On parle du glyphosate, cet herbicide du géant américain Monsanto, qui divise l'Europe, que l'organisation mondiale de la santé a qualifié de cancérigène en 2015...

Mais justement... Une étude dédouanerait le Glyphosate nous apprend le figaro, elle a été publiée le 9 novembre dans le journal of the national cancer institute, l'institut national du Cancer américain... Les chercheurs ont suivi pendant vingt ans plus de 54.000 agriculteurs en Caroline du Nord et dans l’Iowa, parmi lesquels 9300 n’ont pas utilisé de glyphosate".  

Les chercheurs ont comparé l'apparition de cancers chez les agriculteurs...

Et ils ont constaté ceci...  "le nombre de cas de cancer était sensiblement le même au sein de tous les groupes"; "il n'y a pas d'association apparente entre le glyphosate et l'apparition de tumeurs ou de cancers de la lymphe"... C'est la conclusion de l'étude... on peut la lire en anglais sur le web...  Seul bémol...  les agriculteurs les plus exposés au glyphosate présenteraient un risque supérieur de leucémie myéloïde... mais il faudrait poursuivre les recherches... ON NE SAIT PAS ENCORE.

Et ce doute en lui-même est énorme, tant il contredit ce qui s'est imposé en France... La malignité du glyphosate... il est intéressant de voir que Le Figaro se couvrir de précautions...  L'étude n'est financée que par des organismes publics, le Journal de l'institut est "une revue sérieuse". Le journal s'interroge "Cette étude serait-elle une machination montée de toutes pièces par la firme américaine Monsanto"

Elle ne l'est pas... mais cette étude fait pourtant partie de la défense de Monsanto depuis un moment... On en parlait avant sa publication, et les avocats de la firme ont reproché à l'Organisation mondiale de la santé de l'avoir délibérément ignorée en 2015... L'agence Reuters a raconté cette polémique en juin. Maintenant, l'étude est publiée, que se passera-t-il? On doute, c'est trop fatigant... C'est dans le Figaro... 

Les embarras de Madame Merkel dominent les journaux... 

La chancelière qui chancelle, Libération, Merkel joue sa survie politique, Le Figaro, Merkel rejette les rumeurs de démission, le Financial times, et partout des photos de Muti dépitée, mais Merkel ne lâche pas, dit l'Alsace..  On lit dans nos journaux la stupéfaction qui nous saisit devant l'improbable... Merkel est une icône ! « Sa réponse à la cris des réfugiés a fait d'elle un symbole global, dit le Financial Times... La plus puissante des défenseurs d'un ordre mondial libéral... »  Et ce qui lui arrive est mauvais pour l'Europe... Et pas bon pour Emmanuel Macron, dont les ambitions européennes se retrouvent bloquées... C'est le point de vue libéral... on le retrouve dans l'opinion, avec ce dessin, Macron et Merkel en champions de patinage artistique, au moment où Merkel glisse... Zouip... C'est le bruit du patin qui glisse dans ce dessin au moment du doute...

Une affaire de délation dans La Voix du Nord...

Une joyeuse délation... la délation vécue comme un jeu d'entreprise, pour le bien des salariés, ça se passe chez Amazon... Dans le Lauwin Parc, un parc d'activité de près de Douai où Amazon organise, nous révèle la voix du Nord, "Un safety fun game", traduisez un jeu amusant de sécurité, dans le cadre du "peak fest", la fête du pic d'activité... Commentaire de la voix du Nord...  "Quand on travaille chez Amazon, il vaut mieux maîtriser la langue anglaise".

Les règles sont hyper simples : "Cumulez les  good points à chaque action non safety de la part d’un Général Manager, d’un Senior Ops, d’un Lead ou d’un Manager.  » Traduction, on obtient des bons points en dénonçant "les encadrants, coordinateurs d’équipes, responsables qui ne respectent pas les consignes de sécurité."   Et le salarié qui aura le mieux dénoncé aura un cadeau!

La Cfdt parle de délation organisée...Pas du tout répond amazon, c'est l'esprit d'Amazon « qui encourage la communication entre les salariés et les managers", c'est ludique et bon enfant, et les salariés se prêtent déjà au jeu..." 

On pense à Amazon et à ses employés ludiquement infantilisés quand on découvre la Une du parisien sur l'optimisme des jeunes! Ils ont du mérite? Ils sont 78% c'est une étude qui le dit, commanditée par un think tank, "Vers le haut", à être optimiste pour leur avenir... "C'est un peu le monde des possibles" disent Sybille et Nicolas, jeunes diplômés, qui ne travaillent pas encore mais qui insistent, "quoi qu'il arrive, on en sortira"... Le dossier du Parisien n'est pas béat... Il veut décrire une France qui sort de son pessimisme et qui va vaincre ses démons...

C'est une tendance dans la presse aussi forte que la déprime des maires... Le monde s'interroge sur deux pages, est-ce la fin du désert français, cette vieille prééminence de Paris? La province veut attirer les Start-ups, il faut que les financement suivent... 

A Montpellier... le secrétaire d'état au numérique Mounir Mahjoubi acte ce renouveau... il va lancer des bacs à sable... des « sandbox » en anglais, ce sont des zones où la réglementation est assouplie pour permettre des innovations... "Un enjeu essentiel pour les start-up de la santé"...

On a envie d'être jeune et jouer au bac à sable contemporain... 

Et en même temps...  Dans l'Humanité, vous lirez les aventures de Simon, doctorant thésard à Centrale supelec, un parmi la fine fleur des ingénieurs français, choisi par son école pour donner des cours à des étudiants plus jeunes... et qui n'était pas payé... Suite à une erreur administrative et un manque d'intérêt pour les vacataires....

Et un monstre enfin dans Libération...

Il témoigne d'un autre temps, quand la jeunesse américaine se nourrissait de fleurs, de drogues et de rêves enchantés... mais il a fait tourner le rêve à l'horreur... C'est un très long, très bon, très nourri portrait de Charles Manson qui vient de mourir, ce petit homme inventeur d'une secte hipppie, la famille, qui voulait devenir une vedette du rock californien, mais qui dépité envoya ses adeptes assassiner les porcs, des blancs riches de la belle Californie, et parmi ces "pigs", la belle Sharon Tate, l'épouse de Roman Polanski... C'était en 1969... Manson est réinscrit dans son époque... quand l'optimisme était un dogme... ensuite, les Américains achetèrent des armes pour se protéger...

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.