L'assassinat d'Ilan, les tortures... Crime crapuleux ou antisémite... ou les deux ... A l'époque des faits, le débat sur ce point était intense... Et bien voici une pièce à verser au dossier... Ce sont des temoignages apportés à la fois par le monde et le Parisien. Aux policiers, en effet, les auteurs du rapt ont expliqué le choix d'une victime juive... Oui, le choix. Fofana a beau nier tout antisémitisme, mais il a quand même reconnu qu'il avait visé la communauté juive car, pour lui, "c'est une communauté qui a de l'argent et qui est soudée"... Ce que l'un de ses acolytes traduit par : "On a pris un Juif parce qu'ils sont bourrés de thunes"... Le même, un certain Samir Aït Abdelmalek, a précisé qu'il avait pris peur parce qu'il venait de lire un article sur les événements de Munich et le film qui en était tiré... "J'avais peur que le Mossad vienne me buter", a-t-il expliqué. Voilà pour le témoignage livré par le journal "Le Monde"... Dans "Le Parisien", maintenant, c'est Jean-Christophe G. qui parle... 17 ans... Il était l'un des geôliers qui surveillaient Ilan... Lui aussi raconte le calvaire subi par la victime... Quant à la question de savoir si Ilan a été tué parce qu'il était Juif, un autre bourreau de la bande raconte que le Jean-Christophe en question, alias "Zigo", a fait ça car la victime était un "feuj", et qu'il n'aimait pas les "feuj". Même les jeunes femmes qui ont servi d'appât le confirment : Pour Fofana, le chef, "les Juifs étaient des rois, et de toute façon, que la famille d'Ilan soit fortunée ou pas, les Juifs sont solidaires entre eux, alors..." Voilà une information qui tombe au lendemain de la Journée internationale contre le racisme qui, en France, est passée inaperçue... Il est vrai que le CPE occupe toute la place... Mais il n'y a pas que cela... Non... Comme l'écrit Dominique Valès dans "La Montagne", le racisme a de nouveau cessé d'être un tabou chez nous... Tout, de la récente crise des banlieues à quelques monstrueux faits-divers... Nous y sommes... Tout laisse craindre que le recul de la civilisation ne relève pas d'un accident. C'est aussi le sens de l'éditorial du journal "Le Monde"... L'assassinat d'Ilan montre que le racisme et l'antisémitisme peuvent encore être, en 2006, à l'origine d'abominables crimes... Pourtant le rapport, publié hier par la Commission des droits de l'homme, confirme une baisse de 38% des violences et des menaces à caractère raciste, l'an dernier... Pour les seuls actes antisémites, la baisse est même de 48%... Mais dans le même temps, un sondage CSA montre qu'un Français sur 3 n'hésite pas aujourd'hui à se déclarer raciste... Et que 6 Français sur 10 jugent que certains comportements peuvent justifier des réactions racistes... Et que 56% affirment qu'il y a trop d'étrangers... Cela porte un nom : la banalisation. Voilà un sondage qui a de quoi mettre le rouge au front, écrit Jacques Guyon dans "La Charente Libre". "Le racisme sans complexe", titre de son côté "France Soir"... "Le cancer raciste s'est incrusté dans les esprits", écrit le même journal, comme on tire une sonnette d'alarme. Alors, en guise de conclusion, cette parabole d'un monde meilleur... Un dessin dans "France Soir"... On y voit deux zèbres qui se désaltèrent... Drôles de zèbres... Le premier dit à l'autre : "Moi, mon papa est noir et ma maman est blanche"... "Moi, c'est l'inverse", lui répond son copain. Oui... Fermeté pour les uns, entêtement pour les autres... C'est l'attitude de Dominique de Villepin qui constitue aujourd'hui l'essentiel des titres de la presse... Sous forme de constat, sobre ou sybillin... Comme dans "Le Figaro", qui titre : "Le bras-de-fer continue"... Ou dans "Le Monde" : "La pression monte, le gouvernement ne désarme pas"... Changement de ton, en revanche, dans "Libération", qui voit en la personne du Premier ministre, "le forcené de Matignon... L'homme qui n'entend ni retirer ni suspendre le CPE"... Une intransigeance qui inquiète jusqu'à l'UMP... On y reviendra... En attendant, "Libération" nous explique comment Matignon rejette toutes les issues de secours proposées par les syndicats, les parlementaires et les patrons, puisque Dominique de Villepin refuse toute dénaturation de son texte... "Alors, Villepin tente d'amadouer la rue", estime "France Soir"... "Reste à savoir qui se fatiguera avant l'autre", écrit Serge Faubert. "Quel gâchis, en tout cas !", se lamente Nicolas Barré dans "Le Figaro"... La période d'essai de deux ans, écrit notre