(Patrick Cohen) Dans la presse ce matin : le coeur dans le sable

(Bruno Duvic) C'était le 16 novembre 2008 dans l'émission 60 minutes sur CBS. Barack Obama venait juste d'être élu : "J'ai dit à plusieurs reprises que je fermerais Guantanamo et je le ferai"

Mais presque 5 ans plus tard, Guantanamo est toujours ouvert et quelque 100 détenus sont en grève de la faim.

Slate.fr publie ce matin les extraits du journal d'un prisonnier de Guantanamo. Il est détenu depuis presque 11 ans, le manuscrit a transité par ses avocats. Slate précise qu'il a été impossible de vérifier ce qu'il raconte. Mais le texte d'introduction est assez étayé.

Le prisonnier est mauritanien, il s'appelle Mohammedou Ould Slahi. Il est accusé d'avoir eu des contacts avec des terroristes du 11 septembre, et avec un autre arrêté qu'il s'apprêtait à commettre un attentat à Los Angeles. On n'a jamais rien pu prouver contre lui.

Le texte est particulièrement éprouvant. Les extraits choisis ne sont pas les plus violents.

En 2003, il est envoyé en « croisière spéciale torture ». Un commando de trois soldats accompagnés d'un berger allemand déboule dans sa cellule : cassage de gueule, un sac sur la tête, on lui entrave un peu plus les chevilles et les poignets et on l'embarque dans un camion. Trois à quatre heures de passage à tabac, impression de respirer par les côtes, puis la « croisière » en bateau proprement dite commence. Le principe est de vous faire perdre tout repère, vous faire croire qu'on va vous laisser seul loin de tout ou vous extrader dans un pays où l'on saura vous faire parler.

Le tout est agrémenté de séances de tortures : "Ils remplissaient l'espace entre mes vêtements et mon corps de glaçons. La glace sert à la fois à faire souffrir et à effacer les contusions."

Au delà du physique, il y a l'état psychologique dans lequel se trouve les prisonniers. Mohammedou Ould Slahi raconte qu'il comptait les trous de sa cage. Il y en avait 4100.

Ce qui est incroyable après toutes ces tortures, c'est qu'il parle de "famille" à propos de ses gardiens. "Peu importe la méchanceté de vos interrogateurs, il se développe entre vous une relation qui ressemble à une famille."

Il raconte sa tristesse, incompréhensible pour lui même, quand l'un des gardes s'en va. Et le traitement qui devient moins dur au fil des mois. Premier geste, on lui donne un oreiller. Commentaire : "Nous avons une blague chez moi sur un homme qui se tient debout tout nu dans la rue. Quand on lui demande : 'Que puis-je faire pour vous ?' Il répond : 'Donnez-moi des chaussures.' C'est exactement ce qui m'est arrivé avec l'oreiller."

Tout se délocalise, même le cœur

C'est un article du cahier "Sciences et médecine" du Monde . La société française Carmat développe depuis plusieurs années un cœur artificiel. On en arrive au stade des premiers essais sur l'homme et ces tests vont sans doute être réalisés en Arabie Saoudite, en Pologne, en Slovénie ou en Belgique. C'est en tout cas ce qu'annonce la société. Elle n'a pas reçu l'accord des autorités sanitaires pour le faire en France. La firme a retiré sa demande et s'est tourné vers l'étranger. Des essais en Belgique par exemple permettront d'avoir le certificat européen sans problème.

L'agence nationale des produits de santé est-elle trop frileuse ou bien prudente à juste titre ? Eternel histoire du décalage entre des médecins qui veulent avancer leurs recherches et un pouvoir administratif tenu de faire respecter une réglementation.

On manque de cœur et on pourrait bientôt manquer de sable ! Le Canard enchainé publie un article à propos d'un documentaire ce soir sur Arte : « Le sable, enquête sur une disparition ». C'est le deuxième élément naturel le plus utilisé par l'homme. Il y a du sable dans le verre et le ciment évidemment mais aussi dans le vin, la lessive, le papier, le dentifrice, les ordinateurs, etc... Chaque jour, des milliers de paquebots siphonnent les mers pour en récupérer. Les plages reculent, les iles disparaissent. Pour construire les buildings de Singapour, par exemple, on a rayé 25 îles indonésiennes de la carte. Selon des scientifiques interrogés dans ce documentaire, en 2100 l'idée même de plage pourrait être inconcevable.

