Laetitia Gayet.

Les Monuments Men sont de retour. On peut vouloir sauver la Grèce. Mais il faut aussi pouvoir sauver l'histoire de l'humanité. D'après Slate.fr , le gouvernement britannique travaillerait à la mise en place d'une mission d'archéologues sauveteurs pour les œuvres en Syrie, en Irak et en Libye que le groupe Etat islamique s'emploie à détruire. Car il y a urgence. Après les statues assyriennes du musée de Ninive en Irak... Après la cité antique de Nimroud détruite au bulldozer, on a appris hier, que les djihadistes avaient miné le site antique de Palmyre en Syrie. Cette mission britannique n'est pas sans rappeler The Monuments Men , le film de Georges Clooney qui rendait hommage, avec certes quelques approximations, aux experts en art que le président Roosevelt avait chargé de protéger le patrimoine culturel, pendant la Seconde Guerre Mondiale. «Des conservateurs d'Angleterre travailleront donc en coordination avec leurs homologues irakiens, syriens et libyens pour identifier les œuvres à sauver. Ils feront des enregistrements numériques d'anciens sites, pour aider ensuite à leur restauration ou du moins, pour permettre aux générations futures de voir leur héritage perdu. Le budget du fond est encore à l'étudeExiste-t-il des Monuments men pour sauver la Grèce ? Pas pour la presse ce matin. Tout n'est qu'histoire de scénarios et de clés. Grexit , défaut de paiement, accord, à quelques heures du sommet de Bruxelles,Libération et Le Huffington Post exposent leurs trois scénarios fictions. Le Figaro , ses cinq clés pour comprendre la crise. Et L'Opinion , ses six clés pour évaluer les risques liés à la crise grecque. Et au bout du compte, des conclusions diverses. Ainsi, Jean Levallois, dans La Presse de la Manche . On nous dit que la Grèce est à l'origine de notre culture, qu'elle a inventé la démocratie. C'est vrai. Mais les Athéniens d'hier ne sont pas ceux d'aujourd'hui. Et ils ont perverti la démocratie en s'abandonnant au populisme. Pointé du doigt, Syriza, le parti d'Alexis Tsipras. "Réveillez-vous Monsieur Tsipras ! " lui demande Gaëtan de Capelle dans son édito du Figaro . Réponse de Georges Prévélakis, professeur de géopolitique à la Sorbonne dansLibé : " Il faut comprendre que Syriza représente une partie de l'identité grecque. Ce qui se dresse derrière, c'est toute l'histoire de la Grèce et de sa tradition de résistance pendant la seconde guerre mondiale face à l'occupant nazi. La vie politique n'est pas faite uniquement de chiffres et de calculs, mais également d'histoire et de culture. " Et clairement aujourd'hui, dit encore Catherine Chatignoux des Échos , le fossé idéologique et culturel avec le reste de l'Europe est abyssal. Pourtant, il va bien falloir négocier aujourd'hui, à Bruxelles. Bruxelles va renouer avec ses grandes nuits de tensions indispensables pour prendre les décisions difficiles. Renaud Honoré des Échos se rappelle. Mai 2010. Il s'agissait de poser les bases d'un fond européen de secours pour rassurer les marchés. Mais catastrophe ! A peine la réunion a-t'elle commencé, que l'Allemand Schaüble fait un malaise. Il est transporté à l'hôpital. Le ministre allemand de l'Intérieur est appelé, pour le remplacer. Mais il tarde à arriver. A 4 heures, l'accord n'est toujours pas finalisé. Il faut pourtant l'annoncer, pour que les marchés asiatiques ouvrent dans le calme. Des négociateurs vont venir voir les journalistes qui font le pied de grue, pour annoncer un compromis. L'accord ne sera parachevé qu'une heure plus tard. Quelques mois plus tard, on remet ça. Nicolas Sarkozy et Angela Merkel négocient avec leurs homologues. Mais Silvio Berlusconi doit s'absenter pour intervenir en direct, dans un talk shaw de la télé italienne. Atmosphère surréaliste. Et ce soir... Et bien ce soir... On va redonner du Grexit. Etienne de Montety duFigaro joue du néologisme du moment. Si le Grexit est l'exit de la Grèce. Alors que dire du travail mené pour trouver une solution. Il consiste en un grexamen par des grexperts de finances gréxécrables qui n'appelle aucune grexcuse. Vous n'y comprenez rien ? Moi non plus. A l'instar des Grecs, on demande aujourd'hui, grâce. On demande grâce. Mais il n'y a pas de grâce pour qui parle de milliards d'euros, ce matin. Et là, on s'arrête un instant sur l'autre sujet du jour. L'offre de Patrick Drahi patron de Numéricable-SFR , pour s'emparer de Bouygues Télécom . Dix milliards d'euros. Vu de Grèce, la somme paraît colossale quand le pays tout entier peine à débourser six mois. Didier Rose des Dernières Nouvelles d'Alsace . Vue de France aussi, l'addition est énorme. Elle montre à quel point cet achat s'annonce stratégique. Oui, mais il faudra bien rembourser l'argent, conclut Olivier Pirot dans La Nouvelle République . Quoi d'autre dans la presse ? Un coup d'oeil sur les réseaux sociaux. L''Express.fr s'interroge sur l'intrigante arrivée de Dominique Strauss-Kahn sur Twitter. L'ancien patron du FMI a fait son entrée hier, par ce tweet. "Jack is back" Cette incursion de DSK sur le réseau social a déjà attiré plus de 8000 suiveurs, ainsi que des réactions mi-amusées, mi-critiques, et parfois même assez mordantes. Le Point.fr se demande si DSK ne tenterait pas, par cet intermédiaire, un retour à la vie publique ? Ses futurs gazouillis le diront. Dans le monde de l'éducation, on a beaucoup commenté aussi sur Twitter la bourde sur Le Journal Officiel . C'est à découvrir sur le site deLibération . Dans l’édition d'hier, les nouveaux horaires des lycéens pour la rentrée ont été publiés. Il s'agissait d'y inclure les heures d’enseignement moral et civique. Mais surprise : les heures de philosophie et d’histoire-géographie ont disparu des séries S, L et ES. Le ministère de l'Éducation nationale a reconnu l'erreur et va rectifier. Tweet du syndicat Snes-FSU. "Grosse fatigue au ministère qui publie des grilles horaires lycée en oubliant histoire géo et philo. Non au travail du dimanche " Allez. On parlait tout à l'heure des Monuments Men, place aux Monuments girls ou women. Qu'on se le dise, les footballeuses françaises se sont qualifiées hier soir, pour les quarts de finales du mondial de foot. 3-0 contre la Corée du Sud. On ne les arrête plus écrit Franck Gineste du Parisien-Aujourdhui en France . Ces filles sont décidément formidables. Et on est bien d'accord avec Régis Dupont deL'Équipe . Mais sans en faire trop pour la cause des femmes dans le sport, on notera quand même au gré des pages du quotidien... que les filles du basket sont formidables. Elles se sont elles aussi, qualifiées pour les quarts de finales de l'Euro de basket hier soir. Que les filles du rugby à 7 sont surprenantes. En remportant le tournoi international de Malemort sur Corrèze hier, elles ont obtenu leur ticket pour les JO de Rio l'an prochain. En dernière page de L'Équipe , une célèbre banque fait la pub des filles du foot. Et voici ce que ça dit. Force, technique et victoire ont un point commun. Ce sont trois mots féminins. Bonne journée.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.