Depuis son assassinat le 22 novembre 1963 à Dallas, il y a 50 ans exactement, quelque 40.000 livres ont été publiés sur lui. Il a inspiré des complotistes, des inconditionnels, des journalistes people, des historiens, des romanciers. Comme James Ellroy qui le surnomme Camelot dans « American Tabloid ».

Jackie et John F Kennedy arrive à Dallas
Jackie et John F Kennedy arrive à Dallas © radio-france

La véritable trinité de Camelot était : de la gueule, de la poigne et de la fesse. Kennedy a été l'homme de paille mythologique. Du bagout et une coupe de cheveux classe internationale. C'était le Bill Clinton de son époque, moins l'œil espion des médias et quelques poignées de lard"

Ces lignes vachardes sont publiées ce matin dans L'Humanité. Kennedy ou la nostalgie frelatée d'un paradis perdu. Nostalgie c'est sûr. Dans Le Figaro , Laure Mandeville rappelle d'un million de pèlerins sont attendus cette année à Dallas. Ce que vous entendez sous ma voix, c'est le discours du chief justice Earl Warren aux funérailles de Kennedy...

Actualité de Kennedy. Le Parisien décrit les applications i-phone qui ont fleuri à l'occasion de cet anniversaire. D'ailleurs ce matin USA Today imagine l'assassinat couvert en direct sur Twitter.

Actualité de Kennedy... Il y a de troublantes similitudes entre son Amérique et celle d'Obama selon Corine Lesnes dans un article du Monde à paraitre aujourd'hui. Les deux sont accusés de faiblesse, considérés comme un danger par les conservateurs du Sud. Vous en parliez à 7h43, Patrick, on les accuse de vouloir socialiser avec leurs plans d'assurance santé. Et puis la peur : à l'époque le communisme et la guerre nucléaire, aujourd'hui le terrorisme. Dans les deux cas, les gens sont prêts à aller loin dans l'abandon d'une partie de leur liberté au nom de leur sécurité.

Pourquoi le mythe Kennedy perdure-t-il ? Le film de cet assassinat qui repasse en boucle, les quelques secondes de vidéos parmi les plus analysées de l'histoire. Elles repassent justement parce qu'elles ne nous disent rien répond un historien des images dans Libération. Vous pouvez les regarder autant de fois que vous voulez, jamais elles ne vous permettront de percevoir la réalité.

A moins que la nostalgie Kennedy ne soit qu'une vielle rengaine de baby boomers. Dans Le Monde , le reportage de Corine Lesnes se situe dans une fac de Dallas. Que savent de Kennedy, ces étudiants nés environ 30 ans après sa mort ? Qu'il a été assassiné et qu'il était coureur de femmes.

Dans Libération , portrait d'Abdelhakim Dekhar

Plus complet que ce qu'on pouvait lire sur le site Internet, hier. Dekhar, « Dérive d'un tueur ». Patricia Tourancheau décrit cet homme obsédé par la chose militaire, la lutte armée et le complot fasciste orchestré par les médias et les capitalistes.

Enfant d'une famille de 13, médiocre à l'école, fugueur dès 13 ans, rapidement orienté vers l'enseignement technique. Il y verra une discrimination flagrante.

Les échecs de ce mytho deviennent des titres de gloire. Réformé de l'armée, il refera l'histoire en se présentant comme agent de renseignement, tantôt pour les services algériens, tantôt français. Fin des années 80 : les milieux anarcho-autonomes. Ceux qui le fréquentent alors le considèrent comme quantité négligeable mais il a une grande gueule qui impressionnera les deux de la place de la Nation, Rey et Maupin. Capable de grands accès de violence. Son parcours après sa sortie de prison reste en pointillé.

Dans Libération encore, on apprend que César, sa victime dans les locaux du journal va mieux. Plus de ventilation artificielle.

Actualité des souvenirs. Que devient Florence Rey, l'une des deux de la place de la Nation ? Dekhar était présenté comme le troisième homme. Réponse du Figaro. Florence Rey avait été condamnée à 15 ans de prison : comportement exemplaire, sortie en 2009 et l’année dernière, du cinéma. Assistante et figurante l'année dernière pour un réalisateur tombé amoureux d'elle, Jacques Richard. Le film avait un drôle de titre : L'orpheline avec, en plus, un bras en moins .

