Une de Libération qui dépote. Qui est responsable de la dynamique Fillon? Charline!

La revue de presse bonjour Hélène Jouan

Avant le duel du second tour des primaires de la droite, et une Une qui fait déjà causer ce matin !

Une Une « trans »…comment définir autrement ce photomontage à la Une de Libération, François Fillon coiffé de l’impeccable brushing de Margaret Thatcher, affublé de ses boucles d’oreille et de sa broche. Montage signé Guillaume Titus Carmel, connu sur les réseaux sociaux pour ses Croisons-les, le montage de photos de personnalités que l’actualité rapproche. Comment mieux dire Fillon=Thatcher ? « Une » efficace, « humoristique et caricaturale » disait il y a quelques instants Bruno Retailleau à Léa Salamé, déchainement dès hier soir en tout cas dans la twittosphère, « bien vu, osé » saluent les uns, « libé torchon » pour les autres.

L’édito du patron du journal Laurent Joffrin suscite la même passion, il faut dire qu’il n’y va pas avec le dos de la cuillère Joffrin, accusant François Fillon de « vouloir démolir une bonne part de l’héritage de la Libération et du conseil national de la résistance », reprochant « l’étrange apostasie écrit il de cet ancien gaulliste social qui se pose désormais en homme de fer de la révolution conservatrice à la française », le présentant enfin comme le « représentant d’un catholicisme politique, activiste et agressif qui fait pendant à l’islam politique. D’ici à ce qu’il devienne une sorte de Tariq Ramadan des sacristies il n’y a qu’un pas, prévient il ». Une harangue, sinon une homélie anti Fillon je vous le disais qui provoque l’ire des soutiens du candidat qui y voient un nouvel acharnement du système et des bobos, colère surtout de la cathosphère, la journaliste du Figaro Eugénie Bastié dénonçant le « connomètre de JOffrin qui n’a jamais été aussi haut » dit elle

La « surprise » Fillon en tout cas continue de susciter des questions…

Réflexe anti-sarkozy, réflexe anti mou visant Juppé ou Hollande, réflexe anti centriste, réflexe catho, non ! Le Figaro a trouvé le ressort de la dynamique Fillon. Et le coupable ou responsable en l’espèce, est une femme ! « Charline Vanhoenacker peut être fière » écrit Vincent Trémolet de Villers dans le Figaro. « elle a participé au véritable lancement de la campagne Fillon. Oui, c’est son portrait à la fin de l’Emission politique sur France 2 le 27 octobre dernier, où elle décrit le candidat comme une « main de fer dans un pot de rillettes », sous les sourires et rires de Léa Salame et David Pujadas qui a tout déclenché. Parce que la chronique achevée, François Fillon fait part doucement mais fermement de ses réserves sur la place des chansonniers dans les émissions politiques. « Et c’est ce blasphème contre l’infotainment qui a déclenché selon un conseiller du candidat, l’incroyable dynamique. Ce clin d’œil à la France des provinces, des parvis et des usages qui n’en peuvent plus parait-il, des « ricanants ». Et Vincent Trémolet de Villers louant l’inappétence de ce candidat pour les formules ou dialectiques imposées dit-il par les journalistes, « Ni pêche, ni frite, ni Deneuve à ses côtés, Fillon serait loin de la « médiagogie », refuserait même d’aller chez Ruquier, quel tempérament décidément, c’est cette stratégie du surplomb qui fait sa grandeur » tente de démontrer le rédacteur en chef de pages débats du Figaro avec cet article intitulé « Fillon, l’homme qui ne s’incline pas devant les ricanements ». Il omet un tout petit détail, le passage de François Fillon chez Karine Le Marchant sur M6 pour Ambition intime. Dans le Parisien ce matin, le candidat assume sa prestation grâce à laquelle « les français dit il ont découvert que j’avais d’autres passions dans la vie que la politique, les pâtes aux saucisses notamment. » Ni pêche, ni frite, mais pâtes aux saucisses, la stratégie du surplomb admet quelques exceptions. Mais on retiendra que c’est charline la coupable !

