à J-3, attentat sur les Champs Elysées, de nature à changer le vote de dimanche?

La revue de presse bonjour Hélène Jouan

L’attaque terroriste hier soir sur les Champs Elysées à la Une

A la Une la presse française, mais aussi de toute la presse internationale, avec la même photo, l’avenue des champs élysées bloquée hier par une voiture de police ; du britannique Guardian, à l’espagnol El Pais, de Die Welt en Allemagne, à Sud ouest, La provence, le Parisien ou le Figaro en France. Le quotidien suisse Le Temps titre sur « la présidentielle française à l’heure terroriste » « la terreur de Daech sur le vote » dit la Republica

Tous les journaux relèvent évidemment la concordance entre un lieu symbolique, l’avenue « iconique » de Paris écrit le New York Times, la cible, des policiers, et le moment de cette attaque, à 3 jours de la présidentielle. Dans le Figaro, l’avocat spécialiste du terrorisme Thierry de Montbrial explique « que la période actuelle constitue évidemment un pic d’exposition pour les islamistes, une occasion unique de peser sur la vie politique française ». « Le fait que cet attentat ait été revendiqué aussi rapidement par le groupe Etat islamique souligne un spécialiste du terrorisme dans le New York Times, indique à quel point il entend peser sur l’élection française. C’est aussi un signe adressé à tous ses combattants et à ceux qu’il espère recruter, une façon de leur montrer à quel point il est encore puissant ». Tous s’interrogent sur l’impact que pourrait avoir un tel événement sur le vote de dimanche. A qui profitera le crime en quelque sorte. "Distiller la peur pour voir s'installer la haine -et inversement-, voilà le but recherché" explique Christophe Bonnefoy, du Journal de la Haute-Marne. Quand Bruno Dive, de Sud-Ouest, continue de croire que « la meilleure réponse à apporter aux terroristes et djihadistes et de tout poil, c'est encore et toujours l'unité nationale", le New York Times se demande lui si cette attaque ne constituera pas un moment de bascule, en faveur des candidats qui apparaissent comme les plus durs avec le terrorisme, et le journal de citer nommément Marine le Pen et François Fillon. Après avoir percuté la dernière grande émission politique hier sur France 2 et France Inter, modifié l’agenda du dernier jour de campagne pour certains, le parcours de l’assaillant abattu hier par la police, le fait qu’il ait été surveillé par la DGSI pour radicalisme selon une information de Franceinfo, pourrait susciter une dernière polémique de campagne. Dans sa chronique mise en ligne dans la Matinale du Monde, Françoise Fressoz insiste « « tout ce qui avait été refoulé ces dernières semaines ressurgit, le menace islamiste, le danger terroriste, le dévouement et l’épuisement des services de l’Etat mais aussi les failles du dispositif. D’un coup écrit-elle, la prime ne va plus à l’aventure, mais au régalien, à la force, à la protection ». Conclusion de Clément Pétrault ce matin sur le site du Point : « La campagne se retrouve plongée dans une incertitude encore plus insondable ».

Dernier jour de campagne vous l’avez dit. Bilans dans la presse ce matin

L’isoloir…tout va se jouer par définition dimanche dans l’isoloir. Dans les Echos, Roger Paul Droit revient sur la symbolique de ce mètre carré dans lequel nous sommes confinés, 60 secondes au plus, rideaux tirés, cet espace et ce moment où « les résolus sont face à leur confirmation, les hésitants face à leur décision ». De cet isoloir, « Il faut voir une mise en scène du for intérieur, du tribunal de la conscience, « la forteresse de l’âme » disait Marc Aurèle, nous dit Roger Paul Droit. Plus d’image, plus de son, plus de sollicitations extérieures. Un espace clos où chacun est supposé se retrouver face à sa propre pensée, radicalement seul, libre de prendre sa décision en toute autonomie. Le philosophe note que ce moment de l’isoloir est sans doute déjà un peu caduque, avec les selfies d’isoloir qui se sont multipliés ces dernières années, l’extension du vote électronique pourrait lui porter à terme le coup de grâce. L’isoloir est donc peut être lui-même, à l’image de cette élection, voire de la République à son propre point de bascule. Tout tient encore, tout fonctionne, mais chacun pressent, écrit-il, qu’il s’agit de survivances d’un autre temps, sans qu’on sache clairement quel sera le temps d’après, ni de quoi il sera fait ».

