Cela fait bien longtemps que l'amour n'est plus aveugle, mais il y a comme un retour de flamme... un retour de flamme pour le Tour de France dans la presse, ce matin... Ces dernières années, il se déclinait plutôt à la rubrique médicale et faits-divers, à la rubrique dopage... Ce matin, après l'exploit de Floyd Landis hier dans les Alpes, les journalistes retrouvent les accents d'Antoine Blondin pour conter une épopée sportive... Victime d'une nécrose à la hanche, largué avant-hier dans la montée vers La Toussuire, il a attaqué hier à 130 kilomètres de l'arrivée, pour finir tout seul à Morzine... Le second de l'étape est à 5 minutes 42... Et Landis est désormais très bien placé pour remporter le Tour dimanche, sur les Champs Elysées... Encore qu'on ne sait jamais : le maillot jaune a tellement changé d'épaules depuis le départ... "Les Saint-Simon du Tour en sont tombés dans les vapes", écrit Jean-Louis Le Touzé dans "Libération"... "On fouillait dans les archives pour trouver trace d'un exploit pareil... Même en remontant à Clovis, pas moyen... jamais une telle témérité n'avait été constatée dans une oeuvre cycliste... Pénétré de Descartes et sceptique de Montaigne, celui qui suit le Tour de France a besoin de ses gouttes... Il y a un nerf sciatique qui parcourt cette course, pour que jamais le maillot jaune ne puisse s'asseoir deux fois de suite sur le même fauteuil Louis XV sans prendre un clou de tapissier dans le derrière"... Si plus personne ne croit que 100% des coureurs marchent au diabolo-grenadine, dans "La Provence", Gilles Dauxerre veut espérer que le Tour a retrouvé son âme... Il rappelle que juste avant le départ, un grand ménage anti-dopage a été fait... "Le Tour de France se reconstruit sans les tricheurs", écrit-il... De toute façon, Boris Tiollet l'avait constaté dans "L'Express", avant même l'étape d'hier : "Malgré les affaires de dopage qui l'assombrissent, cette course au mérite fait partie du patrimoine national... Cette course unique parle à tout le monde, et appartient à chacun d'entre nous... Elle ranime les souvenirs de l'enfance, rallume la radio grésillante de Pépé, et rappelle les arrivées regardées religieusement avec les voisins de camping"... La France popu, celle qui regarde passer les coureurs... Mais toute la France, en fait... Gérard Oury l'a fait rire... Plus de 50 millions de spectateurs dans les salles pour ses films... "Il nous a tant fait rire", titre "Le Parisien" ce matin, après la mort du réalisateur hier... "On n'en finirait pas de faire des arrêts sur image dans les scènes d'anthologie de ces deux films, écrit Bernard Revel dans "L'Indépendant du Midi"... Il parle du "Corniaud" et de "La Grande vadrouille"... Les arrêts sur image, c'est ce que fait "Le Figaro"... Série de photos dans le quotidien, comme autant de rappels des grands films de Gérard Oury... Bourvil et De Funès hilares devant la voiture dans laquelle est planqué le diamant YuKunKun dans "Le Corniaud"... C'était le klaxon... Bourvil et De Funès sur les routes de l'exode dans "La Grande vadrouille"... Le petit a piqué les vêtements du grand... "Alors, mes chaussures, mon vélo... Vous allez continuer longtemps comme ça ?"... C'est encore "La Grande vadrouille", et Montand qui frictionne les oreilles de son maître Don Salustre, qui prend son bain dans "La Folie des grandeurs"... "Flattez-moi, bon blaze"... Dans "Le Journal de la Haute-Marne", Pascal Barrand fait le lien entre la mort de Gérard Oury et la sanction de Zidane... Hier, la FIFA, la Fédération internationale de foot, lui a infligé trois matches de suspension, pour son coup de boule en finale de la Coupe du Monde... Trois matches de suspension, pour un retraité, c'est original... Et voici ce qu'écrit Pascal Barrand : "Hier, être président de la FIFA devait tenir du rôle dans lequel on imagine parfaitement Louis de Funès... On voit d'ici Zizou morigéné par un petit monsieur excité qui, avec forces mimiques et gestes désordonnés, baragouinant des ordres incompréhensibles, fait taire les autres dirigeants, annonce sentencieusement la sanction, puis conclut la séance en se radoucissant subitement, marmonnant avec un sourire paternel : 'Allez mon petit... Vous ne recommencerez plus, promis ?"... Mais au fond, cette sanction infligée hier satisfait plutôt les commentateurs ce matin... Car la victime est le provocateur de Zidane... L'Italien Materazzi écope, lui, de deux matches de suspension... "Le comportement anti-sportif de l'Italien se trouve épinglé, relève avec satisfaction Philippe Waucampt dans "Le Républicain Lorrain"... Le jugement de la FIFA contribuera peut-être à rendre le sport professionnel plus sportif"... "Israël est surpris par la résistance du Hezbollah"... C'est "Le Figaro" qui fait le constat, à sa Une, aujourd'hui... L'armée israélienne ne parvient pas à stopper les tirs de roquettes sur son sol, ni à décapiter la direction de la formation chiite... L'Etat hébreu se prépare à une guerre longue au Liban, tout en excluant pour l'instant une invasion terrestre... Envoyé spécial du quotidien à Tel Aviv, Renaud Girard mène l'analyse... "Comme ils l'avaient fait pour l'armée égyptienne à la veille de la guerre-surprise du Kippour, les stratèges israéliens ont commis l'erreur de sous-estimer la détermination et la capacité militaire de leur dernier ennemi arabe, bien organisé, à leur frontière... Pendant une semaine entière, les unités mobiles du Hezbollah se contentèrent de demeurer à couvert pendant tous les bombardements, pour passer à l'action dès que les soldats israéliens se présentèrent à leur portée"... Selon Renaud Girard, les frappes aériennes israéliennes vont se