Et le ministre Jean-Blanquer nous invite à la chorale avec Renaud Capuçon dans le Parisien, et offre aux enfants les fables de La Fontaine, illustrées par Johan Sfar, dans le Figaro. le Point invite à dépasser Donald Trump et invite Madeleine Albright qui nous enseigne contre le fascisme. L'Obs redoute Reçip Erdogan

Olivier Giroud  est le héros annoncé de France-Pérou...

Giroud  le mal-aimé  dont le crane bandé, photographié par l'arrière à la une de l'Equipe doit rallier l'équipe de France de football tout à l'heure... « ASSEZ PARLE »proclame l'Equipe et l'avant-centre Giroud dit la fin des fioritures, il est l'éternel retour de l'humilité contre le talent, dit Libération, lui qui court comme s'il manoeuvrait une charrette à bras... Oui mais cette rugosité même fait son prix quand les élégants ont déçu contre l'Australie.

Et bien, sur Giroud n'est pas un rustre, il s’interroge sur l'égoïsme qui l'anime lui le buteur, dans le Parisien,  il éclaire sa conception du jeu dans l'Equipe et même, savez vous, il lui est arrivé de slalomer dans la surface tel un dribbleur de charme.  "Je ne savais pas que j'en étais capable", il est drôle aussi.

Et ce France-Pérou de monsieur Giroud s'inscrit dans deux tendances idéologiques.

1/ le retour à l'ordre. 2/  la fête qui rassemble...

L'ordre d'abord, et Giroud mis a part, qui l'incarne mieux que Jean Michel Blanquer? Il est en double apparition, avec le violoniste Renaud Capuçon dans le Parisien, pour amener les enfants à la musique et à la chorale. Et dans le Figaro, il offre aux futurs collégiens les fables de La Fontaine, dans un livret illustré par le dessinateur Joan Sfar. C'est un honneur pour l'artiste de succéder à Benjamin Rabier, Gustave Doré et Chagall; Sfar voit en La Fontaine pessimiste libertaire, Blanquer l'inscrit dans nos débats... "La Fontaine offre des leçons de vie, de vrai et de beau".

2/ Et si nous apprenons nos fables, il y a la fête... Et « ça va swinguer dans le Loiret » promet la République du Centre avec carte des concerts dans le département, car c'est la fête de la musique qui s'enchaine  avec le  football, et les une consacrées au football ressemblent aux une happées par la musique, des grappes de français heureux, un des fondements de la vie en société dit le Parisien.... La Coupe du monde est une machine à cohésion, dit la Voix du Nord!

Il y a une injonction au bonheur. La Voix du Nord raconte aussi Cassel, sacré « village préféré des Français » par une émission de télévision. Et le journal s'émerveille du réveil régional,  puisque les nordistes se sont mobilisés pour Cassel, comme pour Miss France. Nous avons besoin de petites ruses pour oublier la dureté du monde. La Montagne se réjouit de la bonne santé de l'usine Michelin de Blavozy, en Haute-Loire, c'est plus réel, comme les 50 emplois promis à Dunlop Amiens dans le Courrier Picard..

La dureté du monde fait la une des hebdomadaires...

Donald Trump vous saute au visage à la une du Point, et Recip Erdogan vous saisit à la une de l'Obs, et ce sont les monstres politiques.  "La menace Erdogan, pourquoi il nous fait peur" proclame l'Obs à propos du Président turc, qui affronte le premier tour de l'élection présidentielle dimanche, qui fracasse sa société, et dont les réseaux s'étendent jusqu'en europe occidentale, dans les communautés d'immigrés turcs. L'Express raconte les assassins des services secrets turcs... 

Mais le plus inquiétant est dans jeune afrique. On lit le portrait d'un médecin à la cravate grise. Aberazak Makri dirige le MSP, le mouvement de la société pour la paix, le premier parti islamiste algérien, un « islamisme présentable », qui veut le pouvoir et parle d'économie et assure qu'il n'a rien à voir avec les Frères musulmans, non! Mais Makri se réclame de Erdogan et il a qualifié de traitre à sa culture l'écrivain Kalmel Daoud, qui s'opposait à la venue du président turc en Algérie. C'est une grande bataille et Erdogan est tentant.

Le Point  prend Trump à bras-le-corps pour mieux s'en débarasser. « Merci Donald » dit le journal, parce que l'américain doit forcer l'europe a avancer, et l'hebdomadaire porte des valeurs: il analyse aussi l'évolution de la droite française, on lit que Laurent Wauquiez aime bien Trump, sur le plan économique... Et le Point, journal de droite, est allé interviewer deux figures qui incarnaient un optimisme de gauche... Joshka Fischer qui dirigeait la diplomatie allemande au début de ce siècle, et en appelle à l'Europe et veut croire en Emmanuel Macron. Madeleine Allbright, elle, était la secrétaire d'Etat de Bill Clinton. Elle publie un livre: "Fascisme un avertissement", elle cite Mussolini: « Plumez le poulet plume par plume et personne ne le remarquera », on est en train de plumer le poulet dit elle.

Le fascisme donc. il a bien des visages. On peut lire dans le Monde un texte très dur, très noir, très réel, de l'écrivain italien Roberto Salviano, l'auteur de « Gomorrah », sur son pays et sur nous. Il parle du leader de la ligue Matteio Salvini, nouveau ministre de l'intérieeur. Il ignore tout des organisations criminelles, et pour le dissimuler, il parle des immigrés.

Et une plante pour finir.

Qui n'est pas moins terrifiante que les monstres politiques et voyez-vous, elle vient d'ailleurs. Elle est dans le Figaro. Elle s'appelle la berce du caucase car c'est dans cette région qu'on la découvrit au XIXe siècle mais elle est chez nous, au Nord d'une ligne Brest-Lyon, la Normandie, la Picardie, le Nord-Pas-de-Calais sont infestés. Elle ressemble, avec ses fleurs blanches disposées en ombrelle, à une carotte sauvage géante, capable d'atteindre 3 ou 4 mètres de haut, mais ne vous y trompez pas, n'y touchez pas,
la sève de cette plante est empoisonnée. A la lumière, sur votre peau, elle se transforme en un feu grégeois qui peut provoquer des brulures de deuxième, voire de troisième degré.

Il faut pour s'en débarasser l'arracher à la main, vêtu d'une combinaison intégrale, gants, masque, capuche, il faut couper ses parties supérieures et arracher et puis tout bruler car le poison lui survit.

Nous irons dans nos jardins filer la métaphore. Sinon, ouf, les tiques sont moins dangereuses que l'on dit, la maladie de Lyme se guérit bien.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.