Belle rencontre avec H.Reeves, Sarkozy, attaque et défense, Dolan pour ou contre ?

8H30 la revue de presse, bonjour Hélène Jouan

Ecolo toujours, mais ce n’est pas Nicolas Hulot qui a les honneurs de la presse ce matin

« Il a 84 ans, et l’œil brillant d’un enfant de 12 ans, peut-être 13 » Nicolas Delesalle visiblement fan, raconte dans Télérama sa rencontre avec Hubert Reeves, « écologiste humaniste »…Hubert Reeves, malicieux, qui par une formule réussit à lier ses deux passions, « l’astronomie dit il, qui explique comment nous sommes arrivés sur terre et l’écologie, comment y rester dans de bonnes conditions ! » Reeves qui reconnait qu’au début sur cette histoire de réchauffement climatique, de pollution liée à la voiture, lui aussi comme d’autres disaient, « oh faut pas exagérer, la planète est grande », et puis, il a fait ses calculs, et là dit il, « j’en suis sorti accablé, je me réveillais la nuit en me disant, mais bon sang comment on va s’en sortir ? »…Lui s’est engagé dans le combat, notamment pour protéger les milieux menacés, il vient d’ailleurs d’être nommé à la tête de l’agence française de la biodiversité, mais au fil de cette jolie rencontre, c’est un homme ouvert à toutes les introspections, à toutes les réflexions que l’on découvre ; un homme qui prend des bains d’arbre pour se ressourcer et réfléchir sur son rapport à l’autre et sa complexité, réfléchir sur notre époque et relativiser toutes les horreurs qu’on y subit, « la probabilité de mourir de mort violente est de 0,1% aujourd’hui contre 5% à l’époque de l’empire romain » nous rappelle le sage.. Réfléchir aussi à notre rapport à la transcendance. Dieu dans tout ça ? « Eh bien je réponds, on n’enseigne pas la géométrie à un chat. En clair, de la même façon que le chat a une capacité mentale limitée, nous avons-nous, des capacités limitées et nous ne pouvons pas répondre à cette question. En revanche, avant de mourir, Hubert Reeves aimerait bien répondre à une autre question: sommes nous seuls dans l’Univers ? Reeves, optimiste, veut croire que sur cette question là au moins, « ça peut aller vite »

Toulouse, 21 septembre 2001, l’usine AZF explosait…un photographe témoigne ce matin…

Eric Cabanis est photographe au bureau de l’AFP de Toulouse. Il est 10H17 ce 21 septembre, et un de ses collègues lui dit « tu n’as pas senti la terre trembler ? ». Récit de ce matin là dans le making of de l’Afp sur le site de l’agence. Eric Cabanis enfourche son scooter, il ne le sait pas encore mais il se rend sur les lieux d’une des plus grandes catastrophes industrielles en France, 31 morts et quelque 2 500 blessés. Il raconte comment le terrorisme est alors dans toutes les têtes, 10 jours après le 11 septembre, il raconte et donne à voir les gens hagards, le paysage lunaire sous un ciel jaune qu’il découvre dit il en s’approchant du complexe chimique d’AZF. Champ de ruines, voitures défoncées.. Comment montrer qu’il y a des morts, sans le faire de façon trash ? Et puis cette question, aider les victimes ou témoigner ? des questions que d’autres photographes sur d’autres catastrophes ne cessent de se poser. Mais là dit-il, je ne suis pas sur un conflit extérieur, je suis chez moi…Le 21 septembre à Toulouse, c’est comme le 11 septembre dans le monde ou pour les plus anciens, la mort de Kennedy, chaque Toulousain se souvient exactement de ce qu’il faisait et où il était ce 21 septembre à 10H17.

En politique, retour sur la petite phrase de Nicolas Sarkozy sur « nos ancêtres les gaulois » …

Je passe sur les nombreux « Par Toutatis, qu’est- il passé par la tête de SArkozyx ?? » des éditoriaux de la presse régionale, et sur les innombrables blagues « s’il est élu, sarkozy relancera l’industrie déclinante du menhir » hier sur twitter, pour ne retenir que :

Un argumentaire en défense, c’est Guillaume Tabard dans le Figaro qui s’en charge. « I

l faut reprendre précisément sa phrase insiste Tabard, « il ne dit pas qu’on ne peut être un bon français qu’à condition d’avoir des ancêtres gaulois. Il dit exactement l’inverse. C’est le fait de rentrer dans la communauté nationale qui permet de recevoir en héritage une histoire qui au départ n’est pas la sienne. En fait nous révèle Tabard ; il fait du Simone de Beauvoir…On ne nait pas femme, on le devient écrivait l’auteur du 2ème sexe, et bien on ne nait pas gaulois, on le devient ».

