifs, parfois pléthoriques, de certains ministères parisiens, et le sort chanceux de quelques planqués, avec la pénurie flagrante de personnels soignants à l'hôpital, ou les besoins évidents de l'école primaire ?... Il faudra maintenant être rigoureux pour nous expliquer où, et dans quels effectifs, il faudra tailler pour ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux"... Et puis toujours cette question, que reprend Dominique Garraud dans La Charente Libre... "Comment trouver les financements pour commencer à mettre en oeuvre ces réformes ?"... Des questions donc... Pour les réponses... Ce sera peut-être ce soir... puisque "c'est peu dire que Nicolas Sarkozy bouscule le calendrier", s'amuse Didier Pobel dans Le Dauphiné Libéré... "Il vient même d'inventer le 14 juillet en plein mois de septembre... Tout est réuni pour qu'on s'y croie ce soir... une interview diffusée conjointement sur TF1 et France 2 comme aux grands jours... Patrick Poivre d'Arvor et Arlette Chabot côte à côte face au Président... et un feu d'artifice de mesures et de réformes à commenter, à expliquer, à déminer"... Autre chantier, qui devrait être lancé aujourd'hui par l'Etat... La lutte contre la pauvreté... C'est Dominique Quinio, dans La Croix, qui pointe la chose ce matin... "La conférence de rentrée, aujourd'hui, de Martin Hirsch... le haut-commissaire aux Solidarités actives contre la pauvreté... ne doit pas être perçue comme un à-côté du projet gouvernemental, mais dans la continuité des autres rendez-vous du calendrier politique"... "En France, la pauvreté ne recule plus", titre donc, en Une, La Croix... qui explique qu'entre 2002 et 2005, le nombre de personnes démunies s'est stabilisé, après avoir baissé pendant 30 ans"... Alors ce matin, Martin Hirsch fera aussi le point sur l'expérimentation du revenu de solidarité active... Dans quelques départements français, ce dispositif est testé depuis le mois de juin... Un dispositif qui suscite les réserves de quelques associations... mais qui a redonné espoir à Nadine et à Alexandra... Ces deux bénéficiaires du RSA ont recommencé à travailler sans perdre leur RMI ni les aides sociales auxquelles elles avaient droit... parce que le but premier de ce dispositif, c'est de ne pas dissuader les RMIstes de rechercher un travail... Le journaliste de La Croix constate que si les deux femmes se projettent encore avec prudence dans l'avenir... leur quotidien s'est déjà nettement amélioré... Alexandra, par exemple, a pu réparer sa voiture... rembourser les petites dettes qu'elle avait contractées auprès de membres de sa famille... Et "le mois prochain, dit-elle, je vais acheter des vêtements pour mon fils : il grandit si vite"... "Sarkozy, l'homme pressé", titre un éditorialiste ce matin... Eh bien, tellement que vos journaux n'arrivent pas toujours à suivre... L'Humanité se penche ce matin sur une mobilisation contre une décision estivale du Président de la République... une décision passée inaperçue... Celle de ratifier le protocole de Londres... Le protocole de Londres, c'est un texte qui permettra à tous les brevets déposés en anglais d'être applicables en France sans traduction... "Bientôt l'anglais obligatoire ?", s'interroge donc L'Humanité... Le linguiste Claude Hagège, professeur au Collège de France, mène la fronde contre ce texte... L'un de ses collègues explique : "A ce rythme, dans 20 ans, on aura un enseignement supérieur en anglais... Mais peut-on écrire en anglais et penser en français ?... "Non", répond le chercheur... "Sans les mots, il n'y a plus de création française"... Alors, en fait, ce protocole date de 2000... En 2001, Lionel Jospin l'avait signé... Mais Jacques Chirac avait refusé de le faire ratifier... comme c'est d'ailleurs le cas de 17 des 27 pays de l'Union européenne... "Il faut dire, explique un syndicaliste à L'Humanité, que s'il y a ratification, eh bien c'est le monde du travail qui va passer au tout-anglais... Et cela comporte des risques... Les irradiés d'Epinal, par exemple, ont été victimes d'un mode d'emploi en anglais"... L'anglais qui envahit tout... Inquiétude également en Suisse... C'est à lire dans Le Temps... "L'irrésistible passage à l'anglais des universités"... Le quotidien constate que l'anglais se répand rapidement dans les filières de deuxième cycle des hautes écoles suisses... Et dans son éditorial, Laurent Wolf analyse... "Le danger n'est pas l'anglais... mais qu'au nom de l'efficacité, tout le monde... chercheurs, enseignants, étudiants... soit sommé de ne penser qu'en anglais"... Surtout que le hasard de l'actualité provoque des collisions qui incitent à réfléchir... Une enquête du National Geographic, rapportée par le même journal, affirme que la moitié des 7.000 langues parlées aujourd'hui aura disparu à la fin du siècle... Ca fait une langue morte toutes les deux semaines... Changement de pensée... de manière de penser... Y a pas que l'anglais... Y a aussi Internet... Dans le mensuel Sciences Humaines... "Comment Internet change notre façon de penser"... Un dossier passionnant... qui explique qu'en dématérialisant les supports de connaissances, en s'affranchissant de l'espace et du temps, Internet offre de nouvelles manières d'organiser les connaissances... Internet... Blogs... Google... Wikipedia... Web... Web 2.0... Web sémantique... Tags... Cet étrange vocabulaire paraît tout droit sorti d'un ouvrage de science-fiction... Mais derrière ces mots exotiques, affirme le magazine, se jouent les grands enjeux de notre univers culturel... "Quand le Net rêve de changer l'info"... Comme en prolongement, ce dossier de Télérama... Parce qu'aujourd'hui, de vrais médias alternatifs tentent d'inventer une troisième voie... Aux Etats-Unis, en Amérique latine, en Allemagne, ces sites d'information, plus libres, plus réactifs, existent déjà... Mais en France, ils émergent depuis à peine un an... Télérama retient les cyber-journalistes de Bakchich... de Rue89... ou encore de Source Sûre... Pour l'instant, le succès d'estime est là... même si le modèle économique n'est pas encore trouvé... Du coup, conclut la journaliste de Télérama, "à ceux qui avaient dit que le Web serait le fossoyeur des journalistes, il pourrait bien s'avérer être une nouvelle terre de conquête"... Et puis dans la série "changement de comportement", pour finir... cette enquête sur "le portable, meilleur ami de l'homme"... C'est à lire dans Libération... Deux sociologues se sont penchés sur nos usages, plus que variés, du mobile... Il y a, entre autres, l'usage "doudou"... Fumer étant interdit, on n'oublie jamais d'emporter son portable en réunion... pas pour téléphoner bien sûr, mais pour le caresser, ouvrir et fermet le clapet, faire coulisser l'écran... Bref, papouiller son portable rassure...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.