.

Canicule : quand la police américaine demande aux délinquants de patienter un peu  

"En raison de la canicule, nous demandons à toute personne ayant l'intention de se lancer dans une action criminelle d'attendre un peu".   Post Facebook d'une police locale, du Massachusetts.   "Restez chez vous, mettez la clim, faites du karaté dans votre sous sol"...  Sous entendu,  "pour patienter"...  Car "réaliser une activité criminelle par cette chaleur est très dangereux".  La chaîne de télé américaine CNN a contacté les agents pour vérifier qu'il ne s'agissait pas là d'un canular ou d'un piratage.  Rien de tel !  Dans l'Illinois, même topo, ou presque.  "Les aspirants criminels appelés à rester chez eux"...  C'est Slate qui raconte cette histoire ce matin, sur son site internet. Les Etats-Unis, qui ont battu des records de chaleur ces derniers jours devraient sortir de la canicule en ce début de semaine.  En France, en revanche, ce n'est que le début.  La sécheresse en Une d'une partie de votre presse. 

"Nouvelle semaine de canicule. Terres brûlées", titre Le Parisien Aujourd'hui en France

Sud Ouest : "La France au régime sécheresse". C'est "la Ruée vers l'eau" pour Libération, qui nous emmène dans le Maine-et-Loire.  "Où le risque de pénurie attise le conflit entre écologistes et agriculteurs".  Val d'Authion. Près d'Angers.  Des milliers d'hectares cultivés.  Maïs.  Haricots.  Lupins.  Radis.  Parmi ces cultures, la plupart sont très gourmandes en eau.  Des centaines de familles et de fermes en dépendent.  Et les syndicats agricoles, comme la FDSEA, exerceraient, selon les écologistes, des pressions, un chantage continuel sur les pouvoirs publics pour contourner ou retarder les restrictions en eau.  Résultat.  Arroser. De nuit. Sans limite. Malgré la pénurie.  C'est toujours possible aujourd'hui.  Les associations réclament un changement des pratiques.  Le développement de cultures moins goulues en eau. Le vice président des jeunes agriculteurs du Maine et Loire, lui, se dit dubitatif.  Ces cultures là... lui rapporteraient dix fois moins.     

"SUV qui peut". En 2021, le SUV va se prendre un mur

C'est à lire sur LesJours.fr  Nouvelles normes européennes pour les voitures.  Ne pas émettre plus de 95 grammes de CO2, en moyenne, par km.  Application : 2021. C'est demain.  "Et les rentables mastodontes", très très très appréciés, "pourraient bien se transformer en boulets pour les constructeurs".   Explications : la décision date de 2009.  Mais la grande majorité des marques européennes a traîné.  Retardant au maximum l'échéance, le moment où il faudra changer, sous peine de sanctions.   Si Renault devrait passer le cap,  Peugeot ou Volkswagen risquent, vu leurs voitures actuelles, vues leurs politiques actuelles, de devoir payer très vite des centaines de millions d'euros d'amende.  Environ 20% des revenus annuels pour le groupe français.   Parmi les solutions : supprimer certains véhicules trop polluants, ou les alléger ou bien négocier.  Dans Les Jours, on comprend que certaines marques de luxe, à destination des très riches ont réussi leur coup.  Arguant que leurs voitures sont plus massives.  Plus haut de gamme.  Bref pas comme les autres.  Elles ont obtenu des dérogations.  130 grammes par km pour Jaguar par exemple.  Permis de polluer donc pour les aisés.  Moins, pour le commun des mortels.  

"Sans vergogne...  La publicité exploite le filon écolo"

Autre article éclairant à lire sur Reporterre, le "Quotidien de l'écologie".  "Pépites glanées dans le monde merveilleux des publicitaires".  Fin Juin 2019. Canicule déjà.  Airfrance lance une campagne très adaptée : "plus la température monte, plus les prix baissent".  Défense de l'entreprise, questionnée par Reporterre : "mauvais timing. L'hiver, on propose des prix givrés, et ça ne pose pas de problèmes".  Autre exemple, autre pub, cet été, en Belgique.  "N'achète pas Coca Cola si tu ne nous aides pas à recycler".  Objectif affiché : "parvenir ensemble à un monde sans déchets".  "La multinationale nous prendrait elle pour des imbéciles"? demande Reporterre, pointant gaspillage et pollution massive dans la fabrication du soda.  "Coca cola est l'une des entreprises les plus polluantes au monde".   EDF, Total, sont aussi taclés dans cet article.

