Les Verts divisés hier, réunis aujourd'hui. Hollande le surfeur doit éviter l'humiliation. Colère policière. Une prix nobel qui a disparu mais pas son oeuvre

La revue de presse, bonjour Hélène Jouan

Des écolos unis comme les doigts de la main, vous avez vu ça où Hélène ???

Dans une tribune signée Cécile Duflot, Yannick Jadot, Michèle Rivasi, Karima Delli et quelques autres. Les gagnants et les perdantes donc du premier tour de la primaire europe écologie les verts, tous unis pour dire « NON à l’intervention policière à Notre Dame des Landes », c’est à lire dans Libération. « Ce projet inutile, écrivent ils, ne mérite pas qu’à nouveau un citoyen amoureux de la nature, ou un représentant des forces de l’ordre soit blessé, ou pire ». Tout laisse à penser que cette tribune a évidemment été écrite avant le premier tour…mais ça fait un peu bizarre de les retrouver réunis ce matin !

Alain Rémond dans la Croix trouve quoi qu’il en soit, que « cette élection qui dépote est de bon augure pour les autres primaires à venir ». Il faut s’attendre à l’élimination de tous les favoris se réjouit-il. Exit Juppé et Sarkozy, « Nathalie Kosciusko-Morizet va être surprise de se retrouver en tête juste devant Jean-Frédéric Poisson. A gauche, place à Gérard Filoche ou marie Noëlle Lienneman ! Restent ceux qui ne passent pas par la case primaire, Jean-Luc Mélenchon et marine le Pen, sûrs eux , d’être au premier tour « je trouve personnellement que ce n’est pas très fair-play, zéro risque, zéro surprise. Les Français j’en prends le pari, vont sévèrement sanctionner leur manque de panache en les éliminant sans pitié ». Effet papillon de la primaire écolo sur le mode de l’humour, je vous laisse découvrir le pronostic final d’Alain Rémond après ce jeu de chamboule tout !

Dans la presse également Hélène, retour sur un éventuel candidat de premier tour, décidément étrillé

Avec des dessinateurs de presse, très inspirés cette semaine par la comparaison Hollande/Brice de Nice 3. Après Charlie Hebdo proposant à sa Une, un Hollande jaune canari et ventripotent, planche à la main affirmant, « je suis candidat pour 2017 », c’est au tour de Plantu dans le Monde, de faire dire à ce même surfeur, « Hollande 2, je l’ai cassééééé »

Ce matin, deux nouvelles charges contre le président, sinon surfeur en tout cas candidat putatif. La première est signée Jean Pierre Mignard, « un ami de plus de 30 ans » précise Renaud Dély qui l’a interviewé pour Marianne. Jean-pierre Mignard qui estime que François Hollande « a banalisé la fonction présidentielle », mais qui surtout le met en garde contre une nouvelle candidature « Je souhaite qu’il s’évite une humiliation » assène t il. « Protégez moi de mes amis, mes ennemis je m’en charge »…

L’humiliation a déjà commencé, au parlement pour le président. Récits multiples dans la presse ce matin pour raconter comment dans une ambiance de fin de règne, les députés socialistes ont mis en échec Michel Sapin sur quelques amendements phares de son projet de loi de finances, en votant notamment un élargissement de la taxe Tobin ou contre un allègement accru de l’impôt sur les sociétés. « C’est le sauve qui peut à l’assemblée écrit Cécile Cornudet dans les Echos. Plutôt que de soutenir un exécutif en bout de course, mieux vaut désormais pour les élus voter selon leurs convictions pour avoir une toute petite chance de sauver leur siège…. »

Et puis une petite mise au point sur un autre candidat déclaré celui-ci ; Benoit Hamon s’était expliqué il y a quelques jours sur son refus de participer à « Ambitions intimes » de Karine le Marchand sur M6, « pas moi, pas ça, ça ne correspond pas à l’idée que je me fais de la politique » avait il dit… Sauf que dans le Parisien ce matin, la production de l’émission donne une autre version : le candidat a bien participé à une première réunion de travail. Mais il a dû finir par révéler que sa femme occupait un poste de responsabilité à la direction de LVMH. « Et on a bien compris que ça lui posait problème en tant que candidat de la gauche du ps » explique l’équipe. Le même Hamon qui affirme à la Une du numéro d’automne de la revue Charles « on peut être riche et de gauche », a peut être trouvé que ça finissait par faire beaucoup à assumer..

