J'espère que vous avez bien digéré votre petit-déjeuner... Parce que ce n'est pas la photo la plus ragoûtante de la journée... C'est la Une du Parisien-Aujourd'hui en France... une grande photo, reconstituant précisément ce que mange une famille de 4 personnes pendant un an... C'est donc pas loin de 3 tonnes de nourriture qui sont photographiées... En cette journée de Fête de la Musique, ça sonne comme un "on est foutu : on mange trop"... En tout cas oui, affirme Le Parisien, "on mange tout ça en un an"... Et au-delà du constat, c'est la comparaison qui fait sens... Parce qu'Aujourd'hui en France-Le Parisien reprend une photo de 1951... La même photo, publiée à l'époque par Paris Match... Devant un magasin Félix Potin... pour les nostalgiques... un couple et ses deux enfants, au milieu des aliments qu'ils consomment donc en un an... Alors tout ça, c'est le fruit d'une enquête très sérieuse du CREDOC... le Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie... Et les chercheurs expliquent qu'en 50 ans, le centre de la cuisine s'est déplacé... du fourneau au frigo... Du coup, quiches et pizzas s'engouffrent dans la brèche... les plats tout faits explosent... Et du coup, constate la coordinatrice de l'enquête, "l'alimentation d'un Français de 20 ans se révèle plus proche de celle d'un jeune Chinois que d'un Auvergnat de 60"... Alors deux-trois chiffres clés... Même s'ils sont en perte de vitesse, une famille consomme tout de même 119 kilos de fruits frais par an... 154 kilos de pain et de biscottes... C'est en gros 5 fois moins qu'il y a 50 ans... Mais surtout, la grosse différence, on la trouve au rayon boissons... avec 270 litres de sodas par famille et par an... Et je vous rappelle que c'est une moyenne... "Monsieur le Président, je vous fais une lettre"... C'est dans L'Humanité, ce matin... la lettre ouverte de Josette Audin à Nicolas Sarkozy... Alors Josette Audin, vous l'avez peut-être entendue sur France Inter il y a trois quarts d'heure... C'est l'épouse de Maurice Audin, un jeune mathématicien communiste enlevé, torturé et assassiné par les paras français il y a 50 ans à Alger... Alors ça, en fait, c'est la version officieuse... Parce que jamais la France n'a reconnu les faits... Et c'est donc ce que demande Josette Audin au Président de la République... Elle demande la vérité... "Je l'attend, écrit-elle, depuis 50 ans, chaque jour de ma vie"... "Je vous fais une lettre, que vous lirez peut-être si vous avez le temps"... Alors ça, du coup, c'est pas gagné... "Hyper-Président"... C'est le grand titre du Figaro, ce matin... qui explique que, devant les parlementaires de la majorité, puis sur TF1, Nicolas Sarkozy a affirmé vouloir agir sur tout... "Hyper-Président"... C'est également le titre de l'éditorial de La Tribune... "On le savait hyperactif et hyper-engagé... On le découvre hyper-directif et l'oeil à tout", écrit Pascal Aubert... "La posture de monarque républicain reclus en son palais de l'Elysée, qui fut celle de ses récents prédécesseurs, ne lui convient pas... Sans s'embarrasser des coutumes institutionnelles, il n'entend laisser à personne d'autre le soin d'incarner l'action"... Un constat dont beaucoup de titres confirment l'analyse... "Un Président sur tous les fronts", pour Ouest-France... La Fête de la Musique inspire La Montagne... "Nicolas Sarkozy donne le LA"... Plutôt qu'en chef d'orchestre, dans L'Est Républicain, Pierre Taribo voit Nicolas Sarkozy en coach... "Un coach habile et persuasif, lorsqu'il s'agit de trouver les arguments pour convaincre son équipe... c'est-à-dire la France... qu'avec lui, elle va gagner... Alors oui, poursuit l'éditorialiste... on l'écoute... mais en se demandant tout de même s'il est possible de faire tout ce qu'il annonce dans des délais aussi brefs"... Quelques-uns sont convaincus... Olivier Picard, dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace... "Il a été remarquable... Pourquoi chercher la petite bête ?... A quoi bon manier la polémique ?... En trois quarts d'heure, Nicolas Sarkozy a complètement renouvelé le genre de la traditionnelle intervention du Président de la République à la télévision... Et l'éditorialiste analyse... "Le carburant du Président, c'est le volontarisme... c'est l'absence de doute... Bref, c'est Bonaparte au Pont d'Arcole... Bonaparte à l'Elysée"... Alors, en même