"Des relents de guerre au fond des cuves"

Titre d'un papier de l'Humanité ce matin.  Quand l'Opinion préfère celui ci :  "Entre l'Iran et les Occidentaux, le jeu dangereux de la guerre indésirée".   Retour donc, sur une série d'incidents dans le détroit d'Ormuz.  Zone stratégique, puisqu'un tiers du pétrole qui passe par la voie maritime transite par ici.  Série d'incidents donc.  Parmi eux.  Des Britanniques qui saisissent un tanker iranien parce qu'il transportait du pétrole vers la Syrie.  Violation des sanctions européennes contre le régime de Bachar-al-Assad.  En réponse, des Iraniens qui arraisonnent, par hélicoptère, un pétrolier anglais...  Officiellement parce que le navire serait entré en collision avec un bateau de pêche.  "Dans l'un et l'autre cas, on ne sait pas quelle est la vérité"... écrit l'Huma... "mais la tension pourrait dégénérer très vite".  C'est "une guerre en actes et en images", titre Libération.  Ou chaque camp justifie son action par des photos et des vidéos.  

Une plongée dans le parc béninois de la Pendjari...  C'est dans la Croix ce matin

L'une des dernières grandes réserves protégées d'Afrique.  Des gazelles.  Des Caïmans.  Et parfois, "entre des branches touffues, des hommes en kaki... Des soldats? Des rangers? Ils sont en tout cas discrets".  Car la zone, extrême nord du pays, frontière avec le Burkina Faso est considérée comme très dangereuse par la France, depuis qu'un couple de Français, en voyage de noces, y a été enlevé.  C'était il y a près de deux mois.  Leur guide, Fiacre, avait été tué. Aujourd'hui, La Croix donne la parole à sa famille qui n'a tjrs aucune information.  Ni sur ce qui s'est passé, ni sur les ravisseurs.  Rien n'a filtré de Paris, après le débriefing des deux otages français.  Au Bénin, la peur progresse, nourrie par cette opacité.  Et "c'est déjà une victoire pour les islamistes" écrit Laurent Larcher, envoyé spécial pour La Croix.    

Quand les fantasmes sexuels d'un pays en disent beaucoup sur ses rapports sociaux

A lire sur Rue89.  Un site porno américain a fait un test.  Quels mots clefs utilisés en fonction du pays d'origine des utilisateurs.  Etats-Unis : lesbienne.  Angleterre : lesbienne.  Canada : adolescente.  Inde : épouse.  France ... beurette.  Le fantasme est très français redit Rue89.  Et l'histoire, souvent la même. "Une fille arabe se libère des tabous et se révèle affamée de sexe".  "La beurette voilée" révélerait _"le fantasme social d'une femme arabe à la fois émancipée ... des hommes arabes... et soumise ... au désir des hommes blancs".  _Certains internautes ont tout de suite réagi...  En lançant le hashtag "PasVosBeurettes".  A noter que dans le top 10 des utilisateurs français, il y a aussi... les mamans japonaises.   

Des positions périlleuses pour terminer.  Et là, promis, rien de sexuel.  "Les équilibristes du galet", rassemblés, pour quelques jours, en Baie de Morlaix.  Premier festival national de Rock Balancing.  C'est dans Ouest France.  La passion des participants : empiler des pierres en défiant le plus possible, la gravité.  "L'empileur de cailloux mortuacien"... Surnom d'un des participants, originaire de Morteau, en Franche-Comté explique.  "J'ai commencé après avoir regardé des vidéos sur internet".  Comme les autres participants, "il peut passer des dizaines de minutes avant de placer une pierre sur une autre". 

Enfin, là, il est plutôt question de les écraser les cailloux.  De leur rouler dessus.  Sans trop se fatiguer.  La Montagne a testé la ... trottinette électrique tout terrain.  "Elle agace en ville... mais anime le tourisme".  Engin gonflé. Pneus de VTT.  Port du casque obligé.  Pendant ce "j'ai testé pour vous", il y a eu visiblement ...  des dérapages.  des pieds à terre.  Et des, je cite "ouh la la", "ouh la la".  Engin bridé à 25km/h.  Il parait que les ados en étaient désolés

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.