La colère des policiers, on en parle avec nos invités ce matin, et on la retrouve évidemment dans la presse..

Voilà un dessin dont je ne sais s’il vous arrachera un sourire…Dans Sud Ouest, Large croque un policier abattant sa matraque sur la tête d’un autre policier en train de manifester, « excuse-moi, l’habitude ! » lui lance-t-il…Sourire ?

2 hommes vous répondent ce matin, tous les deux dans la Croix. Le garde des Sceaux, Jean Jacques Urvoas qui explique que « votre incompréhension face aux décisions judiciaires relève en réalité d’un manque d’information » dit le ministre. Les policiers n’ont aucun moyen de savoir ce que deviennent les personnes qu’ils interpellent. « je m’engage donc à leur fournir les chiffres des peines prononcées pour des agressions sur les forces de l’ordre. « Ils verront que les sanctions sont plus sévères que pour d’autres ». Le ministre veut aussi instaurer au niveau local une forme d’information entre parquet et commissariats. Ils verront alors affirme t il encore, que le sentiment d’impunité des délinquants qu’ils dénoncent ne correspond pas à la réalité » Pour autant, en matière de sanction, pas question dit il, de rétablir les peines planchers que certains d’entre vous réclament.

En revanche, sachez que vous avez le plein soutien de Nicolas Sarkozy, candidat, ça ne vous a pas échappé. « Connaissez vous beaucoup de profession où la fin de l’année s’insurge t il, 5% des effectifs sont blessés et à l’hôpital ? » Il y a un climat d’anarchie en France, extrêmement préoccupant ». Il promet de durcir très fortement les sanctions, punitions, amendes pour tous ceux qui agressent un représentant de l’autorité…

Réaction des invités…plus d’information promise par Urvoas entre police et justice, afin que vous sachiez ce que deviennent ceux que vous interpellez, de nature à pacifier les rapports ?

On finit en s’aérant l’esprit ?

En saluant d’abord Magyd Cherfi, auteur de « Ma part de Gaulois » chez actes Sud. Ce récit autobiographique sur la construction de son identité en tant que gamin issu de l’immigration vient de recevoir le Prix du Parisien Magazine 2016. Il fait la Une de l’hebdo cette semaine

Bel article de Valérie Duponchelle dans le Figaro sur l’expo Buffet au musée d’art moderne de la ville de Paris. Buffet, le plus méconnu des peintres célèbres, dont on ne retient parfois que les clowns qui font peur ou les squelettes ricanants… « Chiffon rouge absolu du mauvais goût ou peintre inventif d’une nouvelle radicalité » ? Avec l’expo Tchoukine dont on parlait hier, ça donne juste envie de passer son week-end au musée

Et si vous n’êtes pas à Paris, pas grave ! Plongez-vous dans l’entretien « dématérialisé » que Christine Lecerf pour le Monde des Livres a obtenu d’un prix Nobel de Littérature. Non, pas Dylan, toujours silencieux, mais d’Elfriede Jelinek, lauréate en 2004, que l’on connait surtout chez nous pour « La pianiste ». Entretien dématérialisé, car la figure la plus radicale des lettres autrichiennes a depuis quelques années, choisi de s’effacer derrière son œuvre. Tout comme ses propos sont donc disséminés dans cet article, ses écrits sont également disséminés sur son site Elfreidejelinek.com. Ecriture de la colère, de l’effroi, en réponse aux drames d’aujourd’hui, de la place faite aux femmes à celui des migrants, simplement postée jour après jour sur ce site donc. Plus de livre. A tout moment l’auteur peut reprendre ses textes ou les supprimer, le lecteur les télécharger ou les effacer. Plus rien n’est figé dans le marbre, ni éternel, ni sacré. Tout est gratuit aussi. Internet a constitué la libération d’Elfriede Jelinek, qui mène une existence fantomatique derrière son oeuvre dématérialisée donc, mais toujours aussi puissante, pleine de colère et en prise avec la réalité non pas virtuelle mais réelle .

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.