(Patrick Cohen) Et c'est une revue de presse particulière ce matin.

Dans cette actualité très dense, en pleine campagne présidentielle, toute la journée, France Inter donne la parole aux jeunes. Beaucoup de rendez- vous jusqu'à ce soir. C'est en partenariat avec Le Nouvel Observateur .

Bruno Duvic, pour la revue de presse ce matin, vous avez cédé votre fauteuil à deux chroniqueurs.

(Bruno Duvic) Laëtitia Kretz 24 ans et Arthur Capronnier 20 ans. Ce sont eux qui ont travaillé à ma place.

Dans la presse ce matin, il est évidemment encore beaucoup question de la tuerie de Toulouse. Pas de détail dans les journaux sur l'opération menée cette nuit. Vous avez retenu les articles sur les conséquences politiques de ce drame...

(Laëtitia Kretz) Il y a un consensus dans la presse pour dire que la campagne ne s'est jamais arrêtée.

La Croix titre : "La campagne continue"

Pour Libération , c'est « Une campagne suspendue, mais en façade »

L'Humanité parle d'une "drôle de campagne" qui aurait succédé à la campagne

Le Canard enchainé s'amuse : "Les candidats gardent un deuil sur les sondages"

(Bruno Duvic) Et pour la presse Arthur, dans cette vraie-fausse trêve, il y a un gagnant (on verra si l'opération de cette nuit confirme l'analyse), c'est Nicolas Sarkozy

( Arthur Capronnier) Le Figaro rappelle que la traque d'Yvan Colonna a été un fait d'armes de Nicolas Sarkozy quand il était ministre de l'Intérieur. Si cette nouvelle traque aboutissait, ce serait une très bonne opération électoralement parlant pour le président-candidat

(Laëtitia Kretz) Celui qui a beaucoup fait parler de lui c'est François Bayrou. Il accorde une interview à Libération dans laquelle il souhaite s'opposer à ceux qui font flamber "les passions noires".

Le sentiment que l'on a en lisant cette interview, c'est qu'en jetant un pavé dans la mare, il a surtout fait plaisir aux journalistes, qui veulent des noms et des mises en accusation.

Mais il esquive : je ne désigne personne car les manquements ont été nombreux

(Bruno Duvic) A propos de Toulouse et Montauban, en couverture du Nouvel Observateur en kiosque demain, ce titre : « Enquête sur une haine meurtrière ».

Et puis, évidemment, les sites Internet d'informations suivent en direct, minute par minute, l'opération policière en cours. C'est à suivre notamment sur le site de La Dépêche duMidi,sur Rue89 , lemonde.fr , lefigaro.fr

La campagne continue, Arthur vous avez choisi de vous intéresser à un des petits candidats. Son portrait est dans Le Parisien et Le Monde : Jacques Cheminade.

(Arthur Capronnier) Il a été le premier à déposer ses 500 signatures au Conseil Constitutionnel

Candidat peu connu du paysage médiatique, Jacques Cheminade appartient à un courant politique semblable à aucun autre. En effet, sa principale influence est un homme politique américain Lyndon Larouche, considéré aux Etats-Unis comme appartenant à l'extrême droite.

Selon Le Parisien , Jacques Cheminade est son relais en France.

Cet Américain est à l'origine de diverses thèses toutes aussi farfelues les unes que les autres. Le Monde cite quelques exemples : la Reine Elizabeth 2 contrôle le trafic de drogue international, il faut coloniser la lune.

Le Parisien lance quelques adjectifs à propos du gourou américain de Jacques Cheminade : conspirationniste, négationniste, homophobe.

Les deux journaux rappellent que le candidat de "Solidarité et Progrès" a eu quelques problèmes judiciaires concernant le financement de sa campagne en 1995.

Encore un mot de politique, Laëtitia, sur les coups de5h30vous m'avez posé une question : « on a Le Canard enchainé ? » Oui, on l'a et un article vous a intéressé

(Laëtitia Kretz) « L'Amérique n'aime plus notre président. » L'article est en première page. En une semaine, trois grands journaux, dont deux conservateurs s'en sont pris à la droitisation de la campagne de Nicolas Sarkozy.

