Noah se régale quand sonne le glas de la vieille coupe Davis, mais Libération et la Voix du Nord le dépeignent en homme dur... Nicolas Hulot revient requinqué et politique, Libération et Le Figaro. Des petits voleurs marocains à Bordeaux, dans Sud-Ouest, dont l'histoire est plus atroce qu'Oliver Twist de Dickens.

Yannick Noah livre ses souvenirs dans l'Equipe...    

Et il se régale Noah de ses guerres passées et de sa virilité joyeuse, et se souvient de Ivan Lendl, ce tchèque sérieux qu'on lui donnait en exemple mais qui en fait avait peur de lui, "il avait peur de mon mode de vie... Dans ma chambre, je n'avais pas un vélo et un tapis pour faire des abdos. Dans ma chambre, il y avait des Lui et des Playboy, quand il n'y avait pas mieux. Je veux croire que mes femmes étaient plus heureuses que les siennes."  et voilà Noah qui ose même la grivoiserie phallocrate et qui n'a rien oublié, ni le vice de Jimmy Connors, ni la flamboyance de -è qui venait à Flushing Meadows en Rolls décapotable "jaune canari", avec "dans la bagnole cinq gonzesses sublimes", décidément!  

Je vous laisse lire dans l'Equipe, l'entretien bonheur comme ses dents du capitaine de notre équipe de coupe Davis...  qui affronte demain la Croatie à Lille... et cette finale sonne le glas d'une épreuve de 118 ans, déplore l'Equipe, la fédération internationale change sa formule, nous ne reverrons plus ces arènes de tennis chauffées à blanc comme des stades de foot "et à 4-4 au cinquième set on connait la vérité des hommes" disait le mousquetaire Henri Cochet.  Et Noah, lui aussi pas content, est le pivot d'un journal qui dit les joies d'avant, Noah qui n'était jamais aussi bon en double que quand il s'arsouillait au beaujolais pour fêter la naissance de sa fille...   

Mais à célébrer le passé, on s'illusionne, et La Voix du Nord, comme  Libération, dans l'instant cruel, brossent de Noah un portrait acide, d'un homme dur avec ses joueurs, les écartant et les déstabilisant, mais aussi, les faisant travailler et se coucher tôt, Noah vieillit, le voilà quasi Papy, et il révélerait en lui le vice de Connors et le sérieux de Lendl... Faut-il le dire, ou bien, comme dans l'homme qui tua liberty valence, imprimer la légende?   

Une autre légende s'avance, contemporain de Noah: nous avions laissé Nicolas Hulot ici démissionnant, Léa Salamé le retrouve pour l'émission politique sur France 2, et ça va dit le Figaro, il a vendu sa cravate de ministre au diner de sa fondation, il a dîné avec la maire de Paris Anne Hidalgo au Récamier, spécialité de soufflé. Mais c'est un retour politique que tissent ces dîners, et dit Libération, il ira ce soir au fond de la rupture et regarde vers la gauche et parlera de l'unité des écologistes. Or dit le Figaro, l'écologie est un problème pour le président Macron avant ces européennes où il veut faire nombre, il a organisé dit l'opinion un dîner de chefs; Philippe, Raffarin, Juppé, Moscovici, Le Drian, Bayrou, un axe Socialo centriste où  Alain Juppé serait un atout vert. Il s'en dit des choses, à table et dans les journaux!   

Le calvaire d'un couple à Paris...  

Dans le Parisien, un couple de quadragénaires à la Chapelle dans le XVIIIe arrondissement, qui veut fuir, vite, cet appartement aménagé depuis dix ans. Des voyous qui traînent au pied de leur immeuble les bombardent de menaces, de crachats et d'insultes et d'ordures, depuis que Fabrice s'est fait arracher sa casquette Gucci en allant acheter des cigarettes, et Eric a voulu négocier avec le voleur... oui Fabrice et Eric, car c'est un couple homosexuel dont nous parlons, et qui est visé comme tel... les sales pédales que l'on va brûler dans l'enfer de nos villes.  

A Bordeaux, raconte Sud-Ouest, depuis avril, des centaines de fêtards noctambules se se sont fait  agresser et dépouiller par de jeunes marocains qui se disaient âgés de 17 ans. Mais ces voleurs étaient des victimes, séduits dans la région de Casablanca par une organisation mafieuse qui , en France, les forçait à voler, drogués, battus, s'ils ne ramenaient pas assez de butin, à coups de barre de fer ou parfois le visage tailladé au couteau. Dickens avait raconté des enfants voleurs dans son Oliver twist, c'était un peu moins sordide... 

Voilà donc deux horreurs, combien sont oubliées? Lisez dans Charlie hebdo une enquête sur ces jeunes femmes que leurs familles menacent et forcent à se marier dans la tradition au pays, elles sont originaires du Pakistan, des Comores, d'Inde, du Maghreb ou de Turquie, elles sont françaises qui s'en soucie?  Charlie, dans son éditorial ironise sur nos autorités qui veulent interdire la fessée, une hypocrisie dit Riss, quand on traite les adultes "comme de la merde" et ils deviendront "des bêtes sauvages".  

A Mulhouse,  c'est dans les DNA, un petit garçon de 9 ans est mort en septembre sous les coups de son frère, sa sœur et sa belle-sœur. Les bêtes sauvages sont déjà là, on ne parlait pas des mêmes fessées.    

Et un conflit avec l'Italie pour finir...   

Qui est rétive en Europe et s'arc-boute sur son budget expliquent les Echos, mais qui surtout veut nous  empêcher de fêter dignement l'an prochain les 500 ans de la mort de Leonard de Vinci, l'ami de nos rois. Le Figaro le raconte en détail, la nouvelle sous-secrétaire d'État à la Culture, Lucia Borgonzoni, elle est d'extrême droite, ne veut plus prêter ses tableaux du maître au Louvre... Car, dit le sénateur Francesco Giro (Forza Italia) «L'Italie n'est pas une colonie culturelle de la Franc.»  Et quand la Croix et l'Humanité, à leur tour, évoquent la restitutions possibles à l'Afrique de trésors captés au temps des colonies, nous voilà, cette fois innocents, encore accusés.   

On nous aime quand même, parfois, à l'étranger. Ainsi à Huaron, au Pérou, dit le Berry républicain, on vient d'honorer le lieutenant Aubry, mort au front en 1914, mais qui auparavant dirigeait une mine de cuivre dans la cordillère des Andes et les andins s'en souviennent.  

Il est des aventuriers. Une dernière, allemande, dans l'indépendant. Marina 51 ans, a été arrêtée le 11 novembre à Cerbère près de la frontière espagnole, avec 5,4 kg de cannabis, qu'elle avait acheté en Espagne. Elle faisait ça pour aider son mari, qui est de Gambie, sans travail et que sa famille harcèle au pays pour qu'il leur envoie des sous. valeurs familiales.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.