En attendant, le débat du second tour se prépare

Vodka contre tisane jeudi soir? Tous vos journaux s’accordent à dire que Juppé, en difficulté, va jouer son va-tout, « il va mettre la gomme » a-t-il promis hier avec ce vocabulaire un rien suranné qui n’appartient qu’à lui souligne le Huffington post. Match donc entre 2 projets, qui sur le plan économique et social sont surtout affaire de curseur. Les journaux de « sensibilité » ou clairement engagés à gauche sont en mode « anti thatcher », on l’a vu avec Libé, mais l’Humanité dénonce également « l’inquiétant message de l’électorat de droite, qui a donc choisi une droite dure et décomplexée dit Maud Vergnol », les journaux ouvertement libéraux semblent eux découvrir tous les délices et promesses de celui porté par le désormais favori : à la Une de l’Opinion, Kak dessine un graffeur qui croque Fillon en Che Fillon, aux côtés de la figure de Che Guevara. « Année zéro de la droite, les clefs de la révolution Fillon » écrit ludovic Vigogne. Le Figaro met carrément en garde Alain Juppé contre le risque qu’il prend à vouloir contrer les arguments de son adversaire « il a suffi qu’il passe de 10 à 44% pour que l’éventuel renfort attendu devienne un poutinien excessif, un dangereux rétrograde ennemi du droit à l’avortement et des droits homosexuels, un effroyable ultra libéral rêvant de casse sociale ?s’interroge Guillaume Tabard. Bigre !François hollande peut se reposer les amis d’alain Juppé lui rodent son argumentaire » accuse Tabard. Qui explique qu’en critiquant inutilement Fillon, Juppé prend le risque de se décentrer un peu plus à gauche encore. Bon, on ne voit pas très bien quelle est la marge de manœuvre qui lui reste…On attend donc le débat. Animé entre autre, je vous le rappelle (parce que ça devrait nous changer si je puis me permettre cette réflexion pro domo)par Alexandra Bensaid, de France Inter, dont vous découvrirez la photo dans le Parisien ce matin, et dont vous pouvez écouter l’émission on n’arrête pas l’éco, tous les samedi matin ici même sur Inter !

L’actualité Hélène, c’est aussi…les restos du cœur ce matin

32ème campagne d’hiver pour les Restos du cœur qui vont cette année encore distribuer 132 millions de repas. Dans l’Humanité, le sociologue Nicolas Duvoux raconte comment ce système, mis en place par Coluche et qui n’était pas appelé à durer, s’est finalement installé dans une complémentarité avec l’action des pouvoirs publics. Mais qui est donc aussi, le reflet de l’insuffisance de ces mêmes pouvoirs publics à lutter contre une pauvreté aujourd’hui établie à des niveaux très élevés

Et puis enfin, les OGM ça ne marche pas, enfin pas si bien que ça ! les Echos nous racontent ce matin le vent de fronde qui souffle aux Etats unis...certains agriculteurs se demandent en effets s’ils ont intérêt à cultiver des organismes génétiquement modifiés. Rien à voir avec les préoccupation européennes en matière de santé publique ou de bio diversité, ce qui fait réfléchir les paysans américains, c’est que la promesse de rendements supérieurs des ogm n’est pas à la hauteur de leurs espérances, que les semences OGM leur coûtent 2 fois plus cher que des semences classiques, et qu’enfin, les cours des céréales s’effondrant, le retour sur investissement devient problématique. Mais une nouvelle révolution industrielle est en cours pour mettre au point de nouvelles variétés végétales. Alain Ducasse a déjà concocté expérimentalement, des petits plats faits avec des pommes de terre obtenues grâce à une technologie dite de » ciseaux moléculaires. » Mais sont ce des OGM ou pas ? les états unis disent non, l’europe hésite. La guerre OGM et anti OGM est loin d’être terminée

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.