Bon en tout cas, c’est fini dans quelques heures. « Eh bien votez maintenant » nous interpelle Cécile Cornudet dans les Echos. Qui fait comme d’autres le bilan de cette campagne de premier tour « quand les feux de la campagne s’éteignent, que reste t il ? 4 candidats susceptibles de se qualifier, 4 offres politiques que tout oppose. » Une fois toutes les combinaisons du second tour évaluées, « la véritable photo dit elle apparait dans le puzzle de cette curieuse campagne. Une partie de la France veut avancer, une autre se sent reléguée, une partie espère, une autre désespère, une partie regarde devant, l’autre derrière, beaucoup veulent tout détruire sans savoir quoi reconstruire. L’image est multiple, mouvante. Espérons que le président l’aura toujours en tête » conclut-elle.

« Ils ont tout à perdre, et plus encore »Libération est déjà dans l’après, anticipant l’échec des uns et des autres et leurs répercussions, en gros, le ps aura la peau de Benoit Hamon, les républicains celle de François Fillon, Mélenchon malgré son âge pourrait bien décider de poursuivre le combat tellement la France insoumise n’existe qu’autour de sa seule personne, et vous Emmanuel Macron serez dépendant de l’attitude des réformateurs socialistes pour créer ou non une maison commune des progressistes écrit Nathalie Raulin.

En attendant de gagner ou de perdre, derniers soutiens engrangés par les uns et les autres, après Valéry giscard d’estaing dans le Point, et Alain Delon par lettre pour soutenir François Fillon, Dominique de Villepin signe pour vous Emmanuel MAcron dans Aujourd’hui en France/le Parisien « Il y a enfin une nouvelle voie que veut ouvrir Emmanuel Macron confie t il, celle du rassemblement, contre l’esprit de querelle, faisons le choix de la volonté »

Pour finir Hélène, un dernier mot sur les media et la campagne présidentielle

Des media largement mis en accusation par certains candidats pendant cette campagne, mais « les médias faussent-ils l’élection ? » s’interroge l’hebdomadaire le Un cette semaine. Réponses hétéroclites, mais charge assez lourde: le romancier Patrick Besson étrillent les journalistes politiques accusés de passer leur temps à inspecter les comptes bancaires des candidats, à défaut de discuter des idées, d’avoir une agressivité de surface et une indépendance de façade. Bref, pour lui les media ne sont responsables de rien, en raison de leur propre nullité. Laurent Greisalmer se permet quand même de les défendre un peu ! « Ceux qui ont la nostalgie de la presse d’autrefois écrit-il, devrait aller consulter les collections. Quand l’esprit partisan régnait en maitre, quand on écoutait ou regardait sur l’ORTF la Voix de la France ; aujourd’hui la polyphonie des média a succédé à la Voix de son maitre » se réjouit-il.

Mais de quel media parle-t-on ? dans Libération, le journaliste Pierre Haski revient sur une étude à laquelle il a participé sur les partages d’internet pendant la campagne électorale. Etude qui a révélé la polarisation croissante entre les sources d’information, d’un côté les média professionnels et l’économie classique du web, de l’autre la galaxie de sites et plate-formes fondés en opposition au « système », opérant avec une autre échelle de valeurs et de respect des faits et de l’éthique. Un quart des liens partagés par les internautes appartient à cette catégorie « hors système », où se mélangent informations non vérifiées et véritable désinformation. Un constat qui pose de sérieux défis à toutes nos démocraties explique Haski, comment rebâtir ce socle de confiance sans lequel aucun système démocratique ne peut espérer durer et prospérer ? s’interroge t il. Responsabilité des media et des Politiques, pourtant pas parfois si prompts à les dénoncer, Ce n’est pas la moindre des questions, que cette campagne présidentielle aura soulevée…

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.