Disparition des sables... Et de la mousse !

La mousse de la bière dans les pubs anglais. Ces huit dernières années, près de 10.000 pubs ont mis la clé sous la porte en Angleterre, en Ecosse ou au Pays de Galles. Changement de civilisation décrit par Télérama . Alcool trop cher, concurrence des grandes surfaces, loyers trop élevés. Quand un pub ferme, une agence Barclay's ou une boutique Gucci lui succède bien souvent. Le déclin ne date pas d'hier. Il date de la révolution industrielle qui a apporté du confort dans les maisons et incité à rester chez soi.

Cela dit, l'Angleterre ne se mettra pas demain à l'eau plate. Dans cet article de Télérama , on apprend que la Reine Elizabeth 1ère, au XVIème siècle, descendait une pinte de bière brune chaque matin au petit déjeuner. Et qu'aujourd'hui encore, il existe 122 mots dans la langue anglaise pour désigner l'ivresse.

Quoi d'autre dans la presse ? La citation du jour...

Il n'y a pas qu'à l'UMP que le mariage gay fait des vagues. Dans l'armée aussi. Le Canard enchainé raconte une scène qui s'est déroulée le 20 avril au Conseil supérieur de la fonction militaire. Un officier s'adresse au ministre Jean-Yves le Drian. « Monsieur le ministre, rassurez nous, le mariage pour tous, ça ne s'appliquera pas aux armées ? Vous imaginez si à la soirée du régiment, le colonel déboule avec son copain ? » Le ministre a répondu que la loi de la République s'appliquait à tous.

Parmi les sujets de débat à l'UMP à propos du mariage et de l’adoption pour tous, faudra-t-il revenir en arrière en cas de retour au pouvoir ? En Espagne c'est ce que font les conservateurs. Deux réformes sociétales mises en place par la gauche sont en train d'être détricotées. Le droit à l'avortement pourrait être restreint. C'est à lire dans L'Humanité . Et les cours de religion plus qu'optionnels et comptant dans la moyenne générale devraient faire leur retour. C'est à lire dans La Croix .

Le chiffre du jour

800 djihadistes européens en Syrie dont une centaine de Français. Information du Figaro

Le lieu du jour

Un bunker à Milan. C’est demain la sortie mondiale d’« Inferno », le nouveau livre de Dan Brown, l'homme du « Da Vinci Code. L'Express raconte dans quelles conditions de secret les traducteurs ont travaillé. Près de deux mois passés à Milan dans le sous sol des éditions Mondadori. Pas d'Internet, pas de contact avec les employés, interdiction de révéler à leurs proches ce qu'ils faisaient, pas de téléphone portable, double système de contrôle par badge et pointeuse, deux vigiles, ordinateurs nettoyés au début et à la fin de la session, navette spéciale pour le trajet entre l'hôtel et le bunker. Le texte a été envoyé aux éditeurs sur une clé USB codée.

Et puis une ironie de l'histoire pour terminer. 70 ans après la guerre, l'Allemagne est le seul pays au monde où le nombre de migrants juifs augmente. C'est un reportage des Inrockuptibles . Berlin, essentiellement, attire de plus en plus les jeunes artistes israéliens. Parmi eux, ceux que l'on appelle, les Israéliens de la 3ème génération : leurs ancêtres sont nés en Allemagne. Berlin ville ouverte, branchée, cosmopolite, bon marché, où le poids de la communauté est moins pesant qu'en Israël. Berlin et ses chauffeurs de taxi palestiniens.

Une jeune femme qui travaille dans le marketing parle aussi de la ville comme « un professeur sévère qui empêche de sécher les cours d'histoire ». La vieille écriture gothique des panneaux des stations de métro qui évoquent des heures beaucoup moins légères. « Je suis incapable de pardonner aux Allemands pour ce qui est arrivée à ma famille » dit cette immigrante qui assure tout de même être venue « faire la paix ».

A demain

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.