C'est un dessin de Philippe Delestre, dans L'EST REPUBLICAIN... Lionel Jospin et Jacques Chirac sont dos à dos... La tête basse... l'air résigné... Ils versent chacun une larme... Et ils glissent, de concert : "JE SOUTIENS... trois petits points... Ségo", pour Lionel... "JE SOUTIENS... trois petits points... Sarko", pour Jacques // Comment ne pas voir dans cette caricature... la fin d'une génération de politiques... et l'avènement d'une autre ?... Elle n'est pas du goût des anciens... Mais qu'importe... chacun trace sa route à sa manière // "Bien sûr... il n'est pas facile de céder la place... Les monarques n'aiment jamais leur dauphin... surtout quand ils ne l'ont pas choisi"... écrit Bruno Dive dans SUD-OUEST // Jacques Chirac a apporté un soutien a minima hier... à Nicolas Sarkozy... "Si le Président fut un jeune loup... rappelle Pascal Barrand dans LE JOURNAL DE LA HAUTE-MARNE... Il est aujourd'hui... un vieux lion... Cet animal politique a la singularité d'avoir la mémoire rancunière d'un éléphant" // "C'est vrai qu'on a connu des soutiens plus chaleureux"... note LE PARISIEN-AUJOURD'HUI EN FRANCE... "Mais bon an mal an... Jacques Chirac a fini par adouber Nicolas Sarkozy... Sans tambour ni trompette... Dans un discours d'une minute et demie, pas une seconde de plus" // Voilà donc pour les faits // Il s'agit maintenant de lire entre les lignes... La première remarque est signée d'un écrivain... François Sureau... en page 2 de LIBERATION... LIBE qui, à l'occasion du Salon du Livre... a choisi d'offrir son journal à 54 écrivains... Sureau écrit donc... "Jacques Chirac vient... comme pour en réduire l'importance... d'intercaler son soutien à Nicolas Sarkozy entre deux moments de grande intensité sentimentale... Ses adieux à la France... et son hommage funèbre à Lucie Aubrac... On ne pouvait manifester plus exactement le dédain qu'il n'aura cessé de montrer à l'égard de son jeune disciple... devenu rival" // "Son soutien était calibré entre l'éloge et la distance"... poursuit Pierre Taribo, de L'EST REPUBLICAIN... "Juste ce qu'il faut... En faire trop aurait ressemblé au baiser qui tue... Mais l'aval chiraquien a aussi ses inconvénients... dit-il... Sarkozy ne peut plus être le candidat de la rupture... Au contraire... il devient de plus en plus le sortant" // C'est "un aveu de défaite pour Jacques Chirac"... écrit Jean-Marcel Bouguereau, de LA REPUBLIQUE DES PYRENEES // "La question est posée maintenant... pour Nicolas Sarkozy"... poursuit Philippe Waucampt, du REPUBLICAIN LORRAIN... "Comment rompre avec quelqu'un dont on attendait l'onction ?... Il va devoir crédibiliser sa rupture tranquille" // Olivier Picard, des DERNIERES NOUVELLES D'ALSACE... est plus cinglant... "Comme en 81... quand Jacques Chirac déclarait qu'il ne pouvait QUE voter pour Giscard d'Estaing... Cette fois... il nous a expliqué poliment qu'il ne pouvait QUE voter pour Sarkozy... Quel cynisme !... Disons-le carrément... Ce pitoyable scénario constituera... aux yeux de nombreux Français... la marque d'une décadence ultime... Comment demander au peuple de croire avec ferveur à la sincérité des politiques ?... Ca manque de dignité" // "Esprit de responsabilité, au contraire"... répond, en écho... Alexis Brézet, dans les pages "Opinions" du FIGARO... "Finalement... la tiédeur de son soutien est le plus beau service qu'il pouvait rendre à Nicolas Sarkozy" // Passés les mots... L'heure, ce matin... est au bilan, pour Nicolas Sarkozy... ministre de l'Intérieur // "Il est mi-figue, mi-raisin", pour LE PARISIEN-AUJOURD'HUI EN FRANCE // "Controversé", pour LA DEPECHE DU MIDI // Plus radical... L'HUMANITE titre : "Bon débarras !" // "Il ne figurera pas dans les pages les plus glorieuses de la République... Que retiendront les enfants des années Sarkozy Place Bauveau ?", se demande Jean-Paul Piérot... Qu'il organisa la chasse à leurs camarades de classe... dont les parents... étrangers... avaient été privés de régularisation... La vulgarité provocante à l'égard des jeunes des cités populaires... La stigmatisation des chômeurs... au nom de 'la France qui se lève tôt'... Rarement homme politique aura mis à ce point en pratique le détestable adage : "diviser pour mieux régner" // Alors maintenant... qu'est-ce qu'on fait ?... Eh bien... on se recentre sur la campagne // "Il serait temps d'ailleurs de préciser vos projets, chers candidats !"