Eh bien voilà, c’est dit… Et c’est dans "Paris Match" : Ségolène Royal n’exclut pas de se présenter à la Présidentielle… Ce qui laisse entrevoir l’éventualité d’une entrée de la France dans la modernité, avec une femme Présidente… Mais nous n’en sommes pas encore là... Loin s’en faut. D’abord parce qu’il faudrait qu’elle soit élue, et surtout qu’elle soit en situation de se présenter… Et là, comme dirait l’autre… L’autre star de la politique "made in Poitou-Charente" : la pente est raide ! Question de Jean-Marie Rouard : La Présidentielle, vous y pensez chaque matin en vous coiffant ? Non, pas exactement… Je ne suis pas organisée comme ceux qui ont déclaré leur candidature. Mais quelles seraient les conditions qui vous inciteraient à vous présenter à la candidature ? Là, je reprends la phrase de François, répond Ségolène... (François Hollande, bien sûr…) C’est celui ou celle qui sera le mieux placé. Ah... Les discussions à la maison, ça doit être animé... Mais non, répond Madame à cette question que "Paris Match" ne lui pose pas… Ce n’est en aucun cas un enjeu de couple. Bon quand même : y a-t-il des points où vous êtes en désaccord avec François Hollande ? Non, pas de désaccord, mais on n'a pas forcément les mêmes centres d’intérêts… Moi, je suis beaucoup plus ancrée que lui sur les questions de société, comme l’environnement, les violences faites aux enfants ; la pornographie… Lui, sur ces sujets, il est plutôt indifférent… Il trouve que ces questions ne sont pas politiques… Ce n’est pas mon avis. Voilà… En conclusion : cette réponse, courte et cinglante, à la question « Vous sentez-vous capable de battre Sarkozy ? ». Oui, je me sens capable… Lui ou un autre. A bon entendeur. Laurent Fabius, par exemple… A propos duquel Jean-Claude Guillebaud nous livre cette réflexion dans "Télé Obs"… En commençant par ce constat, qui résonne à nos oreilles comme une douce musique… Rien n’est plus difficile que d’interviewer quelqu’un à la radio ou à la télévision, notamment le ton. Ah le ton !... s’exclame Guillebaud. Longtemps, chez nous, face aux ministres, il fut abusivement respectueux, pour ne pas dire béni oui-oui… tapis rouge et déférence. Heureusement, la profession s’est émancipée de cette tutelle-là. Mais attention : à la radio, tout s’entend. La perception auditive est si sensible que l’on devine à la premiere seconde sur quel registre se situera la conversation. Alors trop gentil, trop méchant, l’interviewer ? Disons qu'on bascule rapidement dans l’excès. Et en ce début d’automne, nous dit Jean-Claude Guillebaud... Parce que la rumeur médiatique le fait apparaître comme le diviseur de la gauche et le casseur de l’Europe, le putching-ball des questionneurs, c’est évidemment Laurent Fabius. D'ailleurs, c'est simple : il n’est pas vraiment interviewé ces temps-ci… Non… Il est plutôt cité à comparaître. Or, à la radio comme à la télé, prévaut une loi immanente, poursuit Jean-Claude Guillebaud : l’agressivité profite toujours à l’agressé. Plus Laurent Fabius est mitraillé, mieux il réussit, d’émission en émission, à parfaire une courtoisie imperturbable et un parler zen qui améliore continument son statut médiatique. A bon entendeur… Là encore. Alors... Ségolène, Laurent, Dominique, Jack, François et les autres… N’allez surtout pas croire que la bataille, chez les socialistes, est une bataille de personnes… Non… Au PS, on pense… aussi… D’où ces fameuses motions qui vont nourrir le prochain congrès… Elles ont été déposées mardi soir à l’attention des militants… Et aujourd’hui, "Le Monde", "Libé" et "Le Figaro" nous rappellent ce qu’elles contiennent… D’abord, il faut savoir qu’il y en a cinq.. Toutes tirent les mêmes constats, mais proposent des recettes différentes, nous explique Isabelle Mandraud, du "Monde". En résumé … Pour les trois principales... Celle de François Hollande, majoritaire, envisage un contrat avec les Français, avec impôt sur le revenu et CSG fusionnés, et RTT pour tous… La deuxième, celle de Laurent Fabius, se situant résolument à gauche, prône une augmentation du SMIC et le retour d’EDF à 100% dans le giron de l’Etat… La troisième, du Nouveau Parti Socialiste, demande la VIème République, la taxe Tobin et le droit d’adoption pour les homosexuels. La liste n’est pas complète, évidemment… Elle l’est en revanche dans "Le Monde", "Le Figaro" et "Libération", qui expliquent que, pour les socialistes, il s'agit maintenant de s'adapter ou de mourir... Et il faut que ces motions, écrit Patrick Sabatier dans "Libé", soient de véritables boîtes à idées... Parce que c'est là que se jouera la victoire ou la défaite... Sur les idées, oui, pas sur les têtes d'affiche. Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais régulièrement, on nous assène des statistiques qui ne nous parlent pas... Du genre : "Les Français consomment je ne sais combien de tonnes de sucre par an"... Ou je ne sais combien d'hectolitres d'huile de cuisine... Vous vous imaginez assis sur une montagne de sucre, ou buvant l'huile à la citerne... Bon... Là, au contraire, le hors-série que nous offre "Le Point", intitulé "24 heures en France", est très parlant... Ce sont des chiffres... Ceux du quotidien, pour un portrait insolite de la France et des Français... Le numéro reste en kiosque deux mois... Septembre et octobre... Profitez-en ! Alors je sais qu'en radio, il faut éviter la litanie des chiffres... On ne retient pas tout... Mais en voici quand même quelques-uns... C'est très tentant. Question "rythme de vie". Aujourd'hui, un déjeuner à l'extérieur nous prend en moyenne 32 minutes... Alors qu'en 1975... Ce n'est pas si vieux, trente ans... Ce repas prenait 1 h 38... Vous vous rendez compte : trois fois plus ! Question "budget" : nous dépensons 15 euros par jour pour nous nourrir... Toujours en moyenne... Alors que nous déboursons 22 euros pour nous loger. Les banques... C'est très énervant, les sommes qu'on vous prélève pour frais de gestion du compte... Parce qu'on ne peut jamais vérifier de quoi il s'agit vraiment... Eh bien, sachez que le prix du service bancaire en France nous coûte 28 centimes par jour... Ce qui fait, par an, la bagatelle de 102 euros. L'environnement... Chaque jour en France, 16 décès seraient dus à la pollution de l'air. Et puis, si vous aimez prendre des bains, oubliez cette mauvaise habitude : chaque Français consomme en moyenne 150 litres d'eau par jour, mais bien plus s'il prend un bain, qui nécessite à lui seul de 150 à 200 litres d'eau.. Enfin, côté culture : 143 nouveaux livres sont édités tous les jours... Plus d'un million de films-pirates sont téléchargés quotidiennement par 3 millions d'internautes... Et les Français de plus de 13 ans écoutent la radio en moyenne 2 h 52 par jour... En semaine. Vous le voyez, ces chiffres-là ne sont pas des abstractions. Procédé efficace, en tout cas, que d'avoir découpé la France en tranches de 24 heures... Dans ce hors-série du "Point", que vous avez dirigé, Catherine Golliot... Bonjour... Qu'est-ce qui vous a donné l'idée de passer ainsi la France au scanner ? Vous signez un article intitulé "On se calme !", où vous expliquez que les Français, longtemps branchés à 100 à l'heure, s'essoufflent, et commencent enfin à ralentir le rythme... Sorte d'éloge de la paresse... C'est une tendance lourde ? Merci, Catherine Golliot... Au revoir. Dans ce hors-série, la situation des prisons, également, est abordée, avec ce chiffre... Chaque jour en France, 2 détenus entament une grève de la faim, et 2 envisagent de se suicider... Lisez d'ailleurs, dans "Libération", ce terrible constat du Commissaire européen aux Droits de l'Homme, Alvaro Gil-Roblès, qui a visité des lieux d'enfermement dans 32 pays... Concernant les Baumettes, à Marseille, et le dépôt des étrangers, sous le Palais de Justice à Paris... Il dit : "Sauf en Moldavie, je n'ai jamais vu de prison pire que ça : c'est affreux !" Peut-être faites-vous partie de ceux qui attendent avec impatience, le 17 mai prochain : jour de la sortie du film "Da Vinci Code". A première vue, c'est un projet hollywoodien tout ce qu'il y a de plus classique, avec tous les ingrédients de la réussite annoncée... Une histoire lue par 36 millions de personnes, un cinéaste qui a fait ses preuves : Ron Howard, et une tête d'affiche dans le casting : Tom Hanks... Avec tout ça, le producteur peut dormir tranquille... Sauf que... L'exercice est beaucoup plus compliqué, nous révèle le magazine "Première"... A tel point que Sony... le studio qui finance le projet... ne veut montrer que le strict minimum de ce qui est tourné... Le scénario, lui, est jalousement gardé... Toute personne extérieure au film est interdite sur le plateau... Et chaque membre de l'équipe a dû signer une clause de confidentialité. Alors, pourquoi tant de mystère ?... Parce que l'Eglise catholique n'arrête pas de mettre des bâtons dans les roues, et qui sait, au bout du compte, si elle n'obtiendra pas satisfaction. Ainsi, l'Eglise a suggéré de rendre le point de départ du film un peu plus ambigu... Parce que le postulat de "Da Vinci Code", c'est que Jésus et Marie-Madeleine ont fait un enfant. Reste à savoir comment on peut rendre la chose ambiguë... Il n'y a quand même pas 10.000 façons de faire un enfant. "Pouvez-vous nous proposer des changements qui rendraient l'ensemble moins offensant pour les chrétiens ?" a demandé Barbara Nicolosi, directrice exécutive d'Art One, une organisation qui coache les chrétiens souhaitant réussir à Hollywood... Oui, ça existe... Parce que Barbara, elle trouve déjà le livre sacrilège et anti-religieux. Ce qu'elle n'apprécie pas non plus, c'est qu'avec le film, le producteur veut attirer le public de "La Passion du Christ", de Mel Gibson. Alors quand ils m'ont dit qu'ils pensaient pouvoir surfer sur la vague de "La Passion"... Je leur ai répondu très simplement : "Vous voulez rire ?", raconte Barbara. Pour l'Eglise, le livre avait déjà du mal à passer... Maintenant, voilà le film... Le film du livre-phénomène... Le "Da Vinci Code"... Le plus grand succès littéraire de l'Histoire... Après la Bible ! Ca ne s'invente pas. A demain...

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.