Vous vous souvenez avoir voté le 21 avril de l'année dernière... Eh oui : c'était le premier tour de l'élection présidentielle... Du coup, on commence à souffler la bougie dans la presse, ce matin... la bougie de l'arrivée de Nicolas Sarkozy à l'Elysée... "Encore 4 ans !", soupire Libération... Et le journal constate, au détour d'un sondage ViaVoice, que "depuis 11 mois, Sarkozy déçoit"... "Une bougie, mais pas de gâteau"... C'est Bruno Dive, dans Sud-Ouest, qui présente les choses ainsi... "Président le mieux élu depuis Georges Pompidou, Nicolas Sarkozy est aussi le plus impopulaire au bout d'un an de mandat... Son bilan, pourtant, n'est pas mince... Beaucoup de réformes ont été engagées, beaucoup de chantiers ouverts... Mais les Français n'en voient pas les fruits (sinon les plus amers) ni la cohérence"... C'est aussi ce que note François Sergent dans son éditorial de Libération... "Les Français ne croient plus ce Président qui ne leur a toujours pas donné de feuille de route... Il pâtit d'un déficit de crédibilité d'autant plus fort qu'il s'était engagé à faire de la politique autrement"... Oui, "s'il veut reprendre la main, Nicolas Sarkozy ne peut se contenter de réaffirmer sa volonté de réformer, façon méthode Coué", analyse également Jean-Pierre Lanskin dans L'Est Républicain... Oh c'est sûr, "il peut arguer qu'il n'a pas de chance... Ni les FARC, ni le prix du pétrole, ni l'envolée de l'euro, et encore moins la flamme olympique ne lui simplifient la vie, c'est vrai", s'amuse Jean-Michel Roustand dans L'Union... Sauf que c'est une promesse de campagne qui focalise les mécontentements... L'Humanité le clame haut et fort : "Pouvoir d'achat : le mensonge ne passe pas"... Pour le journal, cela fait un an que le Président et son gouvernement, au nom de la lutte contre le déficit public, matraquent le pouvoir d'achat... Et dans Libération, ce sont les élus UMP croisés par Nathalie Raulin qui le disent : "On est obligé de constater que les gens sont déçus, et qu'ils ont le sentiment que rien n'a changé en un an", confie François-Michel Gonnot, député de l'Oise... Alors, au bout d'un an, "Nicolas Sarkozy a-t-il au moins amorcé la rupture ?"... C'est la question que La Tribune pose en dernière page... "Oui", dit Pascal Perrineau, le directeur du CEVIPOF (le Centre de recherche politique de Sciences-Po Paris)... Pour lui, "le Président reste et restera présent sur tous les fronts... Le temps de la réforme n'est pas terminé, même s'il est compté"... La rupture : non, Nicolas Sarkozy ne l'a pas amorcée... L'analyse émane, là, de Pascal Salin, professeur d'économie à l'université Paris-Dauphine... "Le Président n'a pas su inscrire le changement dans les faits... Aucune réforme de structure n'a réellement été engagée"... "Après un an de bling-bling, c'est la déglingue"... C'est le titre qui fait la Une de Marianne cette semaine... L'hebdomadaire explique que "les événements de Mai 68, que l'on célèbre imprudemment aujourd'hui, risquent d'apparaître comme de la petite bière, comparés à ce qui se prépare"... Pour Marianne, les facteurs accumulés d'explosion sont beaucoup plus nombreux aujourd'hui qu'il y a 40 ans... Mais le problème, c'est qu'ils ne profitent à personne... Quand en 68 la rue rejetait De Gaulle ou, en 95 quand elle rejetait Chirac, il y avait la gauche pour canaliser les colères... Aujourd'hui, constate Marianne, cette gauche en général, et le PS en particulier, suscitent presque autant de consternation que le pouvoir en place... Du coup, qui pourra rationaliser ou réorienter les grognes et les rages ?... La première bougie de Nicolas Sarkozy... Et pas un jour sans lui... Du coup, Elle se pose la question : "Sommes-nous tous obsédés par Sarko ?"... Parce que, que ce soit dans la presse, au bureau, dans les dîners, on ne parle que de lui, ou presque... y compris sur les divans des psychanalistes... Ce qui fait que l'un d'entre eux, Serge Hefez, décortique cette "sarkose obsessionnelle"... "C'est un hyper-narcissique qui tend un miroir à une société de Narcisses... C'est normal qu'il nous fascine... On est comme des enfants dans une cour de récré qui n'ont d'yeux que pour le plus gâté, le plus capricieux, celui qui parle le plus fort... Il donne l'impression de faire ce qu'il veut, quand il veut... Alors que nous, nous sommes contraints par la réalité, par les limites... Lui, c'est comme s'il n'en avait jamais... Mais c'est aussi ce qui provoque un sentiment de lassitude, d'énervement... De quel droit peut-il tout se permettre et pas moi ?"