... lance ce matin... dans LES ECHOS... Jean-Marc Vitttori... "Si le paysage politique de demain est encore incertain... Celui de la conjoncture économique, lui... est largement connu... Croissance parmi les plus faibles de l'Europe... Certes... on crée des emplois tous les jours... Mais l'appareil productif français est en berne... Pour contrer tout ça... que proposent les candidats ?... Pas grand-chose de concret", selon Vittori... "N'en déplaise à PARIS-MATCH qui s'est échiné à décrire dans le détail les programmes de Bayrou... Le Pen... Royal... et Sarko... Non... reprend Vittori... Leurs propos sur ce sujet semblent relever davantage de l'incantation gratuite que du programme réel... Il leur reste encore un mois pour préciser leurs intentions... Ce ne sera pas de trop" // Pourtant... vu de l'étranger... a priori, tout est clair // COURRIER INTERNATIONAL reprend ce matin... un article du quotidien australien THE AGE... Pour James Button... "le plus concret... c'est Nicolas Sarkozy... Même s'il est accusé de promesses mirobolantes... Il promet des coupes claires dans les dépenses de l'Etat... En ne remplaçant par exemple... que la moitié des départs en retraite"... Pour le journaliste australien... "il s'inscrit dans cet espace étroit où la France est à l'unisson du monde... Sarkozy utilise des idées tout sauf françaises... Il est en contradiction avec les principes d'égalité et de non-discrimination... Des principes français sublimes... Mais qui ne fonctionnent pas toujours en pratique... Et Nicolas Sarkozy l'a compris"... James Button y met toutefois un bémol... "De nombreux Français, dit-il... ne lui font pas confiance... Ils le jugent prêt à tuer père et mère pour entrer à l'Elysée... Mais c'est lui qui incarne le mieux les contradictions de la France... et sa place dans le monde... Et c'est ce qui en fait... selon James Button, cité dans COURRIER INTERNATIONAL... le personnage le plus intéressant de la campagne" // Pour beaucoup d'observateurs... Ségolène Royal est aussi... un personnage intéressant... Au-delà de la candidate... c'est la femme que l'on regarde... On a tout dit sur le fait qu'elle était la première Française à pouvoir accéder à la fonction suprême // Mais le magazine culturel MUZE du mois d'avril aborde le sujet via 4 points de vue originaux... Celui d'une professeure d'histoire... Michèle Perrot... D'un psychanaliste... Jean-Pierre Winter... D'une philosophe... Sylviane Agacinski... Et d'un journaliste... Hervé Chabalier, de l'agence CAPA // A la question : "Le pouvoir est-il naturellement masculin ?"... Michèle Perrot explique que "la loi salique du 14ème siècle... qui interdit l'accession au trône des femmes... est restée malgré elle... dans les mémoires... Une exception française unanimement admise... selon laquelle le pouvoir ne se déclinerait qu'au masculin" // "En France... le Président hérite sans doute de l'image des anciens monarques", poursuit Sylviane Agacinski // A la question : "La France est-elle en retard ?"... Jean-Pierre Winter répond : "Certains pensent que nous sommes à un tel degré de maternisation de notre société que nous voulons une femme pour incarner cette fonction paternelle... Je n'y crois pas", dit-il... "A mon avis, l'avènement de Ségolène Royal tient à ce qu'elle représente une femme qui a élevé 4 enfants... sans sacrifier sa carrière... qui vit en couple sans être mariée... et qui a des ambitions au moins aussi affirmées que son mari" // "Cela dit... reconnaît Hervé Chabalier, de l'agence CAPA... toujours dans MUZE... Les femmes, en politique, sont traitées différemment... Le journaliste est attiré par l'atypique, l'original... Il y a aussi une manière de filmer les femmes politiques... pour les mettre à leur avantage... Il ne s'agit pas de leur faire plaisir... Mais c'est vendeur... Une femme bien filmée passera toujours mieux à l'antenne... alors que cela reste une préoccupation mineure quand il s'agit d'un homme... Pour constater cet écart... il vous suffit d'aller dans une loge de maquillage", dit-il... "Les maquilleurs passent beaucoup plus de temps à s'occuper d'une femme que d'un homme" // C'est sans doute pour ça que Nicolas Sarkozy a sa maquilleuse personnelle... Celle-là même qui l'accompagnait dimanche... sur le plateau de "France Europe Express", sur France 3... On connaît la suite... Pas de place dans la loge... et un scandale à la clé //

Laetitia GAYET

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.