poursuivre en profondeur en territoire libanais... Les commandos spéciaux, agissant en civil, vont être davantage mis à contribution... Infiltrés en territoire libanais, ils vont guider les avions... Et les services de renseignement militaire vont tenter de réactiver leurs anciennes sources au sein de la population libanaise... Pendant ce temps, la catastrophe humanitaire et les raisons de s'inquiéter de ce qui se passe au Proche-Orient sont chaque jour plus grandes... Le journal "Le Monde" rappelle qu'en parallèle, l'armée fait la guerre à Gaza... La presse est encore très sévère avec Israël ce matin... Mais certains commentateurs défendent tout de même l'Etat hébreu, à l'image de Bernard-Henri Lévy dans "Le Point"... Commentaire à propos de cette expression : "réaction disproportionnée"... "Disproportion pour disproportion, dit-il, comment esquiver la seule question qui vaille : 'Où sont aujourd'hui les progrès concrets de l'esprit de modération que chacun appelle de ses voeux ?"... "D'un côté, selon BHL, les Israéliens, qui sans être, tant s'en faut, des anges, se sont retirés du Liban il y a six ans, de Gaza il y a six mois... et sont prêts, dans une large majorité, à se retirer de Cisjordanie pour voir s'y installer l'Etat palestinien en formation... De l'autre côté, des fous de Dieu qui se moquent comme d'une guigne de voir se former quelque Etat palestinien que ce soit, et n'ont en réalité d'autre souci que de voir Israël disparaître"... Vacances à l'économie pour les Français... "La Tribune" a mené l'enquête, et constate que les cordons de la bourse sont surveillés de très près cette année... Peu de départs à l'étranger : il reste de la place partout, ce qui est inhabituel en cette période de la saison, constate un porte-parole du Cercle des tour-opérateurs français... Chaque année, un peu plus, les réservations sont réalisées en dernière minute... Les clients ont été habitués à voir des promotions à des prix attractifs... Peu de monde à l'étranger... Pour autant, ceux qui restent dans le pays n'ont pas l'intention de faire des folies non plus... Un Français sur deux prendra des vacances cet été... mais à peine un sur quatre ira à l'hôtel, en camping ou en résidence de tourisme... Le grand gagnant de l'été devrait être l'hébergement en famille, chez des amis ou en résidence secondaire... un peu plus de 52% des séjours... Allez... Pour ceux qui ne partent pas, je vous propose un très long voyage... un voyage vers le poste-frontière le plus haut du monde... C'est le col de Nathu-La, entre l'Inde et la Chine, via le Tibet... 4.400 mètres d'altitude... un lieu où il faisait si froid, racontaient les aventuriers du début du siècle, que l'encre gelait pendant le voyage... Il était fermé jusque-là... Il va rouvrir... Et dans ce qui était naguère un paysage désolé très haut dans l'Himalaya, des bulldozers déblaient, des entrepôts en préfabriqué sortent de terre... "De la Chine à l'Inde, en passant par le Tibet"... C'est le dossier de la semaine dans "Courrier International"... L'hebdomadaire reprend notamment les articles de deux journaux britanniques : le "Guardian" et "L'Independent"... Ce qui se passe à Nathu-La est d'une importance considérable, selon ces journaux... C'est à cet endroit que confluent les deux économies les plus dynamiques de la planète... Le volume des échanges passant par ce col pourrait atteindre le milliard de dollars d'ici 2010... Zone d'autant plus cruciale que les autres postes-frontières dans la région sont incroyablement isolés, et que les paysages invitent plus à l'aventure qu'au commerce... La mondialisation avale tout... Et dans cette même idée, un autre article de ce dossier est peut-être encore plus spectaculaire... Il existe désormais une voie de chemin de fer entre Pékin et Lhassa, la capitale du Tibet... C'est un exploit technologique... Les rails traversent notamment une zone de permafrost de plus de 600 kilomètres à travers le plateau vers le Tibet et l'Himalaya... une zone de certains appellent "le troisième pôle du monde"... La barrière de roches et de glace était considérée comme infranchissable... Les ingénieurs ont posé les rails sur la glace, et pour qu'elle tienne, ils ont injecté en plus des produits réfrigérants dans le sol... Les journalistes du "Guardian" ont fait le voyage... Tout au long du parcours, c'est la rencontre entre deux cultures : le matérialisme moderne de la Chine contre la spiritualité médiévale du Tibet... Dans un monastère au milieu du chemin, les bavardages et les téléphones portables des touristes dérangent les moines dans leurs psalmodies des écritures tantriques... C'est encore la ville de Golmud, où les journalistes arrivent peu après l'aube... Leur guide, "Lonely Planet", évoque un avant-poste perdu au fin fond de la Chine... Mais le livre date de six ans... Golmud, ce sont désormais des grues, des chantiers de construction, et un écran de télévision couvrant deux étages sur un immeuble, et qui hurle des publicités pour des cosmétiques et du matériel électronique... La ligne Pékin-Lhassa... 48 heures de route... C'est le chef-d'oeuvre des ingénieurs... C'est le rêve des businessmen enfin réalisé... C'est aussi une menace pour la culture, pour l'autonomie, et pour l'environnement du Tibet... Partout, des déchets non dégradables sont laissés à tout vent... Au 19ème siècle, concluent les journalistes, la Grande-Bretagne et l'Europe ont appris au monde à produire... Au 20ème siècle, les Etats-Unis nous ont appris à consommer... Si la Chine doit diriger le monde au 21ème siècle, elle devra nous apprendre à survivre... Bonne journée !...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.