Cette sortie est surtout un piège destiné à ses propres amis nous explique Cécile Cornudet dans les Echos.« Il a contraint ses adversaires à se ranger du côté des indignés de gauche, c’est exactement ce qu’il cherche ». Quand lui prend le parti du cœur militant, qu’il sait surchauffé sur ces questions »…Sarkozyx stratège comme César donc

« Comique et accablant » se contente Laurent Joffrin dans Libération.

Pour le comique, allez jeter un œil à l’infographie de Slate.fr qui nous présente nos ancêtres les gaulois, « ils étaient animistes, polygames et participaient à la déforestation massive des forêts » même pas écolos les gaulois, quel exemple !

Pour le côté accablant, dessin de Large dans Sud Ouest. On y voit un sarkozy/astérix refuser à Marine le Pen/obélix de s’approcher d’une marmite de potion baptisée « Démagogie » : « Non marine, toi tu es tombée dedans toute petite ! »

Encore quelques mots de politique hélène…

Pour vous signaler la tribune dans le Monde du maire socialiste de Villeurbanne Jean Paul Bret, il y dénonce la » polémique affligeante engagée par Laurent Wauquiez » qui refuse l’accueil des réfugiés. Rappel historique « Le village du Chambon-sur-Lignon dans notre région, s’est pendant la seconde guerre mondiale, grandement illustré en donnant refuge à des ¬familles et à des enfants juifs » Chambon sur Lignon est aujourd’hui le seul village français inscrit au titre de Juste sur le mémorial de Yad Vashem.. « Dans ses discours, Laurent Wauquiez, député de la circonscription, fils de la maire du village rappelle t il, a souvent recouru à cette mémoire. Je regrette que ce qui le séduit, quand il est question d’histoire, imprègne si peu son analyse de l’actualité. »

Un autre pour vous recommander la lecture de l’article de Nathalie Segaunes dans l’Opinion, tiré « le dormeur du quai ». Très méchant, c’est le surnom de jean marc Ayrault au Quai d’orsay. Article assez cruel et un peu pathétique où l’on apprend que l’ex premier ministre ne se remet pas du livre « Conversations privées avec le président ». Il y a parait il découvert le jugement sévère que François Hollande portait sur lui. Grosse blessure humaine et narcissique

Un mot enfin, c’est encore de la politique. Les Echos nous annoncent qu’il sera impossible de faire respecter la loi qui impose un quota de 40% de femmes dans les conseils d’administration d’ici 2017. Pas parce qu’on ne trouve pas de bonnes candidates, mais la vraie difficulté nous dit on, c’est de demander à un homme administrateur qui n’a pas démérité de quitter son siège au profit d’une femme… » Bon, ben, on peut peut être commencer par ceux qui ont démérité non ?

Et on termine Hélène par du cinéma ce matin

Qu’est ce qui donne envie d’aller voir le dernier film de Xavier Dolan ? L’entendre en personne, ici même la semaine dernière bien sûr, mais aussi lire les critiques autour de Juste la fin du monde. Parce que ça se déchire ce matin dans la presse ! Dolan est il surévalué ? demande crument le Parisien. Oui répond Pierre Vavasseur, c’est pas de l’électrochoc ce film, mais c’est électrochic.», « cacophonie assourdissante, épreuve par le vide » assène aussi Luc Chessel dans Libération, « l’affaire souffre de saturation » tranche l’Humanité : seuls les Echos osent le parallèle avec Casavettes, et arrivent même à faire le parallèle entre MAcron et Dolan ! ça c’est fort…le Figaro réconcilie tout le monde en reconnaissant que le film va agacer ou émouvoir, irriter ou bouleverser. Mais tant mieux. « ces derniers temps, le cinéma ne ressemble le plus souvent qu’à un loisir inoffensif destiné à écouler du pop corn » .Voilà pourquoi on a envie d’y aller…s’engueuler en famille ou entre copains sur le dernier Dolan, plus sûrement que sur le dernier Astérix…

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.