Expo libération de Paris
Expo libération de Paris © Radio France

25 août 1944, la libération de Paris racontée par les journaux de l'époque. C'est à 15h45 hier, que la merveilleuse aventure commença écrit FRONT NATIONAL journal jusqu'ici clandestin, issu de la résistance. Un colonne américaine avance vers La Croix de Berny.16 heures. A quelques kilomètres de là, la bataille fait rage à Bourg La Reine et à Cachan poursuit FRANCE-TIREUR.LE PARISIEN LIBERé s'époumone. Un vent de liberté gonfle nos poitrines. Cette journée et la nuit du 24 août furent des heures inoubliables.17 heures - FRANC-TIREUR. Les premiers blindés approchent du carrefour de la Vache Noire. Paris en est à son 5ème jour de bataille. Le peuple de Paris se bat toujours. Hier, c'était encore l'insurrection. Aujourd'hui, c'est la guerre. Petit-Clamart, Bagneux, Issy les Moulineaux. Et enfin 21 heures, l'avant-garde de l'armée Leclerc entre dans Paris. Un journaliste raconte au journal son périple du haut de son vélo, de la porte d'Orléans, à La Haye les Roses. Au tournant d'un chemin, je descends de mon vélo. Deux chars sont sont arrêtés, la gueule de leur canon pointée vers moi. Je demeurre immobile. Des soldats en kaki, avec un casque d'une forme inconnue, bruns, couverts de poussières, rient à gorge déployées. Ils me font de large signe d'amitié. Ce sont des soldats français. Je me précipite vers le premier char. Ils me hissent sur la tourelle et, en silence, le visage baigné de larmes, nous nous étreignons.

C'est la fin de la nuit sur Paris. Ah, il n'y a plus de nuit quand devant nous, pour la première fois depuis 4 ans de martyre et de lutte, descend de son tank et sourit au milieu des vivats et des larmes, un capitaine français, noir de hâle et de sueur écrit FRANC-TIREUR. L'Allemagne ne pouvait pas gagner. Les peuples troupeaux peuvent gagner des batailles. Mais les peuples libres savent gagner des guerres.Ce fut la nuit de la vérité pour COMBAT, quotidien clandestin né pendant la guerre. Ceux qui n'ont jamais désespéré d'eux-mêmes, ni de leur pays, trouvent sous ce ciel leur récompense. Cette nuit vaut bien un monde. Beaucoup d'hommes sont morts. C'était le prix à payer. La joie d'aujourd'hui, ne leur est pas infidèle. Elle dit au contraire qu'ils ont eu raison.

Lui aussi a eu raison. Hommage à De Gaulle dans la presse du 25 août 1944 qui est attendu dans la capitale. Dans LE FIGARO qui reparaît officiellement ce jour là, François Mauriac écrit ceci. L'espérance française a tenu dans un homme, un homme seul. Combien étaient-ils, ces Français qui vinrent partager sa solitude ? De Gaulle au nom prédestiné, a essuyé les crachats sur la face de la République quand nous, il faut bien l'avouer, on n'y croyait plus guère depuis longtemps. De Gaulle, c'est le premier des nôtres.Oui, Vive De Gaulle, s'écrit à sa Une LE PARISIEN LIBéRé. Il a bien mérité de la France. C'est un Français, un soldat, un chef militaire lucide, un homme d'avenir dans un pays vieilli. Un homme propre.Le vive De Gaulle d'aujourd'hui, répond au vive De Gaulle des héros de la résistance, des martyrs de la Gestapo et de Vichy poursuit FRANC-TIREUR. Il a conquis le droit de présider le gouvernement de la nouvelle République, parce qu'il ne s'est jamais trompé. Parce qu'il est lui aussi, un moment de notre Histoire.

Vive la France immortelle et à bas les boches ! L'HUMA qui a officiellement reparu la veille met le paquet. Plus fort les coups sur le boche chancelant. Jacques Duclos évoque des boches exécrés, des barbares à croix gammées.Et, farouchement communiste, le quotidien chante les louanges de l'URSS. Le drapeau rouge flotte à nouveau sur l'ambassade d'URSS. L'URSS qui appelle aujourd'hui, le peuple allemand à se soulever contre Hitler.Un message du même ordre est porté par le journal CE SOIR. Peuple allemand, lève toi contre tes maîtres.L'attaque est aussi dirigée contre Vichy.L'HUMA reprendre les mots de Maurice Thorez secrétaire général du PC. Rien ne subsistera de l'édifice vichyssois, de cet affreux régime de trahison et de boue.Le mensuel LE FRANC-TIREUR de la zone sud, ironise sur ce régime né dans la trahison qui s'évanouit dans la farce. La rumeur court qu'il a été transféré à Vittel. Ce n'est pas un écroulement. C'est une liquéfaction. Mais on achève de nous rassurer. Ce régime n'est pas Français.