... Nicolas Sarkozy, paraît-il, très présent chez beaucoup de patients... "C'est vrai : plus que d'autres, confirme le psychanaliste... Mais en même temps, c'est très habituel, explique-t-il, que les chefs d'Etat apparaissent dans les rêves sexuels des patients"... Alors là, ça n'a rien de sexuel, et c'est plutôt un cauchemar... On parle des JO de Pékin... Le Figaro explique ce matin que "Sarkozy envoie des émissaires en Chine"... D'abord le président du Sénat, qui arrive ce soir à Shanghaï... Jean-Pierre Raffarin sera jeudi à Pékin... Et en fin de semaine, le conseiller diplomatique de l'Elysée ira à son tour en Chine... Alors non, ce n'est pas une contre-offensive diplomatique... C'est du moins ce que dit l'Elysée... Sauf que, quand même... Les émissaires français doivent gentiment rappeler que lorsque la France vend pour un euro en Chine, la Chine, elle, vend pour 4 euros de produits dans l'Hexagone... Une offensive diplomatique qui tombe peut-être au bon moment... Parce que "Pékin commence à s'inquiéter des défilés anti-français"... Le Figaro explique en effet que les manifestations qui ciblent les entreprises françaises et qui brûlent le drapeau tricolore font craindre aux autorités que des dérapages xénophobes ne viennent ternir l'image du pays au moment des Jeux... Un clin d'oeil sur ce sujet... Il est signé Michel Schifres... Il se souvient du bon mot du général de Gaulle, conspué lui aussi un jour par des manifestations chinoises... "Quand même !... Etre traité de 'chien' par des Pékinois !... C'est un comble !"... Dans Le Figaro toujours, vous lirez aussi le portrait de RSF... Reporters sans Frontières... "En quelques mois, l'ONG française de 25 salariés parisiens, avec seulement 5 bureaux à l'étranger et une dizaine de sections à travers le monde, est devenue la bête noire du géant chinois", constate le journal... qui se penche plus particulièrement sur la manière dont l'organisation est financée... l'occasion, pour la journaliste du Figaro, de tordre le cou à quelques rumeurs qui circulent sur Internet... Résister à la Chine... Résister tout court... "Le bon combat" : c'est l'hommage de Ouest-France à Germaine Tillon... "Une longue fidélité à l'esprit de résistance", pour La Croix... L'Humanité salue "l'engagée du genre humain"... Et Libération résume : "Déportée à Ravensbrück, connue pour ses engagements politiques lors de la guerre d'Algérie, l'ethnographe est morte samedi à 100 ans"... Une phrase à retenir de cet article... une citation de Germaine Tillon : "Rien n'est plus effrayant que l'absurde"... L'autre hommage dans la presse, ce matin, c'est celui de la République au poète, comme l'indique Le Parisien-Aujourd'hui en France... Retour sur les obsèques nationales d'Aimé Césaire hier soir... "L'hommage de la Nation à Aimé Césaire"... Une photo du cercueil du poète traversant la foule rassemblée à Fort-de-France fait la Une de L'Indépendant du Midi... C'est "l'exceptionnel hommage au poète de la négritude" pour Le Midi Libre... Et devant la ferveur des Martiniquais, Le Dauphiné Libéré s'exclame : "Son Panthéon, c'est ici"... Et dans Le Républicain et La Charente Libre, les éditorialistes appellent la France à rendre le meilleur hommage qui soit à Aimé Césaire... à savoir "assurer la pérennité de son cri de nègre en l'enseignant enfin dans les écoles de France"... Et sinon dans la presse... "Il a su parler au coeur de l'Amérique", affirme La Croix... Le quotidien catholique estime que "son voyage aux Etats-Unis et à l'ONU a permis de réconforter une Eglise éprouvée par la pédophilie et de rappeler les fondements universels des droits de l'homme". Aujourd'hui en France-Le Parisien explique "comment l'Amérique investit nos banlieues"... Le quotidien raconte que "depuis 2001, mais surtout depuis les émeutes urbaines de 2005, les Etats-Unis s'implantent dans de nombreuses cités défavorisées... Argent, moyens humains : tout est bon pour redorer leur blason auprès des jeunes Français issus de l'immigration". Et puis, pour finir... ce titre du Figaro Economie : "Les Français, champions du monde des dépenses alimentaires"... Oui, pas de doute : la grande bouffe, c'est chez nous... Quand l'Américain dépense 1.998 dollars par an pour se nourrir... quand l'Irlandais en dépense à peine 867... le Français consacre, lui, 2.263 dollars pour remplir son assiette... Alors certes, il y a les traditions culinaires, l'image du bon vivant... Mais il y a aussi, rapporte Le Figaro, les prix plus hauts en France qu'ailleurs... la fiscalité indirecte, également plus élevée... et un taux de chômage plus fort, qui fait qu'on mange en France beaucoup plus souvent à la maison qu'à l'extérieur... Alors le Français, plus gros mangeur de la planète ?... Peut-être bien, mais pas seulement pour le plaisir...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.