22 novembre 2013 : quel climat en France ?

Quel climat ? He bien regardons les couvertures d'hebdomadaires, tout en nuances encore cette semaine. Trash test

-L'Express avait pris une longueur d'avance mardi : « Exclusif, insécurité les vrais chiffres ». En couverture deux flics arrêtent un garçon dont on devine qu'il est basané.

-Le Point a vite rattrapé son confrère : « Immigration, l'enquête qui dérange »

-Mais c'est une fois de plus Valeurs actuelles qui fait le plus fort. « Ces étrangers qui pillent la France, les nouveaux barbares ».

Une express
Une express © Radio France

Une_point
Une_point © Radio France
Une_valeur
Une_valeur © Radio France

Climat en France. A la Une de Elle Christiane Taubira, désignée femme de l'année par le magazine. "Je ne crains ni le racisme, ni le sexisme, ni la bêtise". Après les raffarinades, les taubirades, ces citations qui en jettent : « La femme a une puissance singulière qui se compose de la réalité de la force et de l'apparence de la faiblesse. » C'est signé Victor Hugo

Quel climat en France ? Anti-fiscal en diable. Coup de provoc du Figaro ce matin. En manchette : « Comment payer moins d’impôts en 2014 ». Première phrase du chapô, juste en dessous du titre : « Les Français en ont marre de payer, (non pas « trop » d'impôts, mais ) des impôts ». Mais heureusement, pour payer moins, « les particuliers disposent d'un large éventail de possibilités. Les niches fiscales étant toujours nombreuses ».

Quel climat ? La neige ! « Grosse pagaille » titre La gazette de la Loire en kiosque ce matin dans la région de St Etienne. « L'urgence, ajoute La Tribune Le Progrès , c'est de rétablir l'électricité ».

L'autre hebdomadaire local, L’Essor affiches » parle finances ce matin : « Banques régionales, elles s'imposent ».

Quoi d'autre dans la presse ? La vidéo du jour

Christine Boutin sous un voile islamique ! L'une des égéries de la Manif pour tous a enfilé un voile pour répondre à une interview de la télévision iranienne. C’est à voir sur le HuffingtonPost .

La citation du jour

Une phrase prononcée très tranquillement par l'un des pères fondateurs d'Internet, James Clapper : « La vie privée pourrait en réalité être une anomalie ». Détails sur Rue89 . La vie privée des députés européens joyeusement massacrée. Un hacker a pénétré comme qui rigole dans leurs boites mails, histoire de démontrer les failles dans la sécurité informatique du parlement. C’est à lire sur Mediapart.

Et puis un gros cliché !

Tiens puisqu'on et à St Etienne, nous allons parler foot !

Les clichés c'est tout le plaisir d'un publication de So Foot , le mensuel du ballon rond. Plus qu'un hors série, un vrai livre sur le foot des années 80. Album photo de cette époque « Football champagne et soirée paillettes ». Les shorts échancrés sur la cuisse, les cheveux de Robert Herbin, la moustache façon Genghini, Bez ou Janvion. Une époque entre deux, entre les folles années 70 et le début des années fric. Préface et interview de Michel Platini. « Le foot, c'est urbain, industriel, minier, c'est donc polonais, italiens maghrébin, antillais. Ca épate le bourgeois, ca scandalise. Y'en a trop à la télé, déjà, ils gagnent trop pour taper dans un ballon (tu parles !). Le foot, c'est pas les Jeunesses musicales de France ça sent un peu le cambouis. L'AS St Etienne des années 70 est le point de départ de ce nouveau foot. »

Et dans l’interview… « J'étais sans doute à mon meilleur niveau lorsque j'étais à St Etienne. Meilleur souvenir : le rapport avec les gens. Sportivement, c'était un peu moins fort, le club était déjà un peu blasé, champion pour la 10ème fois. C'était le début des années fric. » Photo de Platoche short blanc, torse nu et chaine en or autour du cou, auprès de ces grands mannequins qu'il utilisait pour s'entrainer à tirer des coups francs. Dans 7 mois, la coupe du monde, actualité des souvenirs…

Pour aller + loin

> Il y a 50 ans : JFK, assassiné, devenait un mythe

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.