Un "meetoo gay" dans Libération, qui après le Monde raconte les assiduités du patron modèle Jean-Marc Borello. Marianne défend nos chansons d'antan que le politiquement correct contemporain menacerait. Les figurines Lego témoignent de nos obsessions sécuritaires, dit AOC. De vieux truands audiardiens dans le Monde!

On parle d'usines nouvelles ce matin... 

De nouvelles usines qui sont dans l'Usine nouvelle, hebdomadaire de l'industrie réelle qui le constate tranquillement à sa une, on ouvre encore des usines en France, 60 cette année, 122 entreprises industrielles ont augmenté leurs capacités de production, la carte est dans le journal et ce sont autant de petites lumières sur l'hexagone.  Isorg électronique produit à Limoges des capteurs d'images, 50 emplois, Iten, start-up de 20 salariés, va industrialiser ses micro batteries dans la banlieue de Lyon, Nutergia, compléments alimentaires, a une nouvelle usine dans l'Aveyron. Hexcel, un américain, produit pour l'aéronautique des fibres carbones à Salaise-sur-Sanne dans l'Isère, 120 emplois directs...   

Et voilà la précision d'un journal dont c'est le métier de suivre nos entreprises, c'est donc l'idée d'un pays vivant qui s'impose... 

Dans l'Est éclair qui a remis à des PME des trophées de l'économie avec la Confédération des petites et moyennes entreprises, le super trophée revient à 3B emballages, qui produit à la Chapelle Saint Luc des palettes, mais quelles palettes, et son patron Hafid Bouchrou, a les honneurs de l'interview.  Histoire française: "Mon père Hamed, aujourd'hui en retraite, est d'origine marocaine. Il a commencé comme ouvrier dans le bâtiment. Il a créé sa boîte en 1989 à Auxerre il s'est lancé avec un petit camion. on est arrivé dans l'Aube en 2000."  Et lui Hafid est est diplômé de l'école de commerce de Dijon et d'un master Unité stratégique à HEC, la plupart de ses salariés ont bac+2. L'entreprise est cotée A+ par la Banque de France, et elle parie sur l'innovation, ses palettes sont recyclées, pliable, et géolocalisées...  

Hafid Bouchrou dans l'Est éclair, et cette dynamique nous fait respirer, elle existe tout autant que les désarrois dont nous faisons notre miel d'amertume. Wall street est en recul, le CAC 40 est au plus bas depuis deux ans, la France va plus emprunter l'an prochain, la croissance est en risque, tout ceci est à la une des Echos... Pour Didier Mariany, il est dans la Montagne, l'industrie a signifié la maladie et une retraite sous la menace de plaques pleurales. Son employeur l'avait exposé à l'amiante sans lui donner de protection, il a fait condamner en appel "ces voyous qui jouent avec la vie des salariés et qui n'en ont rien à foutre de nous."  Que lui opposer?  

Mais il est aussi cela.  dans un petit journal, la Voix du Sancerrois, qui montre des locaux vides qui furent une gare désormais abandonnée, et puis un restaurant fermé. A Sancerre, l'entreprise Da Silva, actuellement qui travaille dans la maçonnerie, va racheter l'ancienne gare, la loco, mais aussi l'ancien terrain de pétanque...   

Un patron est exposé en une de Libération...  

Jean-Marc Borello, un géant et un militant, vétéran de la lutte contre le sida, leader européen de l'économie sociale et solidaire, par son groupe SOS, qui intervient même auprès des djihadistes qu'il faut déradicaliser, un proche d'Emmanuel Macron, son ancien élève à sciences po... Bref.  Mais cet homme, dans des soirées de sa boite où l'on danse sur Gigi l'amoroso, a l'habitude,  écrit Libération de plaquer son grand corps en sueur contre les corps rétifs d'employés ou de stagiaires, et de leur introduire sa langue dans la bouche sans leur consentement... Le Monde l'avait déjà raconté au début du mois, Libération prolonge l'enquête et cela devient un véritable dossier sur un agresseur sexuel qui ne l'admettra pas, mais elle est troublante l'histoire de François que son amie Claire a du protéger des assauts répétés du patron, qui  le pelotait dans une soirée de l'entreprise... 

Claire a protégea François des assauts de Jean-Marc, et cette narration est aussi l'intérêt de cet article, Jean-Marc Borello est homosexuel et ce sont des garçons qu'il recherche, nous sommes affirme Libé devant un "meetoo gay", heureuse banalisation: l'agression sexuelle, c'est une personne plus forte que l'autre et qui ne comprend pas que les temps ont changé...  

Marianne s'amuse aujourd'hui à vilipender notre modernité vigilante, qui ferait interdire, jure le journal, quelques joyaux de la chanson française, qui chanta le sexe et le vin et moquait les colonisés et célébrait les proxénètes, "Prosper yop la boum", "le grand Totor qu'est en ménage avec Totoche, qui la filoche et la défend"... On sent dans ce numéro la patte conjointe de la directrice Natacha Polony, anti moderne, et du fondateur Jean-François Kahn, féru de chansonnettes, et on peut e pas souscrire à leurs thèses mais profiter de l'occase pour relire de grands textes avec notes nostalgiques...  

On entend cette nostalgie aussi dans un bath papier du Monde qui narre les écoutes réalisées par la police au domicile d'un vieux truand de Lyon, qu'on soupçonnait de trafic de faux billets...  Et au fil des conversations volées s'entend un monde de savoureux qui rêve d'un gros coup de cocaïne qui ne se fera pas et se console dans des menus plaisirs..... « Il y a quelqu'un qui va perdre de l'oseille dans cette histoire  j'aime bien aller aux champignons, c'est des plaisirs simples, à l'âge qu’on a, on va pas aller en boîte. »  Mardi 18 décembre, la chambre de l'instruction de la cour d’appel de Lyon a finalement annulé la quasi-totalité de la procédure; il reste un morceau de bravoure..   

Et une autre valeur sure pour finir... 

Qu'on ne peut rater à l'époque de Noel, Noel qu'on se dispute, la Vie nous incite à choisir l'hospitalité envers les migrants, mais, assure l'Opinion, les populistes s'emparent de la religion... Il reste les cadeaux et le Lego qui est un jeu de construction pour adultes comme enfants, et qui nous dit aussi ce que nous devenons. et c'est dans AOC sur internet, un papier implacable d'un historien, qui montre comment Lego reflète aujourd'hui nos obsessions sécuritaires.   Car la collection City, qui offrait des figurines familiales dans des maisons individuelles dans un paysage de loisirs et de commerces,  propose désormais des dizaines des gardes côtes, des policiers munis d'hélicoptères lourds  des délinquants et une prison... "La boîte 60130 connue sous la terminologie anglaise de Prison Island permet de construire un pénitencier de haute sécurité sur une île isolée qui n’est pas sans ressemblance avec la prison d’Alcatraz dans la baie de San Francisco."  La sécurité de la population a pris le pas sur la simple vie.   

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.