Le 8 mars, Time Magazine titre à propos de la polémique sur la viande Halal : "La xénophobie de Sarkozy flatte bassement l'extrême droite"

Le 13 mars, le Wall Street Journal y va franchement, en rebaptisant le candidat "Nicolas Le Pen"

Et le 16 mars, pour le New York Times "La campagne de Nicolas Sarkzoy devient légèrement désespérée et plus que légèrement nauséabonde"

Avec la tuerie de Toulouse, l'autre sujet qui a retenu votre attention dans la presse concerne l'énergie. A la Une des Echos : « La planète se mobilise contre le pétrole cher ». Et dans le même temps, la précarité énergique explose. Un rapport sur le sujet est analysé par Le Monde , L'Humanité , Le Figaro et Les Echos .

(Laëtitia Kretz) L'Humanité parle à la fois de facture et de fracture énergétique. Le nombre de dossiers auprès du médiateur de l'énergie a augmenté de 80% l'an dernier.

(Arthur Capronnier) La dette énergétique de ces personnes en difficulté s'élève à 1900 Euros et pour certains foyers, ce chiffre peut monter jusqu'à 4.000 Euros. C'est à lire dans les pages saumon du Figaro .

Et pendant ce temps, EDF demande depuis quelques années une augmentation de ses factures d'électricité.

(Laëtitia Kretz) Parallèlement, les prix du gazole ont battu leur record historique. Dans l'éditorial des Echos , Philippe Escande affirme que la raréfaction des réserves fossiles est tout simplement inévitable. Titre de l'édito : "A quand le super à 5 Euros ?"

(Bruno) A la rubrique des sports, la défaite de l'OM face à l'US Quevilly en coupe de France. Joie d'un côté : « Quevilly terrasse Marseille » à la Une de Paris Normandie

Colère à l'autre bout de la France : « ils sont mi-na-bles, vraiment plus bons à rien », titre La Provence à propos des joueurs de l'OM

Arthur, dans la presse sportive, vous avez retenu une nouvelle revue, en librairie aujourd'hui

(Arthur Capronnier) Cette toute nouvelle revue, baptisée Hob o et éditée par L'Equipe apporte un regard différent sur le sport. C'est une revue de photographie explorant le sport aux quatre coins du monde. Les photographes nous emmènent de Kaboul à Berlin en passant par Lagos. C'est le sport sous son aspect social et géopolitique.

Dans l'éditorial, Jean-Denis Walter, de L'Equipe Mag , explique que la photo parle plus vite que les mots.

Pour ce premier numéro, le sujet principal concerne l'Afghanistan. Le titre : « Du sport sous les balles ».

(Bruno) La revue s'appelle donc Hobo , on la trouve en librairie.

Autre nouveauté, en kiosque cette fois-ci. De quoi s'agit-il, Laëtitia ?

(Laëtitia Kretz) Il s'agit du magazine Neon qui nous lance une invitation alléchante : "Soyons sérieux, restons allumés".

Le mensuel, qui s'adresse aux 25-35 ans, propose des reportages décalés.

Pour nous, ils ont goûté des insectes, source de protéine.

Ils ont demandé à l'un de leurs journalistes de se priver de sommeil pendant 4 jours.

Autre sujet qui m'a intéressé : le groupe de performance artistique russe "Voina", qui signifie "guerre". Pour ces jeunes russes, l'engagement politique, c'est dessiner des phallus sur les murs ou encore uriner sur les policiers.

En février 2008, ils avaient notamment protesté contre la mise au pouvoir de Medvedev par la grâce de Vladimir Poutine. Protesté à leur manière : dix d'entre eux ont décidé de se retrouver au musée national des sciences naturelles de Moscou pour copuler en public. Le but : réveiller la conscience politique d'une population qu'ils jugent apathique et résignée.

C'est la touche de fantaisie dans la presse bien sombre de ce matin.

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.