Paris est libéré mais pas la France. Que dit la presse collaborationniste ce 25 août ? Rien. Les journaux ont tiré leur dernières cartouches entre le 16 et 17 août.Jeudi 17 août, LE MATIN annonce un plan décénal pour rafraîchir et assainir Paris.Violent, le dernier numéro de L'APPEL. "Au milieu du désastre, quand leur maison est ravagée par le feu, des Français ont conservé la veulerie des putains. Ils voulaient être libérés des Boches, bien qu'ils n'aient jamais aussi richement vécu que sous l'occupation allemande."Dans les rues de Paris, dans un dernier souffle, la propagande continue. Témoin ce tract.Paris est encore aux mains des Allemands. Le foyer de la discorde met à l'épreuve les sentiments d'humanité des troupes allemandes. Il ne faudrait pas les pousser à bout. Il ne serait pas difficile de mettre fin brutalement à tout cela. De quitter Paris et de faire sauter fabriques, dépôts et ponts.

Comment la presse étrangère voit la libération de Paris ? Dès le 24 août, THE STARS AND STRIPES, le journal officiel des forces armées américaines titre que PARIS est libéré. Et il intime à ce qu'il reste d'occupant de jetez les armes.L'ECHO D'ALGER où se trouve le gouvernement provisoire, fait la synthèse. Il rapporte les messages du monde entier/ On a chanté la marseillaise à Bueno Aires. Roosevelt a parlé à la radio de ces peuples libres qui frémissent d'allégresse. Le plus bel hommage vient de l'ambassadeur du Canada. La France sans Paris n'est pas la France. Le monde sans Paris, n'est pas le monde. Paris privé de liberté, est un corps sans poumon.La libération de Paris, on la retrouve jusque dans les Comics américains. Ainsi CAPTAIN AMERICA, super héros crée par deux juifs, est de la libération de Paris. Il est patriote. Il déteste les nazis. Et il assure à chaque fois, que l'oncle Sam va gagner la guerre.

Avec la libération de Paris, vient le temps de l'épuration. FRONT NATIONAL annonce le châtiment pour ceux qui ne voulaient pas voir venir l'orage.FRANCE-LIBRE donne même dans un petit article, la liste des éditeurs pro-allemands qu'il faut expulser.COMBAT livre la sienne. Sacha Guitry a été arrêté. Après avoir écrit l'Impromptu de l'Entente Cordiale, on a vu l'écrivain dîner avec des officiers ennemis. A présent, il médite à la Santé.Ce sont des personnalités de l'ombre pour CE SOIR qui évoque l'épuration dans la police. Elle sera impitoyable a dit Arthur Airaud le nouvel inspecteur général de la police. On montre aussi du doigt les femmes tondues que l'on promène d'un carrefour à l'autre. Ces créatures sont hideuses dit l'article.

Et malgré tout, la vie continue. Elle continue à Paris.DéFENSE DE LA FRANCE nous apprend que des camions sont partis chercher de la farine. Le journal intime aussi aux commerçants de rouvrir leurs boutiques.Les Académiciens se sont réunis assure LIBéRATION.COMBAT évoque la réouverture des cinémas.En région, LE CENTRE LIBRE annonce le retour des Tramway et des trolleybus dans Limoges. Sachez aussi qu'il y aura une distribution de chocolat à partir de mardi 29. 125 grammes pour les Limogeauds et 500 grames de pâtes. La vie continue aussi, dans les tribunaux. Léonard Gaillard a été condamné 1.200 francs avec sursis pour avoir échangé des caleçons usagés contre des neufs. Et Rémy Marais a porté plainte contre l'inconnu qui a dérobé la chambre à air de sa bicyclette.

Un grand merci au musée Carnavalet - Paris, au musée de la résistance de Champigny, au musée de la résistance de Lyon et au musée de la résistance de Limoges

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.