temps... Bonaparte... Il y en a qui le voient bientôt en Napoléon à Sainte-Hélène... L'Humanité par exemple... qui a vu hier un Nicolas Sarkozy "content de lui, sur TF1"... Et le journal dénonce "les grosses ficelles du Président... Il persiste et signe... Son paquet fiscal ne bénéficiera qu'aux plus riches... Il refuse l'augmentation du SMIC... Et il tente de recycler la Constitution européenne"... Et dans l'éditorial du journal, Pierre Laurent constate... "Nicolas Sarkozy parle de dialogue social... Mais il a déjà tout décidé... Il n'est pas un Président qui veut avancer avec les Français, mais un chef qui entend les commander"... Libération aperçoit également "les premiers écueils"... Et le journal explique... "Mini-traité européen... autonomie des universités... paquet fiscal... Le Président fait feu de tout bois... Mais ses projets rencontrent déjà des résistances"... Et parmi les écueils à venir... il y a celui dont on a beaucoup parlé durant la campagne présidentielle... la remise à plat des régimes spéciaux de retraite... Ce matin, Le Figaro Economie dévoile "le rapport qui embarrasse la SNCF"... Dans ce rapport, on découvre que l'entreprise a créé une société offshore, qui recrute et rémunère ses jeunes retraités pour travailler à l'étranger... Du coup, des cheminots cumulent une retraite en France et un salaire à l'étranger... Ainsi à Taïwan, par exemple... On trouve un contingent important d'anciens cheminots français qui travaillent à la formation des futurs conducteurs des trains à grande vitesse... Et on comprend qu'ils aient envie de travailler quelques années de plus, les jeunes retraités de la SNCF... Un conducteur de TGV touchant 2.000 euros par mois de retraite en France, gagne plus de 6.000 euros supplémentaires, frais de mission compris, en travaillant à l'étranger... Alors la SNCF se justifie... C'était la seule solution pour convaincre ces retraités de reprendre du service... Et elle n'avait pas le choix : la forte hausse du trafic des voyageurs en France l'obligeait à conserver tous ses agents actifs dans l'Hexagone... Et si l'on confiait aussi la réorganisation de la gauche à notre hyper-Président ?... C'est, en résumé, le propos de la chronique de Stéphane Denis, dans Le Figaro... Et revoilà la comparaison napoléonienne... "Il n'est sans doute pas dans la vocation présidentielle d'organiser l'opposition... Mais tous les pouvoirs, lorsqu'ils sont exercés sans distance, l'ont tenté... Napoléon adorait ça", rappelle Stéphane Denis... Et le chroniqueur se souvient d'une tentative plus récente... celle du Président Giscard d'Estaing... "La gauche était dans les choux... la droite installée pour mille ans... François Mitterrand se rendait à l'Elysée... Un an plus tard, la nature avait repris ses droits... et la droite se retrouvait seule, avec sa bonne volonté... Tout cela pour dire que le désir de VGE de tout arranger à son avantage se heurta peut-être à une conception, tout aussi volontaire, du refus des offrandes"... Alors la gauche... le PS... Dans Le Nouvel Observateur, cette semaine, ce sont les militants, les sympathisants, qui ont la parole... Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils mettent les points sur les "i"... Le titre du dossier du Nouvel Obs donne d'ailleurs le ton... Il s'intitule "Vos coups de gueule"... Alors petit florilège... Karine, du Vaucluse, s'interroge... "Pourquoi moi, petite-fille de communiste mineur de fond, je ne vote plus à gauche depuis 1995 ?... Bon sang de bonsoir !... Réveillez-vous !... Sinon c'est le sommeil à jamais qui vous attend"... Gildas constate, un rien désabusé... "Si la gauche n'avait pas toléré la discrimination, le sexisme, le racisme, elle n'en serait pas là... Regardez : Begag roule pour Bayrou... Rachida, pour Sarko... Et à gauche, que des Blancs"... Il y a aussi Michel, qui prévient... "S'il s'agit d'affirmer que le libéralisme a gagné... et qu'il faut juste tenter d'y mettre quelques gouttes de social avec un PS gentil accompagnateur de la mondialisation... alors ce sera sans moi"... "Il faut que nous montrions tout à la fois que nous sommes toujours le même Parti Socialiste... et que nous sommes en même temps un Parti Socialiste renouvelé, rajeuni, transformé"... Voilà : tout est dit", écrit Charles, après cette citation de Léon Blum...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.