confrère... Il s'agit moins de vérifier que la personne employée est la bonne, que de s'assurer que l'emploi qu'elle occupe est durable. Et puis deux ans, c'est la norme en Allemagne. Enfin, si l'entreprise a investi deux ans pour former un employé, peut-on croire qu'elle s'empressera de gaspiller cet investissement dès la fin de la période ?... Allons donc !... Ce qui frappe, finalement, dans le mouvement anti-CPE, c'est son extrême conservatisme, conclut Nicolas Barré. Peut-être, mais "Télérama" met le doigt sur un problème fondamental, dans le dossier qu'il consacre lui aussi au CPE... Le bras-de-fer en guise de dialogue social, serait-il une spécialité française ?... Oui, c'est même un réflexe, estime l'hebdo... Le mécanisme semble bien réglé : on impose d'abord, on négocie après... Et entre les deux, à chaque fois, la révolte est dans la rue. "Maintenant, que fait Chirac ?", se demande Jean-Michel Thénard dans "Libération"... S'il se rêve une fin de quinquennat heureuse et utile, il risque de devoir se résoudre à vite poser la question de confiance à Villepin... Autrement dit, en rabattre ou se démettre. Alors peut-être le Président fait-il sienne cette pensée d'Aragon : "L'avenir à chaque instant presse le présent d'être un souvenir"... Autrement dit, vivement qu'on en sorte... Oui, qu'on en sorte, et vite ! Voilà à quoi pense aussi Nicolas Sarkozy... Combien de temps, en effet, va-t-il tolérer une gestion calamiteuse du conflit qui va finir par lui retomber doublement sur les bras ?, se demande Olivier Picard dans "Les Dernières Nouvelles d'Alsace"... D'où ce titre, dans "Le Parisien" : "Sarkozy prêt à lâcher Villepin"... Refusant d'être catalogué comme "le ministre des CRS"... Inquiet de l'impopularité de la droite pour cause de CPE... Le ministre de l'Intérieur ne cache plus sa préoccupation, et n'exclut aucune hypothèse... Pas même celle de quitter le gouvernement, analyse "Le Parisien". Hier soir, il a quitté Matignon consterné, pas loin de penser que Villepin conduit tout le monde dans le mur, précise le même journal... "Je ne vais pas pouvoir me taire éternellement", a prévenu Nicolas Sarkozy. Il est clair que depuis plusieurs jours, le président de l'UMP, qui aura droit demain à 10 pages dans "Paris Match", sent le piège se refermer sur lui... Tout ça n'est pas très bon pour sa candidature en 2007... Maintenant, quitter le navire peut faire aussi mauvaise impression... Bref, le sort du Premier ministre et de son ministre de l'Intérieur est peut-être lié, conclut "Le Parisien". A moins que l'histoire soit déjà écrite, comme le laisse à penser "Charlie Hebdo" avec sa Une... Pittoresque, comme d'habitude... On y voit Nicolas Sarkozy sur l'épaule d'un CRS... Sarkozy qui lui donne cette consigne : "Pour les manifs, surtout aucun mort... Sauf Villepin !" Tiens, puisque nous avons "Charlie Hebdo"... Cet article, intitulé "Liberté de la presse : Dieu tape l'incruste à l'Assemblée"... L'hebdo s'intéresse à ce député proche de Nicolas Sarkozy... Jean-Marc Roubeau... Qui vient de déposer une proposition de loi à l'adresse de la presse... Ce texte est rédigé comme suit : "Tout discours, cri, menace, écrit, imprimé, dessin ou affiche outrageants, portant atteinte volontairement au fondement des religions, est une injure". 20 mots... Il n'en faut pas plus à ce député pour rétablir le délit de blasphème, torpiller 100 ans de laïcité, et mettre la justice républicaine au service des fondements de la religion, commente "Charlie Hebdo", qui nous rappelle quelques éléments du CV politique de Jean-Marc Roubeau, qualifié "d'évêque du Gard" par le journal satirique... Il a fait partie de ceux qui ont signé la proposition de loi visant à reconnaître l'oeuvre positive de la colonisation... Il est également de ceux qui pensent lutter contre l'inégalité en menaçant de retirer les allocations familiales aux parents immigrés dont les enfants traînent dans la rue... Pour autant, il ne confond pas immigrés pauvres et musulmans riches, puisqu'il est membre des groupes d'amitié parlementaires France-Bruneï et France-Qatar... Le voilà habillé pour l'hiver, qui n'en finit pas. On remarquera aussi que, pour l'instant, cette proposition de loi n'a pas déclenché la polémique à l'Assemblée, mais qu'on appelle aussi, il est vrai, "Chambre des députés"... Et dans "Chambre des députés", il y a "chambre"... Ce qui est aussi un endroit où l'on dort... Bonne journée... A demain...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.