(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin : de Tienanmen à Notre Dame

C'est un gros bonhomme jovial, mais c'est comme un moustique qui agace le régime chinois.

L'artiste Ai Weiwei est ce matin l'invité spécial de Libération .

Affiche collector, petites phrases disséminées dans le journal et longue interview en ouverture.

A quoi sert un artiste en politique ? Alors qu'une exposition de photo d'Ai Weiwei est présentée à partir d'aujourd'hui à la galerie du Jeu de paume à Paris, réponse dans ce numéro de Libé , une autre interview dans Le Monde et un dossier dans Arts magazine .

Le travail d'Ai Weiwei, c'est de l'agit-pop, de la provocation potache et entêtée.

  • Image de sa femme qui soulève sa jupe place Tienanmen comme Marylin Monroe : la Chine est-elle capable de transparence ?

  • Ce doigt tendu au premier plan d'une image. Le décor de fond, c'est encore la place Tien An Men.

  • Entêtement dans les centaines de lettres envoyées après le tremblement de terre dans le Sichuan en 2008 pour demander le nom et le nombre de tous les enfants morts sous les décombres de leur école.

Pour tout cela, pour son activisme, Ai Weiwei est assigné à résidence...

...après avoir été emprisonné. Il y a des artistes qui enrobent leur œuvre de théories fumeuses.

Ses propos à lui sont extrêmement clairs dans les colonnes de Libération .

"Le message, c'est la liberté, la libération personnelle, le libre-échange de l'information, l'expression individuelle. La manie du secret est le cancer qui ronge les pays communistes car il permet à la corruption et l'abus de pouvoir de prospérer. La Chine est le pays du monde qui a créé le terreau le plus favorable qui soit à la corruption.

La loi protège le pouvoir et menace les citoyens."

Au fond, c'est simple la politique, comme le dit ce tweet de Weiwei repris par Libération "Il n'y a que deux sortes de gouvernement dans le monde : le gouvernement démocratique, qui côtoie la critique et le gouvernement totalitaire, qui côtoie sa propre fin"

On verra si cet optimisme est prémonitoire. Ce que raconte l'histoire de cet artiste, c'est aussi l'importance d'Internet pour la circulation des idées, des images et des rêves. "Ma patrie, si je devais en choisir une, serait l'Internet, dit encore l'artiste". C'est sur la toile que circule ses œuvres.

Sur la toile encore que la mobilisation s'organise pour l'aider à payer les amendes et frais de procès qui lui sont imposées. 30.000 chinois lui ont offert de l'argent, parfois des billets roulés en boule et lancés par dessus le mur de son atelier de Pékin.

Dans les galeries, à la sortie des facs, dans les ateliers, les langues se délient, les esprits se libèrent. L'art peut tout bousculer se réjouit l'édito d'Arts Magazine .

Cela ne fera pas de la Chine une démocratie dès demain mais c'est déjà ça.

A la Une de Libération , l’artiste lance des billets de banque transformés en avion de papier.

De Pékin à Paris en passant par la campagne

La campagne tout court d'abord avec cette information à la Une de La Charente Libre . « Médecins, la fin des gardes de nuit en Charente ». Un signe de plus de la disparition des médecins de campagne. Passé minuit, si on est malade, il faut désormais aller aux urgences, ou attendre le matin.

A Nice, ce sont les fumeurs qui pourraient disparaitre de la plage selon Le Parisien-Aujourd’hui en France . La plage du centenaire a conclu un partenariat avec la ligue contre le cancer pour une bronzette sans cigarette cet été.

Pas de clients Roms chez nous ! Ca se passe à Toulouse dans un des supermarchés Lidl de la ville. On refuse d'encaisser certains clients Roms venus du bidonville d'à côté, même s'ils ont de quoi payer leurs achats. Information de l'Humanité. Le directeur du Lidl assure que les agressions et vols se sont multipliés ces derniers temps.

La campagne électorale à présent

Et la mauvaise affaire pour celui qui se veut le candidat du peuple, Nicolas Sarkozy. Soupçon d'interventionnisme pour placer Jean Louis Borloo à la tête de Veolia. Le candidat dément formellement. Commentaire de Philippe Waucampt dans Le Républicain Lorrain "Même dégonflée, la manœuvre torpille tout le discours antisystème laborieusement échafaudé par le locataire de l'Elysée".

Edito du Monde également, sur l'hypothèse d'une part de proportionnelle aux législatives. Le président l'a laissé entendre lors du meeting de Marseille. Le journal rappelle que c'était déjà une promesse en 2007. Promesse non tenue.

Dans Le Monde encore, tribune de l'ancien conseiller Education, culture, jeunesse et sports du chef de l'Etat. « Pourquoi je voterai Hollande ». Les promesses faites en 2007 en matière d'éducation n'ont pas été tenues, écrit-il.

Dans ce contexte, l'Académicien Jean d'Ormesson, plume prestigieuse du Figaro sort de sa réserve. Et fait 3 paris à propos de cette élection présidentielle : 1) Marine le Pen aura ses 500 signatures, 2) elle ne passera pas le premier tour. 3ème pari : le match sera serré entre Hollande et Sarkozy au second tour.

En tout cas François Hollande et la gauche vont devoir trancher aujourd'hui à l'assemblée. Vote sur le mécanisme européen de stabilité. Hier Daniel Cohn Bendit plaidait pour son adoption. Il introduit la notion de solidarité. Mais il est lié aux mesures d'austérité. Alors ce matin à sa Une, L'Humanité exhorte les députés de gauche à voter Non au mécanisme européen de stabilité.

Et nous arrivons à Notre Dame de Paris, pour terminer

On vous le racontait dans le journal de 7h, c'est également dans les pages Ile de France du Parisien. Pour son 850ème anniversaire, la cathédrale s'offre de nouvelles cloches.

Les 4 qui trônaient en haut de la tour Nord ont été descendues hier soir par l'intérieur de l'édifice. Elles portent les doux noms d'Angélique-Françoise, Antoinette-Charlotte, Hyacinthe-Jeanne et Denise-David.

Neuf nouvelles cloches sonneront l'an prochain. 8 petites (qui pèsent une tonne tout de même), et un nouveau bourdon qui rejoindra le boss, le bourdon historique, Emmanuel, dans la tour Sud.

A l'heure où, comme l'écrit La Croix , la légitimité des chantiers d'Eglise est remise en cause par la crise, ce chantier là coûtera 2 millions d'Euros. Le recteur de la cathédrale en appelle à la générosité des fidèles.

"Nous allons retrouver la musique que la cathédrale avait avant la destruction de la plupart des cloches à la révolution" dit le campanologue, expert en cloche qui travaille sur le projet.

Rendez vous pour la messe des Rameaux une semaine avant Pâques l'année prochaine. En attendant Notre Dame ne sera pas muette, on a ré-électrifié des cloches qui se trouvent dans la flèche. Elles lui donnent un air d'église de village dit le recteur de la cathédrale.

La messe est dite, à demain !

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.